Skip to main content

Full text of "Recueil de travaux relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et assyriennes"

See other formats


RECUEIL 



DE 



TRAVAUX RELATIFS 

A LA 

PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

POUR SERVIR DE BULLETIN A LA MISSION FRANÇAISE DU CAIRE 

PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION DE 

G. MASPERO 

MEMBRE DE l' INSTITUT 
PROFBSSBUR AU COLLÈGE DR FRANCE, DIRECTEUR D'ÉTUDES A L'ÉCOLE PRATIQUE DES HAUTES ÉTUDES 



Vol. XXX. Liv. 1 et 2 




PARIS (VP) 

LIHUAIKIK HONORÉ CHAMPION, ÉDITEUR 

5, QUAI MALAQUAIS, 5 



MDCCCCVIII 
Tous droits réseroés. 



Toute demande d'abonnement doit être accompaf/nèe de son montant en un chèque ou • mandat-poste 

au nom de M. Honoré Champion. 



CONDITIONS D'ABONNEMENT AU RECUEIL 

Le Recueil paraît par volume composé de quatre fascicules. 

Les abonnements se font pour le volume entier, il n'est pas vendu de fascicules séparés. 

Paris 30 francs 

DÉPARTEMENTS ET UnION POSTALE 32 — 

Le volume, une fois terminé, est porté au prix de 35 francs. 



EN VENTE A LA LIBRAIRIE HONORÉ CHAMPION 



ABOU BAKR AL-KHATIB. L'introduction topographique à l'histoire de Bagdâdh (392-463 H -= 1002- 
1071 J.-C). Texte arabe accompagné d'une traduction française par G. Salmon. Gr. in-8°. 

12 fr. 

ABOULFARAG (G.). Le livre de l'ascension de l'Esprit sur la forme du ciel et de la terre. Cours d'as- 
tronomie rédigé en 1279, publié pour la première fois d'après les mss. de Paris, d'Oxford et 
de Cambridge, par l'abbé F. Nau. Texte syriaque et traduction française, 2 parties gr. in-8°, 
avec figures dans le texte. 21 fr. 

ABOU'L-WALID MERWAN IBN DJANAH. Le livre des parterres fleuris. Grammaire hébraïque en 
arabe, publiée par J. Derenbourg, membre de l'Institut. Gr. in-8°. 25 fr. 

Le même ouvrage, traduit en français sur les manuscrits arabes par le rabbin M. Metzger. 

Gr. in-8°. 15 fr. 

ADJARIAN (H.). Étude sur la langue Laze. Gr. in-8°. 8 fr. 

AL-FAKHRl. Histoire du Khalifat et du Vizirat depuis leurs origines jusqu'à la chute du khalifat abas- 
side de Bagdâdh (11-656 de l'hégire = 632-1258 de notre ère) avec des prolégomènes sur les 
principes du gouvernement par Ibn at Tiktakâ. Nouvelle édition du texte arabe par H. Deren- 
bourg. Gr. in-8°. 25 fr. 

AMIAUD (A.). La légende syriaque de Saint Alexis, l'homme de Dieu. 1 vol. gr. in-8°. 7 fr. 50 

AURÈS (A.). Traité de métrologie assyrienne ou étude de la numération et du système métrique 
assyrien considérés dans leurs rapports et dans leur ensemble. In-8°. 6 fr. 

Essai sur le système métrique assyrien, 1" fascicule. In-4°. 5 fr. 

BAILLET (A.). Le décret de Memphis et les inscriptions de Rosette et de Damanhour. Gr. in-8°, avec 
une planche. 5 fr. 

BARTHELEMY (A.). Gujastak Abalish. Relation d'une conférence théologique présidée par le Calife 
Mâmoun. Texte pehlvi publié pour la première fois avec traduction, commentaire et lexique. 
Gr. in-8°. 3fr. 50 

BEREND (W. B.). Principaux monuments du Musée égyptien de Florence, 1" partie : Stèles, bas-reliefs 
et fresques. In-f° avec 10 pi. pliotogravées. 50 fr. 

BERGAIGNE (A.). Manuel pour étudier la langue sanscrite. Chrestomathie, Lexique, Principes de 
grammaire. Gr. in-8°. 12 fr. 

— — Quarante hymnes du Rig Véda, traduits et commentés. Publié par V. Henry. Gr. in-8°. 5 fr. 

— — La religion védique d'après les hymnes du Rig Véda. Tome 1" épuisé. — Tomes II et III. 30 fr. 

— — — — Tome IV. Index, par M. Bloomfleld. 5 fr. 
BERGAIGNE (A.) et HENRY (V,). Manuel pour étudier le sanscrit védique. Précis de grammaire- 

Chrestomathie-Lexique. Gr. in-8°. 12 fr. 

BHAMINI VILASA. Recueil de sentences du Pandit Djagannâtha. Texte sanscrit publié pour la pre- 
mière fois en entier avec traduction en français et des notes par A. Bergaigne. Gr. in-8°. 8 fr. 

BLOCH (Jules). La phrase nominale en sanskrit. In-8°. 4 fr. 

BLONAY (G. de). Matériaux pour servir à l'histoire de la déesse bouddhique Tara. In-S". 2 fr. 50 

BOISSIER (A.). Documents assyriens relatifs aux présages. Tome I". Liv. 1 à 3. In-4°. 50 fr. 

J.-B. CHABOT. Inventaire sommaire des manuscrits coptes de la Bibliothèque Nationale. In-8°. 1 fr. 50 

CHEREF-EDDIN-RAMI. Anis-el-'Ochchaq, traité des termes figurés relatifs à la description de la 
beauté. Traduit du persan et annoté par C. Huart. Gr. in-8°. 5 fr. 50 

CHRONIQUE DE GALÂWDÈWOS, roi d'Ethiopie. Texte éthiopien traduit, annoté et précédé d'une 
introduction historique par William E. Conzelman. Gr. in-8". 10 fr. 

CLERMONT-GANNEAU (C). Études d'archéologie orientale, 2 vol. in-4° avec figures dans le texte et 
photogravures hors texte. 50 fr. 

DARMESTETER (J.). Études iraniennes. 2 vol. gr. in-8". 40 fr. 

— — Haurvatât et Ameretàt. Essai sur la mythologie de l'Avesta. Gr. in-8". 4 fr. 

— — Ormazd et Ahriman. Leurs origines et leur histoire. Gr. in-8''. 25 fr. 
DENYS DE TELL-MAHRÉ. Chronique, 4* partie. Texte syriaque publié d'après le manuscrit 162 de la 

Bibliothèque Vaticane, accompagné d'une traduction française, d'une introduction et de notes 

historiques et philologiques par J.-B. Chabot. 1 fort vol. gr. in-8°. 25 fr. 

DERENBOURG (H.). Essai sur les formes des pluriels arabes. Gr. in-8°. 3 fr. 

— — Deux versions hébraïques du livre de Kalilàh et Dimnàh. In-8°, 20 fr. 
DUSSAUD (R.). Histoire et religion des Nosairîs. Gr. in-8°. . 7 fr. 
DUVAL (R.). Traité de grammaire syriaque. Gr. in-8°. 20 fr. 
Les dialectes Néo-Araméens de Salamas. Textes sur l'état actuel de la Perse et Contes populaires, 

publiés avec une traduction française. In-8° 8 fr. 



RECUEIL 



DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 
ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

1908 """' Fascicules I et II 

Contenu : 1) La Stèle de la fille de Chèops, par G. Darkssy. — 2) Stèle funéraire d'un taureau d'Hermon- 
this, par G. Daressy. — 3) Sur une stèle de Senousrit IV, par Georges Legrain. — 4) Un dossier 
sur Horoudja, fils de Haroua, par Georges Legrain. — 5) Un Égyptologue du XVII"^ siècle : le Père 
Kircher, par P. Markstaing. — 6) Notes et remarques, par J. Jéquier. — 7) Les Constructions 
rurales de la Chaldée et de l'Assyrie, par Max Ringelmann, professeur à l'Institut national agrono- 
mique. — 8) Sinouhît, 1. 246-247, par G. Maspero. — 9) Textes religieux, par Pierre Lacau. — 
10) Le dossier de la famille Nibooutirou, par Georges Legrain. — 11) Wanderung eiues demotischen 
Zeichens vom Wort-Anfang an das -Ende, von D' Nathaniel Reich. — 12) Amuletic scarabs, etc., 
for the deceased, by A. Grenfell. 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 

par 

G. Daressy 

En juin 1858, Mariette découvrit, dans les ruines d'un temple situé au pied de la 
plus méridionale des trois petites pyramides qui avoisinent à l'est la tombe de Chéops, 
une stèle' qui acquit rapidement une grande célébrité dans l'archéologie, car, à la 
suite de la lecture de ses inscriptions, on avait cru pouvoir affirmer que le grand Sphinx 
de Gizéh était antérieur de beaucoup au règne de Chéops. La mention que ce roi avait 
construit la pyramide de la princesse ft Iaaa^w^ à côté du temple où le monument a 
été trouvé rappela le passage d'Hérodote (II, 126) contant de quelle étrange façon la 
fille aînée de Chéops avait bâti son tombeau' et valut à cette stèle le nom sous lequel 
elle est connue. L'aspect du monument, la manière dont il est gravé, montraient évi- 
demment qu'on n'avait pas là une œuvre de l'Ancien Empire et qu'il fallait y recon- 
naître le faire soit de la XXI® dynastie ', soit des Saïtes; mais, à la suite de M. E. de 
Rougé et de Mariette, on admettait qu'on n'avait fait que regraver la stèle primitive 
effacée à la suite des siècles, et qu'on pouvait rapporter à la IV® dynastie les indica- 
tions qu'elle nous fournissait'. A la longue, cette opinion trouva des contradicteurs, et 
M. Flinders Pétrie, en 1883, pensait que l'inscription avait été créée de toutes pièces 
sous la XXP dynastie'. Une étude plus minutieuse des textes m'a conduit à des con- 
clusions différentes de celles de mes devanciers. 

Le monument, en calcaire assez fin, haut de 0™70, large de 0'"42, se présente sous 
la forme d'une stèle rectangulaire précédée d'une table d'offrande, ou mieux sous celle 



1. N° d'entrée au Musée de Boulaq 2091; n° 581 du Catalogue Mariette; n" 882 du Catalogue Maspero 
(page 207); n° 54 du Catalogue de Gbé/i. La stèle est reproduite dans Mariette, Monuments dioers, pi. 53; 
Album du Musée de boulaq, pi. 27, etc.; cf. Maspero, Histoire, t. I, p. 364. 

2. Il est à noter toutefois qu'Hérodote parle de la petite pyramide qui est au milieu des trois, tandis que 
le temple est devant la dernière au sud. 

3. Le temple a été orné par les rois Amen-m-ap et Pa-seb-khà-nut. 

4. E. DE Rougé, Recherches sur les Monuments, p. 46. 

5. Flinders Pétrie, Pyramids of Giseh, p. 134, etc. 

RBCUBIL, XXX. — KOUV. 8BR., XIV. 1 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



d'un naos dont on aurait détruit la majeure partie de la niche; il comprend, en effet, 
un socle de O^^ITS de hauteur et 0™30 de largeur, surmonté d'une partie verticale en 
retrait de 0"'10, dont le milieu est encore évidé de deux centimètres, ne laissant en 
saillie qu'un encadrement de 0'"04 de largeur dans le haut et sur les côtés. L'encadre- 
ment et le dessus du socle portent des inscriptions; d'autres légendes dans le fond 
accompagnent des représentations de statues et d'emblèmes sacrés. Le tout est à peine 
incisé dans la pierre, en traits filiformes. 

Les figures du fond sont réparties entre quatre registres. 

Premier registre. — 1° Le dieu Min, dans son attitude habituelle, debout sur un 
brancard. '^F Vi °"T^ « Min, bois d'acacia. Hauteur, 1 coudée 1 palme» (0'°60)'. 

2° Chacal, debout sur un support, précédé d'un urœus et d'un enroulement. 



n rssif^ (( Ap-uat, bois d'acacia^ doré ». 

3° Mêmes figure et légende que l'enseigne précédente. 

4" Faucon coiffé du disque et de deux plumes droites, posé sur un support papyri- 
forme auquel est attaché un menât. N r%s^ a bois doré ». 

5° Ibis sur un support. N r^ssri « bois doré ». 

Deuxième registre. — 1<> Barque portative d'Isis dont la tête surmonte les égides 
placées à la proue et à la poupe; au milieu, est un naos voilé. 7^ TII ^^'wva H 

M ^_ Q I ■) v^:i^7^ cx=>c JJ.000 il/::! a 

f H ^ « Support des splendeurs d'Isis (qui porte le siège?), bois doré, 

» incrusté de pierres ». 

2° Isis, coiffée du disque et des cornes, assise dans un naos, jj o "^^^f 1 ,:^V\ 

^[£]f ^P W™^^^"^''4^'^'irll '^'''' la grande mère divin?, 
» régente de la pyramide, Hathor dans sa barque. — Schiste* plaqué d'or, urseus' et 
» cornes en argent. Hauteur, 3 palmes 2 doi gts » (0™264). 

3° Nephthys, assise. TT 1 "1- ™ TT - — - <* Nephthys, schiste doré, coif- 

» fure en or. Hauteur, 3 palmes » (0^056). 

4° Isis, assise, allaitant Horus. il (îlli'wwvs 1 I^HXiX ^ - — -11 «Isis mère, 
» schiste, cornes en bronze noir. Hauteur, 2 palmes 2 doigts » (0'"19). 

5° Selk, assise, coiffée d'un scorpion. \\^l\ l.±mi^^^—~-)) « Isis-Selk, 
» schiste, scorpion en or. Hauteur, 2 palmes 2 doigts » (0"19). 

Troisième reqistre. — 1° Harpocrate, assis. V^l cn ^- — -Il 

« Horus saluant son père; en ébène, yeux en pierres incrustées. Hauteur, 2 palmes 
» 2 doigts » (0™19). 

2° Harpocrate, assis sans siège. V^DÏ^ ^ 1 « Harpocrate, bois 

» doré, yeux en pierres incrustées. Hauteur, 4 palmes 1 doigt » (0'"32). 



1. J'indique eu mesures métriques les dimensions approximatives données en coudées de O^S^S, palmes 
de O'-OTo et doigts de O-OIO. 

2. Pour cette enseigne et la suivante, le 11 ressemble plutôt à [. 

3. Le haut de 1 est mutilé, on croirait voir A. 

4. Je ne connais pas d'autres exemples de ce mot J_J^(IIIII1. H est probable qu'il désigne le schiste ou la 
pierre saponaire, si usités pour les statuettes de divinités. 

5. Je prends I I I pour ^^^ , la couronne d'urseus qui supporte généralement les cornes d'Isis. 



LA STELE DE LA FILLE DE CHEOPS 



3" Ptah, debout dans un naos, g « Ptah, bois doré ». 

4** Sekhemt, debout, un papyrus à la main, coiffée du disque solaire. () O 
' — ^11 « Sekhemt, bronze noir. Hauteur, 3 palmes 2 doigts » (0™264). 

m I I I vo7-7=" -trcr-s- £>==>< 

5° Osiris, debout dans le coffre, n ^:s=- « Osiris, bois doré, veux in- 

» crustés en pierre ». 

6'' Isis, assise, allaitant Horus. jj^ .Jl^^ ^ ' — ^ " ^^^^> supérieure de la grande 

» place, bronze noir. Hauteur, 3 palmes » (0'"226). 

7° Isis, allaitant Horus. n (n « Isis de la demeure de la naissance, 

» bois doré. Hauteur, 5 palmes » (0'"377). 

8" Horus, coiffé du pchent, assis sans siège. v\ ^^''^ - — ^ I <' Horus 

_ffi^^^rwn<2>- EiiD m I 
» prenant les deux terres, bois doré, yeux incrustés en pierre. Hauteur, 3 palmes 

» 1 doigt » (0">245). 

Quatrième registre. — 1° A droite, le taureau Apis, debout, le disque entre les 
cornes; le contour des taches est indiqué sur le corps, x ^ « Apis ». 

2° Au-dessous, l'emblème de Nefertoum, deux plumes sortant d'un lotus, est 
couché sur un socle. Iti^"^^^ ° « Nefertoum, bois doré. Hauteur, 3 coudées » 

(rss). 

3" A la suite, occupant toute la hauteur du registre, un urœus à tête de femme, 

coiffé, comme Hathor, du disque entre deux longues cornes et de deux plumes. <:zr> 

^^^ z - fl-^ 

^^ û « Urceus, bois doré. Hauteur, 1 coudée » (0^528). 

( 'htm \ I 

4«* A gauche, un s phin x est couché sur un socle élevé, orné d'une corniche, la lé- 
gende est ^^«->^ et ^^ ^ , ces deux groupes n'étant pas à la même hauteur. Le pre- 
mier signe a été pris pour une déformation de ;^£ , et on a lu « image d'Harmakhis ». 
Je ne vois rien d'autre à proposer. 

En laissant de côté le sphinx, toutes les autres figures sont celles d'objets assez 
pauvres, de dimensions restreintes : une feuille d'or appliquée sur le bois ou le schiste 
donne, seule, une apparence de richesse à la plupart d'entre eux; rares sont ceux qui 
ont une partie en métal précieux. Ce ne peuvent être là les pièces essentielles du mo- \ 
bilier du temple, mais plutôt des cadeaux, des ex-voto gardés dans le trésor de la cha- 
pelle et dont la stèle dresse une liste servant aux donateurs de certificat de réception*. \ 
La quantité est loin de compenser la qualité, et je ne puis croire que nous ayons sous '^^r^ /cv«^^ 
les yeux la reproduction de statues données par le roi Chéops; ce faux luxe de dorure ' t<^<k^^*^ 
rappelle bien plutôt la basse époque et nous ramène vers les Saites. Ix.*-^ ^^T j^ 

D'autre part, en admettant que le fondateur de la grande pyramide ait légué ces '''''' ' l 
statuettes, y a-t-il probabilité qu'elles aient encore existé au moment où la stèle actuelle 
a été gravée? Et, dès lors, quel intérêt y aurait-il eu à commémorer un si piètre 
cadeau dont il ne restait pas de traces? Je pense donc qu'il faut renoncer à voir dans ces 
images une figuration d'attributs sacrés de l'Ancien Empire, et que cette partie de la 
stèle est entièrement de basse époque. 

1. Le nom est effacé, le <z:r> seul est bien visible sur la pierre. 

2. Sur les parois du naos de Saft el-Henneh (du temps de Nectanébo II), sont figurées des statues dun 
grand nombre de divinités; certaines sont également accompagnées de l'indication de matière et de dimension, 
mais du moins celles qui n'ont que 3 palmes 2 doigts, 5 palmes, 1 coudée même, sont notées comme en or. 



eV(^ 



y^'-'-'^'^ 



LA STELE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



Au milieu du dernier registre, deux inscriptions sont gravées en colonnes, La pre- 
[-e (D) est immédiatement derrière l'uraeus : I \> X \b>"^ W ^ L 

I ^ 2 \7 A iQl =«=K A V_V' —(0— ^'^VWN wp. I W , AAA/W\ 3 Ç\ A^^WV\ / Q 



AAVSAA . 



D 
La seconde (E), séparée par une colonne vide, est devant le sphinx et se termine 

au-dessus de ses pattes : j (j'^|)_^^0(l^f-=>ie)|^(]^|f2'fJl- 
Ces inscriptions diffèrent essentiellement des légendes explicatives qui accompagnent 

les autres figures; nous verrons plus loin à quoi elles se rattachent. 

Sur la partie supérieure de l'encadrement de la stèle, est gravé en double le pro- 
tocole de Chéops (A) : 



11 est suivi immédiatement, de chaque côté, d'une inscription qui complète la ligne 
horizontale, puis descend verticalement sur les montants : 

A gauche (B) : ^ ^^^(v,)£']^^^^^P°=^^^|^.n 
A droite (C,:«^^7£(v,|^A^-|^^f737;j 



Enfin, sur la partie horizontale du socle, étaient tracées quatre lignes d'hiéro- 
glyphes (F). Elles sont en fort mauvais état, usées par le frottement du sable, et, sauf 
quelques caractères restés assez nets, on ne voit plus que des silhouettes de signes, sans 
contours définis; de plus, une brèche a enlevé près du quart de la troisième ligne, 
presque le tiers de la dernière, compliquant ainsi le travail de rétablissement du sens. 
Je suis parvenu à déchiffrer une partie du texte et à établir une lecture hypothétique du 
reste; je vais indiquer les lectures certaines et signaler ce que je crois débrouiller dans 
les passages douteux, laissant à de plus habiles la tâche de fixer le texte en son intré- 
grité. 

Ligne 1. /i n n^'^^i'^^ ^ ^ B? aaa^v . Pas d'hésitation. 

; — û. Les deux signes du haut me semblent certains, bien que mutilés par l'enlève- 
ment d'une écaille de la pierre. Au-dessous est une ondulation horizontale surmontant 
un petit signe ; il y avait peut-être ^ . 

^m. Ce qui est au-dessus du serpent est fort difficile à reconnaître; on croit 

lire AAA/vNA , ^ ou r^ , et si la dépression du milieu fait partie d'un signe ^^ ou 
■^ . Le meilleur sens serait "^ . 

@ ^'^^ X J [èpl- Sous I J , est un signe allongé rejoignant le serpent, qui 



1. Ce groupe est peu distinct, la pierre étant usée et écaillée. 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



paraît être "*=, mais il peut n'être que la queue de ce serpent ou se réduire à 

'wwvN ou o. Le ""^1:7 pourrait être pour '^SI?; le / a presque la forme <=> ou 

Le %à, bien que mutilé, me paraît certain. 

Tout le reste de la ligne est fruste et doit être étudié groupe par groupe. 

a. _ — û. Le haut peut avoir été .2^ ou deux petits signes, tels que ^^, ^D, ^0. 



0, Analogue a (1^^, H^^x;^^, I ~wvw f;^ et mieux 1 

c. II semble y avoir un rond dans le haut, deux lignes horizontales au-dessous et un 
trait vertical sur le côté, et encore un signe long dans le bas sous le tout, soit Z^ 1. 

d. Le premier aspect est . Vu l'usure de la pierre, je pense qu'il n'est pas im- 

possible de restituer ^'^ . 
III 

e. Dans le haut, ^ est presque sûr. Au-dessous, des traits enchevêtrés dans les- 
quels je crois distinguer ^ . 

<2>- -<l -<2>- 

y. /wwv\ est certain. 

g. Trait ondulé dans le haut, ligne horizontale dans le bas, avec extrémités re- 
levées, un ou deux petits signes entre eux : ® , © ^. Vu d'une certaine façon, on 
croit lire m-K . 

h. Groupe très confus *^^p. Un ou deux signes en haut, un au milieu, aaaaaa ou — ••— 

dans le bas. Je suppose -~. 

• Il . (in 

t. mm 3, la, suite du /wwsa précédent me semble compléter le mot '^w^A^ ]j | . 

/'. Passage fort embrouillé qui prête à toutes les hypothèses : l Iqi sans compter 
a autres traits adventices. 

Je proposerai sous toutes réserves de lire cette moitié de ligne : - û 1— «— Âw 1 

I I I J-=>- ^.<=^ "1 — û AA^ il 1 uù "mm 

Ligne 2. T,.,;— ^ 1,1 il -o:-^. Le T est peu net, on croirait voir {\; pour ma, 
on pourrait lire s=> ou \irzj. 

Le groupe suivant est fruste, mm, et peut donner jj ^ . A la suite, rm me semble 
devoir être | — . 

incertain, mais appelé par le sens; la pierre donne plutôt i". 

M^ qui suit est accompagné de deux dépressions ^u y qui me paraissent acci- 
dentelles. 

mm. La partie fruste comprend un signe long horizontal dans le haut : on 



pourrait lire : ® ^, 



"^ 3 p. / n^ D 



k^^n I _£^cO] ^ f^™ % fg^- Po"^^ 'gs trois signes verticaux du bas, on 
peut penser au mot TÛO 11 L Puis vient une lacune de cinq ou six groupes. 

i^ ^ K ^ '^^ ""^ .'^^ '^-=^- Ce dernier mot est un peu fruste, et le ^^ doit 

être à changer en r-'^^ - 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHEOPS 



jl°\ A I".Le déterminatif de î § est mutilé et ressemble à >c=^; ce devait 
être mnD ou X- Le pluriel i i i est peu distinct. 

La fin de la ligne est floue par suite d'usure de la pierre. \ ^ '" Ë peut se com- 

Ligne 4. Le début est 



"^ 'W ^ •© III 1 ^ — ^ oH 



Dans le premier groupe on peut voir f |V, dans le second " D , et chercher un 

■-.- I -si) <f^CZ) n^ t-s*^ 

sens comme « à l'exception de la cuisse ». Toutefois il y a possibilité de lire T ] \ ^=^1 

a corps rôti » ; le second mot, très effacé, prend encore l'aspect de û , m . A la suite 
de la lacune de cinq groupes, c'est à grand'peine qu'on distingue : ^r».^ # ^ 



ifl 



, .Ê^DOq 






\\V^ 



Ce passage n'offre pas de difficultés. La fin de 

@, 9) la ligne est, malheureusement, fort mutilée. 

X vT/wN/^ Un premier groupe est constitue par 



: , avec. 



en dessous, un mot dans lequel semble entrer 8 traversé par un autre signe; je transcris 
^ . A la suite, je crois reconnaître le début du texte 6, (I '^ , mais sans 
pouvoir affirmer cette lecture, tant les traces de signes sont peu f] <? '=^> distinctes. 
En résumé, voici ce qui est certain dans le texte F: "^^^^ 






a°i 



AAAAAA éHm^i ^ 






\ \ \mm 






77/////. m^9/^m <70y: ^%5 ^^^^p ~ muai .^ — _ij 



m I 



Jo ro 



msi m. 

■ 1 t g Ci 



n 






mm.mm^.. 



vy-mmu 



S 



a 



Po 



o 



et comment je crois pouvoir le rétablir : 

1 A,w^^A I U lii - .. 

S1 



H.. û 



"T 



I I I J -<2>- ^^^_ >; 2 A/WW- il I 






\AAAA ^ - 2 '^'^v^^ Ay\ fTTPTI ' 



llll 
Il I 






AAAAAA 

O 




p^^rjzj^^A^rj^ 



Zl 






I ^Ti n LM t::^ Il /W\A/V\ I 1 _Z1 LjI Ci li AAAA/VA -iC) 1 K.£==,,_ l^ ^ 1 — Zl 1/ vl j\ ^^li LJ 



X illX^ 111^ 1 il I ^ tJj "^^^ 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



Toute l'importance documentaire de la stèle résulte de la manière dont on combine 
ces inscriptions. Nous avons déjà vu qu'il est à peu près impossible de considérer les 
figures et inscriptions du fond comme une réfection; voyons jusqu'à quel point on peut 
rattacher au protocole de Chéops (A) les textes épars. En premier lieu, il faut prendre 
B, la partie gauche ayant la priorité selon l'usage égyptien. Si la stèle reproduit la 
teneur d'un ancien document, c'est dans cette colonne qu'on doit la retrouver, et, en 
fait, je ne vois aucun motif de douter que Chéops ait fait une donation au temple d'Isis- 
Hathor et réparé l'édifice. Mais, et c'est là que je me sépare des précédents traduc- 
teurs, je crois que ce passage est le seul qui puisse être, à la rigueur, attribué à la 
IV' dynastie'; tout le reste est l'œuvre du scribe saïte, auteur de la stèle. Le raccord 

R AAAAAA 

des textes anciens et récents est au passage f ^"^^ « renouvelant ce qu'il avait 

» trouvé ». La phrase suivante : r — - | ]] [ H. est le point délicat de l'inscription, 
qui fixe l'époque du monument. A première vue, on traduit : « L'approbation des dieux 
» est sur sa demeure », ou : « Que le choix des dieux soit sur sa demeure! »; mais 
cette formule insignifiante ne se rencontre nulle part, et il faut, je pense, la prendre 
avec un tout autre sens. /> — ^ 1 | | est le nom de "^ d'Amasis, et je crois qu'on a 
voulu faire ici mention de ce roi d'une façon détournée : « Le Choisi des dieux étant en 
» sa demeure ». Soit que l'on ait eu l'intention d'induire en erreur le lecteur peu attentif 
et de lui laisser supposer que toute la stèle datait de Chéops, soit qu'on n'ait pas 
voulu mettre en vedette le nom d'Amasis, par esprit d'opposition, ou au moment où 
l'on commençait à marteler les cartouches de ce souverain, ce dernier ne fut désigné 
que par un de ses surnoms protocolaires \ 

Il semble que le monument ait été fait à la hâte, le graveur n'ayant même pas sous 
les yeux le brouillon de ce qu'il allait tracer et improvisant le texte. A peine avait-il 
commencé la phrase, qu'il a cru utile d'expliquer où est située cette chapelle d'Isis, en 
se servant de la topographie locale de son époque, et d'indiquer les édifices voisins 
comme points de repère. Il reporta cette explication de l'autre côté de la stèle, en C, 
et fit le rappel du passage /i^ 'wv-vv pour marquer où l'on devait rattacher cette inci- 
dente. Puis, le scribe s'aperçut que dans sa glose il avait sauté un mot important, 
celui de w.. ^.^p, après 9 \\~'^; pour réparer son étourderie, il reprit en D, en la 
modifiant, la phrase explicative de la situation du temple, avant de continuer la 
seconde partie de l'inscription, celle où sont indiqués les motifs de la rédaction de la 
stèle et les circonstances qui l'ont accompagnée. La suite du texte se trouve sur le socle 

r\ AAAAAA r\ FI 

et la soudure se fait encore par la répétition : A I au commencement de F 

de la finale A 1(1,_,<_^^^ de D. Enfin, il n'est pas impossible de retrouver à la fin de 

ce texte F les mots par lesquels débute l'inscription E. 
La traduction de l'ensemble s'établira donc ainsi : 



1. Il est probable que le décret de Chéops élait plus développé et que nous n'en avons là qu'un extrait, 
un résumé. 

2. Le style du monument est bien d'accord avec l'époque ainsi assignée; ou trouve des hiéroglyphes tout 
semblables sur certaines stèles négligées de la fin de la XXVI'' dynastie, notamment sur quelques-unes pro- 
venant du Sérapéum. 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



« (A) Vive l'Horus massacreur, le roi du Midi et du Nord, Khoufou, donnant la vie! 
(B) Il a fait pour sa mère Isis, la mère divine, Hatlior, reine de l'Occident', une ordon- 
nance consignée sur une stèle et lui a donné à nouveau des offrandes sacrées. Il a con- 
struit en pierre son temple, renouvelant ce qu'il avait trouvé. *(C) La demeure d'Isis, 
régente de la Pyramide, est voisine du sphinx de...% lequel est au nord-ouest de la 
demeure d'Osiris, seigneur de Ro-satu. Il a bâti sa i)yramide près du temple de cette 
déesse, et il a bâti la pyramide de la fille royale Hent-sen à côté de ce temple. (D) La 
place du sphinx d'Harmakhis est au sud de la demeure d'Isis, i-égente de la Pyramide, 
et au nord d'Osiris {sic)", seigneur de Ro-satu. *Le Choisi des dieux étant en sa 
demeure, les dessins de l'image d'Harmakhis furent apportés pour la lemise en état de 
(F) ce colosse, portrait du très (redoutable). Il a restauré la statue toute couverte de 
peintui-e (du gardien de l'atmosphère, qui guide les vents du regard*. Il n fait tailler 
l'arrière du nemes qui manquait) dans une pierre dorée qui a 7 coudées (S'^TO) dans sa 
longueur. (Il vint faire un tour) pour voir « l'orage sur la place du sycomore », ainsi 
nommé à cause d'un grand sycomore au branchage foudroyé quand le maître du ciel (?) 
descendit sur la place d'Harmakhis, et aussi cette image retraçant l'embrasement (?). . . 
de tous les animaux tués à Ro-satu. C'est une table pour les vases pleins des restes 
des animaux qui, (sauf la cuisse?), sont mangés près de ces sept dieux (?), demandant. . . 
(les ravonnements de sa face sur la stèle) tracée près de ce colosse h l'heure des ténè- 
bres. La figure de ce dieu, étant (taillée en) pierre, (E) est solide et subsistera pour 
l'éternité, à toujours, la face regardant l'orient. » 

Malgré les lacunes qui coupent le texte du socle, on voit que toutes les inscriptions 
ont été faites à l'occasion d'une réparation du Sphinx, consistant surtout en remise à 
neuf de la peinture et peut-être remplacement de la queue du nemes\ endommagées à 
la suite d'un orage qui avait éclaté sur la région et pendant lequel un sycomore voisin 
avait été foudroyé". Si l'on admet comme authentique la teneur de l'inscription B attri- 
buée à Chéops, on remarquera qu'il n'y est question que d'une chapelle en pierre 
d'Isis-Hathor, reine de l'Occident, et d'aucun autre monument; ce sanctuaire était 
peut-être, alors, isolé sur cette partie de la montagne. La glose dit que la pyramide 
de Chéops et celle de sa fille ont été bâties près de ce temple, ce ne put être en effet 
qu'ultérieurement que l'Isis locale reçut le titre de reine de la Pyramide', qui, de fait, 
ne lui est pas attribué dans l'extrait du décret de Chéops. 



1. DDO est une faute pour dd^ C^^!^, la montagne funéraire, l'occident. 

2. Le graveur a sauté le nom d'Harmakhis. 

3. Le mot a été sauté sur la stèle. 

4. Du temps de Makrizi, on considérait le sphinx comme un talisman chargé d'empêcher l'envahissemeat 
des terrains de Gizéh par les sables. 

5. On peut voir encore sur le Sphinx que l'arrière de la coiffure était fait d'uue pierre séparée. 

6. Il est évidemment question des sycomores qui se trouvent dans la vallée voisine du Sphinx, à 220 
mètres au sud. Les rejetons de ces arbres se succèdent toujours et abritent actuellement des tombes de bé- 
douins. Voici un bouquet de sycomores qui subsiste depuis plus de 2.400 ans et a une mention antérieure de 
plusieurs siècles à celle de î'arbre de la Vierge de Matarieh. 

7. Au Musée du Louvre, salle historique u» 314, est conservée une stèle de l'an 34 de Darius (voir Chas- 
siNAT, Textes provenant du Sérapéum de Memphis, dans le Recueil de Tracausc, t. XXII, p. 173, § CXI), où 
cette Isis est aussi mentioauée, en même temps que le culte des rois des pyramides voisines et du Sphinx : 



LA STÈLE DE LA FILLE DE CHÉOPS 



Ce temple de la déesse occupait-il l'emplacement de celui dans lequel a été trouvée 
la stèle? Aucun document ne permet de l'affirmer et il ne peut y avoir que des pré- 
somptions pour qu'il en soit ainsi, car l'édifice est bien, en effet, au nord du Sphinx, 
mais à une distance de 300 mètres. Si l'on admet cela, vu l'importance que le sphinx 
occupe dans la stèle, il faut en inférer que cette image colossale d'Harmakhis était con- 
sidérée comme dépendant du temple d'Isis, et alors il n'y aurait aucun lien entre le 
Sphinx et le temple de granit qui l'avoisine. D'autre part, la chapelle d'Osiris de Ro- 
satu est apparemment la même dont parle la stèle de Thotmès IV en l'attribuant à 
Sokar : v\ ^ ^3^ ^ , et il y a peu de probabilités pour que ce soit le 

temple de granit, car cet édifice est relié par une voie dallée aux constructions placées à 
l'est de la seconde pyramide et fait partie des dépendances de la demeure éternelle de 
Chéfren. Il se peut que la mention de ce roi dans la stèle de Thotmès IV, l. 13, se réfère 
audit temple de granit. 

Tout ce qui, dans la stèle, a rapport au Sphinx est donc de basse époque, une 
addition à la copie écourtée d'une inscription ancienne jugée bon de reproduire dans 
l'intérêt du temple. Cette constatation faite, s'évanouissent toutes les déductions sur 
l'antiquité prodigieuse du Sphinx, ei l'on est ramené à interroger le monument lui- 
même sur son âge. Étant donné son état de dégradation et les réparations successives 
des parties inférieures, il ne nous reste comme objet de recherche que le visage et la 
coiffure, ainsi que l'a déjà fait M. Borchardt'. 

La coiffure est le /wwwO ^.1^ qui, en efïet, est en rapport avec le sphinx, suivant 
le Livre des Morts\ La partie avant qui encadre la figure et tombe sur la poitrine est 
ornée de rayures horizontales égales; au contraire, le capuchon d'arrière porte des 
bandes de largeur différente, une grande rayure étant accompagnée de deux autres 
plus étroites. Cette disposition n'a été trouvée jusqu'à présent que sur des ^^^= 
statues de la XIP dynastie. M. Borchardt n'avait pu la voir sur des monu- ^^^Z 
ments à date certaine que sur des images d'Amen-m-hât III; des découvertes ^— ^^ 
plus récentes nous ont livré des portraits d'Usurtsen II (©^mmI' i^^ontrant que 
la mode est un peu plus ancienne, car son nemes et le tablier triangulaire offrent une 
disposition similaire des bandes. En même temps, les traits de sa figure rappellent 
ceux des deux colosses de Tanis, usurpés par Ramsès II, qui ont la même coiffure. 
J'attribuerai donc aussi le sphinx de Gizéh à la fin de la XII« dynastie, à Usurtsen II ou 
Amen-m-hât III, plutôt au dernier de ces rois, car Usurtsen a la figure allongée, Amen- 
m-hât l'a élargie, et ce qu'on peut distinguer des traits du colosse rappelle assez bien 
le faciès de la statue du créateur du Mœris, trouvée à Hawara'. 



1'2'lvTil5ieii:i!:i!M(îl:=]nCS]fl(iIE]!l 



n 1 ^s\ ~wvNA g(g jj y^-y aurait rien d'étonnant à ce que ce Psamétik-menkh ou son père soit l'auteur 

de notre stèle. 

1. Borchardt, t'ber das Alter des Sphinx, Berliner Akademie, 1897, p. 752. 

2. Naville, Le nom du sphinx dans le Liera des Morts, dans Sphinx, vol. V, p. 193. C'est surtout le 

chapitre lx.wiii (l. 18, 21, 23) qui établit une relation entre le nemes et le sphinx nommé 

_2^ W ' 

3. Catalogue de Gizéh, n' 1370; n* actuel 199. 

RECUEIL, X\X. — NOUV. 6ÉR., XIV. 



10 STÈLE FUNERAIRE D'UN TAUREAU D'HERMONTHIS 

Ce n'est pas que l'Ancien Empire n'ait jamais représenté le lion androcéphale. Le 
Musée du Caire a deux sphinx de la période memphite, mais qui apparemment figu- 
raient des rois. L'un, provenant des fouilles de M. Chassinat à Abou-Roach, est pro- 
bablement du temps de Dad-f-râ. Il n'a pas le nemes, ou plutôt sa coiffure n'a pas ce 
capuchon gonflé, suivi d'une queue étranglée qui le caractérise. De l'autre sphinx 
(n^ 157 du Guide) il ne reste malheureusement que les pattes, entre lesquelles est gravé 

dans le basalte : 4=^ (® ^ 11 1 "^^ f'i ' \4(lT^n" ^^^^^ ^® ^'^^^ ^^^ ^^^^ ^^ Moyen 
Empire que la mode des sphinx se développa et que le nombre s'en multiplia. Le colosse 
de Gizéh est bien une image du dieu Harmakhis, à laquelle on a, suivant l'usage, donné 
les traits du souverain régnant; les inscriptions le disent, et il n'y avait aucun motif de 
sculpter une statue de roi en plein désert, puisqu'elle n'est pas accompagnée d'un temple 
ou autre monument appelant une telle effigie. Les sphinx sont plutôt consacrés aux 
divinités héliopolitaines : Harmakhis, Khépra, Esprits de An, etc., il est donc naturel 
que, soLis une dynastie qui a favorisé la ville du Soleil, en a rebâti le temple, l'a orné 
d'obélisques et d'une allée de sphinx, on ait sculpté en forme de l'animal sacré le 
rocher de Gizéh (auquel s'attachait déjà probablement une antique légende), alors que 
sous l'Ancien Empire les statues divines semblent avoir été plutôt rares. 

Dépouillé de sa fabuleuse antiquité, le grand Sphinx n'en reste pas moins une des 
merveilles du monde. Considéré par les anciens comme une sorte d'Éole, d'après ce que 
je crois comprendre dans la stèle, passant au moyen âge pour un talisman écartant les 
sables du territoire de Gizéh, devenu simplement Abou-l'hol « le père de la frayeur », 
de sa face mutilée il fixe toujours l'orient et semble un vigilant gardien des grandes 
Pyramides, imperturbablement à son poste pour l'éternité. 



STÈLE FUiNÉRAIRE D'UN TAUREAU DHERMOXTHIS 

TAR 

G. Daressy 

Le Musée du Caire possède une stèle d'un genre tout particulier, qui est, je crois, 
l'épitaphe d'un des taureaux sacrés d'Hermonthis, d'un de ces Bachis sur lesquels on a, 
jusqu'ici, bien peu de renseignements \ 

La stèle, qui porte le numéro d'entrée 31901, provient d'achat, et l'on n'a, par 
^y^^<^ suite, aucun renseignement sur le lieu et les circonstances de la décou- 

., verte. Haute de O"" 66, large de 0™ 42, elle est en grès de la Haute Egypte, 

icxc n c^C-w/ 

à grain assez fin. Au sommet du cintre, existe un trou carré de 0™ 05 de 

icxc 'h . . .^ 

^ profondeur^ mais on ne peut dire s'il appartient au monument primitif 

ou a été fait plus tard, car la stèle a été remployée par les Coptes qui ont tracé en 



1. Les Égyptiens le considéraient comme une incarnation de Râ : <>4[=> ^ a^ if" w ^ " Bachis, 
âme vivante de Râ » [Grand Papyrus Harrls, pi. 22). 



STÈLE FUNÉRAIRE D'UN TAUREAU D'HERMONTHIS 11 



rouge cette inscription à la partie supérieure, en travers du tableau. Les signes et 
ornements du haut sont mutilés; les deux autres lignes ne donnent guère que l'abré- 
viation du nom de Jésus-Christ, 

La pierre est en bon état, sauf une brèche au sommet et une autre à l'angle infé- 
rieur de droite, qui a enlevé quelques signes des trois dernières lignes. 

A première vue, le monument décèle la basse époque, le temps des derniers Ptolé- 
mées ou des empereurs romains. La gravure laisse beaucoup à désirer, les hiéroglyphes 
sont d'un très mauvais style, les oiseaux spécialement sont à peine reconnaissables, et 
l'on verra quelles difficultés on éprouve à établir une lecture certaine. L'orthographe 
incorrecte, l'emploi des caractères de basse époque, ne contribuent pas peu à com- 
pliquer l'étude de ce document. 

Au sommet, figurait le disque ailé, avec deux ur?eus retombants; il était en relief 
dans le creux, ainsi qu'une série de treize étoiles qui surmonte le tableau. Ce dernier 
représente un taureau à courtes cornes en demi-cercle, comme celles d'Apis, entre les- 
quelles est fixée la coiffure H- L'animal est momifié et couché sur un socle peu élevé, 
les pattes d'avant repliées sous le corps. Devant lui, est placé un bouquet de lotus, une 
fleur épanouie liée avec des boutons. 

Au-dessus du bouquet, un rectangle vertical renferme deux colonnes d'inscriptions ' l ! f cr 

?\ (^'Tl ^ - "^^^ C i?A r-\ c^ ? T. . . . . . f f '-«^^•t'^ 



m. 



AA^AAA 



cTl JT^/^? ?^^ ^' ^^^ ^'^^' ^^" ^™^' existe, tu te rajeunis, tes j ' 
chairs se renouvellent. » j 

Derrière le taureau, deux autres colonnes d'hiéroglyphes occupent toute la hau- 

teurdutableau: ;ra(l(lér|^<+>^^n"(l ^ I^W^^^^Q ° ^» 

On reconnaît dans H , une variante graphique de jjoT qui se trouve dès la 
XX® dynastie. Le groupe suivant est difficile à lire sur le monument; on croirait voir 
^ >uivi d'un signe vertical traversé par un autre, fi ou J combiné avec <=>, ''^z:^ ou 
^z^z^. Je ne crois pas qu'on puisse hésiter, malgré l'inhabileté du graveur, à lire Osiris- 
Bachis ■^f=', parallèle à jj'^ n ^^ Osiris-Apis des stèles du Sérapéum. A la suite, on 
voit X f]ui me semble devoir être x ->-=> le très grand. 

L (1 ne figure pas au Dictionnaire géographique de Brugsch; il n'y a aucune 

difficulté à appliquer ce nom à Hermo nthis , temple ou nécropole, puisque Toum ou\ l a-^ t 

Atoum porte fréquemment le titre de . , ni «seigneur des An des deux terres», /:<'*■*' 

c'est-à-dire Héliopolis et Hermonthis. 

A la seconde ligne, ^ û est embarrassant; le premier caractère peut être %, 



5, etc. Je crois qu'il faut lire ^ et prendre l'autre signe pour y^ ou plutôt Q mal 
formé : DoÇû = <^Q.. 

Cette légende se traduirait donc : « Osiris-Bachis, le très grand, seigneur de 
Hat-Atoum ! il t'amène ton âme; pas d'obstacle sur son chemin vers toi. » 

Le texte principal commence par une date gravée devant le socle du taureau et 
continue par sept lignes horizontales de la largeur de la stèle : 



1. L'oiseau bi a une aigrette derrière la tête au lieu de l'avoir à la base du cou. 



12 STELE FUNERAIRE D'UN TAUREAU D'HERMONTHIS 




I ^ I mil I <=>r ''^D n l — ^ I 



^^^ l,Vi^. 



^Cww; À ® /wwvs ^.=_ WcLJ Ç5 1 aL^ IE * (3 iK -ïi " Jz y i 1 iiii^d< (^iiin 1 I 

^^ o n >i( I 1 1 1 8 ^p A -Ç- i /^ n T^n '^^îî:^ ^^^î^ 



AWAAA O I I I Ci O I 



nn- 

IIIIO I 

Réservons l'étude des cartouches de la seconde ligne. 

Le mot /wvwv de la ligne suivante ofEre quelque difficulté de traduction; il me paraît 

AWVV\ 

qu'il n'est pas, ici, question de nourrir, mais qu'on doit adopter un sens conforme aux 
conclusions de Mariette dans son Mémoire sur la Mère d'Apis. Le taureau sacré 
d'Hermonthis, pas plus que celui de Memphis, ne devait être engendré comme la foule 
des animaux; le maître des dieux s'incarnait dans le sein d'une génisse qui le mettait 
au monde tout en continuant à être vierge aaaa^^ (écrit /www sur la stèle), et n'était 

pas mère \N. Le nom de cette génisse est J , probablement pour a û r . 

L. 4. — L'oiseau qui suit <? est des plus mal gravés ; il a l'aigrette au bas du cou 
comme ^^s, mais a une aile déployée; je pense toutefois que c'est le bi. Il m'a été 
impossible de deviner ce que représente le dernier groupe de cette ligne, après ^ n. II 
y a en haut une ligne longue qui pourrait être un œil, et dans laquelle on peut aussi 
bien reconnaître un quadrupède couché, un lion, tenant devant lui un signe : s^as, 
,^i^, etc.; au-dessous, le trait supérieur de izr^i est à peine marqué en sorte qu'on 
croirait lire <2 mil ou 105. Le contexte indique qu'il s'agit de la demeure des animaux 
sacrés, où notre taureau est désormais interné, fixé, '^; c'est l'intronisation que les 
stèles d'Apis désignent par 1 ( ). 

L. 5. — L'équivalence {Q. = y^ est bien connue. Le groupe qui suit ^^ est 



peu net. Le Dictionnaire géographique de Brugsch donne n ^^ e/ ^t <=>^J 
-TJ comme noms de la ville d'Hermonthis ou de son temple; il devait y avoir ici 

une expression analogue. 

L. 6. — La cassure a enlevé quelques signes au commencement de la ligne ; en 

tenant compte de la place, la reconstitution est certaine. Le dernier caractère, 

^ nnn @ 

un oiseau, n'a aucune forme précise; mais il a une aigrette derrière la tête et un trait 
sous les pattes, en sorte que c'est encore à ^ qu'il ressemble le plus. Il manque deux 
ou trois groupes au début de la ligne 7, avant ii, qu'il faut considérer, je crois, comme 
orthographe capricieuse de 1 0(1 . Le possessif ^"^^ ^ ^ qu'il faut rétablir dans la 
lacune la comble entièrement; au plus pourrait-on admettre en plus un qualificatif de 
l'Amenti, comme T , tout au début. Le temps passé sur terre par le taureau est consi- 
déré comme un rèf^ne dont on donne la durée f . La lacune de la dernière ligne ne 
semble avoir enlevé aucun terme intéressant, ce devait être ■^^-^--^ -»-| ou quelque 
phrase semblable. 



Recueil de Travaux. 



T. XXX, FASC. 1-2. 




STÈLE FUNÉRAIRE DUN TAUREAU DTIERMONTIIIS 



STÈLE FUNÉRAIRE DTN TAUREAU D'IIERMONTHIS 13 



Le texte se traduirait donc ainsi 



(( L'an XXXIII, sous la Majesté du Soleil, maître des deux terres ( j' '^'^ ^^ 

Soleil, maître des diadèmes [ j- ^® maître des dieux, auteur des déesses, fut mis 

au monde dans l'intérieur de Thèbes par sa vierge-mère Ti-ast. On l'amena â Hermon- 
this, et qui le vit, son âme se réjouit; en l'an XXXIX, il fut installé dans les étables 
en grande cérémonie dans l'intérieur du territoire du (Trône) de Râ, sa bonne ville. 
L'an LVII, en Athyr, le 8, à la septième heure, au jour où il entra dans l'Amenti, sa 
royauté avait duré 24 ans, mois, 20 jours, 7 heures. [Il l'a fait lui-même], donnant 
toute vie, stabilité, puissance, force et joie comme le soleil, à toujours. » 

De l'an XXXIII à l'an LVII, il y a bien 24 ans, et la date de la naissance indiquée 
en tète de l'inscription pour être complète aurait dû porter le 18 Paophi. 

A quel souverain faut-il rapporter les dates indiquées dans ce texte, souverain dont 
le nom présumé inscrit dans les cartouches est au premier abord illisible? Aucun Pto- 
lémée n'a gouverné l'Egypte pendant cinquante-sept ans, aucun n'a même atteint qua- 
rante années de règne; force est donc de chercher du côté des empereurs romains. Là, 
les règnes sont encore plus courts : Tibère et Adrien ne dominèrent le monde que 
vingt-trois ans ; il n'y a qu'Auguste à qui l'on puisse appliquer une telle série d'années. 
On a, en effet, quelques textes où ses années de règne sont calculées à partir de la 
mort de César\ soit 44 av. J.-C, et, comme il mourut en 14 ap. J.-C, notre date de 
l'an LVII tomberait encore quelque peu avant sa fin. Mais ce comput semble avoir été 
peu usité, tandis qu'une autre manière de compter les années vers cette époque était 
plus employée; c'est celle qui prend la date de la soumission de l'Egypte, en 30 av. 
J.-C, comme point de départ d'une ère dont on se servit au moins jusque sous Claude*. 
Si l'on admet que nos dates ont été indiquées selon ce système, on trouverait les équi- 
valences suivantes : 

Naissance, le 18 Paophi, an 33 = an 3 ap. J.-C; 

Intronisation, an 36 = an 9 — 

Mort, le 8 Athyr, an 57 = an 27 — ce qui tombe en Tan 13 de Tibère. 

La principale objection à présenter est que la date comptée selon l'ère d'Actium ne 
devrait pas être suivie du nom de l'empereur, pas plus que dans les dates romaines : 
(( anno ab urbe condita. . . ». Mais il faut tenir compte que le monument a été gravé 
par un Égyptien et que dans son esprit une date était inséparable de l'indication d'un 
nom de roi. Ce serait alors intentionnellement et pour combiner les deux données que 
l'indication numérique aurait été séparée du protocole et reportée au-dessus du texte; 
il faudrait alors traduire, pour rester dans les idées du scribe : « l'an XXXIII (d'Ac- 
tium) et sous le règne de. . . », etc. 

Restent à étudier les cartouche s bi zarres qui figurent dans le pi'otocole. Le 
premier est bien gravé : j IQ ^ (1 (S , sauf le troisième signe qui 

1. Letronne, Recueil des Inscriptions (jrecques et latines de l'Egypte, t. II, p. 125 : LKTKAJG- 

2. Revillout, Origines de Vempire Blemmye, daus la Reçue égyptologique, t. V, p. 110. 



14 STÈLE FUNÉRAIRE D'UN TAUREAU D'HERMONTHIS 

vient rejoindre le second et n'a pas une forme nette. La transcription donne 
TS(?)AUKRTSAUGIII. 

Nous avons été amenés à attribuer la date initiale au temps d'Auguste; la salu- 
tation impériale de ce dernier est en latin : IMP. CAESAR AUG., et en grec : AYTO 

Il I 

KPAJnP KAICAP CEBACTOC. On reconnaît dans le cartouche la plupart des éléments 

d'Autokrator Augustus. Autokrator occupe le milieu du cartouche, mais le premier T 
a été omis et R final remplacé par S. Pour Augustus, le commencement du mot est à 
la fin du cartouche (i i i étant pour — *— , peut-être par régularisation du démotique), 
tandis que le TS initial représente la fin du nom. Le troisième signe reste incertain à 
moins qu'il n'ait dû être le II ([ui manque dans Autokrator. Notre scribe aurait donc 
fait un mélange des deux langues étrangères dont il n'avait probablement que de très 
vagues notions; pareil fait n'est pas unique : on trouve, par exemple, plusieurs fois 
dans les inscriptions du Nilomètre de Phil?e, des mentions de AYrOYCTOY KAICAPOC 
qui présentent le même caractère hybride \ 

Je renonce à toute tentative d'explication du second cartouche. Le graveur, auquel 
la place manquait, a voulu quand même inscrire le nom dans la ligne, et il a pressé les 
signes les uns contre les autres dans un cercle à peine déformé : il en est résulté une 
quasi-impossibilité de déchiffrement, car non seulement les caractères ne sont pas nets, 
mais on ne sait dans quel ordre les lire. On distingue ( ^^i^T ). ce qui correspond aux 
hachures pouvant être '^ . /v^> -î^- -B^, ^^ . ou toute autre combinaison im- 
prévue avec un signe rond en haut et un ou deux traits horizontaux au-dessous. 

Il résulterait de cette inscription qu'en l'an 27 ap. J.-C, le culte des animaux 
sacrés florissait encore en Haute Egypte. Du reste, le papyrus de Tanis, qui semble 
avoir été un aide-mémoire de scribe et est attribué à l'époque romaine, cite trois tau- 
reaux divins^ : ^ Apis, qui est blanc et noir, .^ ^ Mnévis de fn , Héliopolis, qui est 

J» o ^^=î 111 ® 

*3-=' Bachis de ni 1, Hermonthis, blanc avec la tête et le poitrail 

noirs. Pourtant le Sérapéum ne nous a pas livré de monuments plus récents que les 
Ptolémées; l'envahissement des sables était tel, dès cette époque, qu'on dut renoncer à 
y conduire les momies des Apis, et, au temps de Strabon, les bœufs sacrés de Memphis 
devaient être déposés dans une autre place que les grands souterrains désormais désertés. 
Sous Néron, les faucons d'Akhmim étaient encore soigneusement momifiés et conservés 
dans des coffres ornés'; enfin, du temps de Clément d'Alexandrie, c'est-à-dire au com- 
mencement du IIP siècle, les temples nourrissaient encore leurs animaux sacrés; il est 
donc probable que les Apis, Mnévis et Bachis ont été adorés jusqu'à la chute du paga- 
nisme, que le taureau, dont nous avons l'épitaphe, n'est pas le dernier devant lequel se 
sont prosternés les dévots. 

Le lieu de sépulture des Bachis est inconnu; il est à supposer qu'il était voisin des 
nécropoles d'Hermonthis, lesquelles sont à la lisière du désert, à plus de deux heures de 
distance du Nil, et n'ont guère été explorées jusqu'ici. L'exemple de notre stèle, celui 



1. L. BoRCHARDT, NUinesscr und Nilstandsmarken, p. 20. 

2. Petriiî, Tico hierocjlyp/tic Papyri from Tnnis, pi. X, trag. 16. 

3. Catalogne général du Musée du Caire. Faune momifiée n° 29797. 



SUR UNE STÈLE DE SENOUSRIT IV 15 

de la stèle funéraire d'époque romaine employée à nouveau par les Coptes', nous avertit 
que les chrétiens durent saccager les anciennes tombes; on peut toutefois espérer que 
tout n'a pas été détruit et que des fouilles méthodiques dans ce site nous rendraient 
d'autres monuments dont les inscriptions jetteraient quelques lueurs sur cette période 
obscure durant laquelle la vieille Egypte agonisa. 



SUR UNE STÈLE DE SENOUSRIT IV 

PAR 

Georges Legrain 

Les décombres de Karnak nous ont rendu un fragment de stèle, n° 767, qui vient 
s'ajouter au dossier encore assez pauvre de Senousrit IV Snofirabrî. 

La stèle, de calcaire tendre, devait être, à l'origine, de grandes dimensions. Épaisse 
de 0™25, elle mesurait au moins O'^OO de large, ce qui, proportionnellement, indique 
une hauteur de 1™20 environ, capable de recevoir (défalcation faite du cintre qui mesu- 
rait 0™20 environ de flèche) vingt-huit lignes de texte hautes de 0^035 chacune. Mais 
la destinée de ce monument fut telle que nous n'en possédons que l'angle supérieur 
droit, comprenant une partie du cintre et le début des sept premières lignes. 

La longueur actuelle du texte de la première ligne n'est que 0™ 25, c'est-à-dire 
qu'il en manque 0™65. Les autres lignes sont plus courtes encore, et c'est grand'pitié, 
je l'avoue, qu'il nous reste si peu d'un monument semblable et que nous devions 
renoncer à l'espoir de tenter, aujourd'hui, une restitution du texte primitif. 

La stèle, à l'origine, n'était pas cintrée à sa partie supérieure, de façon à ce que la 
courbe se raccordât avec les côtés verticaux. La courbe est surbaissée, mesurant, comme 
je l'ai déjà dit, 0^20 de flèche sur une corde de 0™90. Le raccord avec les côtés verti- 
caux produit un angle assez vif. 

Le disque de _ _ étendait ses ailes au-dessus des cartouches et des titres royaux. 

Il ne reste plus que la tîn de celui de droite ,^M '^ J. 

Nous essaierons, plus loin, de combler au moms cette lacune. 
Nous n'avons du grand texte qui couvrait le monument que le début des sept pre- 
mières lignes : 



1 r^ 

\\o 



n-^° ® ^ '^fMPf 






j_^^a 1^ 







1. Catalogue général du Musée du Caire, n" S546. C'est par erreur que M. Cruni a indiqué Esnéh comme 
provenance. 



10 



SUR UNE STELE DE SEXOUSRIT IV 




C'est bien peu, on le voit, mais cependant nous pourrons tirer encore de ces trop 
courtes lignes d'utiles renseignements. 

Les noms de J^£ des trois premiers Senousrit sont : 1° -¥-(1]^^ v>, 2° [1 ^ ^^^, 
3° |rnc.^. Celui de notre stèle est }^^ ly^^^^ qui appartient au Senousrit IV, dont 
la statue n° 42026 du Caire nous a révélé l'existence'. Il résulte de ceci que le cartouche 
de Senousrit du cintre de la stèle n'appartient pas à l'un des trois premiers Senousrit, 
mais au quatrième, celui de la XIII^ ou XIV® dynastie, et que le texte du cintre peut 
être rétabli (sauf titres royaux supplémentaires) de la façon suivante : 



?lg|Mf¥GP 



^1 



Si la statue n° 42046 nous aide à comjiléter la stèle n° 767 de Karnak, la stèle, par 
réciproque, complétera une lacune importante de la statue du Caire. En effet, sur 
celle-ci, une cassure nous avait privé du nom d'Horus de Senousrit IV : la stèle nous 
le fournit; c'est ^^ f-V- qui, d'ailleurs, n'a rien de commun avec ceux des trois pre- 
miers Senousrit qui sont : 1° ■^'itlP^'^. 2° 0^-%^, S^l^^. 

Il résulte de cela que nous possédons actuellement le protocole complet de Senous- 



rit IV : 



une fois de plus, comble une lacune du Livre des Rois. 

La sléle de Karnak a, en outre, l'avantage de nous montrer que Senousrit IV régna 
très réellement, si peu que ce fut, et ne fut point un ancêtre de convention, comme on 
est parfois sujet à le croire. Tous ces rois encore mal connus des XIII® et XIV® dy- 
nasties ont bel et bien régné, et, en dépit des théories qui voudraient nier jusqu'à leur 
existence, nous devons nous habituer à eux et grouper peu à peu les monuments qu'ils 
nous ont laissés. 

Les fragments du texte qui nous sont demeurés donnent comme contexte la louange 
de Senousrit IV au sujet de ses consécrations au dieu Amon. Je croirais assez volon- 
tiers que consécrations et louanges peuvent être datées du jour de l'intronisation royale 
qui, dans ce cas, aurait eu lieu le premier jour de Payni. 

Karuak, 24 mai 1907. 



1. LiiGRAiN, Catalogue général des Antiquités égyptiennes, Statues et Statuettes de rois et de particu- 
liers, seconde partie, t. I, n° 42016, où la bibliographie de la statue est fournie. 



UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 17 

UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 

PAR 

Georges Legrain 

Il est parfois délicat ou difficile d'attribuer, d'après les textes, une origine certaine 
à un monument provenant d'un achat quelconque. Nous prendrons, comme exemple, 
une statuette encore inédite de la collection donnée par M. Rostovitz-Bey au Musée 
d'Athènes. Elle est en granit gris, haute de 0™45, et nous montre un personnage ac- 
croupi, les bras croisés, serrant dans la main droite un linge [1 qui n'est autre qu'un 
mouchoir. La perruque est lisse, basse sur le front, sans oreillettes, dégageant les 
oreilles, tombant sur les épaules en s'arrondissant à la partie inférieure. Les sourcils 
sont rubanés. Tous ces caractères dénotent ce que j'appelle maintenant la fin de 
« l'époque de Montouemhaït » désignant ainsi la période de l'histoire d'Egypte qui va 
depuis la fin de la XXII® dynastie jusqu'à la XXVI^ période pendant laquelle ce per- 
sonnage joua, au moins à Thèbes, un rôle si considérable. 

La technique parait thébaine, la coiffure indique la fin du règne de Psamétique P', 
mais, quant à la provenance, il me semble, comme je le disais en commençant, très 
délicat de la préciser rien qu'avec les textes qui couvrent la statue. Les voici : 



A. — A l'avant de la statuette, des genoux aux pieds, quatre colonnes : 1 1 A 






1lffJ.1î-fjrît^^=Z'S:îlf!„1ÎT1!!nW 



^è D IM I 



B. — Trois lignes verticales se lisent au dossier : i I © n "^^ ^^^^^^-vO? 



u_^ ^ 



C. — Ligne gravée sur la tranche du socle à droite : I A 



û^_û 



' Ci di n C:^ AA/NA/V\ 



*-E'P^^r]^--ftlfM<lZk^i 



û û 



D. — Ligne gravée sur la tranche du socle, à gauche : 1 A Jj fi, 

7 _cr\^ V ' c^ \ ^ l II _cr\^ aaaaaa I <::IZ:> I aaaaaa _tli\5 _Zi [iij M y 



oos 

Si nous prenons au pied de la lettre les renseignements fournis par cette statue, 
nous apprendrons que cet Horoudja, fils d'Haroua, était grand prêtre de Râ à Hélio- 
polis (B) et prophète d'Horus d'Athribis (C). Nous ne ferons que remarquer, en passant. 
qu'Osiris d'Abydos, qu'Osiris de Mendès, ou Osiris-dans-la-tente-du-dieu, sont invo- 
qués pour fournir à Horoudja les biens funéraires dont il pourrait avoir besoin. 

De là, nous pouvons induire qu'Horoudja pontifia jadis à Héliopolis et à Athribis, 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV, 3 



18 UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 

et que, peut-être, il envoya une statue à son image ou la commanda vaille que vaille à 
un artiste du cru pour qu'elle fût déposée auprès du temple d'Osiris à Abydos, ou à 
Mendès. Je sais bien que, entre Héliopolis et Athribis, il y avait près de 40 kilomètres 
en ligne droite, mais cela ne m'empêche pas de trouver singulier cet éclectisme ponti- 
fical que vient accroître encore ce titre de prophète de la Paouït des grands dieux et de 
prophète de la Paouït des petits dieux, et avoue, en fin de compte, que, quant à moi, je 
ne saurais assigner encore une provenance exacte à la statue d'Horoudja du Musée 
national d'Athènes. 

M. Lieblein, dans son si précieux Dictionnaire des noms hiéroglyphiques, 
n° 2380, indique une statue de Vienne, où sont cités une ^ <c=>^ J] et son 

.=^^^4. tll ^n?l1f]f^Ç\' ^ i V^ pf r.A o-PQ^H T^rAtro rl'îftl ini^nl ic I- 



fils, le ^^^^|©Pff]')|^^^i^' et ce grand prêU^d'Héliopolis Horoudja 
pourrait bien être le même personnage que celui dont nous publions plus haut la statue 
athénienne. Nous le prouverons plus loin. 

Le Musée pontifical du Vatican^ garde aussi un très beau fragment de statue age- 
nouillée, où, sur la ceinture de la shenti, j'ai lu : D '^^ ^vfHb I ï Ml o^^ 

É «^^ 0"^=^^^ w -Çl ' ®^ •'^ ^^^'^ ^"^^ ^^^ statues d'Athènes, de Vienne et de Rome 
appartiennent à un seul et même personnage, mais aucune des trois ne peut nous faire 
penser, d'après le texte, aune origine thébaine, bien que, je l'ai dit, la technique de la 
statuette d'Athènes semble l'indiquer. 

Et nous en resterions là, sans apprendre que vaille, si la cachette de Karnak ne 
nous avait fourni, en mai 1904, deux documents qui ne prennent de valeur, en somme, 
qu'aujourd'hui que nous pouvons les comparer avec la statuette que j'ai copiée récem- 
ment à Athènes et celles de Vienne et de Rome. 

Ce sont les statues n°^ 340 et 350 (n^^ d'entrée du Musée 37172 et 37043) que j'ai 
vues sortir de la boue de Karnak le 22 et le 23 mai 1904. Celles-ci, au moins, ont une 
provenance certaine, et ce sont, elles aussi, deux statues du même Horoudja. 

Leurs fiches généalogiques que nous donnons plus loin suffiront à renseigner le 
lecteur. En y joignant celles d'Athènes, de Rome et de Vienne, nous aurons, pour 
ainsi dire, constitué le dossier de cette famille. 

Les deux statues de Karnak rendent quelques services à leurs soeurs d'Europe. 
Elles leur assignent une date précise : le règne de Psamétique P"^; et la généalogie n^SSO 
prouve bien que la statue de Vienne appartient au même Horoudja que celles de 
Rome, d'Athènes et de Karnak. Leur provenance indéniable montre, je crois, la vérité 
de ce que je disais en débutant qu'il est parfois délicat ou difficile d'attribuer, rien 
qu'avec les textes, une origine certaine à un monument provenant d'un achat quel- 
conque. 

Devrions-nous conclure, d'après la provenance des statues n°'* 340 et 350 de Karnak, 
que les statues actuellement en Europe ont, elles aussi, une origine thébaine, et, pous- 
sant même la conclusion plus loin et trop loin, devrions-nous penser que Horoudja 



1. N° 23 du Catalogo del Musoo Egi^io Vaticano de M. 0. Marucchi. Notre lecture diSère quelque peu 
de celle du savant conservateur du Musée pontifical. 



UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 



19 



était Thébain et passa sa vie à Thèbes? Je n'en crois rien du tout, et les statues elles- 
mêmes vont nous aider, peut-être, à mieux comprendre le rôle qu'elles jouaient dans 
les temples. 

Il me semble que les fonctions d'Horoudja, comme celles de son père, celles de 
■^=ï -^ I «grand prêtre d'Héliopolis ». indiquent, pour la famille, une origine 
héliopolilaine ou, tout au moins, une résidence héliopolitaine, semblable à la résidence 
épiscopale, obligatoire. 

La statue d'Athènes a, peut-être, été consacrée soit dans le temple de Mendés ou 
d'Abydos dédié à Osiris, de même que les stèles déposées au pied de l'escalier du dieu 
grand, à Abydos, étaient ou apportées en pèlerinage ou plus simplement envoyées pour 
être déposées dans le temple, ce qui assurait au propriétaire de la statue ou plutôt au 
double qui y était inclus des privilèges particuliers. Mais cette consécration à Abydos 
ou à Mendès est douteuse, car les dieux de ces villes avaient des succursales un peu 
partout en Egypte, et beaucoup de statues de la cachette de Karnak portent les mêmes 
invocations aux Osiris que celles de la statue d'Athènes, et, par suite, nous ne pouvons 
rien conclure de cela, et, je le répète, la technique et le style me paraissent indiquer 
plutôt l'école thébaine : c'est-à-dire qu'elle aurait été commandée par Horoudja à un 
sculpteur thébain. Mais nous savons encore trop peu sur ces matières pour préciser 
davantage aujourd'hui. 



PIÈCES DU DOSSIER DE HOROUDJA 



Statue de ^^ v\ || (fragment) 
Quartz jaune. Haut., O^ôO. 



Provenance. — Incertaine. Musée du Vatican. 
Époque. — Sa! te. 



fl 



i^krfihO!!111?^>i.^>i: 



Ka rr\^ \^ 



ç\ 



Bibliographie. — N° 23 du Catalogo del Mitseo Egizio Vaticano, de M. 0. Ma- 
RUCCHi, p. 47 et 48. Texte revisé par Legrain en 1906. 



20 



UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 



Statuette de ^^ y J > fils de "W -Ç} 

Granit gris. Haut., 0" 45. 

Provenance. — Incertaine. Musée d'Athènes, collection Rostovitz, n° 1983. 
Époque. — Saïte. 



'-fTfl 



-^ 



e 



,1T'1f!111^'^2 



^m _ 113=) 






.1 e' 

■V A. 



^ D 



Bibliographie. — Inédit. 

G 
Statue de ^ 

Provenance. — Incertaine. Musée de Miramar. 
Époque. — Saïte. 



t^M9. 



1^ 



Ci ^::i Jl I 



^:i^mm^mr%m 



n I 



1^ 



£i Ci ji I 



UN DOSSIER SUR HOROUDJA, FILS DE HAROUA 



21 



Bibliographie. — Reinisch, ^gyptische Denkmàler in Miramar. 
Bergmann, Inschriften, III. 
LiEBLEiN, Dictionnaire des noms hiéroglyphiques , n" 2380. 



Statuette de V^ \^ A A4 , fils de 
Granit. Haut., O" 405. 



« 



Provenance. — Cachette de Karnak, n** 340. Musée du Caire. Entrée n^ 37172. 
Époque. — Règne de Psamétique P'. 






\ Cl i:i \ A r\rwv\r\ ^ ^ I A 



iO 



e 



® lÀO 



^^■15!111T1f!in^' 



nm 



a 



^^■^>i:'1!!111T1!!m^. 



m 






« 



Statuette de ^^"y J 4=^, fils de "W r\ M\ 
Calcaire, Haut., 0"° 60 (fragment). 

Provenance. — Cachette de Karnak, n° 350. Musée du Caire. Entrée n° 37403. 
Époque. — Règne de Psamétique P^ 



Mû 



fi 



«=■ 



Ci ^^ i^ Jl I 



22 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVII' SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 



\^ 



I I I 






i.^-^^iiia'^'iï\:r^ 



â' 






fT^ 



n I 



c:» Ci o 



Peut-être d'autres iriusée.s conservent-ils d'autres pièces du dossier de cette 
fnmiile. Il serait, je crois», intéressant de les publier. 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XYIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER* 



PAR 

P. Marestaing 



SA VIE ET SON CARACTÈRE 



Nous ne le contestons pas : le XVIP siècle a vu se lever pour sa gloire des esprits 
supérieurs au P. Kircher. Toutefois^ on nous concédera bien, après nos explications, 
que, si le P. Kircher n'a pas joué dans le monde le rôle qu'il a cru et aurait pu y jouer, 
il n'en reste pas moins un des cerveaux les plus curieux des temps modernes. 

C'était, — et nous n'exagérons rien, — un homme extraordinaire au sens étymo- 
logique du mot. Comme Huet, presque son contemporain, il aimait tout, avait des 
dispositions pour tout, et semblait tout connaître. Sa science allait bien plus loin que 
celle de ces géants de la Renaissance qui ont nom Scaliger, Juste Lipse, R. et 
H. Estienne. Il avait exploré des régions que ces grands génies ne soupçonnaient même 
pas. Sciences théoriques et appliquées, mathématiques, philosophie, droit, grec, latin, 
syriaque, éthiopien, hébreu, copte, arabe, chinois, musique même, étaient de vieilles 



1. Extrait d'une thèse en préparation pour l'École des Hautes Études 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVir SIÈCLE : LE PÈRE KIRGHER 23 



connaissances avec lesquelles il conserva toute sa vie les plus cordiales relations. Faciles 
à entretenir, elles avaient été diflîciles à nouer, car, rappelons-le, c'est à Kircher que 
nous devons les premiers travaux dignes de ce nom, sur le copte et sur la Chine. 
Aussi, quand nous feuilletons l'un quelconque de ses volumes, sommes-nous forcés 
d'adinirer la ténacité vraiment digne d'éloges avec laquelle il réunit des documents 
ignorés, dispersés avant lui par toute l'Europe, et sut former des in-folios qui inspirent 
au premier abord le respect et une sorte de terreur. 

Eh bien, malgré ses efforts persévérants, il n'est rien resté de son œuvre'. Toutefois, 
son nom ne doit point être oublié. Il mérite de vivre dans la mémoire des psychologues, 
si ce n'est dans celle des érudits. Dès qu'on le connaît, on ne peut s'empêcher de 
chercher pour quelle raison un esprit doué de sa curiosité et de sa puissance de travail, 
— toutes les deux prodigieuses, — n'a pas mieux réussi dans le chemin qu'il s'était 
tracé, et aurait pu heureusement parcourir. C'est là, on le voit, une question importante 
qui peut servir de méditations aux jeunes comme aux vieux savants. 

Un mot sur sa vie' : elle fut laborieuse et banale, semblable en cela à celle de tous 
les travailleurs. Né à Fulda en 1601, Kircher entra chez les Jésuites en 1618, et professa, 
à tour de rôle, toutes les sciences connues de son temps. Les événements de sa carrière 
se réduisent à peu de choses: ce furent surtout les publications de ses livres et les 
émotions occasionnées par ses luttes, purement scientifiques. La gloire lui sourit de 
bonne heure : mais, s'il en connut, jeune, les délices, il en éprouva, vieux, les amertumes. 
Ses interprétations hiéroglyphiques ne furent pas universellement admises. On les 
contesta. On alla même jusqu'à s'en moquer. L'histoire veut, par exemple, qu'on lui 
présentât une inscription nouvellement écrite, à laquelle il parvint ù donner un sens. 
Cette malice l'étonna plus qu'elle ne l'irrita. Il était tellement sûr d'avoir trouvé le 
secret des hiéroglyphes! Épuisé par un travail excessif, découragé par des contradicteurs 
opiniâtres, il est certain que Kircher passa ses dernières années dans une retraite 
profonde. Il mourut enfin, à Rome, où il s'était retiré, le 27 novembre 1680, d'une 
longue et douloureuse maladie d'estomac, supportée avec une patience qui fit l'admiration 
de son entourage. 

Malgré une misanthropie, venue sur le tard, l'homme paraît plutôt sympathique. 
Il ne fut point orgueilleux, comme certains l'ont insinué', mais naïf et enthousiaste. 



1. Nexagérous pourtant pas. Kircher fit quelques observations et découvertes intéressantes. Il imagina, 
par exemple, la lanterne magique, et vit le premier, le 25 avril 1625, les taches du soleil. En 1674, il publia un 
traité sur les causes de la peste (Mcdecinum P/ujsico-Medicuni contagLosœ. . . qtiœ pestis dicitur), où l'on 
peut presque entrevoir une théorie microbienne. Voir Reçue médicale de Loucain,lb8i, La théorie des microbes 
est-elle récente ? par G. H. (le P. Guillaume Hahn). — Il réunit enfin â Rome un ensemble de machines et 
de curiosités scientifiques appelé le « Musée Kircher ». 

2. De toutes les notices publiées sur Kircher, une seule doit être mentionnée. Elle est de Schwartz, dans 
VAllgemeine Encyclopâdie de Ersch et Gruber. — Pour une bibliographie complète, voir So.mmervogel, Biblio- 
graphie de la Compagnie de Jésus, à l'article Kircher. — On a d'ailleurs fort peu écrit sur notre auteur, et il 
nous a été impossible de nous procurer ces quelques brochures. 

3. Quatremère, dans ses Recherches sur l'Egypte, Paris, 1808, parle de l'arrogance et de la mauvaise foi de 
notre auteur (p. 53). — Il se trompe et n'a certainement pas lu les préfaces, que sa « victime » mit en tête de 
ses ouvrages. Kircher était d'une loyauté à toute épreuve. 11 nomme ses prédécesseurs, les personnes qui l'ont 
encouragé et auxquelles il doit quelque chose. — Son tort fut de croire qu'avec son labeur et ses nombreux 
aides il parviendrait à un résultat définitif. 



24 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 

C'est le refroidissement de cette ardeur, résultat fatal de l'écroulement de tout rêve, qui 
amena ce dégoût mêlé de lassitude', éprouvé fatalement après l'obsession d'un problème 
que l'on ne peut résoudre. Ce sentiment est trop commun, trop naturel, pour que 
Kircher ne l'ait pas ressenti. Expliquons et excusons donc ce besoin de solitude qui fut 
son dernier désir. 

Pourtant cette misanthropie ne fut point exclusive. Sans doute, il élimina la 
plupart des relations indifférentes, dont il ne savait que faire, mais il conserva, jusqu'à 
la fin, les meilleurs rapports avec quelques amis de choix, témoins de ses labeurs et de 
ses souffrances, comme ce Langenmantel à qui il adressa sa dernière lettre. 

La lecture de sa correspondance est naturellement fort instructive pour l'étude de son 
caractère \ Dans ses lettres, Kircher se montre toujours d'une politesse parfaite. Très 
courtois, il ne laisse jamais échapper un mot désagréable ou une allusion blessante à 
l'égard de ses contradicteurs. Il connaît l'art si difficile de rester maître de lui, même 
lorsqu'on discute les questions les plus irritantes. Rendons volontiers hommage à cette 
qualité indispensable au théoricien et à l'homme d'action. 

Mais ce qui frappe le plus, ce qui reste la caractéristique de son œuvre, c'est la foi 
admirable dont il remercie souvent Dieu de l'avoir gratifié'. Disons-le tout de suite: 
cette foi très respectable, puisqu'elle semble sincère, n'a rien de commun avec celle d'un 
saint Thomas, d'un Pascal ou d'un Bossuet. Elle est aveugle. Saint Thomas a raisonné, 
Pascal a douté, Bossuet a discuté, Kircher n'a fait ni l'un ni l'autre. Il a admis la 
tradition sans critique, telle qu'elle se trouve chez les Pères; et, avec une inconscience 
qui étonne, il a prétendu tout y découvrir, même ce qui, — d'après l'Église, — n'y est 
peut-être pas^ 

Cette foi irréfléchie et naïve est l'explication la plus rationnelle de ses méthodes et 
de ses erreurs. Tout ce qui se trouve dans la Bible étant vrai (car il semble admettre 
l'inspiration verbale qui ne compte plus guère de partisans dans l'Église), Kircher 
accepte les fables les plus ridicules sans même essayer de les interpréter. Cette tendance 
d'esprit est très fâcheuse : il n'y a qu'un pas à faire pour user d'une pareille méthode à 
l'égard des auteurs profanes; et ce pas, Kircher le franchit vite, dans ses travaux sur 
l'antiquité gréco-égyptienne, par exemple, où les légendes les moins authentiques, 
formées à l'époque alexandrine, sont considérées comme pharaoniques. 



1. Le 26 février 1678, il déclare qu'il ne veut plus commencer de travaux, mais revoir ceux qu'il a entrepris. 
Il dit encore [Littern', p. 85) qu'ayant 77 ans et étant fatigué, il ne veut plus penser qu'à Dieu et qu'à com- 
paraître devant lui. 

2. Ces lettres ont été réunies en un petit fascicule (en 1684). Elles vont de l'année 1662 à la mort de 
Kircher. La plupart sont écrites eu latin. On en trouve quelques-unes en italien et en allemand. 

3. Le nom de Dieu se rencontre presque à chaque page, sinou de ses oeuvres, du moins de sa correspondance; 
— le 17 février 1660, il approuve un livre contre l'athéisme; — le 29 mars 1676, il cite ses travaux et ajoute 
qu'ils n'ont eu d'autre but que de louer Dieu. — Il parle sans cesse de missions (par exemple, lettre du 29 sep- 
tembre 1672) et de sermons. 

4. Rappelons qu'il y eut au XVII' siècle une théorie fort curieuse qui prétendait voir dans l'hébreu les 
sources de tous les idiomes. Cette théorie, dont le but secret était de tout ramener à la Bible, s'appuyait sur un 
fait intéressant : l'hébreu s'écrivaut de droite à gauche, on croyait pouvoir faire remonter à l'hébreu les mots 
grecs en les lisant à rebours : le dieu phénicien HPAKAEM (Mlkarth), lu à rebours, donne Héraclès. Bochart, 
mort en 1667, a dépensé beaucoup de sagacité pour trouver des étymologies hébraïques ridicules. — Cette 
tentative n'eut d'ailleurs aucun succès et Bochart aucun continuateur ou élève. 



UN ÉGYPTOI.OGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 25 

Telle fut une des causes principales qui altéra les qualités très réelles de Kirclier. 

Maintenant, après avoir donné une idée de sa personne, arrivons à son œuvre. 
Rappelons que nous n'avons en vue que le « déchifîreur » d'hiéroglyphes ; cela ne nous 
empêchera pas de faire quelques incursions à côté, afin de mieux mettre en relief la 
méthode de notre malheureux auteur. 

Liste des travaux du P. Kircher se rapportant à l'Egypte 
(d'après la Bibliothèque de la Compagnie de Jésus de Sommervogel) 

1" Prodromus... œr/ypticicus, Rome, 1636. 1 vol. in-8. 

2'' Lingua œgyptiaca restitata, Rome, 1644. 1 vol. in 12. 

3" Elofjium targumicurn , dodeclasticam , samai^ituin^ encomium, geovgianum. 

Trhtviphum coptum..., pièces en langues orientales publiées dans le Monumentum 

Rotnanum de Peiresq, Rome, 1638, in-4. 
4" Tr/sdchon tricolon (en hébreu), deuxième des testimonica, en tête de l'ouvrage de 

Plautavit de la Pause, Planta vitis, 1644. 
5" Rituale ecclesiœ œgyptiacœ, sice cophtitarum (traduit du copte et de l'arabe), dans 

les Leonis Allait tj-mixi-a-i, de luchofer, 1647. 
6° Obeliscus Pamphilus, Rome, 1650. 1 vol. in-folio. 
7° Œdipus œgyptiacus, Rome, 1652-1654. 4 vol. in-folio 
8° Ad Alexandruni VII, Obelisci JEgyptiaci nuper inter Isœî romani rudera effbsi 

interpretatio hieroglyphica, Rome, 1667. 1 vol. in-folio. 
9" Sphync mystagora, Rome, 1676. 1 vol. in-folio. 

Kircher promettait encore un ars ceteî'uni cegyptioi^uni hieroglyphicorum, ouvrage 
général sur les hiéroglyphes. Nous ignorons s'il l'a commencé. 

II 

PREMIERS TRAVAUX : PRODROMUS .EGYPTIACUS, 
LINGUA .EGYPTIACA RESTITUTA 

Les premiers travaux de Kircher sont les plus remarquables. Son intelligence, à 
l'origine vive et curieuse, semble s'être obscurcie et fatiguée de très bonne heure,' 
puisqu'il existe un abime entre le Prodromus et V Œdipus. Nous trouvons dans le 
premier certaines qualités complètement absentes du second. Le Prodromus expose, à 
côté de quelques remarques judicieuses, certains problèmes intéressants^ quoique mal 
résolus. Il offre un plan rationnel et une tendance philosophique à généraliser les faits 
que nous louons volontiers. Mais arrêtons-nous. Ne pénétrons pas dans la critique des 
erreurs de détails, dans l'examen sérieux de certaines solutions : nous n'en sortirions 
pas ; car, rappelons-le, ce n'est qu'une idée générale du Prodromus' que nous voulons 
donner dans ces quelques pages. 



1. Titre exact : Prodromus coptus sice a'f/ifptiacus, Imprimerie de la Sacrée Congrégation de la Propa- 

RECUKIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 4 



26 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 

Nous ne ferons pas l'histoire des travaux sur l'Egypte antérieurs à Kircher : 
Quatremère l'a écrite avec toute la science désirable'. Nous rappellerons seulement que, 
malgré les efforts de M^' Abela (mort à Rome en 1606) et de Remondi, malgré les 
voyages de Pietro de la Vallée et les instances de Peiresq, il n'existait pas en Europe de 
vulgarisateur de la langue et littérature copte. Ce rôle devait appartenir à Kircher : 
voici dans quelles circonstances : 

Pietro de la Vallée^ avait rapporté de ses voyages un lexique copto-arabe, 
accompagné de notes grammaticales, dont un orientaliste fort distingué, le P. Obicini, 
devait mener à bien la publication. La mort d'Obicini vint tout interrompre. En vain, 
Peiresq % qui avait entendu parler du lexique, pria P. de la Vallée de le lui communiquer 
pour le faire traduire par Saumaise*. P. de la Vallée, sur le conseil de Gassendi, préféra 
Kircher'. Le jeune jésuite, déjà célèbre, était sous sa main. Il pouvait le surveiller et 
l'encourager. 

Kircher se mit à l'œuvre avec enthousiasme, mais conscient des difficultés qu'il allait 
avoir à vaincre. Il en a noté quelques-unes avec précision dans le prœniium de son 
ouvrage. Il se plaint d'abord de la pénurie de documents : la bibliothèque du Vatican 
renferme quelques manuscrits coptes, mais ils sont bien obscurs. Ils seraient inintelligi- 
bles sans le lexique communiqué. A cet obstacle s'en joint un autre : le sujet à traiter est 
si vieux qu'il est bien imprudent de prétendre trouver la vraie méthode, car, peut-on 
dire qu'un texte saïdique s'interprète comme une phrase grecque? 

Après avoir énuméré ces difficultés, Kircher reprend vite courage. Il n'est pas seul : 
les amis ne lui manquent pas. Il en trouve partout. En dehors de Peiresq et P. de la Vallée, 
nous nommerons le cardinal Barberini" auquel l'ouvrage est dédié, et les félicitations 
des « docteurs orientaux' ». Kircher en est très flatté et les reçoit avec cette demi- 
modestie qui approche de l'orgueil. 



gande, Rome, 1636. — Cet ouvrage, saas être très rare, n'étant pas toujours facile à trouver, nous donnons la 
cote de la Bibliothèque nationale. Inventaire, X 1858. — Quoique peu courant chez les anciens, le mot « Prodro- 
mus » est d'une latinité classique (voy. Cicéron, Ad. AU., 16, 6). Du Cange l'ignore. Il signifie avant-coureur 
et exprime l'idée de « précéder » — (grec Tipoopoij-o; = 7ipo-6pà[Xctv). — Voir le même mot employé comme titre 
par Kepler : Prodromus disscrtationum cosmog/ap/iicarum. . ., Ib96. 

1. Recherches sur VÉaypte, Paris, 1808, p. 45. 

2. Né à Rome en 1586, mort à Rome en 1652; parcourut l'Orient, se mêlant aux Arabes, vivant de leur 
vie, se familiarisant avec leurs moeurs. 11 recueillit une multitude de notes, communiquées à ses amis, dès son 
retour dans la ville natale, en 1626, et publiées de 1650 à 165S {Viaggi in Turchia, India... ; plusieurs tra- 
ductions fran<;ai.ses : une en 1663). Il rapporta deux momies aujourd'hui à Dresde. 

3. Peiresq (I580-I6o7), célèbre humaniste, s'occupa beaucoup d'orientalisme et entretint avec le P. Morin 
une correspondance sur les sujets les plus variés, se rap'portant aux langues hébraïques, syriaques, samaritaines... 
La vie et les œuvres de Peiresq ont été racontées et examinées plusieurs fois. Citons Vita Peireékii, par 
Gassendo, en 16.)5, et l'excellente brochure de M. Delisle, lue à la séance annuelle de l'Académie des Inscrip- 
tions et Belles-Lettres en 1896. 

4. Saumaise (1588-1653), linguiste presque universel, mérite une place dans l'histoire de l'Égyptologie. 
II apprit le copte, et essaya à plusieurs reprises d'interpréter par cette langue des mots de l'ancien égyptien. 
Il reste de lui une correspondance fort intéressante, mais d'une latinité obscure. Citons surtout une lettre à 
Golins (.Salmasii, Ep., p. 168). 

5. Voir, au début du Prodromus, la manière dont Kircher parle de P. de la Vallée. De tous ses protecteurs, 
c'est celui envers lequel il montre le plus de reconnaissance. 

6. Le cardinal François Barberini, neveu d'Urbain VIII, était un esprit très éclairé el ami des arts. 11 fut 
même un savant orientaliste, ce qui ne l'empêcha pas de jouer un rôle politique important. Il mourut à 
Rome eu 167y. 

7. En tête du Prodromus se trouvent des lettres d'Isaac Sciadrensi, archevêque maronite de la Syrie tri- 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVII' SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 27 

C'est donc sous le regard bienveillant du monde savant que Kircher commence son 
ouvrage. Il débute' d'une façon claire et vraiment scientifique, en délimitant son sujet. 
Il ne veut, pour le moment, que préparer une voie large et commode dans laquelle il 
s'élancera plus tard à la conquête de l'ancienne Egypte. Il estime que la connaissance du 
copte est indispensable pour quiconque veut attaquer avec quelques chances de succès 
le problème si captivant des hiéroglyphes. Dès cette époque, Kircher pense au fameux 
Œdipus, qu'il considère comme la synthèse de ses travaux sur l'Orient*. 

On ne s'attend pas à ce que je fasse ici une étude et une critique détaillées du 
Prodi-onius : un in-folio n'y suffirait pas. Je me contenterai donc seulement d'exposer 
d'une façon aussi claire que possible les deux idées principales de l'ouvrage, idées que 
voici et qui présentent encore quelque intérêt: 

a) Il faut étudier le copte. 

b) Le copte est dérivé du grec. 

On doit apprendre la langue copte : mais, avant de se lancer dans de longues 
discussions, Kircher discute l'origine du mot. Il ne vient pas, selon lui, du terme Khibt 
(Kobth), nom arabe d'un fils de Mesraïm, ancien roi d'Egypte, fils lui-même de Cham, 
mais de a Koptos », ville de la Thébaide. Cette opinion, émise pour la première fois par 
Saumaise% rencontra un grand nombre de partisans, comme R. Simon \ Aujourd'hui, 
elle est totalement abandonnée, le mot copte datant au moins du VP ou VIl^ siècle après 
le christianisme', et la plus grande partie des égyptologues (entre autres M. Maspero) 
voyant dans le grec /.o^xo; une altération du mot AV({)Tziioc,\ 

Kircher, qui fut toujours un saint prêtre, insiste beaucoup sur l'utilité « théologique » 
du copte. Sa connaissance permet non seulement de réfuter les hérésies', qui, comme 
le gnosticisme, vinrent troubler l'Egypte chrétienne dès ses débuts, mais de connaître 
une partie encore ignorée de l'histoire : celle de l'Introduction du christianisme en 
Ethiopie, dans l'Inde, en Chine, au Japon*. Grâce au copte, la figure un peu vague de 

politaine (lettre écrite en syriaque), d'Abraham Ecchellensi, professeur d'arabe à Rome, etc., etc. — Aucune 
de ces missives n'a de l'importance. Elles se contentent de répéter des éloges banals, mais dont la sincérité 
ne saurait être mise en doute. 

1. Voir l'Epistola decUcatoria au cardinal Barberini. 

2. VŒdipus est mentionné maintes fois : Voir ad lec.torem, p. 147, 238, etc. 

3. Epistolœ. p. 100 et 178. — Les lettres de Saumaise n'aj'ant été publiées qu'après sa mort, en 1656, nous 
pouvons considérer Kircher, comme ayant émis le premier cette hypothèse. 

4. Histoire critique de l'A. T., p. 287. 

5. Les chrétiens jacobites d'Egypte, maltraités par les Grecs, accueillirent avec joie la conquête musulmane 
et se soumirent volontiers à Amrou-ben-al-ass (mort en 663). Vers cette époque apparaît pour la première fois 
le mot arabe Kobth pour désigner les Jacobites. Mais il semble certain que Kobth n'a rien à voir avec Jaco- 
bites, comme on avait cherché à le prouver au XVlll" siècle. Voir Quatremère, Recherches . . ., p. 31. 

6. Le mot A'.YjTtrto; est grec. Quoique mystérieux, je crois qu'on peut le décomposer en deux parties : 
aïa pour yala, parfaitement classique (usité dans Homère, Iliade. II, 162, etc.), et yj-Kxoç, ou yjTnrto;, dont l'origine 
est très obscure : ce mot désignerait seul l'Egypte. Ne serait-il pas une altération du copte ^ç^haii (Chénii), 

dérivé lui-même de ^ ' ^\, ^^ Kem-t? Dans cette hypothèse, Aîyjtt:t[i]oç signifierait « terre de Khemt ». 

L'abbé Renaudot a fait remarquer le premier que yv-K-o- peut fort bien se transformer en -/c-jtito;, puisque les 
coptes, n'ayant point de v, remplacent cette lettre par un •/.. On aurait ainsi l'origine du mot copte. Voir 
Cmampollion, Egypte sous les Pharaons, t. I, p. 90. 

7. Voir le Prodroinus, chap. vui. 

8. Sur la collection des apocryphes coptes, voir Harnack, Die altchristliche Litteratur... die Ûborlieferung 
und lier Bestand, p. 918. Je n'ai pas le temps de discuter ici les sources auxquelles Kircher a puisé : elles 
paraissent d'authenticité douteuse et semblent n'avoir existé que dans son imagination. 



28 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 

saint Thomas se précise : on le suit dans son apostolat à travers le pays « d'Ophir » 
jusqu'à sa glorieuse mort' ; et ce qu'on dit de saint Thomas, ou pourrait le répéter d'autres 
personnages, jadis inconnus, aujourd'hui célèbres^ grâce à l'étude de documents- 
égyptiens. 

Enfin, — et c'est là pour nous une remarque intéressante, — ■ l'étude du copte est 
nécessaire pour interpréter les hiéroglyphes. Cette idée, qui est nettement exprimée', 
semble presque de Champollion. Comment germa-t-elle dans le cerveau de notre 
auteur? comment arriva-t-il à s'en défaire, puisqu'il ne l'appliqua jamais? Voilà ce que 
nous voudrions chercher. 

L'étude des monuments lui suggéra, à la fin du chapitre v (p. 141), une réflexion 
juste, mais très embrouillée : on peut toutefois en donner une a impression^ ». A propos 
d'une table des douze mois coptes, Kircher affirme que les noms de ces mois proviennent 
directement du vieil égyptien. Les kpoypajjijjiaTETç, pour des motifs trop longs à exposer 
ici, représentaient l'année par un serpent se mordant la queue', et ce serpent est appelé 
« meisi » dans le lexique copto-arabe. Puisque nous avons la traduction d'un terme 
hiéroglyphique en copte, comment ne pas admettre qu'il en existe une pour chacun des 
autres mois, et, par suite, comment nier les rapports du copte et des hiéroglyphes, 
usités d'ailleurs tous les deux dans un même pays? 

Ce raisonnement est impeccable : mais la base en est si fragile que nous allons en 
faire la critique et donner ainsi un exemple de la « méthode » de Kircher. 

D'abord le mot « meisi » ou « neisi » n'est pas copte. Aucun dictionnaire ne le 
cite, et l'un des « coptisants » les plus distingués de notre époque, M. Amélineau, ne 
le connaît pas. Kircher l'îi-t-il créé de toutes pièces,, comme on l'en a souvent accusé ? 
Non. Il l'a trouvé dans HorapoUon (I, 59); et on n'a qu'à se reporter à la note de 
Leemans, pour voir les efïorts infructueux de Saumaise, Jablonski et autres, afin 
d'expliquer ce terme obscur. 

Tout <\ la fin du volume (chap. ix), Kircher revient sur la parenté des hiéroglyphes 
et du copte. Il développe ce sujet avec complaisance, et finit par déclarer que l'étude 
de ce dernier éclaircira le mystère des seconds. A l'appui de sa théorie, il fournit des 
exemples : de nombreux monuments nous montrent des lettres coptes mêlées aux 
hiéroglyphes. Sur une « tabula Bembina » donnée par Paul III, un scarabée est suivi 
de 4^Y^v7) (?) ; le mot eu-.'jyj. se trouve souvent dans les inscriplions hiéroglyphiques. 
Suivent les interprétations de quelques signes ^ Nous ne perdrons pas notre temps 
à les citer; ils n'ont vécu que d:ms l'imagination du savant jésuite. 



1. Rappelons en passant que les rapports entre le bouddhisme (légende de Khrisna) et le christianisme 
semblent incontestables. Qui donc a introduit le christianisme dans l'Inde ? M. S. Levi, dans une conférence 
faite au Musée Guimet, le 5J3 février 1902, a rappelé la tradition attribuant à saint Thomas la conversion de 
l'Inde, et lui a donné ainsi une vitalité nouvelle. 

2. ... [Prœierea] linguam coptain, jEyyptiœ aatiquœ non ajjiiieintantuin, sed et penitus camdein fuisse..., 
p. 139. 

3. Je crois néanmoins exacte l'idée générale que j'en donne. J'ai lu à plusieurs reprises le passage en 
question avec un soin minutieux. 

4. Cet hiéroglyphe n'est pas classique. Il ne se rencontre qu'à l'époque ptolémaïque. (Opinion de 
M. Amélineau.) 

5. Il alla même jusqu'à tenter la traduction d'une inscription du Sinaï. Etait-ce une de celles qu'y gravèrent 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : I.E PÈRE KIRCHER 20 



Toutefois, malgré des contresens inexcusables, et l'examen superficiel des 
documents, on découvre, au milieu de ce fatras, un fond de vérité qu'il faut mettre en 
lumière. Qui sait si ces inscriptions copto-hiéroglyphiques n'appartiennent pas à la 
classe de ces monuments bilingues, qui servii-ent à ChampoHion et qui l'éclairèrent? 
Peut-être que Kircher a considéré comme coptes des lettres grecques mal formées? 

La seconde idée vraiment curieuse du Prodromns est la suivante : le grec et le copte 
ont une origine commune. Nous n'entrerons pas dans cette théorie, dont la discussion 
serait interminable. La similitude des lettres est le grand argument de Kircher. 11 en a 
d'autres: étymologies fausses, comparaisons absurdes, etc., qui ne méritent pas d'être 
cités. Toutefois, à ce propos, il se livre à un essai de grammaire comparée assez 
intéressant : les langues orientales comprennent riiébreu, le syriaque, l'arabe, le 
samaritain, etc., plus le grec. Or, le copte n'a aucun rapport avec elles, sauf avec ce 
dernier'. 

Pour terminer, disons un mot de la Linrjua œgyptiaca restituta, publiée à Rome 
en 1644. chez Hermann Setens. Cet ouvrage n'est que la reproduction du lexique copto- 
arabe de Pietro de la Vallée, accompagné de discussions philologiques sans grande 
importance. 11 fourmille de fautes : Quatremère prétend même qu'il contient des mots 
forgés de toutes pièces par l'éditeur'. Quoi qu'il en soit de ces critiques, n'oublions pas 
que ce livre eut une influence très heureuse, car il contribua à propager l'étude du 
copte. Aussi, quoiqu'il connût une gloire très éphémère, ne devons-nous pas l'oublier. 

Il a cependant, aujourd'hui encore, une très grande valeur: elle n'est malheureuse- 
ment pas scientifique, mais commerciale. Il demeure l'un des ouvrages les plus rares du 
XVII® siècle. Peyron' n'a pu se le procurer qu'au prix de difficultés sans nombre, et 
grâce à l'intermédiaire de Klaproth. Aussi, croyons-nous bien faire en le signalant aux 
bibliophiles, si ce n'est aux érudits. 

Tels furent les deux principaux ouvrîiges de la jeunesse de Kircher. Nous les avons 
uniqueriicnt résumés au point de vue égypto-hiéroglyphique. Quelle conclusion pouvons- 
nous tirer ? 

Certes, nous aurions tort de trop médire de ces travaux, en général indigestes et 
obscurs, mais dénotant une réelle érudition et exposant parfois avec clarté de difficiles 
problèmes : qu'on le veuille ou non, ce sont eux qui ont créé l'égyptologie. Sans doute, 
le manque de sens critique, qui a égaré Kircher, semble impardonnable : pourtant, ne 
lui en voulons pas outre mesure : ses raisonnements sont justes, et, à son époque, 
l'histoire n'existait pas encore comme science. Il a édifié de magnifiques édifices, mais 
leur base n'était pas solide et ils sont tombés au premier vent. 



les pharaons de l'ancien empire? 11 est impossible de raffirnier. Elle fut si malheureuse que, dès le XVIIP siècle, 
Wagenseil s"en moqua. Voir Quatremère, op. cit., p. 53. 

1. Prodi-omus, ch. v. 

2. Rechercha^..., p. 53. 11 prétend n'avoir pu retrouver, sur le manuscrit de Pietro, le mot Aie ii-^i-Hc, hiixus. 

3. Voir la fin de la préface de sou Lexique. 



30 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRGHER 



III 

LŒDIPUS ^GYPTIACUS' ET LE DÉCHIFFREMENT 
DES HIÉROGLYPHES 

Nous arrivons maintenant à l'un des travaux les plus considérables des temps 
modernes, à ce fameux Œdîpus œgyptiacus, qui produit les sentiments contradictoires, 
d'en imposer à première vue, et de laisser une indéfinissable impression de tristesse, 
dès la seconde lecture. 

Au début même du premier volume, Kircher raconte dans quelles circonstances il 
commença cet ouvrage. Quand le pape Innocent X fit élever l'obélisque de Caracalla, il 
demanda à Kircher une traduction des hiéroglyphes. Kircher se mit à l'œuvre : l'Egypte 
le hantait depuis des années ; et il nous laisse entendre, avec une naïveté admirable, 
qu'il la connaissait parfaitement. Disons-le à son excuse, le monde savant en était 
peut-être plus persuadé que lui. Après de pénibles efforts, Kircher produisit une 
traduction a symbolique », laborieuse et absurde, qu'il estima excellente, et à laquelle 
l'Europe studieuse s'empressa d'applaudir. 

Kircher triomphait donc, mais modestement, quand un exemplaire de sa traduction 
vint à tomber sous les yeux de Ferdinand III ; ce prince, brave homme, quoique esprit 
assez médiocre, s'intéressa beaucoup, paraît-il, non seulement à cette traduction, mais 
encore aux études égyptologiques. Bref, il encouragea Kircher à s'attaquer au problème 
égyptien, le convaincant qu'il pourrait le résoudre. Ce dernier, flatté, se laissa faire. 
Pouvait-il refuser quelque chose à l'un des grands souverains du monde ? Il se mit 
donc au travail, en ayant soin de placer en tête de son œuvre l'éloge de Ferdinand 
en vingt-cinq langues, mortes ou vivantes, depuis la plus banale, le latin, jusqu'à la 
plus extraordinaire, le chinois. 

Kircher, — rendons-lui cette justice, — très conscient des difficultés à aborder, 
accepta, en plus de la protection impériale, les nombreux encouragements qui lui vinrent 
de partout. En honnête homme, — car il l'était sincèrement, — il ne manque pas de 
citer^ avec un avis, un conseil, il est vrai, presque toujours à son éloge, le nom de ceux 
qui les lui donnaient. De cette manière, nous apprenons qu'un des cardinaux Barberini% 
qu'un certain Schottius et Suarez s'intéressèrent de près à ses recherches. Mais, de tous 
ses collaborateurs, celui qu'il célèbre le plus est Nicolas Peiresq, conseiller au parlement 
d'Aix, celui que M. L. Delisle a appelé « un grand amateur français du XVIP siècle' ». 
Notons ce nom de Peiresq: il a pour nous de l'intérêt. Peiresq étant mort le 24 juin 
1637 et VŒdipus œriyptiacus ayant commencé à paraître en 1G52, ce dernier ouvrage 
a donc occupé Kircher durant de longues années, peut-être bien durant vingt ans, 



1. 4 volumes in-folio. Rome, 1652-1654. Cet ouvrage est rare dans le commerce. Il manque à la Biblio- 
thèque de la Sorbonne, mais existe à la Bibliothèque nationale sous la cote suivante : Inventaire, Z 483. 

"Z. C'était sûrement le cardinal François Barberini qui s'occupait d'orientalisme. 

3. Sans vouloir m'étendre davantage sur Peiresq, je ne puis m'empêcher de citer l'intéressante brochure 
que lui a consacrée M. Delisle. Peiresq aimait l'orientalisme. Dans une lettre du 7 novembre 1629, nous voj'ons 
avec quelle impatience il attendait du Levant un envoi de manuscrits utiles aux travaux du P. Morin. 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVII' SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 31 

comme le disent certains biographes. Ajoutons, pour terminer, que Kireher nous 
déclare avoir reçu des encouragements du monde entier, même de l'Amérique ; ce qui 
veut dire qu'ainsi que la Pacelle de Chapelain, VŒdipus était attendu comme devant 
bouleverser quelque chose des idées de l'époque. 

Il est inutile de résumer ici dans sa totalité cette œuvre gigantesque, puisque, à 
part quelques très rares exceptions, tout y est erreur, sottise, folie même. Je maintiens 
ce mot « folie », l'incohérence la plus parfaite régnant depuis la première page du tomel 
jusqu'à la dernière du tome IV. Géographie, histoire, astrologie, mœurs, comparaisons 
avec les autres peuples, mythes grecs à côté de traditions syriaques ou hébraïques, tout 
cela se coudoie, se mélange avec un désordre tel qu'on se demande d'abord si ces ap- 
parences ne cachent point un plan génial. Après une étude attentive, on s'aperçoit enfin 
qu'un vain désir d'érudition et un étalage vraiment enfantin de science ont seuls guidé 
la plume de Kireher. Il a voulu montrer qu'il connaissait nombre de langues exotiques; 
et le pauvre homme n'a même point su prouver qu'il savait à fond le latin ou le grec ! 

Aussi, ne parlerons-nous que du Kireher déchiffreur d'hiéroglyphes^ puisque c'est 
là le seul côté de son œuvre que nous voulons étudier; d'ailleurs, nous n'avons rien 
d'intéressant à glaner dans les œuvres du Kireher historien ou linguiste. 

L'idée générale de VŒdipus, celle que nous rencontrons mal exprimée au tome I, 
mais que nous trouvons mieux développée dans la suite, est que les hiéroglyphes sont 
des symboles. Cette théorie, nullement originale, peut être considérée comme l'àme 
même de l'ouvrage. 

Qu'est-ce qu'un symbole? A cette question, Kireher répond très clairement : a Un 
symbole est un signe représentant une chose matérielle et servant à désigner un concept. » 
(Tome II, Pars prima.) Voilà une définition excellente, mais Kireher l'obscurcit bien 
vite, en voulant la préciser. Il s'efforce de le distinguer de l'énigme, de la parabole, de 
l'emblème, etc., et perd un temps précieux en les caractérisant. 

Pour notre auteur, les symboles, vieux comme le monde, connurent des emplois 
divers. Ils servirent d'abord à désigner des hommes illustres, et sur ce point il nous 
présente des exemples explicites, comme les suivants : 

Le roi de Perse fut désigné par un cheval, 

Le roi d'Arménie fut désigné par deux couronnes, 

Alcibiade fut désigné par un serpent, plus\ 

Les signes correspondant à ces noms sont des symboles. Avec raison nous voyons 
en eux des espèces d'armoiries, puisqu'un cheval, dans certains cas, évoque aussitôt 
ridée du roi de Perse. 

Plus tard, ils caractérisèrent des choses immatérielles ou même des idées morales, 
Kireher cite encore des faits, toujours empruntés à des sources inconnues : 

j\, chez les Lacédémoniens, -— commencement de mot. 



1. Que valent ces assertions de Kireher? Je u"ea sais rien. Je n'ai fait sur ce sujet que des rechercbes 
infructueuses. 



32 UN KGYPTOLOGUE DU XVH' SIECLE : LE PÈRE KIRCHER 

T, chez les Hébreux, -- salut et prospérité. 

2 aigles, chez les Romains, =- puissance, 
un lion, chez les Ibères, :=-- la force. 

Quoi qu'il en soit de la valeur historique de ces exemples, Kircher s'empresse d'en 
faire usage pour voir du « symbolisme )) partout. Il en découvre en logique, en musique 
(où il remarque assez exactement que, pour un connaisseur, la musique écrite rappelle la 
musique jouée), en théologie, et même en morale. Ici, il apporte une preuve bizarre: 
l'idée d'ancienneté n'évoque-t-elle pas celle de temps? 

Les énigmes et les mythes se rencontrent donc dans tous les peuples. Pourquoi 
alors n'existeraient-ils pas chez les Égyptiens? Pourquoi cette race, privilégiée entre 
toutes, n'aurait-elle pas usé de représentations « symboliques »? Pourquoi enfin aller 
contre une opinion très répandue dans l'antiquité, et que nulle apparence ne contredit? 
Ces diverses remarques si importantes confirment Kircher dans son idée. 

Oui, affirme-t-il énergiquement, les hiéroglyphes sont des mythes. Ils forment une 
écriture sacrée, au moyen de laquelle les Égyptiens, jaloux de leur sagesse, cachaient les 
secrets de leur philosophie. (Tome II, 3^ partie.) Mais cette écriture présente de plus un 
intérêt particulier, puisqu'on ne la rencontre qu'en Egypte; à ce propos, Kircher 
s'engage dans une discussion vraiment digne d'intérêt. 

Pour défendre sa théorie, il fit appel aux autres peuples. Il en connaissait qui 
usaient d'une écriture dont l'origine symbolique, quoique altérée, n'en reste pas moins 
incontestable, comme le chinois. La nature des caractères chinois est entièrement 
(( mythique », ce qui les rapproche des signes égyptiens; mais cette parenté est plus 
factice que réelle, parce que, — et sur ce point Kircher est très explicite, — ■ les 
^ hiéroglyphes sont des symboles, tandis que les caractères chinois expriment des sons. 
(Tome III.) 

Ainsi donc, l'idée des hiéroglyphes phonétiques s'est, une fois au moins, présentée 
au P. Kircher. Il l'a écartée sans même soupçonner ce qu'elle pouvait contenir de vrai, 
avec un sang-froid admirable. Pourquoi a-t-il agi ainsi? Il avait devant lui une tradition 
presque unanime pour attribuer aux hiéroglyphes une valeur symbolique; et, cette, 
tradition, il n'a pas eu la force de l'analyser, puis de la combattre'. Ce rôle devait 
appartenir à Champollion. 

De la théorie, Kircher passa à la pratique. Nous venons d'exposer les raisons 
pour lesquelles il voyait des symboles dans l'écriture égyptienne. Il ne s'en tint pas là, 
et donna des exemples. Il hasarda même des traductions. 

Avant d'arriver à ces dernières, disons qu'il divisa les écritures égyptiennes en deux 
parties : les hiéroglyphes (langue sacrée) et le copte (langue vulgaire)'. 

La présente classification n'a aucun rapport avec celle de Clément d'Alexandrie que 
Kircher connaissait bien, puisqu'il la cite. S'il n'en a fait aucun cas, c'est, sans conteste, 
parce qu'il ne soupçonnait point son importance. Excusons-le : les documents hiératiques 



1. Kircher, très bien renseigné, parje même des hiéroglyphes mexicains. 

2. Tome IV, in initlo. 



UN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHEH 33 

OU démotiques n'étaient guère répandus au XVII- siècle, et les théories de Clément 
pouvaient passer, à juste droit, pour des énigmes. 

Au moment de se lancer dans des traductions de textes, Kircber définit çà et là 
quelques catégories d'hiéroglyphes, lorsqu'il expose, par exemple, la cosmogonie 
égyptienne'. 

En se basant sur des théogonies arabes, grecques ou syriaques, il arrive à croire 
que les Égyptiens connurent quatre mondes, le mundus idealis, genialis, sideralis et 
elementarii. Le mundus idealis est représenté par le îQ. et le mundus genia/is par des 
figures humaines assises ou debout. 

Quand il parle de mathématiques, il s'étend longuement sur les numeri hiero- 
grammatici. Par ces termes, il veut désigner certains hiéroglyphes qui ont, d'après 
lui, une valeur numérique déterminée : 

le phénix = 1. /\ = 3. 

2 cailles =2. Zj = 4. 

Nous ne nous attarderons pas à critiquer ces enfantillages. Seuls les numeri 
kyriologici méritent vraiment d'être mentionnés : quand on veut exprimer le pluriel 
d'un objet, ou reproduit cet objet à trois reprises. C'est bien là, en effet, la règle du 
pluriel hiéroglyphique. 

Dans une digression de la tin du tome IV, il affirme qu'une plante passant pour 
guérir les poumons veut dire « poumons », et que la camomille, guérissant les yeux, 
signifie « œil », etc.. etc. 

Arrêtons-nous : car, s'il fallait suivre Kircher dans ses incohérentes rêveries, nous 
risquerions de remplir ces pages de réflexions encore plus inutiles que monotones. 
Donnons enfin un exemple de ses traductions : 

Soit le texte suivant, emprunté à je ne sais quelle source, et qui se trouve 
reproduit à la page 455 du tome III : 



ko 



9Q' 



f 



etc. 



Il commence d'abord par faire un choix scrupuleux parmi les hiéroglyphes. Les 
signes numérotés ont seuls une valeur, car les autres peuvent être considérés comme des 
« ornements ». 

Le n° 1, épervier, représente le Soleil. 

Le n° 2, qui représente une chouette avec son fouet, est un symbole exprimant 
l'idée de « chasser le malheur ». 

Le n*' 3 représente un prêtre en prières devant un temple de dieu. 

Le n° 4 offre des difficultés. Il se compose de deux hiéroglyphes qui ont chacun 
deux parties : une coupe, qui sert de base, puis une espèce de dôme très élevé. Que 



1. Tome II. 6' partie. 

5. Ce texte semble provenir d'une stèle où les hiéroglyphes étaient en colonnes. 



RECUKII., XXX. — NOUV. SER., XI^■. 



34 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVII' SIECLE : LE PÈRE KIRCHER 

veulent exprimer ces signes? Notre auteur s'empresse de le dire. Les coupes sont des 
sortes de bassins dans lesquels pénètre l'eau du Nil. Cette eau, qui jaillit ensuite en 
s'arrondissant en dôme, forme l'extrémité du hiéroglyphe. 

Si ces interprétations sont ingénieuses, la traduction générale ne Test pas moins. 
La voici : / 

Un prêtre prie devant le temple de Dieu, pour que le malheur disparaisse (ce 
malheur est l'inondation du Nil), et que le soleil luise à nouveau. 

Nous devinons sans peine, à travers l'obscurité des phrases, l'effort de finesse et de 
patience que cette explication a coûté à Kircher. Vers la fin de ce pénible travail, il 
pousse un soupir de soulagement et de contentement qu'il lui est impossible de 
dissimuler, et nous sommes pris pour lui d'une pitié sympathique, semblable à celle 
que nous aurions pour un Don Quichotte de la science. Il a soin de finir en nous disant 
que si le texte n'était pas en mauvais état, il donnerait la traduction de la suite (nous ne 
l'avons pas reproduite, la jugeant inutile), et peut-être même des signes qualifiés 
d'ornements. 

Telle est la méthode de déchiffrement que Kircher mit en honneur. Il l'a employée, 
sans lassitude, depuis le Prodromus jusqu'au Spkynx mystagona (1676), en passant 
par VObeliscus Pampliilus (1650) et les interprétations (à la fin de VŒdipus) des 
obélisques érigés par Sixte V. Nous devrions, en historien consciencieux, multiplier 
les exemples de ces traductions incohérentes et folles. Mais à quoi bon répéter ce que 
nous avons déjà dit? Ce n'est d'ailleurs qu'une idée générale du Kircher « égyptien » 
que nous voulons donner. Les détails d'une théorie fausse n'ont d'intérêt que pour les 
psychologues, qui veulent pénétrer une âme, que pour les moralistes qui désirent tirer 
une leçon, mais non pour un auteur qui a la vérité comme seul objectif. 



IV 

LES CONTRADICTEURS DE KIRCHER. — LEIBNIZ. — CONCLUSION 

Nous avons fait allusion, dès les premières pages de cette étude, aux contradicteurs 
de Kircher. Comme il en a eu de grands et d'illustres, nous nous étendrons un peu sur 
ce sujet. 

Malgré de nombreux et puissants admirateurs, Kircher vécut assez pour voir 
xfléchir ses théories sous les coups redoublés d'une critique intraitable. « Bochart et 
Ludolf, qui cependant, ainsi qu'il nous l'apprend lui-même, ne savait pas le copte, 
réfutèrent [son] assertion, [que la langue grecque dérive de la langue égyptienne]. 
Wagenseil analysa l'explication qu'il avait donnée d'une inscription gravée sur le mont 
Sinai et prouva la fausseté de cette interprétation. Picques, dans une lettre adressée k 
Jacquelot, prétend que Kircher ne savait, outre sa langue maternelle, qu'un peu de 
latin et presque point de grec... L'abbé Renaudot, qui est entré dans des détails fort 
étendus sur les ouvrages de ce célèbre jésuite, en porte un jugement très sévère, 
confirmé par Wilkins, Blumberg, Lacroze, Jablonski, l'abbé Barthélémy, Tromler, 



LN ÉGYPTOLOGUE DU XVIP SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 35 

Schmidt', etc.. » Plusieurs de ces savants étant des contemporains, Kircher put les 
connaître et les contredire. Il le fit, pour son malheur ; car le désir ardent de solitude, 
qui entoura ses derniers jours^ provient, à coup sûr, de la tristesse de se sentir vaincu 
dans un combat qu'il croyait enfin gagné. Il mourut donc désespéré, à peu près ceitain 
qu'il n'avait arraché aucun secret à la terre des Rhamsès. Vraiment, pour sa ténacité et 
son labeur opiniâtres, il méritait une mort plus douce. 

Si les noms de ses adversaires sont aujourd'hui encore plus oubliés que le sien, ne 
croyons pas que ses travaux n'occupèrent seulement que des esprits médiocres ou 
pointilleux. Grâce â Kircher, nous possédons quelques observations philologiques de! 
Leibniz, vraiment dignes d'être rappelées. 

On ne se doute peut-être pas assez de l'universalité géniale de ce grand homme. Si 
son nom éveille aussitôt le souvenir des « monades », de « l'harmonie préétablie )). du 
« calcul infinitésimal » et d'autres théories à juste titre immortelles, beaucoup ignorent 
que Leibniz se retourna vers quelques-uns des problèmes les plus ardus de la 
linguistique. A vrai dire, il n'écrivit que des lettres sur ce sujet et non de traité 
spécial. Félicitons-le de cette idée; car, quoique en latin, ces lettres sont d'une aisance 
charmante, et, par leur allure même, d'une lecture très facile. 

Il échangea avec le P. Bonjour, qui lui avait promis le Pentateuque samaritain, 
quelques lettres dans lesquelles il se trouve amené â dire son opinion sur Kircher. Dans 
l'une', il déclare ses traductions d'arabe fausses, et absurde sa théorie de la parenté du 
grec et de l'égyptien. Dans une autre', il s'attaque à la personne même de notre auteur, 
et raconte, non sans une légère pointe de méchanceté, qu'il découvrit des caractères 
arabes, syriaques, etc., dans une tablette venue de Vienne; or, un certain Holstein 
prouva, sans réplique, que c'étaient là des lettres grecques déformées*. 

Une autre fois", il critique vivement, mais sans grande logique, une des rares 
théories de Kircher, qui reste encore debout ; celle qui veut que le copte dérive du vieil 
égyptien. A vrai dire, son argument n'est pas très fort. « Statue autem, dit-il,, 
linguam arraeniam, qu8e hodie vocatur, eamdem esse veterem segyptiacam, tempore - 
Pharaonum et Moysis... usurpatam. » Ce n'est là qu'une affirmation sans preuve, mais 
Leibniz semble y tenir; car il la reproduit dans une lettre du 30 avril 1694, où il nous 
dit avoir enfin découvert le secret des hiéroglyphes. 

Comme leurs pères les Égyptiens, les Arméniens usaient d'un système d'écriture 
hiéroglyphique, et exprimaient en particulier les lettres majuscules par la figure d'un 
homme ou d'un animal. Or (« malgré l'injure du temps et les altérations de Kircher »), 
Leibniz a reconnu les mêmes signes sur les obélisques qu'il a pu étudier. Ces signes ne 



1. QuATREMÈRE, Recherc/iC'S, p. 53. . 

2. Édition Dutens, Genève, 1768, tome VI, p. 166, Frankfort, avril 1700. 

3. Édition Dutens, Genève, 1768. tome VI, p. 296. 

4. Tromler raconte une histoire du même genre. André Muller, gouverneur de Berlin, aurait présenté à 
Kircher des caractères factices, que celui-ci aurait qualifiés d'égyptiens (Spécimen bibliothecœ copto-jacobitœ, 
p. 22). 

5. Édition Dutens, tome VI, 2» partie, p. 132 et 134 (30 avril 1694). 



X 



36 UN ÉGYPTOLOGUE DU XVir SIÈCLE : LE PÈRE KIRCHER 

sont pas des symboles, mais des lettres'. Ainsi, il a lu dans Kircher' qu'un homme 
debout et entouré de bandelettes, portant le bras gauche tout droit, exprimait l'idée de 
« munificence ». C'est là une grave erreur, car ce signe est la lettre U. De plus, les 
obélisques rapportent des récits de victoires, et non des mystères théologiques. Kircher 
s'est trompé, parce qu'il croyait identique la nature des langues chinoise et égyptienne. 
Or, il existe entre elles un véritable abîme : le chinois connaît la flexion verbale, et non 
l'égyptien. Telle est la véritable explication de l'insuccès manifeste de VŒdipus. 

Cet exposé de Leibniz, malgré des assertions vraies, n'est pas encore toute la 
vérité : il constitue un ensemble d'affirmations sans preuves. Pourtant excusons-le. 
N'oublions pas qu'il écrit une lettre rapide et se contente d'indiquer à la hâte ses 
idées sur un sujet qui l'occupait très peu. Ne doutons pas aussi que ses opinions re- 
posaient sur des bases quelconques, sans nul doute erronées et fausses, mais certaine- 
ment très curieuses, car tout ce qui provient d'un génie de l'envergure de Leibniz est 
intéressant à étudier et mérite d'être respecté. 

Quoi qu'il en soit, nous retiendrons de tout cela un fait important : dès la fin du 
XVIP siècle, les savants d'Europe avaient une certaine connaissance de ces fameux 
hiéroglyphes hétéens% sur lesquels s'est exercée, jusqu'à présent, sans grand succès, la 
patience des érudits. Il me semble bien difficile de ne pas admettre que ce sont eux 
que Leibniz avait en vue, quand il parle des figures d'hommes et d'animaux, qui ser- 
vaient d'écriture aux Arméniens de la « préhistoire ». Constatant que les mêmes signes 
ne se retrouvaient qu'en Egypte, il avait conclu à la parenté des deux peuples. C'était 
là un raisonnnement juste, mais fragile, que les découvertes modernes devaient ébranler, 
i Félicitons néanmoins le grand philosophe d'avoir entrevu la valeur alphabétique des 
hiéroglyphes, et le caractère purement « triomphal » de ces obélisques fameux, aux- 
quels on voulait faire dire tant de mystérieuses choses. 

Avec Leibniz s'éteignit l'ardeur très réelle que manifesta le XVIP siècle pour les 
questions d'archéologie égyptienne : l'échec de Kircher eut pour résultat de calmer 
l'enthousiasme des orientalistes durant de longues années. Néanmoins, nous trouvons 
au XVIIP siècle quelques tentatives de déchiffrement qui méritent d'être étudiées. 
Nous en retracerons l'histoire afin de bien connaître le milieu où devait vivre et se 
développer le génie de ChampoUion. 



1. Cela n'est point dit d'une façon aussi générale, mais est la conséquence naturelle de ce qui précède et 
de ce qui suit. 

2. Il a soin de nous dire qu'il ne se souvient plus dans quel ouvrage, et quil ne répond pas de l'exactitude 

de son exemple. Il est pourtant juste. Nul doute qu'il ne s'agit du hiéroglyphe /W^ ■ 

3. On a découvert en Asie Mineure des hiéroglyphes très anciens que l'on a attribués aux Hittites ou 
Hétéens, peuple complètement disparu à l'époque perse. Voir la petite Histoire des peuples de l'Orient, 
de Maspero. p. 428. Sur les Hétéens, voir surtout Wrigt, The Empire of Hittites, London, 1884. 



NOTES ET REMARQUES 37 



NOTES ET REMARQUES 

PAR 

G. Jéquier 

V, — Le Lasso et la Bola. 

L'usage du lasso dans l'ancienne Egypte est bien connu, ainsi que le mot qui carac- 
térise ce genre de chasse, lu^ ^'^. Pour ce qui concerne Tengin analogue, la corde 
munie de boules, qui va s'enrouler autour d'un des membres de la bête visée, la bola, 
comme on l'appelle en Amérique, son emploi est beaucoup plus problématique, 
M. Maspero' l'avait reconnu dans une figure publiée par Wilkinson', et pensait trouver 
le mot ancien dans«cz=>ç, employé dans un texte parlant de chasse à la gazelle. 
Dans la publication des tombeaux de Beni-Hassan par M. Newberry, on peut voir que, 
là où Wilkinson avait vu le bout de la corde muni d'une boule, il n'y a pas autre chose 
qu'une des flèches lancées par l'archer qui suit l'homme à la corde, et qu'ainsi cette 
corde, qui va s'accrocher aux cornes, est sans doute simplement un lasso'. 

Cet exemple de chasse à la bola étant donc écarté, il reste à en étudier un autre 
qui ne me paraît guère plus concluant et qui se trouve sur une des parois du tombeau 
de Khouthotep à Saqqarah* : on y voit représentée, au-dessus du sacrifice funéraire, 
la capture des bœufs qu'on va égorger, en deux scènes parallèles. D'un côté, un homme 
balance de la main droite le nœud coulant d'un lasso dont il tient l'autre extrémité 
enroulée dans sa main gauche, et arrive au pas de course derrière les bœufs dont il veut 
s'emparer; au-dessus court l'inscription Mn fi ^ ^ ^^. Sur la droite du tableau, 

un homme tire des deux mains sur une corde qu'il a en outre, pour se donner plus de 
force, passée autour de son épaule, et dont l'autre extrémité est accrochée à la jambe de 
derrière d'un taureau qui, se sentant pris, s'arc-boute de son mieux pour résister au 
choc. Ici la jambe seule est prise et non les cornes, comme c'est en général le cas 
quand on fait usage du lasso, et c'est ce fait qui pourrait faire croire à l'emploi d'un 
autre engin, ainsi que le mot z ^^ i (^ dans l'inscription qui, à part cette différence dans 
le verbe, est absolument semblable à la précédente. Il n'est cependant pas possible de 
rien affirmer à ce sujet, puisque nous ne distinguons pas le bout de la corde qui peut 
aussi être un nœud coulant, jeté d'une manière différente de celle employée d'ordinaire. 
Quant au mot -^^^ '^. i^ ^st difficile de lui donner un sens plus précis que celui de 
lier, attacher, admis généralement' ; s'il est parfois appliqué à la capture des bœufs 
sauvages, il est toujours en rapport avec I n fi (® . et indique simplement une des phases 

1. Proc. of Soc. Bibl. Arch., t. XIII, p. 427. 

2. Manners and Ciistoms, t. II, p. 87 {2' édition), 

3. Beni-Hassan, t. II, pi. IV, reg. sup. C'est du moins ce que je puis y distinguer; il est regrettable que 
cette publication, très soignée à d'autres égards, soit à une échelle tellement petite que tous les détails ar-: 
cbèologiques si précieux de ces peintures sont parfois absolument perdus, le plus souvent presque mécon- 
naissables. 

4. N. DE G. D.wiES, Ptahhetep and Akhcthetep, t. II, pi. XXII. 

5. Brugsch, Dict., p. 1438. 



38- NOTES ET REMARQUES 



de la chasse, le moment sans doute où l'on serre la corde autour du membre atteint; 
c'est du moins ainsi que nous le rencontrons dans un des chapitres des textes des pyra- 
mides, celui où nous voyons Ounas dévorer les dieux, et dans lequel toutes les péri- 
péties du sacrifice se suivent'. 

Dans les sarcophages du Moyen Empire, on voit souvent, rangé à côté des armes, 
poignards, arcs, massues, un instrument qui n'est autre que le signe '^ et qui est assez 
bien détaillé pour qu'on puisse y reconnaître une corde avec des boucles pouvant servir 
de nœuds coulants; je crois y reconnaître un modèle réduit et simplifié du lasso, et il 
me semble que si la corde à boules avait été employée en Egypte, nous la retrouverions 
là aussi. Cette preuve négative jointe aux autres, nous pouvons, sinon nier absolument 
l'existence de ce dernier engin, tout au moins dire que nous ne connaissons aucun 
exemple probant de son emploi en Egypte. 

VI. — Les bœufs ^ . 

Nous venons de voir des bœufs portant le nom de ^ , capturés au lasso pour le 
sacrifice ; sur un autre tableau de la même tombe', nous retrouvons ces animaux rangés 
parmi le gros bétail qu'on vient présenter au maître, avec les (1 -Ç] richement ornés de 
colliers et de couvertures; eux sont nus et amenés en troupe, mais ils tiennent tout de 
même leur rang parmi le bétail, en opposition aux animaux du désert qui sont repré- 
sentés sur un autre bas-relief, faisant pendant à celui-ci'. 

Le fait qu'on doit se servir du lasso quand on veut s'en emparer, montre qu'il s'agit 
de bêtes à demi sauvages, vivant sans doute en liberté dans des pâturages ou de grands 
enclos. Parfois on les poussait par troupes sur l'aire pour fouler le grain, et c'est une 
scène de ce genre, toujours dans le même tombeau', qui nous montre, en nous donnant 

AAAAAA 

la variante t^ ', que c'est une espèce assez connue, en général mise en parallèle avec 



A/V\A.\\ 



les (1 -^ . L'identité des deux mots ^ et rx est du reste prouvée d'une manière in- 
discutable dans certains chapitres des textes des pyramides, où les variantes donnent 
alternativement l'un ou l'autre', quoique la forme rr soit en somme la plus fréquente. 
Nous sommes en présence ici, non sans doute d'une race bovine tout à fait distincte, 
mais tout au moins d'une catégorie fort nombreuse d'animaux analogues aux bœufs 



1. Ounas, 1. 510. Dans les textes de celte époque, aous trouvons le même mot employé dans bien des cas 
où on ne peut lui donner que son sens le plus général, par exemple quand il est question de fixer une échelle 
{Pépi II, 1. 975). 

2. Davies, Ptalihetep. t. II, pi. XXI. 

3. Ibid., pi. XIX. 

4. IbLd., pi. VIII. 

5. Cf. L., £>., t. II, pl. 4, 14, 22, 24, 49, 50, etc.; à la pi. 60 nous retrouvons le sous la forme plurielle 



U^ Uù Lu _Bj4ugsch, D/c<., p. 818; Su/>/3Z., p. 702.'— L'expression p- IL., D. Ergânz-ungsbanc/, 

pl. 7) montre que ces bœufs étaient élevés non dans des étables, mais dans les pâturages marécageux en dehors 
des terrains de culture. — 11 faut sans doute considérer comme une troisième variante le mot S ^^ a^ 



qui paraît dans les papvrus de Kahoun (éd. Griffith, pl. XVI, XVII). 

6. 7^ (Otm«s, 1.424) = ^ [Téti, \.2ABi \ ^ (Ounas, \. 491} =z -rr (Pé/>(7, 1. 192), et d'autres encore. 



NOTES Et REMARQUES 



39 



domestiques : comme la racine tt l'indique, c'étaient des bestiaux destinés spéciale- 
ment à la boucherie et aux sacrifices, qu'on ne tirait guère de leurs pâturages que pour 
certains travaux agricoles ou pour les grandes inspections présidées par le propriétaire, 
jusqu'au moment où on les capturait individuellement pour les amener sous le couteau 
du boucher. 




N. DE G. Davies, 
Ptahhetep, II, 

ri. VIII. 
tel quel, c'est 



VII. — Le signe 

Les gardiens de ces bœufs à demi sauvages portent souvent un objet dont la nature 
n'a pas encore été détînie jusqu'ici et qui, dans les tableaux de cette époque, ne se 
trouve jamais auprès de personnages d'une autre classe. C'est comme 
un long rouleau, dont les deux bouts sont attachés ensemble de manière 
à former une boucle d'une certaine rigidité, que les bouviers suspendent 
simplement à leur cou quand ils sont en train de surveiller les bestiaux 
pendant un travail quelconque (le foulage du grain par exemple), le 
tenant d'une main pour pouvoir s'en servir dès que le besoin s'en fait 
sentir. Quand ils accompagnent les troupeaux ou leur font traverser des 
canaux, ils le portent en sautoir ou parfois le suspendent au bout de leur 
long bâton'. 

Cet objet est coupé à intervalles réguliers de traits transversaux 
exactement le signe ¥ tel qu'il paraît dans les inscriptions de l'Ancien Empire, où il est 
du reste fort rare'. L'amulette de cette forme ne parait guère que plus tard, au Moyen 
Empire, à un moment où nous ne retrouvons plus la boucle en 
question entre les mains des pâtres, mais malgré cela il présente 
toujours les détails caractéristiques de l'objet tombé, semble-t-il, 
en désuétude. C'est cependant à cette époque que nous devons 
nous reporter, si nous voulons nous rendre compte de la desti- 
nation de cet objet : dans les tombeaux de Bersheh, nous voyons 
souvent paraître des bouviers qui amènent des taureaux ou les 
font combattre l'un contre l'autre, et toujours ces hommes portent 
sur le bras gauche une grande pièce d'étoffe pliée en deux, qu'ils 
tiennent en avant de manière â se garer des coups de corne; les autres serviteurs n'en 
portent jamais. Cette coïncidence me porte à croire que l'objet de l'Ancien Empire était 
de nature analogue et que tout au moins son but était le même : les rayures régulières 
et les lignes transversales paraissent indiquer une natte semblable à celle que représente 
le signe S, mais très souple et pouvant facilement se rouler. Cette sorte de nattes, nous 
pouvons en voir la fabrication dans un bas-relief de l'Ancien Empire, dont le sens est 




Clarke- 


J. i>E Mor- 


TVLOR. 


gan, 


El-Kab, 


Da/ichour, 


pi. V. 


II, pl.V. 



1. D.wiES, Ptahhetep, t. II, pi. VIII, XIV, XVII ; De Morgan, Recherches sur les origines, t. I, p. 175; 
Lepsius, Denkrn., II, pi. 105. 

2. Sethe, dans Mahasna and Bet-Khallaf. p. 24: Davies, Ptahhetep, t. I, pi. XVI, n" 353; Pétrie, 
History of Egypt, t. 1, p. 106. — Les oreilleues qui ornent ce signe à une époque postérieure ont pour origine 
l'amplification des petits liens à la partie la plus large ; ce développement inutile montre bien que l'objet 
n'était plus employé à ce moment-là. La stèle publiée dans Mariette, Mastabas, p. 366, en serait l'exemple le 
plus ancien, n:ns il est difficile de tirer des conclusions d'un croquis aussi sommaire. 



40 NOTES ET REMARQUES 




PiîRROT et Chipiez, Histoire de l'Art, I, p. 36. 



des plus clairs' : les bergers sont aux champs, se reposent ou cuisent leur repas; deux 
d'entre eux, accroupis l'un en face de l'autre de chaque côté d'un tas de roseaux (?), 
sont en train de les assembler et ont déjà achevé deux de ces objets qui, roulés et plies, 
sont dressés derrière eux. Tels quels, ils sont exactement semblables à ceux que portent 
les autres bouviers de cette époque et au signe V du plus ancien modèle. 

Nous pouvons donc admettre que ce signe dérive directement, à l'origine, de la natte 
dont se servaient les gardiens de bœufs pour se protéger contre les coups de corne de 
leurs bêtes â demi sauvages, comme aussi pour s'asseoir ou se coucher dehors", dans les 

nuits passées aux champs. Un objet 
dont on a l'habitude de se servir pour 
se garder d'un danger toujours immi- 
nent est tout indiqué pour devenir le 
prototype d'une amulette, surtout d'une 
amulette ayant plus qu'aucune autre le 
sens de protection. Le fait même que l'objet primitif est tombé en désuétude et a été 
remplacé très tôt déjà par une couverture sans forme précise, plus pratique en réalité, 
explique bien les déformations successives du signe ¥ , dont les Égyptiens eux-mêmes 
avaient oublié le sens originel. 

Il faut encore ajouter que cet objet fait, avec la houlette, partie de l'équipement du 
personnage assis k|| , qui, comme hiéroglyphe, est bien connu dans le sens de o gardien », 
mais qui, à l'origine, semble signifier plutôt « berger' ». La boucle qui est ici repré- 
sentée très sommairement ne peut être autre chose que notre signe Y . et son emploi 
dans ce cas est parfaitement justifié. 

VIII. — Rôle protecteur de l'hippopotame. 

Une catégorie de monuments sur la signification desquels on n'est point encore fixé 
est celle de ces grands croissants plats en ivoire, qui sont couverts sur une ou parfois 
sur les deux faces de figurations magiques, et qu'on appelle castagnettes, bâtons ma- 
giques, phylactères ou même horoscopes*. Maintenant qu'on a réuni en une seule 
publication tous les exemplaires connus de ces curieux objets', l'étude en est considé- 
rablement simplifiée, et je voudrais ici aborder deux des côtés de la question. 

La matière dans laquelle ils sont sculptés" n'a pas encore été identifiée par des 
naturalistes, mais, à considérer leur forme seule, il est difficile de s'y tromper et d'y voir 



1. Perrot et Chipiez, Histoire de l'Art, t. I, p. 36. — L'inscription doit se traduire « tressage de roseaux » 
ou « tressage des nattes de roseaux », le sens du mot ]) ou 1) HjK m'élani inconnu. 



2. Voir Lepsws, Denkin.. Ergân;unç/sband,Y>\- VII. 

3. Voir une série d'exemples de l'Ancien Empire où ce mot est employé dans ce sens dans Maspeko. Études 
égyptiennes, t. II, p. 106-108, ainsi que l'étude de M. Gardiner, À. Z., t. XLII, p. 116-123; cf. Euman, 
Âgypten, p. 585. — Une bonne reproduction de ce signe se trouve dans Grxffith, Bcni-Hasmn, III, n° 74. 

4. Miss Murray, P. S. B. A., t. XXVIII, p. 33-43. 

5. Legge, p. s. B. a., t. XXVIl, p. 130-152, 297-303; t. XXVIII, p. 159-170. 

6. Je ne tiendrai pas compte ici de l'exemplaire sur bois d'ébène du Musée du Caire (Darkssy, Textes magi- 
ques, p. 43), qui est l'unique exception dans toute la série. 



NOTES ET REMARQLES 41 



autre chose que de l'ivoire d'hippopotame : les défenses d'éléphant, étant très allongées, 
ne pourraient donner des morceaux qui ont parfois la forme d'un demi-cercle complet; 
de plus, l'éléphant n'existait très probablement plus en Egypte au Moyen Empire, 
époque à laquelle remontent nos croissants, et l'ivoire était devenu une denrée très rare 
qu'on n'employait même plus, comme auparavant, pour des objets très soignés, statuettes 
ou pieds de meubles, à, plus forte raison pour des objets qui sont généralement d'une 
facture assez grossière. 

Les grandes canines de l'hippopotame, par contre, correspondent beaucoup mieux à 
la forme demandée : très incurvées, elles atteignent jusqu'à 0™75 de longueur, et 
forment en général un demi-cercle complet; elles sont percées longitudinalement par 
une cavité qui les divise en deux parties, dont une au moins est à peu près plate, et 
peut ainsi donner, presque sans être retaillée, des instruments comme ceux qui nous 
occupent. De plus l'hippopotame était alors fort commun dans le pays et on le chassait 
volontiers. 

Si nous passons à un autre ordre d'idées, nous voyons que, parmi les représentations 
d'animaux plus ou moins étranges qui sont gravées sur ces objets, celui qui parait le 
plus souvent, presque sur chaque exemplaire, est l'hippopotame femelle, dressée sur ses 
pattes de derrière et appuyant celles de devant sur le signe V ; il semble qu'il y ait cor- 
rélation intime entre la matière même de l'objet et cette figure qui marche en général 
en tête de la théorie des êtres fantastiques : qu'elle porte comme ici le nom de i^ ', 

variante probable de <==> W , ou que nous l'appelions Thouéris ou Apet, la chose im- 
porte peu. 

De tous temps on a employé comme fétiches ou porte-bonheur des dents ou des 
griffes d'animaux dangereux. Ici aussi, il s'agit d'un objet ayant des vertus protectrices 
magiques, dont j'avais déjà indiqué le rôle, d'après un exemplaire trouvé à Licht, étant 
donnés les mots ^..,^, gravés au verso'; cette hypothèse est pleinement confirmée main- 
tenant, puisque tous ceux de ces ivoires qui portent une inscription insistent sur cette 
formule. Le nom de V i donné à la série des animaux et le signe V que tient l'hippo- 
potame ne peuvent que corroborer le fait, et nous savons en outre que les Égyptiens 
considéraient ce monstre, à tort ou à raison, comme l'ennemi du crocodile qu'il saisit 
à pleine gueule et qu'il étouffe sans rémission, ainsi que nous le montrent quelques 
tableaux de pêche de l'Ancien Empire^; de plus, les représentations de la Stèle Met- 
ternich et des monuments analogues nous font toujours voir le même hippopotame 
assistant à la scène où Horus perce un crocodile de sa lance. Nous pouvons donc, sans 
trop nous hasarder, dire que ces croissants d'ivoire sont des dents d'hippopotame, 
destinées à protéger celui pour lequel elles ont été gravées, contre les crocodiles tout 
spécialement, et que très probablement les autres figures sont là pour le préserver aussi 
de la morsure d'autres bêtes, les serpents en particulier, rôle qui parait ici dévolu au 
dieu Bes. On arrivera peut-être une fois à établir la fonction exacte de chacune de ces 



1. p. .s. B. A., t. XXVII, p. 302. 

2. GAUTiER-JÉciuiER, FouUles de Licht, p. 59. 

.3. Voir, eatre autres, von Bissing, Mastaba des Gem-ni-kai, t. I, pi. XVIII. 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 



NOTES ET REMARQUES 



représentations, mais mon but pour le moment est seulement d'insister sur celle de 
l'hippopotame. 

Une question plus difficile à résoudre est celle de l'emploi de ces objets bizarres : 
étaient-ils destinés aux vivants ou aux morts ? Pour la trancher définitivement, il faudrait 
en avoir trouvé en place; c'est ce qui n'est pas le cas, et tout renseignement sur leur 
origine nous manque'. Nous devons donc, pour émettre des hypothèses à ce sujet, 
nous en tenir à l'étude des figurations. A première vue, certains animaux, comme le 
sphinx et le taureau à deux têtes, la lionne ciachant du feu, les bêtes armées de couteaux, 
semblent nous reporter à une imagerie analogue à celle du Livre de l'Am-Douat et des 
compositions similaires, et alors, étant donnée la formule ^ ^^F' .... nous aurions atïaire 
à des objets destinés à être placés sous la tête de la momie, comme les hypocéphales à 
une époque très postérieure'. 

La chose est cependant assez peu probable, du moment que, comme l'a fait re- 
marquer M. Legge', aucun des personnages cités n'est qualifié de^^; il est par 
conséquent difficile d'y voir des morts, d'autant plus que l'hippopotame femelle et Res 
ne sont en aucun cas des divinités funéraires, mais ont par contre un rôle important à 
jouer au moment des naissances. De plus, tous les individus mentionnés sont, ou bien 
des enfants, ou bien des femmes, des princesses, peut-être de toutes jeunes filles. Un de 
ces croissants magiques* porte à ce sujet une formule ou tout au moins la fin d'une 
formule très instructive : « ... pour qu'ils (ne) pénètrent (pas) dans la maison des enfants 
de... )) Cette phrase me porte à croire que, comme plus tard les stèles dites d'Horus sur 
les crocodiles, ces petits objets n'étaient que des talismans destinés à protéger les enfants 
contre tous les animaux nuisibles, en particulier les crocodiles et les serpents. Comme 
ils ne portent aucun trou par où on pourrait les suspendre ou les coudre aux vêtements', 
que jamais sur les monuments nous ne voyons qui que ce soit porter à la main un 
objet semblable, trop fragile du reste pour pouvoir être confié à un petit enfant, il est 
des plus probable qu'on se bornait à les déposer auprès de leur couchette pendant la 
nuit, au moment où ils avaient le plus besoin d'être protégés, et que le charme souverain 
de l'amulette était suffisant pour écarter d'eux tout être nuisible". 

IX. — Origine du dieu Tanen. 

Les dieux autochtones de l'Egypte se sont, déjà à une époque très ancienne, fondus 
avec ceux qu'amenaient les envahisseurs étrangers, à moins qu'on ne les ait laissé 



1. M. QuiBEi.L en a oepetidaiu trouvé quelques-uus dans une boite avec des fragments de papyrus, mais, 
dans ce cas-ci, ce renseignement ne nous apprend pas grand'chose (Quibell, Ramesséum, p. 3). 

2. Les représentations qui ornent les hypocéphales sont du reste absolument diSèrenles de celles des objet* 
dont nous nous occupons, et paraissent se rattacher au mythe solaire exclusivement. 

3. P. S. B. A., t. XXVIl, p. 151, note 33. 

4. N» 48, P. S. B. A., t. XXVIl. p. 302. 

5. Le seul qui soit percé est celui de Licht; il n'y a pas lieu de tenir compte de cette unique exception, 
me semble-til. 

6. Au tombeau de Kekhmara (éd. Nkwberuv, pi. XXII). parmi les objets qu'il dit, avoir faits pour Thout- 
mès III, on voit sous un lit trois de ces bâtons courbés, aisément reconnaissables aux tètes de lion et de chacal 
qui en ornent les extrémités. Ces instruments, faits pour le roi vivant, n'ont aucun caractère funéraire, et, eu 
plus de cela, cette représentation nous montre qu'on en faisait encore usage au commencement du Nouvel Em- 
pire, ce qui n'était pas connu jusqu'ici. 



NOTES ET REMARQUES 43 



subsister en leur imposant un parèdre appartenant à la nouvelle race, comme quand on 
mit à côté de Sebek. au Fayoum et à Ombos. un Horus qui du reste ne parvint jamais 
à prendre la première place. D'autres enfin, comme c'est le cas pour Neit, paraissent 
avoir été peu a peu refoulés hors de leur patrie primitive avec les peuplades dites 
libyennes, pour ne revenir que plus tard s'installer sur un tout autre point de l'Egypte'. 

Pour arriver à nous rendre compte de l'origine de tous ces dieux, certains détails 
peuvent nous être d'une grande utilité, et je voudrais ici insister sur les particularités 
du costume, car les vêtements et les insignes des dieux sont peut-être ce qui, dans tous 
les pays, se conserve le plus longtemps, et, dans l'Egypte même, ils n'ont pour ainsi 
dire pas varié, de l'Ancien Empire à l'époque romaine. 

C'est à sa coiffure qu'on reconnaît Tanen' : seul, je crois, de tous les dieux égyptiens, 
il porte sur une tête humaine deux plumes d'autruche adossées et ornées d'un petit 
disque solaire, supportées ou non par de longues cornes de bélier. Sebek. qui est. à n'en 
pas douter, un dieu bien indigène, porte exactement le même insigne sur sa tête de cro- 
codile', et ce fait, rapproché de celui que sous le Nouvel Empire les guerriers libyens 
plantaient dans leur chevelure une ou deux plumes semblables, pourrait nous engager 
à attribuer a Tanen une origine libyenne. Ces observations ne sont toutefois pas suf- 
fisamment concluantes, et nous devrions tout au plus nous bornera les signaler, si un 
autre fait ne venait les confirmer très à propos. 

Au vu de cette coiffure sans doute, M. Daressy a donné à une statue du Caire* le 
nom de Plah Tanen. et je crois qu'en effet cette attribution est la seule acce|)taljle. 
Dans la brève inscription gravée sur le socle, le dieu, car c'en est certainement un. ne 
porte que le nom de ^ T [) [) "^^^^"^^ ^ '{3' *^P'^^^^*^^ Q*^^! rappelle beaucoup celle qui 
lui est donnée sur certains monuments'. Pour tout costume il n'a qu'une ceinture nouée 
sur le devant et soutenant un objet de forme très allongée, renflé au centre et serré près 
des extrémités. Cet objet ne peut être autre chose que l'étui phallique en usage en 
Egypte à la période la plus ancienne, le ^^^ , c/ ^^ft^'^ ^"^ '^'^ Libyens seuls 
conservèrent presque comme un insigne national'. Comment admettre que les Égyptiens 
aient pu donnera un de leurs dieux le costume caractéristique d'un peuple qu'ils con- 
sidéraient comme vassal, sinon comme ennemi, et qu'ils représentaient volontiers foulé 
aux pieds par le roi ? Au contraire, la chose s'explique d'elle-même, si nous supposons 
que Tanen était un dieu purement égyptien, antérieur à l'arrivée des envahisseurs 
orientaux, et qu'englobé peu à peu par Ptah. il n'a plus conservé que son nom et ses 
insignes d'autrefois. 

X. — Khontamenti . 

Le dieu des morts d'Abydos était à l'origine, cela a été reconnu ])ar ^L Ed. Meyer'. 



1. Voir JÉQLiiiR, dans le Bulletin de l'Institut français dWrckéologie orientale, t. VII. 

2. Lanzone. Dizionario de Mitolof/ia, p. 1256, pi. CCCI. 

3. Lanzone, pi- CCCLUI-CCCLIV. 

4. Catalogue général, n» 38068 : Darkssv, Statues de dicinités, p. 25, pi. VI. 

5. Par exemple, sur la stèle d'Ibsamboul, Navili.e, Trans. oft/ie Soc. of Bibl. Arc/,., t. VII. p. U9-138. 

6. Navilliî. Rec. de Trac, t. XXII, p. 68-71. 

7. Zeitsclirift, t. XLI, p. 97. Peut-éire pourrions-non- le retrouver encore sur un vase île pierre qui ne 



44 NOTES ET REMARQUES 



un dieu loup (ou chien) qui portait le nom de [j]]] .Sa disparition date d'une époque 

A/AAAA 

extrêmement reculée, et nous voyons se produire pour lui un phénomène tout à fait- 
particulier, son absorption non par un seul, mais par deux dieux très différents l'un de 
l'autre, qui se sont partagé ses attributs. C'est probablement lorsque Thinis céda son 
rang de capitale de l'Egypte et de résidence royale que le fait s'accomplit : le dieu subit 
le contre-coup de cette déchéance, et les dieux qui commençaient à ce moment à sup- 
planter tous les autres comme dieux des morts, s'installèrent à sa place. Osiris tout 
d'abord prit possession du nom même de l'ancien dieu qui, légèrement déformé, ne 
fut plus dès lors qu'une épithète du sien propre : Khontamenti ne rappelle plus que par 
le son le vieux Khontmen ou Khontmenti ; en même temps Osiris s'appropria le titre de 
maître d'Abydos. 

C'est le même titre de ^^37 4 J (ou ^ ou # O) qui est porté par une autre 
divinité, Apouaïtou, le dieu loup, qui s'implanta à Abydos d'autant plus facilement qu'il 
n'avait qu'à revêtir la dépouille matérielle du vieux dieu déjà privé de son nom, dé- 
pouille qui correspondait exactement à celle d'Apouaïtou lui-même. Il s'installe donc 
lui aussi définitivement sur place et devient l'Apouaïtou du pays méridional, ne différant 
guère de son prototype de Siout que parce qu'il est représenté le plus souvent couché 
et non debout sur sonperchoir\ 

Le dieu primitif s'est-il absolument fondu dans ses deux successeurs, Osiris et 
Apouaïtou, ou bien pouvons-nous trouver encore sa trace dans des monuments postérieurs 
aux dynasties thinites? Il est assez difficile de le dire pour le moment, à moins de faire, 
dans ce seul but, une revue complète de tous les textes religieux. Je voudrais cependant 
attirer l'attention sur un passage du Livre des Pyramides où nous voyons un dieu 
nommé f[[|] '=^ c. jouer le rôle de guide du mort' ; le même se retrouve ailleurs, et 

avec la variante [|j|i <=> [1 '. Serait-ce vraiment l'ancien dieu d'Abydos qui se 
présenterait ici à nous sous sa forme de dieu loup (ou chien), dans un rôle très ana- 
logue à celui d'Apouaïtou? Cela nous ferait mieux comprendre l'absorption de l'un par 
l'autre, mais il convient de n'être pas trop afïirmatif dans un cas aussi peu précis. 

Pour les périodes plus modernes, je ne vois guère qu'un fragment de statuette, 
trouvé et publié par Wilkinson*, qui nous présente un homme accroupi dans la posture 
habituelle entre les pattes de devant et sous la tête d'un animal couché derrière lui. 
Les lambeaux de l'inscription ne nous donnent pas grand'chose de plus que les signes 
ri h fî . nom qui ne peut guère être qu'une variante du dieu en question. 

Si ce petit monument existe encore, on pourrait peut-être déchirirer quelques signes de 
plus; tout ce qu'on peut dire d'après le croquis publié, c'est qu'il s'agit non d'un chacal 



porte que l'animal sur son percboir (Pethie, Royal Tombs, t. II, pi. VIII a), sur un fragment de plaquette de 
Den {ibid., t. I, pi. XIV), ou encore sur la stèle de Sabef, parmi les titres du défunt {ibid., t. I, pi. XXX). 

1. Voir, par exemple, Mariette, Abydos, t. Il, p. 22, 25, 46,49, 59; Pi^triu, Abydos, t. II, p. 25, 29. 

2. Téti, 1. 288. 

3 Téti 1. 241 = Ounas. 1. 4?2. Au ch. i.xvii du Livre des Morts, le Pap. de Nou (1. 4., éd. Budoe, pi, 29) 

donne un dieu r^, ^ ™ 4 1 (2 I "=- ï3 *^"'-- ^^ ^ CTZD ^ ™ ^ I ^_ ''•™-^' '"^^^'"' "' 
p. 143) qui est peut-être le même. 

4. Manners and Customs, t. IV, pi. 43 (o édition). 



LES CONSTRUCTIONS RURALES DE LA GHALDEE ET DE L'ASSYRIE 45 

ni d'un loup, mais bien certainement d'un chien, d'un dieu chien prenant son fidèle 
adorateur sous sa protection immédiate'. 

Quant à Osiris Kliontamenti lui-même, la seule trace qui reste de son origine ca- 
nine est le fait que sur la châsse divine, représentée dans le temple de Séti I*' à Abydos, 
aussi bien que sur sa barque', nous voyons deux chiens couchés, l'un à l'avant, l'autre 
à l'arrière du petit naos, dans la pose habituelle à Anubis, regardant vers le symbole divin 
dressé entre eux deux. Aucune des autres barques ou châsses figurées dans le même 
temple n'est accompagnée de chiens, loups ou chacals, et cette circonstance mérite d'être 
signalée, quoiqu'elle puisse n'être que fortuite. 



XI. — Le roi { \=^ ^^ r^ 



]■ 



J'ai cherché dans une précédente note à ranger le roi ¥ dans la catégorie des 1^ 

Zoser que nous connaissons et qui paraissaient jusqu'ici être au nombre de trois. Il sem- / ç^r» r . 
blerait cependant qu'il ait pu y avoir plus de rois de ce nom, car nous avons sur un 
monument du Musée du Caire un cartouche qui ne correspond ni à l'un ni à l'autre des 
noms hiéroglyphiques connus, pas plus qu'à leurs transcriptions grecques. C'est un 
fragment de bas-relief provenant de Saqqarah, de la tombe de ^^ (époque ra- 

messide)' : sur la gauche, le dieu Ra Harmatchis est accroupi, suivi d'un autre dieu cou- 
ronné du pschent, presque complètement disparu; on voit encore les traces d'une 
troisième divinité. Devant eux sont agenouillés trois rois, l'urœus au front, faisant un 
geste d'adoration de la main gauche et tenant de l'autre le j . Les cartouches placés à 

/''"^ /jT"^' ^^^ deux derniers sont bien connus, mais, 

I j' semble bien, d'après les premiers signes du 

Li dans la IIP dynastie, avec les autres Zoser ; 

me hasarder à le classer, surtout étant donné 



côté de ces rois sont /''"^ 
nom, devoir être rangé 



quant au premier, il 



je ne puis cependant V ^ v J 

que le monument où il est nommé est très postérieur. 



. LES CONSTRUCTIONS RURALES DE U CHALDÉE ET DE L'ASSYRIE 

PAR 

Max Ringelmann 

Professeur à l'iustitut National Agronomique 

§ 5. — Annexes des habitations humaines; cuisines; fours; 

LIEUX d'aisances. 

Place a trouvé les cuisines et boulangeries dans les dépendances de Khorsabad ; 
nous sommes surpris qu'il les indique comme devant desservir tout le palais, le sérail 

1. Au Musée du Caire, uue statue d'époque ramesside, trouvée dans la cachette de Karnak, représente un 
prêtre qui porte sur l'épaule droite le titre | y \fi\ • faut-il y voir le dieu Khontameati ? Je n'oserais le 
dire d'une manière certaine. 

2. Caulfeild, Temple of the klngs, pi. II et III. 

3. Entrée 33258 (Saqqarah, 1898-99, n» Loret 2001. Calcaire, longueur 0° 68, largeur 0"'28. (Renseignement 
fourni par M. Legrain.) 



46 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



et le harem; cela est inadmissible, ne serait-ce que par leur position qui eût entraîné un 
long transport des aliments, incompatible avec la surveillance étroite due à la crainte 
des empoisonnements qui occupe une place si importante dans la vie orientale. Les cui- 
sines qu'il nous décrit, communiquant presque directement avec la cour des écuries 
(XX, fig. 53), ne pouvaient servir qu'à préparer les aliments de la nombreuse domesti- 
cité des dépendances du palais. Les chambres 153. 154 et 155 (fig. 53) ouvrent sur la 
cour XVIL qui, par la pièce 152, débouche sur le couloir (150-151) desservant égale- 
ment la cour XX. « Les pièces (153-154-155), dit Place', contenaient un grand nombre 
de jarres en argile. Ces vases étaient placés à un mètre au-dessus du sol, à moitié en- 
foncés dans une construction en terre battue; ils contenaient des cendres et du char- 
bon Les jarres avaient servi à préparer les aliments et à cuire le pain Tout 

le pain consommé dans la vallée du Tigre n'est autre chose qu'une pâte assez mal pétrie 
et sans levain. Les femmes qui la préparent (actuellement) se contentent de mélanger 
la farine avec de l'eau et du sel: elles découpent la pâte en galettes rondes, ayant 

l'épaisseur d'un travers de 
doigt, et dont le diamètre 
ne dépasse guère la longueur 
de la main. Ces galettes sont 
ensuite appliquées sur la 
paroi intérieure d'un vase 
en terre fortement chauffé à 
l'aide de broussailles; quel- 
quefois même, dans le dé- 
sert, avec du fumier de cha- 
meau : en quelques instants, 
ce prétendu pain est cuit. 
Pour empêcher les jarres de se rompre sous l'action du feu, on les enfonce à moitié 
dans la terre, comme nous les avons vues dans nos excavations. L'emploi de ce moyen 
est d'ailleurs des plus faciles; souvent de pauvres Arabes, ne pouvant se procurer des 
vases complets, se contentent d'un fragment de poterie qu'ils enterrent dans le sol, et 
leur pâte n'en est ni mieux ni plus mal cuite que dans des jarres entières Les sin- 
guliers fours de la boulangerie du palais de Khorsabad ont, pour ainsi dire, servi de 
modèles à ceux qu'emploient encore les habitants de ces contrées. » 

La description précédente n'est pas bien nette : si l'on faisait le feu (de broussailles 
et d'excréments de chameaux) dans les jarres (qui contenaient des cendres), les galettes 
à cuire devaient être appliquées à l'extérieur; d'un autre côté, en brûlant le combustible 
dans les jarres à moitié enterrées, il fallait les tenir inclinées pour faciliter la rentrée 
de l'air indispensable à la combustion, de sorte que nous pouvons tenter de reconstituer, 
d'après le texte, le four assyrien, comme l'indique la figure 54; la jarre A est couchée 
et à moitié enfoncée dans le massif m en terre, d'un mètre de hauteur environ pour faci- 




Fig. 5o. — l'ian des cuisines de Khoisabad (d'après \'. Place 



1. V. Place, Ninirc et l'Assyrie, t. I, p. 99. Malheureusemenl pour nous, f^lace ne doaue aucun dessin 
relatif à sa description. 



DE LA CHAIDÉE ET DE I/ASSYRIK 



a 




Fig. 54. — Four assyrien (essai de restauraiion) 



liter les manutentions; le combustible F est brûlé à l'intérieur où l'air pénètre suivant 
la flèche a, alors que les produits de la combustion s'échappent en f, en chauflfant la 
partie supérieure G de la jarre. Quant au mode d'emploi, deux procédés ont pu être 
suivis : l'un consistant à entretenir le feu F pendant la cuisson, les galettes étant appli- 
quées en g sur la paroi ex- 
térieure; dans l'autre, la 
jarre a jm être utilisée 
comme un véritable foiœ, 
c'est-à-dire qu'après avoir 
bien chauffé les parois, on 
retirait le combustible et 
les cendres, puis on enfour- 
nait les matières à cuire et 
on fermait l'orifice de la 
jarre. Étant donné le genre 
de pain (ou galettes) fabri- 
qué, le premier procédé a dû 

être suivi, le second ayant pu être réservé pour certains aliments. Faisons remarquer 
que la coupe transversale y' (fig. 54), passant par le plan y, nous donne un four, tel 
que nous l'entendons aujourd'hui, et dont nous retrouverons le principe appliqué par 
d'autres populations qui ont emprunté beaucoup â la civilisation assyrienne. 

Dans ses fouilles de Khorsabad, V. Place' a retrouvé les lieux d'aisances 135 et 136 

(fig. 55) contenant une grande pierre a de 0™ 92x0™ 92 
et de 0'" 32 d'épaisseur, percée d'un trou rond de ()"» 10 
de diamètre, posée à terre au niveau du sol: au-dessous 
est une conduite verticale de l'^ôS de hauteur, formée do 
m'ù briques posées à plat, laissant entre elles une cheminée 
carrée de O'^^S de côté, aboutissant à un canal g voûté 
en briques. Malheureusement. Place n'insiste j)resque pas 
sur ces constructions indispensables; cependant il aurait 
I dû être surpris de ne trouver que trois' de ces loca 
stercoraria dans l'ensemble d'un palais comme celui 
de Khoi'sabad qui abritait une si nombi'euse population: 
on a dû certainement faire usage de tinettes portatives 
assurant le service dans les diverses parties de l'agglo- 
méiation, car trois seuls lieux d'aisances n'auraient jamais 
pu suffire, même en étant utilisés, presque sans arrêt, 




Fig. 55. — Plan des lieux d'aisances 
de Khorsabad (d'après V. Place). 



vingt-quatre heures par jour. 



1. V. Plack, Xinire et l'Assyiic, t. 1, p. 270. 

K. Lu pour le sérail, un pour le barem et un pour les dêpenda'ices. 



48 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



§ G. — Les maisons simples; les habitations complètes. 

LE harem, le khan ET LE TRÉSOR. 



Le sérail, 



D'après les différents documents, on peut tenter de reconstituer quelques types de 
constructions rurales. 

Les plus simples maisons devaient être très analogues aux tentes des Hébreux que 
le cantique de Deborah représente comme divisées en trois compartiments : l'entrée A 
(fig. 56) était destinée aux nouveau-nés des animaux (brebis et ânes); le compartiment 

central B était occupé par les hommes et les gar- 
çons, celui du fond C étant destiné aux femmes 
et aux filles. 

L'entrée principale a (fig. 56) de toutes les 
constructions, toujours figurée â une des extré- 
mités de l'édifice, est orientée généralement au 
sud-est; enfin, le constructeur ne place jamais 
l'axe de plusieurs portes de communication 6, h' 
^^^^^^^. sur la même ligne, afin que d'une pièce quel- 
conque la vue ne dépasse pas une petite portion 
de la pièce voisine; nous avons représenté en n 
de ces retraites ou placards qu'on rencontre fré- 
quemment ménagés dans l'épaisseur des murs. 
Dans notre plan (fig. 56), la pièce A est 
éclaiiée par la porte a à côté de laquelle se 
trouve une banquette d; les pièces B et C sont 
sombres et probablement éclairées par quelques 
^ ""o?^3 petites ouvertures /' ménagées près du plafond. 

Fig. 56. — Élévation et plan d'une consiruction ainsi que nous l'avons représenté dans l'élévation 

rurale (essai de restauration). i i r j r * v • i -. ii ^„ „„„xj„ 

de la façade. La terrasse t, a laquelle on accède 
avec une échelle e', ou par un escalier extérieur, supportait une partie des récoltes 
RR'; cette pratique est courante dans la Syrie, et nous la retrouverons bien spécifiée 
dans plusieurs documents relatifs aux Israélites'. 

Nous croyons que ce sont des meules R (fig. 56) qui sont représentées à Koyoundjik 
(fig. 69). alors qu'on a supposé qu'il s'agissait de coupoles'; nous pouvons ajouter que 
plus tard même, quand l'Assyrie fera partie de l'Empire des Perses, le doute sur l'exis- 
tence de la coupole sera peut-être encore permis. 

Les maisons plus importantes se divisaient en un certain nombre de parties dont 
chacune était plus ou moins étendue : 




1. L'échelle est représentée en nombreux exemplaires comme utilisée par les troupes montant à l'assaut 
des remparts. 

2. Livre de Jofiué ; Second Licre des Rois. 

3. Si la Chaldée et l'Assyrie avaient employé les coupoles, ou en aurait plus que trois représentations sur 
les nombreux bas-reliefs qui représentent des villes et agglomérations. 



DE LA CHALDÉE ET DE L'ASSYRIE 



49 



1" L'appartement des hommes ou sérail (appelé actuellement sélamlik dans tout 
rOrient) ; c'est dans le sérail seul qu'on introduit l'étranger avec lequel on est en rela- 
tion d'affaires; le sérail est l'entrée principale pour le public et il abrite les domes- 
tiques mâles. 

2" L'appartement des femmes, c'est-à-dire le harem ou le bît-ridouti . Ordinaire- 
ment les femmes participaient aux travaux et avaient la même liberté que les hommes. 
Chez les riches, les femmes étant cachées dans une sorte de forteresse où elles n'ont rien 
à faire, le harem prend de l'importance; il abrita les femmes en nombre variable suivant 
la situation du propriétaire, les enfants, les servantes et les eunuques ' ; ces domesti- 
ques, assermentés involontairement, gardent les issues tortueuses qui donnent accès 
dans le logement des femmes complètement dérobé aux regards des étrangers ; le harem 
communique avec un jardin bien clos comme celui d'une prison dont il est, en défini- 
tive, l'extension. 

Chez les grands propriétaires, le harem soigneusement construit et décoré occu- 
pait une vaste étendue, et l'architecte était préoccupé de bien isoler les unes des 
autres ces rivales, oisives, passionnées, intrigantes, se détestant entre elles au point de 
trouver tout naturel de commettre des crimes. Les Orientaux de l'antiquité, comme 
ceux de nos jours, avaient reconnu que si l'homme pouvait vivre 
facilement avec d'autres représentants de son sexe et de même 
rang, il n'était pas possible d'exiger la même qualité de la part 
des femmes. 

•S** Le khan, constituant les locaux destinés aux différents ser- 
vices; c'est l'équivalent de nos dépendances et de nos communs 
(cuisines, boulangeries dont l'examen a été fait précédemment, 
écuries, remises, logements des serviteurs, etc.). 

4° Le trésor (appelé aujourd'hui khazneh), comprenant les 
magasins aux provisions et les richesses du propriétaire (d'après 
V. ScheiP. le mot trésor, employé dans la famille, exprimait ce 
qui n'était ni jardin, ni champ, ni maison). — Le trésor devait 
toujours se trouver à côté du harem, cet autre trésor du maître; 
par cette position, il était ainsi à proximité du lieu où le proprié- 
taire passait la plupart de ses nuits. Dans les logements importants, Fig. 57. — Plan partiel 
le trésor était réparti dans plusieurs locaux spécialement affectés à ^" trésor à.& Khorsa- 

^ ^ ^ bad (d'après Place). 

des denrées ou à des objets déterminés : le grain, le vin, l'huile, le 

fer, etc. Mais chaque pièce 87-89 (fig. 57), plus ou moins grande, n'est en relation 

qu'avec une chambre (86-88) destinée à son gardien'. 




1. L'Egypte de l'antiquité connaissait peu ou n'estimait guère les eunuques et ne les utilisait pas, bien 
qu'elle eût pu s'en procurer sur les marchés de Babylone. 

2. V. ScHKiL, La Loi de Hammourabi, 1904, p. 2. 

3. Place croit que les gardiens logeaient dans les réduits 87 et 89; au contraire, nous pensons que les. gar- 
diens sont plus à leur place en 86 et en 88 pour surveiller ce qui se trouvait dans leur chambre, et les choses 
de prix devaient être cachées dans les réduits 87 et 89 qu'il était ajors plus difficile d'atteindre. 



RECUEIl.. XXX. — NOUV. SER.. XIV. 



50 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



§ 7. — Logements des animaux. — Écuries. — Étables. — Parcs et abris 

POUR LES bœufs, LES MOUTONS, LES CHÈVRES ET LES PORCS. 

Nous avons malheureusement beaucoup moins de documents pour ce qui con- 
cerne les logements des animaux. On a retrouvé, dans ces locaux, des anneaux de 

bronze scellés dans des dalles et aux- 
quels on attachait les chevaux, les dro- 
madaires et les ânes, — Les animaux 
avaient des mangeoires m assez éle- 
vées, si on en juge par la figure 58 qui 
provient de Nimroud; au Musée du 





Fig. 58. — Écurie (Nimroud) 



Fig. 59. — Maugeoire (Koyoundjik, 
Musée du Louvre). 



Louvre, il y a un bas-relief provenant 
de Koyoundjik (palais d'Assourbani- 
pal), où nous voyons une halte de la 
troupe et un cheval (fig. 59) attaché 
par une longe a à un piquet b enfoncé 



en terre devant une sorte de mangeoire m, également en terre'. 

Nous extrayons ce qui suit de V. Place' sur les écuries et remises de Khorsabad : 
« Les cours XVIII, XIX, XX, XXI, XXII (fig. 60 et 61), avec les pièces disposées 
alentour, étaient destinées au service des écuries et de leurs accessoires; les indications 
à l'appui de cette opinion, sans être très nombreuses, sont assez significatives. Sur l'aire 
de la cour XVIII (fig. 60) existaient plusieurs dalles a, profondément scellées au 
milieu du pavage en briques et terminées par un œil taillé en saillie, où passait un fort 
anneau de bronze servant à attacher les chevaux (très probablement comme nous le 
reconstituons dans la figure 62, dans laquelle on voit l'anneau a, la pierre p et le carre- 
lage en briques 6). Plusieurs de ces dalles présentaient encore des fragments de cet 
anneau très rongés par l'oxydation; les autres portaient des traces verdàtres du frotte- 
ment que les anneaux avaient exercé. . , Nous en avons trouvé également au milieu 
des quatre chambres 126, 127, 128 et 129, séparées l'une de l'autre plutôt au moyen de 



1. Nous croyons que la pièce c teuue par l'homme est un filet qu'on plaçait sur la tête des chevaux pour 
retenir leur toupet. 

2. V. Place, Niniee et l'Assyrie, t. I, p. 95. 



DE LA CHALDÉE ET DE L'ASSYRIE 



51 



trois gros piliers m que de trois murs. La largeur de leurs ouvertures sur la cour XVIII 
ne permet pas d'y supposer des portes pour clôture. . . Peut-être ces quatre pièces 
étaient-elles destinées à recevoir les chevaux d'un plus grand prix et mis ainsi plus 
soigneusement à couvert. » 

Place croit, à tort à notre avis, que les animaux étaient attachés par le pied, sous 
prétexte que cela se pratique actuellement en Orient. — Les figures 58 et 59 montrent, 
au contraire, que les animaux étaient attachés par une longe dont une extrémité semble 
bien fixée au sol ; nous ne pouvons nous empêcher d'établir ainsi un certain rapport 
avec les habitudes égyptiennes, en nous appuyant sur un dessin de Tell-el-Amarna, que 
nous avons donné dans une autre Étude [U Egypte, Constructions rui^des), en expli- 
quant que si, aujourd'hui, en Orient, les animaux sont attachés par une entrave, on 
peut supposer que les procédés an- 
ciens ont été, en partie, modifiés à 
la suite des diverses conquêtes des 
Arabes et des Tartares. 

V. Place ajoute qu'a on est frappé 
de la grandeur des cours, surtout si on 
la rapproche de la petitesse relative de 
la plupart des pièces (121-123-124- 
125) ; cette disposition tient au régime 
spécial de la vie des chevaux en Orient. 
L'usage des écuries proprement dites, 
où les animaux sont enfermés, y est 
inconnu; sous ce climat, les rigueurs 
de l'hiver se font peu sentir; les che- 
vaux sont toujours en plein air, et ils 
doivent une partie de leurs qualités à 
cette habitude; ils acquièrent ainsi une 
rusticité, une force de résistance aux 
intempéries des saisons, qui contri- 
buent à en faire les premiers chevaux du monde ... Le pavage en briques des aires des 
cours n'était point un obstacle; sur aucun bas-relief, on n'a aperçu l'indice des fers 
aux pieds des chevaux assyriens; la brique ninivite, rendue si dure par la cuisson, 
n'était donc pas en danger de se briser sous le choc de leurs sabots, et sa rugosité na- 
turelle devait favoriser l'adhérence au sol de la corne nue des animaux, même lancés à 
une allure rapide. » 

« Par contre, les pièces avoisinantes, où logeaient les palefreniers', ou bien celles 
où étaient entassés les fourrages (107 et 109, fig. 63) et les harnais (probablement en 
121 ou en 124), ont été maintenues dans des dimensions relativement étroites. . . Le 
pas.sage 134, qui va directement de la cour XVIII à l'esplanade VIII (fig. 55), mettait 




Fig. 60. 



Plau des écuries de Khorsabad 
(d'après V. Place). 



1. Probableraeiii les chambres 123 et 125, peut-être 121 ou 124 de la figure 60. 



52 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



en relation cette partie des dépendances (écuries) avec le sérail; les chevaux et les 
chars pouvaient être ainsi amenés dans la principale cour. . . (bien que le passage soit 
un peu étroit; d'un autre côté, nous ne pouvons pas suivre Place, qui admet qu'on 
donnait (comme de nos jours) l'orge aux chevaux dans des sacs suspendus à leur tête; 

c'est une supposition que 
rien ne justifie et qui est 
contraire aux autres docu- 
ments indiquant l'emploi de 
mangeoires, notamment les 
figures 58 et 59) ... Si la 
])remière partie (écuries 
XVIIl) avait une commu- 
nication 134 avec le sérail, 
la seconde était des.servie 
par un passage plus long et 
plus large encore, formé 
des trois sections 144, 150 
(fig. 55) et 151 (fig. 61). Ne 
serions-nous pas admis à 
regarder cette seconde par- 
tie comme destinée d'un 
côté à remiser les chars, et 
de l'autre à recevoir les cha- 
meaux, les dromadaires et 
les bêtes de somme que les 
rois eux-mêmes, sur leurs 
inscriptions, placent dans 
les dépendances de leurs 
palais?... Or, en étudiant 
le plan, on est porté à les 
loger dans les chambres pro- 
fondes et larges débouchant 
dans la cour XXII, sur le long corridor 156 (qui ne devait pas être couvert), et le pas- 
sage 117. Là sont, à l'est, les chambres 157, 158, 159, 
160 et 116, et au sud, les chambres 112, 113, 114 et 115... 
Ainsi rangées et formant entre elles un angle droit, on se 
croirait en présence de vastes cellules méthodiquement 
distribuées pour faciliter à la fois le service et la surveil- 
lance. Quelques-unes ont près de cent mètres de super- 
ficie, et pouvaient largement suffire à remiser de nombreux chariots et â loger des 
troupeaux de dromadaires. » 

Place, à propos des écuries, semble toujours, parler de chambres voûtées pour 




Fig. 61. — Plan des logements aux dromadaires et aux ânes 
et des remises de Kborsabad (d'après V. Place). 




Fig. 62. — Anneau d'attache. 



DE LA CIIALDÉE ET DE I.'ASSYRIE 



•".3 



abriter les animaux, sans nous spécifier sur quels faits il s'appuie; au contraire, nous 
serions tentés de croire qu'il y avait (suivant une coupe passant par le plan xx de la 

figure 60) des toitures légères T (fig. 64), en 
bois et en roseaux, soutenues par les murs A 
et les pilastres m en briques crues, ces toi- 





Fig. 63. — Pièces annexes des écuries de 
Khorsabad (d'après V. Place). 



Fig. 64. ^ Coupe transversale d'une écurie 
I essai de restauration i. 



tures pouvant d'ailleurs supporter, comme 
isolant, des meules de fourrages ou de paille 
destinées à l'alimentation et, au besoin, à la 
litière. 
Les inscriptions des cylindres de Goudéa' mentionnent fréquemment la maison 

des bœufs (cyl. A, col. XXVIII, lig. 3), les demeures des moutons et des vaches (cyl. B, 

col. I, lig. 17); les parcs aux brebis et aux vaches (cyl. B, col. W , lig. 7, 8 et 9); les 

étables et parcs (cyl. B, col. XV, lig. 5; 

col. XXII. lig. 17-18). — Le cvlindre A 

{col. XXIX, lig. 7 et 8) parle du Bad-si- 

an-na où demeurent les colombes. 

Dans la loi de Khammourabi', il est 

fait aussi mention des logements aux bœufs 

et aux moutons : « 266, s'il s'est produit un 

dégât dans l'étable, par un accident, ou si 

le lion a tué, le berger .se disculpera devant 

Dieu, et le maître de l'étable supportera la ruine de l'étable. — 267. si le pâtre est en 

faute, et si dans l'étable il a causé une brèche, le pâtrç remettra en bon état et rendra à 

leur propriétaire le trou de la brèche (réparé), bœufs et moutons. » 

Les bœufs, les moutons et les chèvres aux pâturages étaient renfermés la nuit dans 

des enclos, a La présence des lions' et des animaux féroces oblisreaient les fellahs à 




Fig. 65. — Bergerie i intaille chaldéennei 



1. Fr-ançois Thureau-Dangin, Les Ci/lincires de Goudéa, 1905, p. 59, 65. 71, 89 et 99. 

2. V. ScHEiL, La Loi de Hammourabi, 1904, p. 52-53. 

3. G. Maspero, Les Origines, p. 766. 



54 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



\\ 



prendre des précautions minutieuses. Ils construisaient des parcs mobiles où leurs bêtes 

s'abritaient chaque soir, quand les pâturages étaient trop 

! éloignés pour qu'elles pussent réintégrer la bergerie. . . Quel- 

I ques monuments de vieux style, cylindres ou tablettes en 

argile, reproduisent assez grossièrement les scènes de la vie 



I pastorale^ (fig. 65' et fig. 66'). L'étable s'ouvre, et de ses 



portes les chèvres s'échappent en bande aux claquements du 
fouet : arrivées au pré, elles s'éparpillent et le berger les 
surveille tout en jouant de la flûte à son chien''. Cependant 
les gens de la ferme préparent consciencieusement le repas 




Fil 



66. — Bergerie (intaille 
chaldéenne). 



du soir; deux personnages, campés 
de chaque côté du foyer, surveillent 
la iiiannite qui bout entre eux, et 
une boulangère façonne sa pâte en 
galettes arrondies. . . » 

Les porcs ont dû avoir des abris 
en roseaux; « les sculpteurs assy- 
riens' se sont amusés quelquefois à 
représenter dans leurs tableaux de 
longues truies maigres filant parmi 
les roseaux avec leur innombrable 
progéniture (fig. 67)' ». 




pjcr. 67. — La truie et ses petits filant à travers les roseaux 
(Koyoundjik). 



§8. — Logements des récoltes et des produits. — Meules de pailles et de 

FOURRAGES. — MAGASINS À GRAINS. — AmPHORES ET POTERIES; CELLIERS. — 

Auges et cuves. 

Nous avons peu d'indications précises relatives aux logements des récoltes (pailles 
et grains), au sujet desquelles on ne peut faire que des suppositions. Nous avons déjà 
parlé des pailles, lesquelles, selon plusieurs documents Israélites rédigés lors de la 
Captivité, étaient conservées sur le toit en terrasse des maisons, et si nous faisons une 
silhouette de la figure 56, nous obtenons le dessin représenté par la figure 68 dans 
laquelle les parties R et R' sont des récoltes mises en meules, posées sur la terrasse de 
la maison M. 



L Menant, Recherches sur la Glyptique orientale, t. I, p. 205-210. 

2. D'après une portion de l'intaille chaldéenne donnée par Laj.\rd, Introduction à l'histoire du culte 
public et des mystères de Mithra en Orient et en Occident, pi. XLI, n" 5; Menant, Recherches sur la Glyp- 
tique orientale, t. I, p. 205-206. 

3. D'après Heuzey-Sarzec, Découcertes en Chaldée, pi. 30 bis, a" 13. 

4. C'étaient d'énormes chiens; Houghto.n, On the Mammalia of the Assyrian Sculptures (Transactions 
of the Society of Biblical Archœclogy, t. V, p. 52-62); ces chiens ont été étudiés récemment par le professeur 
H. Kraemer, de Berne (Globus, n" du 18 février 1904). 

5. Maspkro, Les Origines, p. 560. 

6. Bas-relief de Koyoundjik; Layard, The Monuments of Nineceh. 



DE LA CHALDÉE ET DE 1/ASSYRIE 



55 




Fig. 68. — Silhouette 
d'une maison dont la 
terrasse supporte des 
récoltes en meules. 



Nous ne pouvons alors nous empêcher de rapprocher la figure 68 de la figure 69 
donnée par Layard, selon un bas-relief de Koyoundjik, où on a voulu absolument y 
voir des édifices couverts de coupoles dont la section serait tantôt un demi-cercle a, 
tantôt une demi-ellipse b, ce qui permit de supposer, dit M. G. Perrot, que les cons- 
tructeurs ninivites connaissaient déjà plusieurs espèces de dômes. 
De l'existence des coupoles, Victor Place, d'une façon toute natu- 
relle, a conclu à celle des demi-coupoles construites avec les mêmes 
matériaux que les voûtes, alors qu'il nous déclare ne pas avoir 
trouvé de fragment véritablement documentaire dans ses fouilles 
de Khorsabad. 

Comme nous ne cherchons pas à tout prix des documents 
architecturaux, des colonnes, des moulures, des ornements, etc., 
dans les représentations anciennes ou dans les matériaux découverts, nous pouvons 
encore rapprocher la figure 69 de plusieurs dessins analogues, que nous avons donnés 

à propos des Constructions rurales de l'Egypte, 
pour lesquels on est bien certain qu'il s'agit de 
greniers à grains, qu'indiquent nettement les 
inscriptions spécifiant, très souvent, la nature 
et la quantité des grains qui y sont emmaga- 
sinés. Pourquoi ces constructions, dont on ne 
conteste nullement le but dans la vallée du 
Nil, ne seraient-elles pas admises dans celles 
du Tigre et de l'Euphrate? Les réserves et les 
magasins à grains devaient être très impor- 
tants dans ce pays, grand producteur de cé- 
réales', et, à notre avis, la figure 69 peut très 
bien être relative à des magasins à grains a. 
dans lesquels on introduisait la denrée par les ouvertures situées en n, la sortie de la 
marchandise s'effectuant, au fur et à mesure des besoins, par une porte inférieure s; 
ou bien ces magasins a sont placés dans une cour limitée par les murs s; en arrière 
des premières constructions s a n, l'artiste en a montré d'autres analogues b n , à moins 
qu'il ait voulu représenter des fourrages ou des pailles mises en meules 6 et protéoées 
des vents par une sorte de couverture ligaturée au sommet n' ; pour garantir ces meules 




Fig. 69. — Portion d'un bas-relief de Koyoundjik. 



r^' 



tt»-! 






1. Nous relevons dans la traduction des Cylindres de Goudéa (2600), par M. François Thureau-Dangin 
(p. 59 et 83), cyl. A, col. XXVIIl, 5 et 6 : « dans le Kirmahhu étaient (entassés) des (grains de) gug-qai et de 
sé-gal... »; cyl. B, col. XI, où Goudéa mentionne les améliorations culturales du dieu Xin-gir-su (22-23) : 
« ;afin qu')il... les greniers... de Lagash ». — La question de magasinage des grains fait aussi partie de la loi 
de Khammourabi (::iOOU ans avant notre ère), où, d'après V. Sciieil {La Loi de Hammourabi, 1904, p. 21, 22) 
il est dit : « 120, si un homme a versé, pour emmagasinement. son blé dans la maison d'un autre, et si dans le 
grenier un déchet s'est produit, soit que le maître de la maison ait ouvert le magasin et ait pris le blé, ou soit 
qu'il conteste la quantité totale du blé qui a été versée chez lui, le propriétaire du blé poursuivra devant Dieu 
et le propriétaire de la maison qui a pris le blé le doublera et le rendra au propriétaire du blé. — 121, si un 
homme a versé du blé dans la maison d'un autre, il donnera par an, comme loyer du magasin, 5 qa de blé par 
gour. >> — Khammourabi lit « à Babylone un grenier à blé dont la vue seule réjouissait à jamais le cœur du 
dieu (Mardouk) » (.Maspero, Les premières Mêlées des peuples, p. i2). 



56 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



de fourrages et de pailles contre les pluies, on pouvait même revêtir leur aire latérale 
d'une mince couche de torchis; dans la figure 69, les magasins semblent adossés à une 
colline garnie d'arbres et d'arbustes. 

Comment construisait-on ces magasins à grains? Très probablement comme en 
Egypte. On nous chargerait actuellement de faire ce travail avec les matériaux du pays, 
et suivant le plan rectangulaire adopté dans toutes les constructions de la région, que 
nous procéderions de la façon suivante : nous ferions élever, aux dimensions voulues, 
une carcasse en clayonnage, analogue à une tente en nous inspirant de la figure 3, dans 
laquelle nous avons tenté une restauration, les poteaux et leurs contrefiches ne servant 
cjue pendant la construction, car, une fois en service, les parois doivent résistera des 
pressions dirigées de l'intérieur vers l'extérieur; c'est pour ce motif que nous consoli- 
derons la carcasse par une épaisseur de pisé ou avec des carreaux de terre crue posés à 
plat. Le clayonnage sera ensuite garni intérieurement de plusieurs couches successives 
de mortier de terre mélangée à de la paille hachée. Enfin, avec des matériaux voulus et 
des ouvriers de métier, nous pourrions nous dispenser de clayonnages en raccordant les 
murs de long pan du magasin par des voûtes en plein cintre a (fig. 69) ou en encorbelle- 
ment 6. Dans les deux cas, 
nous garnirions la clef d'une 
terrasse étroite n ou n' foi'- 
mant chemin de service et 
portant les ouvertures de 
remplissage: on y accéde- 
rait par des échelles ou des 
escaliers: en perspective, la 
restauration de ces magasins 
se présenterait alors comme 
l'indique la figure 70 dont 
les lettres sont correspon- 
dantes à celles de la figure 
69. Il est plus que probable 
qu'on a dû procéder ainsi dans les pays qui nous occupent et où, comme en Egypte, 
la dessiccation naturelle des grains rendait leur conservation très facile. 

Ce qui précède n'empêche pas qu'on ait pu conserver les grains dans des amphores 
en terre plus ou moins cuite, comme dans des cavités naturelles ou artificielles, à l'abri 
des inondations, c'est-à-dire dans de véritables silos. La siccité certaine des grains, par 
suite de la température de l'été, permettait d'ailleurs de se passer de pelletages pour 
assurer la parfaite conservation de la denrée'. 

Les produits pulvérulents (farine) et les liquides (vin. huile) étaient, comme en 
Egypte, conservés dans des amphores, dont certaines avaient près de 1°^50 de 




Fig. 70. — Maaasius à sraius (essai de restauraiioni. 



1. Voir nos éludes sur les Silos û f/rarns, dans le Journal d' Agriculture pratique, 1901, t. II, p. 170, 210 
et 310. 



DE LA CHALDÉE ET DE L'ASSYRIE 



57 




F"ig. 71. — Poteries chaldéennes de la 
première période (British Muséum). 



de hauteur et 0°»90 de diamètre. Les poteries étaient d'une fabrication courante; 
mais, d'une façon générale, on constate une certaine infériorité dans l'art de la 
céramique, comme on peut s'en rendre compte par l'examen des pièces tirées des maga- 
sins du palais de Khorsabad"; cela surprend de la part d'un peuple qui travaillait si 
admirablement l'argile et faisait des produits vernissés ou émaillés dont on peut voir de 
beaux spécimens dans les Musées du Louvre et de Londres. 

Dans la couche préhistorique de Suse, contenant des silex taillés, on a trouvé des 
fragments de poterie qu'on suppose remonter au 
quatre-vingtième siècle avant notre ère'; cette po- 
terie, très analogue aux anciennes pièces de l'Egypte, 
de la Syrie et de Cypre, prouve que « des liens 
étroits unissaient, dès la plus haute antiquité, les 
peuplades de ces divers pays ». 

Les plus anciennes poteries provenant de la 
Chaldée n'ont pas été faites au tour (fîg. 71, British 
Muséum), et il semble que la terre était mêlée de 
paille brisée qui disparaissait à la cuisson en laissant 
son empreinte dans la pièce. Plus tard, on employa le tour à potier et on perfectionna 
le travail (fig. 72, British Muséum; fig. 73); on fît des tuyaux d (fig. 74), des am- 
phores a, a', qui devaient s'en- 
foncer en terre, des pots ou des 
jarres presque cylindriques' de 
0'^60 de diamètre, des gobelets, 
des vases, des assiettes, etc. Le 
tout présente une très grande 

Fig. 72. — Poteries chaldéennes de similitude avec les produits égyp- 
la seconde période (British Mu- fjonc 
seum). 

Au Musée susien du Louvre, 
on voit, parmi des poteries classées du XP au VHP siècle avant notre ère, des pièces 
à bec et à anse dont nous donnons les croquis en c et en d dans la figure 75. 

Place' a retrouvé le cellier du palais de Khorsabad, dont nous reproduisons le plan 
dans la figure 76; « dans ce cellier, dit-il, les jarres étaient installées sur un petit mur a, 
ou plutôt sur un marchepied en pierres et chaux (?), de 0™24 de hauteur. Bien rare- 
ment, les constructions assyriennes ont révélé, comme ici, l'emploi de mortier propre- 
ment dit; l'aire même de la chambre, contrairement à ce que nous avons observé dans 
le monument, e.st recouverte d'un lit de chaux d'excellente qualité'; on avait apporté 





Fig. 73. — Poteries trouvées 
à Ourou. 



1. Voir notre observation à propos des matériaux de construction; il se peut que la composition de l'argile 
en soit la seule cause. 

2. J. DK Morgan, La Délégation en Perse, 1902, p. 81. 

3. Des cercueils étaient confectionnés avec deux jarres cylindriques (6, fig. 71) lutées avec du bitume: on 
a trouvé également des tombes dont les parois étaient en panneaux de terre cuite. 

4. V. Place. Ninioe et l'Assyrie, t. I, p. 102. 

5. On voit que Place ne parle pas de sable; ce n'est donc pas un mortier tel que nous l'entendons, et la 

RFXUEII,. XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 8 



58 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



beaucoup de soins à la construction de cette salle et à l'arrangement des jarres. La 
forme bizarre des vases avait dicté la construction du petit mur d'appui (dont malheu- 
reusement Place ne donne aucun croquis explicatif); au lieu d'avoir un fond plat', 





Fig. 74. — Poteries assyriennes (d'après Lajard). 



Fig. 75. — Poteries élamites (Musée du Louvre/. 



donnant la facilité de les poser sur le sol, les vases étaient terminés en une pointe assez 
aiguë qui ne leur permettait pas de rester en équilibre sans être appuyés'; aussi le 
marchepied en pierres était-il percé de trous, dans lesquels leur pied s'ajustait exacte- 
ment. La forme pointue, quoique 




incommode pour les usages jour- 
naliers, se retrouve dans les am- 
phores romaines ; en Mésopota- 
mie', cette forme est restée la. 
même jusqu'à nos jours, en dépit 
des nombreux emplois auxquels 
les vases en terre sont consacrés. 
Pour conserver le vin, l'huile, la 
farine, les seuls ustensiles usités 
(actuellement) dans toute la pro- 
vince de Mossoul sont des jarres 
en argile, pointues par la base; il 
faut, pour les maintenir debout, 
des marchepieds percés de trous et 
semblables à ceux que nous avons 
découverts dans le Palais. Nous 
nous servions d'ustensiles du même 
genre pour approvisionner d'eau 
les ouvriers, et la forme incommode de la base amenait des chutes continuelles dans 
les tranchées. J'ai demandé alors au potier d'en fabriquer d'autres qui eussent une 
forme plus stable; mais il m'a répondu que ce n'était pas l'usage, et qu'on n'avait 
jamais employé d'autres vases dans le pays. » 



Fig. 76. — Plan du cellier de Khorsabad (d'après V. Place) 



chaux a dû surtout être enaployée en badigeon, pour un motif de propreté et comme antiseptique, afin d'as- 
surer la conservation des produits. 

1. Remarquons qu'au point de vue de la cuisson, il est plus difficile de faire des grandes pièces à fond plat 
présentant un angle fragile que de cuire des pièces sphériques ou coniques; ce n'est que quand l'art de la 
céramique fut perfectionné qu'on put aborder la fabrication en grand des pièces à fond plat. 

2. Nous avons vu le même principe employé chez les Égyptiens, dans notre élude sur les Constructions 
rurales de l'Egypte. 

3. Comme en Tunisie, en Algérie, au Maroc, etc. 



DE LA CHALDEE ET DE L'ASSYRIE 



59 




Le fond des jarres de la chambre 139 (fig. 76) contenait encore de la lie d'un vin 
vieux de 2.500 ans ! Dans les chambres 143 et 147, les jarres étaient plus petites et 
devaient servir pour l'huile et pour la farine; enfin, les jarres étaient encore plus petites 
dans la chambre 149. — En 148 et 145, sont les locaux des gardiens ; les pièces 143 
et 147 sont pourvues d'une sorte de vérandah 142-146, ouvrant sur la cour XVI qui, 
par le passage 141, communiquait avec la cour VIII du sérail. 

Si nous essayons de reconstituer la coupe verticale (fig. 77), nous trouvons le mur m 
de 0'^24 de hauteur, mentionné par Place, percé 
de trous à bords arrondis pour recevoir la jarre A 
et lui permettre de prendre la position A', lors 
de la vidange du récipient; comme il fallait pré- 
cisément faire rouler la jarre de A en A' sur la 
pièce m, il était obligatoire que cette dernière 
soit résistante; la brique crue ou même cuite 
n'aurait pas eu assez de durée, ce qui explique 
l'emploi de pierres. ; 

On utilisait des auges taillées dans des pierres, 
dont plusieurs spécimens se trouvent au Musée 
susien du Louvre : la figure 78 donne le plan d'une 
grande cuve d'Idadou Chouchinak (vers 2800 avant notre ère), ayant de 1™20 à l^^SO 
de longueur; la figure 79 est la coupe d'un fragment de cuve A, en calcaire, dont la 

paroi verticale externe est 

garnie de sculptures ; on 

suppose que cette cuve est 

de l'époque kassite, c'est-à- 
dire qu'elle remonterait au 

XIP siècle avant notre ère; 

en a, est un rebord intérieur 

destiné à amortir le clapotis 

de l'eau; enfin, un petit ex- 
voto, en bronze, du roi Chilkhak in Chouchinak (vers 
1100 avant notre ère), représente une scène avec deux personnages, des autels et deux 
cuves rectangulaires. Ajoutons que, dans le même Musée, on voit des tuyaux en cuivre, 
de l'époque élamite, dont certains pouvaient bien servir à l'amenée des eaux. 



Fig. 77. — Support des jarres dans un cellier 
(essai de restauration). 




Fig. 78. — Plan d'une cuve en 
pierre {Musée du Louvre). 




Fig. 79. — Coupe verticale d'une cuve 
en pierre (Musée du Louvre). 



§9. — Ensemble des constructions d'une villa rurale; moyennes et grandes 
exploitations. — murs de clôtures et portes. 



Nous pouvons tenter maintenant les reconstitutions d'ensemble d'une moyenne et 
d'une grande exploitation. En a (fig. 80) est l'entrée principale et en b l'entrée de ser- 
vice; le sérail comprend les pièces A et B; en C est une cour intérieure; en H, le 
harem ouvrant sur le jardin J; en T, le trésor précédé de la pièce t affectée à l'esclave 



60 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



-A 



chargé de sa surveillance. En DD' se trouve le khan, la partie D étant la cuisine et la 
partie D' les écuries et les étables, dont l'entrée est en c, ouvrant sur la cour E dans 
laquelle est une auge e, qu'on remplit d'eau chaque jour pour les besoins des habitants 
(hommes et animaux). 

Dans les petites comme dans les moyennes exploitations, les deux ou trois femmes 
devaient surveiller les travaux de la maison; elles étaient très occupées et sortaient 

librement, aussi ne cherchait-on pas à les 

isoler les unes des autres; elles vivaient pour 
ainsi dire en commun, n'ayant guère le temps 
de songer aux intrigues ^ comme les femmes 
oisives, cachées et prisonnières des riches 
Chaldéens. 

En dernier lieu, nous pouvons nous ris- 
quer de reconstituer les constructions rurales 
d'un grand domaine, dont voici la légende 
(fig. 81) : 

R, rampe d'accès partant du niveau du 
sol extérieur x pour aboutir à la terrasse x', 
x", x'", x""; un escalier de service est placé 
sur le côté x", en face la ix)rte T des maga- 
sins. 

La porte d'entrée principale A est pré- 
cédée de l'avant-cour a, et la cour C est 
limitée par les murs m; dans le pylône d'en- 
trée A sont les loges des gardiens; en c\ c" 
et c'", sont des bassins et abreuvoirs; en B, 
la grande entrée du sérail donnant dans la 
pièce principale S de réception ; F, cour intérieure qui, par un passage c, communique 
avec la cour K du khan; G, cour d'arrière du sérail limitée par les murs n n'. 

H, première cour du harem, à laquelle on arrive soit de la terrasse x" par le cou- 
loir 6, soit du sérail par le passage n",f, soit de la cour du khan par 6'. Toutes ces 
entrées se recourbent à angle droit et sont accompagnées d'une petite loge où se tient 
un surveillant. 

Les coaï3 H et h sont bordées des dépendances et des logements du personnel. 
Le harem est supposé ici pour trois femmes principales, dont une est isolée en H', 
les deux autres, logées en H" et en H'", ont leur domicile en communication avec la 
cour L 

Le logis de chaque femme comprend : une salle d'entrée, une cour intérieure, une 
chambre à coucher, des locaux pour les serviteurs et des dépendances; dans le harem. 




i-yffi. 



Fig. 80. — Plan des bâtiments d'une moyenne 
exploitation (essai de restauration). 



1. Dans le palais du roi Goudéa, à Lagasch (2600 ans avant notre ère), remanié par un de ses successeurs, 
le harem comprenait : un préau, une demi-douzaine de cellules inégales, une cuisine, un puits et une porte 
par laquelle la domesticité passait sans être obligée de traverser le logis des hommes. , 



DE LA CHALDËE ET DE L'ASSYRIE 



61 



et ouvrant sur la cour I, se trouve une pièce isolée servant de chambre au seigneur et 
maître, qui pouvait ainsi facilement remplacer temporairement une de ses favorites par 
une servante. 

En arrière du harem s'étend son jardin J, limité par de hautes murailles m'. 



r 



^"^ 



Contre le harem, 
on remarque le trésor et 
les magasins occupant 
deux côtés e, e' de la 
cour K pourvue d'une 
entrée T; dans chaque 
division des bâtiments 
e et e\ on a un magasin 
proprement dit . dans 
lequel on ne pénètre 
qu'après avoir passé 
par le logis de son gar- 
dien ; en t, se trouve 
la loge du concierge de 
la porte T. 

En K', sont les cui- 
sines du personnel, les 
boulangeries, les lave- 
ries, et le passage d 
communiquant avec les 
cours E et E' des écuries 
et des remises, qui pos- 
sèdent également en D 
une sortie sur la cour 
principale C. 

En nous basant sur 
les proportions relevées 
à Khorsabad par Victor 

Place' et en établissant des rapports centésimaux, nous trouvons la répartition suivante 
des surfaces des différentes parties consacrées à un ensemble de bâtiments représentant 
une grande exploitation : 







JL 



Fig. 81. — Flan des bâtiments d'un grand domaine (essai de restauration). 



1. V. Place, Ninice et l'Assyrie, t. H; à la page 21, ou trouve les répartition* suivantes : 



Sérail 27.440 "^ 

Dépendances 23,874 — 

Harem 14.339 — 

Temple 1.560 — 

Total 67.213 



Chambres 15.077 "2 

Portes (couloirs) 3.048 — 

Cours et chemin de ronde .... 47.528 — 

Temple 1 . 560 — 

Total 67.213 



62 



LES CONSTRUCTIONS RURALES 



Sérail 43 

Harem 21 

Dépendances 36 

'ÏÔÔ 



et selon les portions de constructions : 

Cours et chemin extérieur 

Portes et couloirs 

Chambres 




Fis:. 82. — Mur de clôture. 



5 
23 

100 



Les murs de clôture, en briques crues, avaient leur couronnement rectiligne ou 
garni de créneaux c (fig. 82) établis comme ceux dont nous avons parlé à propos des 

terrasses (fig. 22). Dans beaucoup de cas, ces murs étaient 
assez épais pour que leur sommet puisse constituer une sorte 
de chemin de ronde. 

Les cours des grands domaines étaient pourvues d'une 
Porte d'entrée, construction massive, comprenant deux sortes 
de tours prismatiques B et B' (tîg. 83) entre lesquelles s'ou- 
vrait le passage voûté A; intérieurement, se trouvaient des 
chambres a, a', destinées aux gardiens; la partie supérieure comprenait également des 
chambres d'observation b et b', situées en dessous 
des terrasses. Quelquefois un mur de clôture n, 
relativement bas, venait s'appuyer contre les 
grands murs et formait une sorte d'avant-cour C 
qui précédait la porte B B' contre laquelle s'ados- 
saient des bancs d appelés divans. 

Ces portes des grands domaines étaient con- 
sidérées comme des lieux publics accessibles aux 
premiers venus; elles jouaient un rôle important ^^< 
chez les peuples de l'Orient. Alors que plus tard 
les Grecs se réuniront à VAgoj^a et les Romains 
au Forum, les Asiatiques se rassemblaient aux 
Portes pour régler leurs affaires, recevoir la jus- 
tice, etc.; nous retrouvons la même habitude 
chez les Israélites, et elle a été conservée par 
toutes les populations musulmanes'. D'ailleurs, 
Babylone ou Bab-Ili voulait dire, littéralement, 
« la Porte de Dieu » et, plus proprement, « le 
temple, la demeure de Dieu ». 




Fig. 83. 



Élévatiou et plan d'une Porte 
d'entrée. 



1. Rappelons qu'actuellement les actes officiels de l'empiré Ottoman sont lus à la Porte et possèdent la 
mention ; « donné à notre Sublime Porte »; les bâtiments de l'Administration turque ont le nom de Porte ou 
de Porte Ottomane. 



DE LA CHALDÉE ET DE L'ASSYRIE 63 

Les portes des villes étaient, les unes, affectées au passage des piétons, les autres, 
plus simples, destinées aux attelages ; ce sont celles de la première catégorie qui avaient 
leurs pieds-droits occupés par ces énormes taureaux ailés, à cinq jambes, à la tête hu- 
maine coiffée de la tiare à deux ou à trois rangs de cornes superposés; lors de la Capti- 
vité^ l'ensemble de cette décoration impressionnait vivement les Hébreux qui en con- 
servèrent le souvenir dans les Visions d'Ézéchiel et dans V Apocalypse. Le Musée du 
Louvre possède de beaux spécimens de ces taureaux, découverts par V. Place. 

§ 10. — Routes et chemins. — Les prétendus jardins suspendus. 

L'utilité des routes carrossables, permettant surtout de transporter rapidement 
l'armée avec son matériel, était connue des Assyriens. Place' a déblayé une route à 
Khorsabad et, sans croquis, nous donne la description suivante de l'ancienne voie assy- 
rienne qui reliait la ville au Tigre : a Cette voie était, du reste, peu remarquable par sa 
construction. Les pierres, irrégulièrement taillées et de dimension médiocre, sont 
posées sur un seul rang, avec un bombement presque insensible. Les accotements pro- 
prement dits n'existent pas; les pierres de bordure sont seulement d'un échantillon 
un peu plus fort et sont un peu mieux taillées que celles de la chaussée. Dans les unes 
et dans les autres, la qualité de la matière est tout à fait inférieure; le calcaire est des 
plus ordinaires, moins dur même que le dallage habituel (des cours des maisons). Les 
voies dont Sémirarais parle avec tant d'orgueil, lorsqu'elle énumère celles dont elle a 
sillonné son empire, étaient sans doute établies avec plus de luxe et de solidité, car ce 
n'est pas sur des chemins aussi médiocrement construits qu'elle aurait pu traverser les 
marais et franchir les montagnes. » Malgré Place, nous pensons que la description de 
la route de Khorsabad au Tigre indique déjà un ouvrage présentant un important per- 
fectionnement sur la piste en terre battue : on avait la notion d'une voie solide, et, 
suivant le trafic, il suffira de l'améliorer par le choix et la taille des matériaux. 

A propos des chemins et du pavage des rues de la ville, le même auteur nous 
donne (pages 304 et 305) les renseignements suivants : « Les chemins ne se composent 
que d'un blocage d'une seule couche de moellons juxtaposés, sans bordure et sans ac- 
cotements. C'est bien l'origine de la voie empierrée, mais encore à l'état rudimentaire. 
En revanche, ces routes sont remarquables par leur largeur; elles ont douze mètres'. . . 
Les rues de Khorsabad sont également pavées, mais on ne voit pas de trottoirs. » 

Comme dans les cités actuelles des États-Unis, Babylone avait ses rues tracées 
suivant deux coordonnées rectangulaires, les unes perpendiculaires à l'Euphrate, les 
autres parallèles au fleuve; les ingénieurs d'un grand nombre de petites villes du pays 
ont dû copier ce tracé des voies de la capitale et les grands propriétaires fonciers ont 
dû adopter le même principe pour les agglomérations voisines de leurs villas, système 
qui cadrait d'ailleurs très bien avec le plan rectangulaire admis pour toutes les cons- 
tructions. 



1. V. Place, Ninice et l'Assyrie, t. I, p. 196. 

2. C est la largeur de nos roules départementales. 



64 SINOUHIT, L. 246-247 



Les routes, pavées de simples moellons posés sur le sol, ont dû sillonner le 
royaume, sinon les Assyriens n'auraient pu faire un si grand emploi de véhicules et de 
machines militaires. Bien que Place trouve que ces voies soient médiocres, M. Perrot' 
dit qu'(( aujourd'hui, pourtant, dans toute la Mésopotamie, on ne trouverait rien qui 
valût ces chaussées d'autrefois; partout les pieds des bêtes de somme et les roues des 
chariots enfoncent, suivant les lieux et suivant la saison, soit dans une épaisse couche 
de poussière, soit dans une boue profonde et tenace. Il en est de même dans les villes; 
quiconque, dans la saison pluvieuse, a traversé ces cloaques et ces fondrières qu'en 
Turquie on appelle des rues, n'aura pas de peine à reconnaître que l'outillage de la civi- 
lisation assyrienne était très supérieur, du temps de Sargon, à celui dont dispose au- 
jourd'hui la population très clairsemée qui habite de Bagdad à Bassorah ». 

Les services de la voirie ont dû être assurés en grande partie par des corbeaux, 
des vautours' et des bandes de chiens errants. 

En terminant ce chapitre, nous devons dire un mot des fameux jardins suspendus, 
connus sous le nom générique de Sémiramis, ou jardins suspendus de Babylone. (On 
pense qu'il s'agit du palais bâti par Nabucliodonosor, c'est-à-dire bien après l'époque 
de la légendaire Sémiramis.) Diodore de Sicile dit, d'après ce qu'on lui avait raconté, 
que le jardin n'était pas l'œuvre de Sémiramis, mais celle d'un roi assyrien postérieur qui 
le fit construire pour complaire à sa maîtresse originaire de la montagneuse Perside ; 
Diodore décrit avec luxe de détails les étages de terrasses soutenues par des voûtes: 
« chaque étage, garni d'un dallage en pierres, avait un parquetage de roseaux mêlés de 
beaucoup de bitume, ensuite une double couche de briques reliées avec du plâtre; cette 
troisième structure était garantie par une couverture en plomb, afin que l'humidité de 
la terre apportée ne pénétrât pas dans les profondeurs; sur cette base, on avait accu- 
mulé une masse de terre suffisante pour contenir les racines des plus grands arbres ». 
La construction, si toutefois elle a existé, devait se rapprocher des tours, ou Zigurrat, 
formant une sorte de pyramide qu'on a toujours trouvée pleine, et non voûtée, à étages 
superposés, en retraite les uns sur les autres; ajoutons que l'existence de ces prétendus 
jardins suspendus reste trop incertaine et trop conjecturale à M. Perrot pour qu'il leur 
fasse une place dans ses essais de restauration. 



Sinouhit, l. 246-247. — On lit en cet endroit, dans le Papyrus de Berlin nP 1, le seul qui 

-^r û Q (g^ 2 >- f^ 

nous ait transmis cette portion du récit, la phrase suivante : ^^r^ W^ JA ^ ^y V 

°°jj_^..1i^ , t_^y.^S ^™- . ;^^, qui, dans sa forme ac- 
tuelle, est peu compréhensible. La rencontre fortuite dans le Conte du Naufragé, 1. 34-35 et 
103-104, d'une phrase identique au second membre de cette période "^.^ "iTs^ 71 -^r-^ v\ 
I ^vH^'^^' ®* ^^^"^ '^^ milieu d'un contexte intelligible, m'a permis, je crois, de restituer le 

1. G. Pekrot et Chipiez, La Chaldée et l'Assyrie, p. 490. 

2. Sur la stèle diie des Vautours, ces oiseaux nettoient un champ de bataille. 



TEXTES RELIGIEUX 65 



passage entier. Le Naufragé raconte en effet comment, tandis qu'il était sur mer, « avant qu'il 
» eut pu aborder, le vent chassant souleva par contre-coup une vague de sept coudées, litt. : c fit 
» réponse, à savoir une vague par lui de sept coudées. » La phrase de Sinouhît marque donc 
un incident de navigation, ici de navigation sur le Nil. et, comme le sens général empêche ici le 
pronom W^ d"étre sujet, il faut le considérer comme régime et lire "^ ^^^ '^^~^ V 

« le vent me porta, le vent me chassa », la suppression de la flexion vN ou dans l'écriture 

étant admise dans l'écriture de cette époque (cf. PB.. 1. <^5 = PR., 1. 49). Il faut en conclure 

que les autres membres de phrase représentent également des incidents écrits en abrégé, et le 

■ _fl 



^ du début sera, je crois, pour "^^ n?^ jp ^^, ^ , ? ** J^ P^'i^ ^^ route, 

» je me mis en route ». Les deux mots nsz2 j J et ^ ^/^ sont plus difficiles à en- 

tendre, mais si l'on prend leur sens ordinaire, qui les met en relation le premier avec les pro- 
visions solides, le second avec la fabrication de la bière, on jugera qu'ils se rapportent probable- 
ment à l'entretien de Sinouhît pendant la durée du voyage; toutefois ils ne sont pas au temps 
en ^'wv^^ ne comme les mots précédents. L'ensemble signifiera donc : « Je me mis en route et le 
» vent me poussa, bien approvisionné et muni de bouzà fraîche (litt. : « approvisionner et 

» fabriquer ») jusqu'à ce que j'arrivasse à la ville de Tataouî. » 

G. Maspero. 



TEXTES RELIGIEUX 

PAR 

Pierre Lacau 
XXVII 

Sarcophage de | zi ^^ "^ . Assouan, XII® dyna.stie. Musée du Caire, Cat. gén., 
28127. Côté 3, 1. 52-75. 

Ce texte rappelle le chapitre xcix du Livide des Morts. Mais, dans le Livre des 
Morts, la liste des parties de la barque est beaucoup plus courte (il y en a 19 au lieu 
de 48), et le but du chapitre est dififérent. Il doit faire connaître au défunt les noms 
magiques des parties de la barque. Ici, il s'agit d'identifier ces différentes parties à 
des dieux. C'est ainsi que, dans le chapitre xur, les membres du corps humain sont 
identifiés à des divinités. 

Je connais deux autres exemplaires de ce texte. Ils décorent le fond de deux sarco- 
phages appartenant au Musée du Caire : Cat. gén., n°* 28055 et 28056, et provenant de 
Melr, nécro})ole de Cousieh (CuSce), capitale du XI V« nome. C'est certainement par un 
pur hasard que les nécropoles d'Assouan et de Meïr ont été les seules à nous fournir ce 
chapitre; il devait être d'un usage général dans toute l'Egypte. Les deux textes de Meïr 
sont, malheureusement, très mutilés et n'éclaircissent pas toutes les difficultés que pré- 
.sente celui d'Assouan. Ils sont disposés en tableau. Entre la case supérieure contenant 
le nom de la partie de la barque et la case inférieure contenant le nom de la divinité à 
laquelle elle est identifiée, il y a partout la préposition ^.:^^ . 

flECUliU.. .\XX. — NOUV. SÉR., XIV, 9 



66 



TEXTES RELIGIEUX 



Le chapitre devait commencer par une introduction. A Meïr, un des sarcophages 
(28056) en a conservé quelques phrases, mais elles sont très incomplètes. A Assouan, 
on a supprimé ce début et copié simplement la partie du texte qui formait tableau. C'est 
ce qui est arrivé également pour le chapitre xlii dans certains exemplaires du Livre 
des Morts. Dans le Papyrus d'Ani, par exemple, nous n'avons que le tableau, le reste 
manque (cf. Budge, The Book of the Dead, texte, p. 116-117). 

Pour les variantes que fournissent les textes de Meïr, on voudra bien se reporter 
au Catalogue général du Musée du Caire : « Sarcophages antérieurs au Nouvel 
Empire », n«^ 28055 et 28056. 

Un pareil chapitre sera précieux pour le vocabulaire. Il montre quelle pouvait être 
la richesse des termes techniques relatifs à la navigation, ce qui est tout naturel chez 
un peuple où elle tenait tant de place. Je donne ce texte tel quel sans le début et 
malgré tous les doutes que laisse la lecture de certains mots inconnus par ailleurs. 
D'autres exemplaires pourront seuls lever ces hésitations. 






^•' 



10 



I 



o I 



_^ 



^J^ 



I -WHnV 






{sic) 



Mil 



^kP 



•sic) 






ic 



I I I 



11 



W 



AWVWN \\ 

AAAAAA 

••' 



il II 



1': 



i\ 



{sic) 



% 



^ 



\ 



D I 
I I I 



X III 



i: 



^ 



^- 



/WVNAA 



1 

T 



® G 



qq^ 



I I I 



a 



0^ 



^^-D 



I I I 



JP 



"tu 
^ 



TEXTES RELIGIEUX 



67 



15 



20 



-<s>-? 



> 



'=ïi 



Ji 



I I I 



1 

I 



I I I 



c 

A 
I I I 



iJ 



I I I 



P^ 






y 






y 
î 






-(ï 



\) 



(5.E 



11 

i 



S 



I I I 



û ^ 



D 



©la ^ 



\:> 



D M 



U 



(9 ? = ? 



,T--Sk 



U 



\. 



oo 



i: 



25 



no 



P^ 



T 



I I I 



J 



I I I 



w 



^ 



I I I 



I I I 



^ I 
(9 



I^ 



o 
I I I 



(S 



U 



(® ^ 



\ 

N 



io: 



û 



I I I 



A 

(,stci 



^ 



© 



i^ 



1 



Xi 



^ 






n^ 



À 



r^n 



j: 






% 







a •? 






^' 



D I 



® 



TEXTES RELIGIEUX 



45 



J 



(S 
I I I 

D I 



1(9 



^ 



i 



(S 



/n 



(3 



<CSs-. 






1J 

I 



I I I 



J 



p 

(9 



/^VNAAA 



cQ 



__^ 



e 

P 

^ 



I -wwl 



û^ 






^ 



I I I 



O I 



!■ 



u - 



û 



D ^ 



® © 
Ci I 



^•■'(© 



^ 



Jn 

£:i 



■^'O 






^:. 



J- 
1^^ 



AA/W^ V 

-P 



1- ^SX a été rajouté après coup à cette place. 

2. Je ne puis lire ces déterminatifs. 

H. L'original porte un quadrupède assis, ou ne peut distinguer à quelle espèce il appartient. 



XXVI II 

v\ =^. Berseh, XII« dynastie. Musée du Caire, Cat. 



A = Sarcophage de 
gén., 28091. Côté 3, 1. 30-33. 

B = Sarcophage de (1 ^v'""'^' Berseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat 
<7éAî.^ 28092. Côté 4, 1. 50-51. C'est le sarcophage extérieur du précédent. 



A 
B 



lllllllll I AAAA.^A '^ ^ ^ AA^AA^ 



■» 



n^ 



1^ 



tllllllll I 






A 

B 



^ ® 






TEXTKS RKI.IGIEUX 09 









Mi°P7 Z^ik<i>i ^--7a-J^^rt— ^f7^ 
MW7^^ik4i^J-r^--IJ^[^>>q^7^ 

1. Je ne sais si les traces qui se trouvent sous l'oiseau représentent le pluriel ou le perchoir habituel. 

XXIX 

A = Sarcophage de (l. Beriseli, XIP dynastie. Musée du Caire, Ca(. gén., 

28083. Couvercle, 1. 17-22. 

B = Sarcophage de (|^_y,, J"^- Berseh, XIP dynastie. Musée du Caire, 
Cat. gén., 28123. Couvercle, 1. 31-3.5. 

C = Sarcophage de \\ Iv^- Berseh, XII« dynastie. Musée du Caire, Cat. 
gén., 28091. Côté 3, 1. 92-93. 

L'exemplaire B diffère beaucoup de A. C'est, en réalité, une rédaction nouvelle. 
J'ai donné à part toute la fin de cette rédaction, car elle n'est pas comparable au 
texte A. 

Dans C, nous avons seulement quelques phrases qui correspondent au début de 
notre chapitre. Elles se trouvent placées sans séparation à la fin d'un chapitre qui 
rappelle lui-même de très près celui qui précède notre texte dans le sarcophage 28083 
(= sarcophage de Amamu, pi. XXI. 1. 1-14). 



'^Z^35^-k^3^.^7n',^k7V^/y7T'" 



^w.^^ — ^ a - ,. n "^ z] n H ^ ^^^ """^ ^^ ^ ^ ^\ =1 



r:^£^ 



70 



TEXTES RELIGIEUX 



jr\ AAAAAA 

B ^ yJ^ ^ ^^'^ 



I I I AAAAAA 



§ O n I 






III 



lin 



^ t^n ^cs>- 



I I 



Ti ^- ° °^ 



A <=^/i2Av 

B 

C 



I I I 



A 






A U=0 



10 B 
C 



s I 



s I 



-^5- 



I I I 



-\-\T^' 



\rê >\-m^M 



93 



-^ 



A U=y] 
B 



s I 



I Jl "vE 



-^Î[J]-| ?°^ 



Mil 






c "P"™^^!'!'" 



ê 



15 A ^^ J I I I 



^ 



20 gN O 



^"llJ 



I I I 



on 



ê °°\ 



= ^^5:7 



^:3:7 



-- ^5:7 



€5' 



^',K,^0 



liiin I I I 



I I 1 1 III 

9 



A. X P\ A 

1 ^^— I ^A/v.^^ M 

n I I 1 1 1 



A 

B cn'^N 
20 C ^ 



/ I AAAAAA g S ^'^ 



ys □ 



I ^ A/W^A _21 JV J W\S 



^^^^ 



ypT 



TEXTES RELIGIEUX 



w=fl 



^û^ 



->- -<s>- 



lfl = ,?,-Wik 



I I I 






O I 



y 

a X 



D ^ I 



fl 



I I I 



AA/V-V\,% n < r> 






fv^^ 



7^ 



A (ir:=^-:\°¥ 



7\ ,v^^^ y^ 



7\ 

I I I 



•4d 






o 



Û 



S 8'Tp 

. 4 o D 



t 



Ag^ 



o-rû^^:i,;,k^: 



.^^/W^^ n Ci 



I M lO ^ ■ ^ FQ:^^ 



® J 34 ^« 



iiH 



Jk^-=^^±Vr^nNf^J^^„M 30 






,.^.K 3 






^•PPo^-iii 



en r-^-^ 





n 



■1 



y\ \\ vC\ /\^v^\\ 

^m^ji I 



f 



1. Je donne séparément la suite de ce texte qui, à partir d'ici, diffère presque entièrement de l'exem- 
plaire A. 

2. Le texte est terminé ici par une séparation de chapitre. 



XXX 



Sarcophage de J\. Beiseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 
Couvercle, L 55-61. 



i<r=> JT I I I 



I JQ=^ 



m 



'rri° 



r D 



^^ 



è ^^-^^^ï^^-^ 



72 



TEXIES liELIGIEUX 



W 






^® ° ^\ L-nUA 



w 



^'^f\^Mt,^,,À^ 



w 



m 






m 



-o 



^li 



Liî^ 



o 



^ ^ 



w 



A A'VAA^A ^j 






.^-=^ 



I I I 






•.-^VsAA dj 



<:^ /WW\A 



I r I 



rj 



AAAAAA 
/WVV\A 



m 



iâe-^ 



o w I 1 JT û Q 

[331 ^ 



I I I 



I I I 






1 1 \jj 



L—n 



ffl 



r-rr-i O 



^s 



A/s/NA/V\ --^ A/WW\ 



D 



ir:E^i'^'r,^i.ik-j:y 



/VW\AA I \\ I 

1. Cette phrase depuis ^^^ *^-— -^ ^^^ ^® retrouve dans le sarcophage 28118, côté 3. 1. 113. 

en <:rr> 

2. Je ne sais quel est cet oiseau. 



XXXI 



SarcopliJio-e de Q. Rerseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. qén., 28083. 

Couvercle, 1. 61-64. 



N c 



V=!^ 



^\ U U U ^^^AA^ 

I I I J ï _M^ ^^^^ W Q D 1 I I 

(s'f) 



■^'kl'^T^ ^kPlI'" ¥î 






f\/s/s/\/v\ u u u 



LE DOSSIER DE LA F'AMILLE DE NIBNOniROU 73 



AAAAA^ 

D I I I 



A/VNAVS 



I «si AAAAAA AAA^^A i_i I ^\ I ^ 'I AAAAAA I «ci ' ' ' 



I I I 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 

PAR 

Georges Legrain 

PREMIER ARTICLE 

Voici près de deux ans que, dans le Recueil de Travaux, j'exposais, dans mes 
Nouveaux Renseignements sur les dernières découvertes faites à Karnak, les premiers 
résultats que m'avait fournis le groupement des généalogies des membres de la famille 
Nibnoutirou-Neseramon-Nsipakashouti. 

Les recherches de 1906 ont porté le chiffre des statues retrouvées de 719 à 750, 
celles de 1907 à 779, et, parmi ces statues, quelques-unes sont venues se joindre au 
groupe si nombreux de la famille Nibnoutirou-Neseramon. Entre toutes, la plus im- 
portante est celle qui porte le n" 728 de fouille (25 mai 1906) et le n» 38581 du Musée 
du Caire. Elle appartient à un nommé °^ Ç (1 ^-f- Djotbastitefankh, fils de Hor. 

Son étude, l'étude de documents nouveaux, m'ont obligé à modifier en certains 
points le tableau généalogique de 1905, et, en attendant que le catalogue que j'ai dressé 
des statues de Karnak paraisse, j'ai l'intention de rassembler dans ce travail le dossier 
de cette famille, de façon à ce que chacun puisse étudier les pièces à loisir et juger 
si, en définitive, j'avais raison, dès 1905, d'avancer à mon tour que les XXIP et 
XXIIP dynasties étaient collatérales et que le véritable Osorkon III n'était pas celui 
qui figure actuellement au Livide des Rois, mais celui du temple d'Osiris-hiq-djeto de 
Karnak, l'Osorkon Si-Isit-miri-amon Ousirmari. 

La fin de notre travail montrera, croyons-nous, une fois de plus que, quoique bien 
des modifications aient été apportées au tableau généalogique de 1905, les résultats 
scientifiques qu'il nous avait fournis demeurent sensiblement les mêmes. 

Ceci dit, nous étudierons chaque monument à part, ne gardant que les documents 
généalogiques qu'il nous fournira, renvoyant pour le surplus au Catalogue général du 
Musée, Statues de rois et de particuliers , que j'espère voir bientôt imprimé entièrement. 

Pour nous repérer plus facilement ensuite, nous indiquerons par des chiffres ro- 
mains l'ordre d'apparition dans nos tableaux généalogiques des personnages de même 
nom. 

Document 1 

Statuette de ^^(j^T Djotbastitefankh, fils de ^(1 Hor. Calcaire très fin. Hau- 
teur, 0"'335. (Karnak n° 728.) 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. \Q 



74 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE DE NIBNOUTIROU 



Cette statuette, d'une merveilleuse finesse d'exécution, a été dédiée à Djotbastit- 
efankh par son fils Neseramon III. 

Les deux cartouches ci-contre sont finement gravés sur les épaules 
de l'image de Djotbastitefankh. 



S> III 






© 



Cette statue, d'ailleurs, avait été accordée par faveur royale d'Osorkon 



pour le temple d'Amon dans les Apitou : A^^^y^''''^^ li 



Çfi ^^ ^?1 



fils pour faire vivre son nom ^^w^ 5> U^ 'T '^^'^^ - ce qui nous permet 
de penser que Neseramon, fils de Djotbastitefankh, vivait sous son règne. Les textes de 
la statue nous ont fourni le tableau généalogique suivant qui ne comporte pas moins 
de quinze générations et vingt personnages dont nous avons soigneusement relevé tous 
les titres avec leurs variantes. 

Document 1. Tableau généalogique 

Statuette de t&^ ^ ^ T ^Djotbastitefankh 



Date : Règne de (©iA^] (fléfe] ' 

-2 ' — < fi i""""" i III 



^'ïfl^^f 



] 



© 



18 



I "" i 11 



VI lit 



I 






?f 



m 9 



^^3 



I" 10 



7\l 



Il 11 



( Voii- l'aijc suicanlc ) 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE DE MBNOUTIROU 



75 



( Voir page précédente ) 

1 

I _21 A^AAAA 1 A/AAAA 



^ 



_ /W>AAA -^ ■ ^1 



(j.. 



<=^K 



e III 






1Z1!W!iii:iSH!a' 



® 



L=Z1 






r"^ n c3 C. A q 

lll ' ï 



O Tll 



^7 



m 



X 






c 



i """"" i D 



1 ^ dIï 



-a -^^ 



/n 



LlWTaf\ 



A/WNAA 

£^ Dln I 









\7 






011 — , V2W^^1Ç(1'^''1?(1"1^1 

^11 (V^V^A^ — /-4 ^ T T A,WW. I À I AAA/NAA ' À 1 Cl) I T I | | I 









ii 



D ?\ <: 



K^-.^ K 






^IPli^ 



r/( suivre) 



76 



LE DOSSIER DK LA FAMILLE DE NIBNOUTIROU 



10 



11 



12 



13 



14 



15 



16 



17 



18 












AAA/W\ 



n ' I AAAAAA V. 






(aa>v^<j 



1 1 AAAAAA 1^1 I 



■ T T AAAAAA I <^ ^ I 






I ^ T I AAA^v^A 



1 1 AAAAA,\ I ^ T f 



• T T /WVV\A I ë T T / 



•-\ -V AAA/VSA Çn a "^ "^ 

T T A/w^/v\ I ^ î T 



C^ A *^ "^ AAAAAA (î 
1^1 1 AAAAA^ 



éTT 



n I 



ON I 



{ srntrj 



i """""i / I u 



^fl^ 



r 



^Hl 



1 /' AAAW\ I 



(^ n r"^ 



AAAW\ I AAAAAA 



CJ 



(l = p 



<§^ 



^cr 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE DE NIMNOLTIUOl" 



77 



19 



20 



È- 






^1 1 



On peut constater déjà, dans ce tableau, la présence de six personnages nommes 
ou ^^IJ' et de trois répondant au nom de ^^| H '. 
C'est à ces personnages que nous attribuerons les premiers numéros de classement, 
afin de les retrouver ensuite dans le tableau d'ensemble définitif. 



Document 2 



[■^""^ II 



Statuette de ^^ Hor V, fils de ^ il ' ' " Neseramon II (Karnak n° 356). Cal- 
caire très fin. Hauteur, 0'"335. Cette jolie statuette a souffert de son séjour dans la boue, 
et les textes qui la couvraient jadis nous sont parvenus incomplets. Elle présente de 
grands points de ressemblance avec la statuette précédente n'^ 728.. Elle fut, d'ailleurs, 



elle aussi, accordée par faveur royale, mais il ne reste du texte que : M 

n.vwvvvM ri ^^B, et nous ne pouvons préciser exactement quel fut le roi qui l'accorda. 

Dédicace .^v.^^^ 1 ^ 1 \l<^^ il ^ -, H R^r . Le tableau généalogique ci-joint 






nous montre que nous avons affaire au Djotbastitefankh de la statuette n" 728 et que le 
personnage de la statue n° 356 est Hor V, fils de Neseramon II de la généalogie n° 728. 
La comparaison des titres du même personnage dans les deux tableaux nous montre 
déjà que l'énumération des dignités du personnage n'é tai t pas to ujours faite avec un 
soin sc rupuleu x. La variante du titre z ( )l ^ = ( oftiPP I 1 1 ^'^^^ 
1 ( f^ffl©) ^-* bonne à noter. Nous retrouverons encore ce titre. 



1. Dans les textes de cette époque, M suit souveui le nom d'un individu comme détermiuatif. 

M. Maspero {Rapport sur une mission en Italie, p. 92, § XXVI) fait déjà cette remarque, [I (sic) pour |. 

Parfois (1 remplace K(\ ou hÀ. Voir, par exemple. Maspero, op. cit., p. 95, § XLIV, ( D P ^ ^^ 1 At 

Les statues de Karnak fournissent des exemples abondants : n" 627, 4 ■ l' H ' ^^ 1 (J . 

^(j, qgH: „.441o. f ^î!]pe™,ue -cf ^J/^lj; n.«4„a ::1^U,^ 



^ ^ ^^ ^ /VA/VWA 

s'écrit aussi ] /^^ ] ^ 

nom propre. Exemples : Karnak n"^^ 576, 



(J etc. Nous trouvons aussi, mais plus rarement, le signe y derrière un 



.- . '^ V . comme aussi nous avons 'w^A^^ \\ ' I 



2. Nous observons souvent les variantes suivantes de ce nom sur le même monument : 

■ iiumn y ■. «flllllllt 



-w^A^A 



78 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE DE NIBNOUTIROU 



Document 2. Tableau généalogique 
Statue de ^^ , fils de -»-] <^^ 



'ï^e 



4 Cv IV 



^^^Pf^ 



^ 



^s/^/vVJ 



1!V' 



^^A-INA^/j 



1f]e^!iI1!]i=[k1][i2^] 

1 



^ U c I 



■ iiiiniii 

v//////y^.//'y..,.-:y///^;.y.iiy//////. I © I T III 



i 






P.lo \mf:^mi 



!i[J 



AAAA^V\ 1 Lj I rVy AAAA^A 

I A/WVV\ 'V/VVVy A^AAA/' 



17m£^Fi^^" 



T I A/WNAA <vvvv, AWW T A.V^V^ V ^yl N V // A /VWA-, 

I ^^^">^ _/-J ^ AA/NAAy\ 



n. 






n I 



jo;; 






I V 



^^3 



LE UOSSIEH 1)1£ LA FAMILLE DE NIBX( )LTIROU 



^ ® 



A/W^A.\ Ul d ~\ 



X h =fffff 






J\ 






^^ 






Document 3 



Autre statue de ^^^, tils de ^ ^^ (Karnak n'' 202). Albâtre. Hauteur, 0"^45. 
Cette jolie statuette a été accordée par la faveur rovale d'Osorkon Si-Isit-miri- 

fils de Neseramon III. Le texte ajoute : \\ ^^1 i T ^1 il ^ *^4^ " ^''^ "^^^^ ^^* 



amon , 



Djotmaoutefankh. dite Tashesit )). Nous ignorions encore ce surnom qu'il nous sera utile 
de connaître au paragraphe suivant. Nous apprenons aussi que le père de cette femme 



était un nommé 



û Horus, le scribe de l'archive. 



n ©I 



Cette statue d'Horus V fut dédiée par son fils aîné, .-^-^ ^ I ^ Îr 11 i =^^ 
I y ■.•-■.■.. ^ M " J ^ etc. -H i\ Neseramon IV. Par suite, eu consultant le ta- 

I I I 1À 1aw.v> I Tllll <^I1 ^w.^^ ... 

bleau généalogique adjoint, nous apprendrons que Djotbastitefankh, fils d'H orus V, était 
seulement demi-frère de Neseramon l\ . La mère de celui-ci s'appelait Va \l7ri| 
Tapiritou et celle de Djotbastitefankh s'appelait ^'^o MV'J Nehesi. Nous aurons 
d'ailleurs l'occasion de constater que la polygamie est fréquente à cette époque. Nous 
ferons observer que la statue 728 est datée du règne du ^. (Flé'^^l 1 f T^J 
( o^ ^"^ I, que la statue 356 semble indiquer encore un ,. avec son déterminatif 

v__l_ "^ — -n T /www 

i et que la statue 202 est donnée par le l^i [ •■■w j)ll-^l[^[ ^3^ IfJT'^ ^'^^ ^*^ ^^ 



Haute Egypte Osorkon Si-Isit-miriamon, dieu régent de Thèbes. 

Je crois qu'on peut conclure de cette coïncidence que l'Osorkon de la statue 728 et 
rOsorkon Si-Isit de la statue sont un seul et même roi. 

Nous prévenons que, avec Tapiritou, la mère de Neseramon, nous relierons la 
famille de Horus V avec celles de Nibnoutirou, fils d'Horus, et avec celle de Nsipa- 
kashouti. 

Nous reviendrons plus tard sur ces deux familles importantes, mais il faut qu'au- 
paravant nous complétions la généalogie Neseramon IV, Hor V, etc. 



80 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE DE NIBNOUTIROU 



Document 3. — Tableau généalogique 
Statue de '^ 

(Karnak a" 202) 



Époque : Statue octroyée par le \^ $^ f^ 6 ^ -k] ^ û ^1 f\1 



i""""" i iV 



^\\\ 



dite \\ â — «— ^ çx^^ 






■HT" 



^3 



□ ^ ITI '" 



10 ©, VIII 









^ 






•ii 



n I 



e. n . ,mmm^ jp, r^'^ SU ) 



AAA/WS I AAA^-AA 



nn 



i^^j j— Il 

AAAAAA I Ci 



]^Z!£fl 



AWVWV HA* 

o I I A û' 



n^^..^^ n I 



n I 



1IVt"kl^^Ç5^^^1fV 



(sic) 



[^■^"•n . ffl IV 












II 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBXOUTIROU 



81 



10 






I \\ 1 Ci 



A/vVV^^ 



1 AAAAA,\ -^S>" _j5ff 



.=^ 



,f^,pn 



A/vVvV. /">. 






ni" 
,'1 



Remarque. — Horus VIII parait être le même personnage qu'Horus VII. Dans ce 
cas, le tableau de famille se disposerait ainsi : 



C^-^ "i 



31 






]^ 



"^1 



111 1 






:n 



Document 4 



Statue dédiée à Hor III par Hor V (Karnak n° 182). 

C'est grâce à la généalogie fournie par la statue 728 que j'ai pu comprendre les indi- 
cations fournies par la statue 182. Dès le jour de sa découverte, je m'étais ingénié à 
chercher comment un certain Hor pouvait être à la fois fils d'une nommée Tashesit 
\n et d'une autre femme appelée fi < 
statue se lisait le texte ci-contre : 



YN Tabaqitenmaout. A l'avant de la 



■tl! 



(Â^^^-^ 



I^-^-nI ^ 



<^t ml ^=^ ^ ^ il 



es (3 l m A û ^ O I 



^43r;5 



(2 ^ AAW^^ i c^ I I 



^cui^kiwinri^rk'joy^ 






I 



o i I 






RECUEIL, XXX. — NOUV. SKR., XIV. 



11 



82 LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



Sur le dossier, le texte dédicatoire était ainsi conçu 

(2 Jlll 



Ce qui donnait les deux séries généalogiques ci-dessous.; 

A ÎX m H ^ V 






ri^î 



Grâce à la généalogie de la statue 202, nous retrouvons notre Hor V, fils de Nes- 
amon', dont la mère était Djotmautefankh dite Tashesit, fille de Hor, le scribe de 
l'archive. D'un autre côté, la série Hor, fils de Neseramon, fils de Hor, fils de Nes- 
panofirhir, nous est connue aussi par la généalogie 728. 

La seule façon que j'ai trouvée de comprendre cette généalogie 182 a été de me 
reporter à l'observation de M. F. de Bissing, relative à la généalogie des personnages 
figurant dans l'inscription de Mes à Saqqarah, qui constate, avec M. Gardiner, que les 
titres de père et de fils sont parfois très vagues. « Il faut donc, conclut-il, dès qu'on se 
)) trouve en présence de substantifs tels que ceux que nous avons cités plus haut, se 
» mettre en garde contre toute sorte de déception, il faut pouvoir contrôler indépen- 
)) damment ces généalogies pour pouvoir s'en servir. » 

La généalogie 728 vient précisément nous servir de contrôle et nous autoriser à 
croire que Hor V, fils de Neseramon et de Tashesit, fille de Hor VII, dédia cette statu-e 
à son ancêtre Hor III, dont, ainsi, nous connaissons la mère, la pallacide d'Amon de 
première classe, Tabakitenmaout que nous ne savions où placer auparavant. 

La généalogie 182 serait donc une généalogie défective. Elle a, d'ailleurs, fort peu 
d'importance dans la série, et ne nous apprend rien que le nom de la mère d'Hor III. En 
tout cas, la formule 5^ uTVi^^ ^ i , ^_^ lip , employée en 

pareille circonstance, me semble utile à noter. 



1. F. VON Bissing, î^otc sur les généalogies égyptiennes et leur utilité historique, dans le Recueil de Tra- 
cauœ, XXVIII, p. 6. 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



83 



Document 4. Tableau f/énéalogique 



Statuette dkdiék par 



, F,LS DE ]^ ^ , À ^", F„.S DE ]^ ^^ 
(Karnak n" 182) 



1 SX \ 



^^^^ 



rev fin IV 
(Voir Documeut 1) V^U 



m 



■ immii |«i 



An (voir Documeut 3) 



vu 4 



]¥r^^' 






V 

i 



I I I 



I 1 AAAAAA ^^'— ^ I A 



crszi 



i!¥a 



'^ I ^ ^^ 



n I 



û 



m Q 



l'îÀPk^wiQfl^^rk^i: 






■ A/WW\ I # AA/NAAA 



ii.^o;; 






VII 



^1^ 






84 LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 









8 
9 


^ AAA/V\A 


ri^îî 




]¥r-^ 



Document 5 

Statue de -^ (1 Neseramon, fils de ^^ . Calcaire très dur. Hauteur, 0'^60 

(Karnak n« 122). 

Les nombreux textes généalogiques que nous fournit la statue 122 se joignent 
exactement, pour leur origine, à la lignée de la statue 728 (Document 1) allant depuis 
Horus III jusqu'à l'ancêtre le plus reculé de la famille, Ashoukhet ou Asychis. 

La statue 728 nous avait fait connaître ^''^l(|'?T' Djotmaoutefankh comme fils 
d'Horus III. La statue nous en fait connaître un autre, un Neseramon V qu'il avait eu 
d'une pallacide Aatoouï, fille d'une princesse Tasephitenbastit, dont le père était un 
Sheshonqmiamoun imprécis, au moins pour le moment. 

Un de s titres curieux que porte Horus III est celui de : /^ 1 n^ i 

[^[j^ij, purificateur de l'icône d'Osorkon. 

Nous aurons soin, d'ailleurs, après avoir établi les points principaux du tableau 
généalogique général, d'étudier les nombreux titres portés par les personnages men- 
tionnés sur cette statue et de les comparer avec ceux des autres monuments où ils 
sont cités. 

Ce qui reste d'absolument acquis à notre tableau, c'est la connexité absolue des 
séries Horus III à Asychis sur les deux statues 122 et 728. Elle classe d'une façon défi- 
nitive la lignée Aatoouï, la princesse Tashepitenbastit et le Sheshonqmiamoun très loin, 
à neuf générations avant l'Osorkon-si-Isit des statues 728 et 202, et, quant à moi, je 
vois actuellement Sheshonq P' dans ce Sheshonqmiamoun de la statue 122. 

Document 5. Tableau généalogique 

Statue de -T^*^^ 
(Karnak n' 122) 

^ G 



>m^ B^ 






(Voir page suicante) 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



85 



40 *v IX 



(Voir page précédente) 









<e-i it 



-Ifs 



II i: 






^■^A^A^ 



I" 4 



:a^î 



^^n^ 



iiiiii^ i ii »j 



AAAAAA c\ ^ 



I AAAAAA I I I I 



I" 10 



r-v^^ III 



llL=kW2^ 



AAAA/^^ 1 I I *'5ÎW° U 



liei^iiT^^!5^^' 



O I 



I AD 



1 1 



n I 



^/i^ I A D A D <=> I Ji A/^wvs 1 n I ini I ^ I 1 

J^^ AA/VV>A 1 U dJ AA^VVA 1 CD I _Oftr I A^WvAA T AAAAAA /'^ 

LLJ I W AAJV^V^ 







nmiiiii ^' 



i^^ 






III 



86 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



12 



13 



14 



15 






_ AAAAAA 

1-^ 









o r 



\ 



m^^ûmyi 






AAAAA^ r\ .llllllilll. 

AAAAAA 1 I rj\r\r^r\/\ 



\ 



n I 



AA/V\AA 






^Ci 






III 



iiir 

c>ZAc. ® A A D • 



/in r"^ ^JKf: 



IrJl'^^^Hn I ^J^ 



^"i.wpi^nvi 



□Pffl 



7 s \\ 

_fl /wvyvy © 






€^fî^lsl=iri^ff£f-i 



o I 




rroViiiie:7:]^«¥^iiiH 



.n I 



IM 



^^^ "^ 



iiiiiiiii I no j ffi 



tÈîK^^7r,^t 



n AAAAAA « O I r\ AAAAAA 



■3 S 



^:ii°^ 



/-^ AA/«^AA 



n I 



tJï.a'^^ 



o' 



ï1L"k^^W,tï 



AA/VSAA 



;; 



^^^^ 



r 



n^n^^i 



/v/vv\\ 



s=v(; 



4- -t^ . %\t y -f -f 



11. 



n^n^ 



ek^ga 



r^4 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



87 



16 



17 



18 



19 



20 



n I 



^\:^.r,=mmmr} 



n I 



1 !nsui i^ 

AAAAAA 1 O I 1 I I I I A/VV^A 



°ma 



%^1ÎS^^ 




iWVM 


MZ] 




\cMM 






^r 



Document 6 



Le Fragment 3 des Annales des prêtres d'Amon 



Parmi les fragments d'annales des prêtres d'Amon que je publiai jadis, il en 
est un qui, je crois, se rapporte à la branche Horus V Asychis. Je le reproduis ici 
pour la commodité du lecteur. 

Il se compose de trois inscriptions se faisant suite, la première antérieure à la 
seconde et la seconde à la troisième. Les voici telles qu'elles sont sur le monument. 

Inscription A : {fMnnZiîMCîIï^l^ M'^ '/MA 



ra 

G I 



I S III I 



^ j^ /^fv^/w^ r o n s msni 

^ , ■=]();. Espace vide. Inscription B : ] \\\\l zcCCCi 

\ y I i I I C^l I 1 1 I o A^AAA^ 



JÎ^PÎlk] 



r/7 



n n 



1^ 
In I 



=3 I /W\/\/vA 1 Cl 



A/WSAA 

O I 




La troisième inscription C débute avec la ligne ^ '• ] q , , , , , , nM %■ 

Le cartouche de Siamon de l'inscription B nous indique que nous devon.^ chercher 

dans la XXP dynastie un roi dont le premier cartouche était Aàkhopirri Sotpounri; 

il n'y en a qu'un, c'est Psioukhanou. Et l e texte du débu t peut se rétablir ainsi : 

f^f^n°n^8'i^^l^ C^ïi^ l^ O"^3CSr:l Dan. ce cas, ce Psiou 

khanou II aurait vécu avant Siamon. 

Les lacunes du texte A se complètent facilement avec le texte B, et nous pou- 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



vons croire avec grande vraisemblance que le Nsipanofirhir de A est le même que 
celui de B. Nous pouvons dans ce cas, reconstituer la lignée suivante : 



n^î 



l'an XVII de Siamon. 



l'an II de Psioukhanou IL 



^\ 






A/W/W\ I AAAAAA 



Je ferai remarquer que cette série Hor, fils de Nsipanofirhir, fils d'Aoufniamon, se 
retrouve aux tableaux généalogiques des statues 728 et 122. Cette série composée de 
noms peu usités me semble être la même, et je proposerai de dater l'Horus II des statues 
de l'an XVII de Siamon et son père de l'an II de Psioukhanou. 

Nous serions donc arrivés, grâce à ce moyen, à pouvoir établir la place historique 
de la XXI« dynastie par rapport à la XXII«. 

Document 6. Tableau généalogique 
du Fragment 3 des Annales des prêtres d'Amon. 



\\^^ 



I 



mPM^ n)iA 



^ 



\ 



i~^\~i 



^^ Texte B. 



CISZl 



/wsAAA 1 © I i Mil I y AAywv> W^j <::^:> 



n^î; 



n I 



D 



I I iJ(â m I 



Texte B. 



Bibliographie. — Legrain, Notes prises à Karnak, Fragments des annales des prêtres 

d'Amon, n" 3, B, dans le Recueil de Travaux, t. XXII. 
Remarque — Le tableau ci-dessous montre que Hor reçoit en l'an XVII de Siamon 

les mêmes titres reçus par Nsipanofirhir en l'an II de Psioukhanou IL Ce sont, 

pour ainsi dire, des titres mineurs, des titres de début dans la carrière sacerdotale 

thébaine. 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



89 



Document 7 

La statue du Nil au British Muséum 

La statue du Nil, conservée aujourd'hui au British Muséum, nous a appris depuis 
longtemps que la fille d'un roi Psioukhanou, appelée Makere, épousa un Osorkon. Ce 
mariage rapproche ainsi la XXP dynastie tanite de la XXIP dynastie bubastite. De ce 
mariage naquit le premier prophète d'Amon Sheshonq. 

Les textes de la statue du Nil nous fournissent le tableau ci-dessous que nous 
grefferons au Psioukhanou du document VL Aucun document, à ma connaissance, ne 
prouve que ce soit ce Psioukhanou plutôt qu'un autre qui fut le père de Makere, ni 
que rOsorkon qu'elle épousa soit Osorkon P^ 

Notre tableau général tendra à montrer qu'il s'agit bien de ces deux souverains. 

C'est un résultat historique qu'il me paraît utile de noter d'ores et déjà, car il 
permet d'assigner la place de la XXP dynastie par rapport à la XXII®. 

Document 7. Tableau généalogique 
fourni par la statue du Nil au British Muséum. 



' fH^mmi ^1 



(MmII] 



P 



©3 



(!MKil]' 









W ^ I 



I l!^ 1 1 I I Ci 



QMMil] 



^^SQM^ll] 



(l^ÈMïïTT] 



(îMMMI 



o 

u 



l ^ir^ m^QJ 



Document 8 



La jolie statue n" 221 de Karnak vient ajouter quelques lignes au document 



RECUEIL, XXX. — NOUV. SER., XIV. 



\t 



90 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 



^^'^''^•-■■TJ^P.]M^.'^mmT<i^]':^(MMm 



Nous ne croyons pas utile de faire un nouveau tableau de cette généalogie. 

(A suivre.) 
Karnak, 30 juin 1907. 



WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 
VOM WORT-ANFANG AN DAS -ENDE 

VON 

D' Nathaniel Reich 

Wenn ich es wage, folgende Studie zu verôffentlichen, welche die schwierigste 
Schriftart des Àgyptisclien behandelt, so war dies vor allem dadurch ermôglicht, dass 
wir heute durch die grundlegenden Arbeiten von Gelehrten, deren Pionnirleistungen 
auf dem Gebiete des Demotischen immer glanzvoll dastehen werden, wenigstens in 
der Lage sind, solche Texte zu lesen und zu verstehen. Aber wenn wir nun auch in- 
folgedessen in der Hauptsacbe die einzelnen Zeichengruppen, welche die Worte bilden, 
richtig zu ûbersetzen und zu deuten imstande sind, so kônnen wir doch hâufig, die 
einzelnen Zeichen aus denen dièse Worte bestehen, nicht auf ihren Ursprung zuriick- 
fuhren. Vieles ist allerdings auch nach dieser Richtung hin schon geschehen in trefï- 
lichen Untersuchungen bekannter und anerkannter Namen, welche zu nennen bei ihrer 
geringen Anzahl ïiberflussig und deren Verdienst eben wegen dièses Umstandes umso 
grôsser ist; doch viel mehr bleibt da zu tun noch ubrig. Selbst dies ailes aber genûgt 
noch nicht. Auch wenn es môglich ist, aile Zeichen auf ihren wirklichen Ursprung 
hin zu erklâren, ist noch nicht ailes klar. Denn wenn dies auch fiir das Verstàndnis 
der Schrift notwendig ist, so kommt es nicht nur darauf an, was der âgyptische 
Schreiber wirkiich schrieb, sondern es wird in nianchen Fâllen sogar vielleicht ungleich 
wichtiger sein, zu wissen, was er schreiben wollte. Dass dies aber nicht immer dasselbe 
ist, ja manchnial etwas ganz anderes, hat uns sogar fur das Hieratische erst kiirzlich 
z. B. ScHÀFER {AZ., 40/121 ff.) gezeigt. Folgende Studie nun haben aus dem Gebiete 
dessen, « wa«! er schreiben wollte», ein Thema herausgehoben, welches fur sich ein 
geschlossenes und'jhomogenes Gaiize bildet, nâmlich diejenigen Schreibungen, deren 
wirklichen Ursprung der Àgypter nicht nur vergessen hatte und infolgedessen als Re- 
prâsentanten ganz anderer Zeichen auffasste, sondern welche dadurch auch eine andere 
Stelle im Geftige der Zeichen einnehmen, d. h. dass sie zu wandern beginnen je nach 
der missverstâiidlichon Aufîassuiig des Zeichens vonseiten des âgyptische Schreibers 
nach dem Wortende zu oder nach^dem Wortanfang'. In vielen Fâllen konnen wir 



1. Siehe weitere Beispiele fur derarlige Wanderungeti an anderen Wôrtem in meiuen Demotischen und 
griechischen Tcxten etc. Abschnitt VIII, IX nnd X. 



VOM WORT-ANFANG AN DAS -ENDE 91 

genau verfolgen, wo er den ursprunglichen Wert der Zeichen noch kannte, wo er 
schon zweifelte, die Folgerungen seines Zweifels zog und in der Schreibung zum Aus- 
druck brachte und endiicb, wo er sicher und zweifellos seine Zeichen missverstanden 
und darnach auf dem Papyrus verewigt bat. Docb wie verscbieden aucb die unmittel- 
baren Ursacben (teils grammatiscber, teils orthograpbiscber, teils palâograpbiscber 
Natur) der raissverstandenen Schreibungen sind, sie weisen docb auf einen prinzi- 
piell gemeinsamen Grundgedanken als treibendes Moment bin, welcbes sicb in der 
Untersucbung von selbst aufzeigt, 

lin bistoriscben « Roman aus der Zeit des Kônigs Petubastis' » der Papyrussamm- 
lung Ershersog Rainer kommt folgende Stelle vor : 



L 14 



,^^^Us>-V.. 



= kopt. eue Axeuj&K' 

= neuâg. H [(2 

« Kannst du denn nicbt. . . ? » 

In diesem Beispiele ist die Scbreibung des Striches in rh auffallend, welcben wir 
gewôhnlicb fur den Repràsentanten des r in diesem Worte anseben. Hier siebt die 
Scbreibung so aus, aïs ob der âgyptiscbe Scbreiber den Stricb als Determinativ zu h 
aufgefasst batte. Dièses Beispiel is^t aber nicht vereinzelt, so dass man an eine Ver- 
schreibung denken kônnte. Derselbe Papyrus scbreibt den Sobn des Eiorhorerou, 
namens rhf {der erste Teil des Wortes ist zerstôrt) folgendermassen : 

Q 28, J^^^\ ja::, ^ 

Der Scbreiber einer anderen Handscbrift, des Papyrus Insinger'' , scbreibt sogar . 

VII, 14, ^[iiM3^ ^\(C!^ ifefldT*H-=Aj| 

=^ kopt. neTJUieig&.q eig ntge^i 

(( Einer der das Schicksal nicht erkennen kann ? » 



1. Die Citate richteu sich iiach Krall's Signierung in den Demotischen Lescstuchen (Tafel R im 1. Band, 
die anderen im 2. Band); vgl. hierzu auch fur die spàteren Stellen : Idem, in « Mittheilungen aus der Samm- 
lung der Papyrus Erzherzog Rainer», VI. Bd., p. 19 ff , Idem, in WZKM., Bd. 17, p. 1 ff.; Revillout, Reçue 
égyptolof/ique, XI, p. 115 ff., und fur den Papyrus Insinger, Idem, Journal asiatique, sér. X. t. V, p. 198 ff. 

2. Die beiden Zeichen fur .<:s>- sind nur « maires lectionis » fur die betreffenden Vocale (vgl. Griffith, 
Stories of tlie higli prïcsts o/ Memphis, p. 107, Note). 

3. Hier haben wir einen demotischen Beieg fiir das Wort JULeujd.K « Du weisst nicht (Du kannst nicht) » 
= « Vielleicht » (Erman, ÀZ., 1894, p. 129). Fur die demotische Schreibung des <^>~, vgl. Note 2. 

4. Nach der Publication von Pleyte und Bœ^er, Monuments égyptiens, 34. livr. u. Vorwort, ibidem. 
Das entsprechende Wort in der betreffenden Sprachperiode nicht nachzuweisen. 



92 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 



ANMERKUNG 1. "Wir sehen hier zugleich, dass der Schreiber einen Unterschied 
zu machen scheint zwischen ™ r^i « kônnen » und ^ rh « wissen », « einsehen )). Dièse 
Erscheinung, welche ûbrigens nicht ganz genau eingehalten wird, ist nicht vereinzelt; in 
demselben Papyrus steht : XXVII, 23, 



/ 



: kopt. nKiooi)Ju.c nTAJL£i&.u} hhi eTKeuj (ong^ XLsjLoq 

« Das Bucb vom Nicht-Verlassen des Hauses, wenn du darin leben kannst. » 

= kopt. eqeujc 

— neuàg. g -<2>- 3 1 « Er erkennt es. » 

• i • 

= kopt. pjuipd.uj'' neTpooTruj lixioc 

« Ein kluger Mann ist dei-jenige, der darum Sorge tràgt. » 



IV, 8, 



= kopt. CTC JULeUJd.KC 

« (Ein Leben,) welches du nicht begreifst. » 



V, 3, 




• IJUU% ^U^i /î -^ÏŒ? M 



= kopt. oTrit-pAAp*.uj ng^HTq ejeq «S'iitcong itd.ijyT 

a Ein weiser Mann ist einer, dessen Leben(sinhalt) stark ist^ » 



1. Vgl. Spikgelberg, Recueil de Tracauœ, XXVI, p. 34 ff. 

2. Vg). hiezu GiuFFiTEi, Stories, p. 120, Note, und W. M. Mûller, Rec, IX, p. 22, Note 1. 

3. Ùberhaupt determiniert der Schreiber die Gruppe fur /-mt t-h inamer mit Punkt, z. B. : 



XXVI, 19, 



J 1 XXX, 19, ^^ Y XXXiy, 12, ^^^ Y 



VOM WORT-AXFAXG AN DAS -ENDE 93 



XX. 10. 



■■= kopt. niioTTC eujc 

« der Gott (es) versteht. » 

Ausnahmen von dem obengenannten Gebrauche kommen vor; z. B. 



XXXI, 12, 



îi 



-^4c/l^ 



= kopt. €Te Aï.eigA."!rc 

« (aile.) welche sie nicht verstehen. » 

X.I. 22, J/ ^^ ^, 
= kopt. eueujd^qc 

« Der es nicht begreift. » 

Auch der Schreiber des Londoner Papyrus DCIV im British Muséum, welchen Grif- 
FiTH^ in einem trefflichea Facsimile und einer ebensolchen Handcopie herausgegeben hat. 
macht einen Unterschied zwischen den beiden W'ôrtern, z. B. : 



*:^ 



VI, 21. <^/M/4-^'i-»?|-^a-a.euxx& 

= kopt. cujc Ti 'te îtecS'coig -xennerj ^(..es.n) 



« Es wusste der Prinz (Mann) von .Ethiopien, dass er nicht imstande war 



neuâg. ^ ^i.5^ \;\ U AUUQ ^ Ï-JU-U «=:» 



V. 35. Gp^;^-^»^^ 

= kopt. eigcDne eneK 5("*^") 

(( Wenn (es geschehen soUte, dass) du nicht imstande sein solltest. » 



1. Griffith. Stories of the high priests o/' Menip/iis ; vgl. aile citierten .Stellen. 

2. Griffith ùbersetzt The man of Ethiopia. Za eiiier aiideren Stella (11,29, Stories, p. 129, Note) bemerkt 
GriflSth : 'te, from the det. may meaii « foreigner » or « negro ». unless it be au expression for sorcerer or an 

abusive term. Sollte dièses Wort nicht einfach « Fûrst « oder « Priuz » bedeuteu und mit (1 |1(J(I W '^i/ = 

« Kônig, Fùrst, Priuz» zu identificiereu sein? Dièses Worl vvurde nicht nur in relativ altérer Zeit (z. B. 
XIX. Dyn.; vgl. Reinisch, yE(/ypt. Chrestoinathie, Bd. I, T. XIF, I. '2). sondern auch noch spât (z. B. Ro- 
sette, 2) gebraucht. 

Nachtraglich sehe ich, dass schou .Spiegeldiirg (P.S.B.A., XXllI, 252) dièse Bemerkung ausgesprocheii 
hat. 



94 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHEXS 

111,7, ycs^^t^j^ 

= kopt. ejii.cu}&.q 

= neuâg. (jej(â(.<s>-)^|]^_ 
« Indem er nicht wusste » 

II, 31, jf^ c^/A 

= kopt. eq^oujq 

= neuâg. fl ; nA*^— 

« Der imstande ist, zu lesen. » 

Doch ist der Schreiber dièses Manuscriptes ungenauer, aïs der des Pap. Instngcr. Es 
giebt daher auch hier Ausnahmen, wie : 



V 



, 35, â>lJ 



^ 



= kopt. jLinKig 

= neuag. © ^C3^ i\ 

« Du konntest nicht » 

ANMERKUNG 2. Wird nun auch das Zeitwort rh in der Bedeutung « kônnen » im 
^gyptischen weit hâufiger gebraucht aïs im Sinne von « wissen, einsehen, sehen»', so ist 
doch die Bedeutung von « einsehen » und iiberhaupt o sehen » die ursprûnglichere, wie z. B. 
die Inschrift von Tanis zeigt. Hier entspricht unserem rù das griechische OPAQ, resp. OIAA ; 
vgl. Reinisch und Rœsler, Die zicclsprachlqe Inschrift von Tanis, und Revillout, l. c 
Insbesondere aber lehren uns den wirkiichen Sinn die verwandten Sprachen des Kuschi- 
tischen kennen, wie z. B. : 

« sehen, schauen, erblicken ))^ 



« einsehen, verstehen, wissen »' 



Zu unserem urspriinglichen Tliema zurucklcelirend, ist es nach den oben ange- 
fûhrten Schreibungen wahrscheinlicli, dass der agyptische Schreiber den Strich in r/i 
aïs ein Determinativ auffasste, denn richtig miisste das r in rh durch einen wagrechten 
Strich ûber dem h ausgedriickt sein, wie z. B, folgende Schreibungen lehren : 

Historischer Roman des Pap. Ersher^og Rainer, G 27/28, 



Bed. 


crli 


Ga. 


arçi 


So. 


avag 


Cha. 


arcq 


Bil. 


arc' 


Kaf. 


ariji 



1. Vgl. hierzu auch Griffitu, Stories, p. 106, Note, und Revii.lout, Journal asiatique, sér. X, t. VI, 
p. 292, Noie 2. 

2. Reinisch. BodauyeϙrterbucJi, p. 29. 

3. Reinisch, Somali-Spraclir, II, s. v. (^ S'i'lnrahi^rhe E.vpciHtinri, II). 



VOM \VORT-AXFAXG AN DAS -EXDE 



95 



'7^'Si'Wl 5:^:^^^^>ê-^|i-^ 



>^ 



■// / 



ys^ 



= kopt. ctienetg-ge ecoit cAinnosi '^•^eAAifiig 



neua.t;:. 1 n (2 



=ry 



^\ 



/l\ .s^ ni^^^ 



2^ ni=n: 



y\ iii® 1 .=i ^^^ u i i i 

(t Kônneii wir dciia nacli Heliopolis ziehen, ohne die Chalibsch des (o-e- 

nommen zu haben)? = solange wir nicht die Chalibsch des genommen 

haben? » 



G 18/19, 



kopt. cjieieiy-ige etoii ne^TOuj 



py/j 



neuâg. \ \\(t 



^ 



A 







« Kann icli denn nach meinein Xomos Heliopolis ziehen? o 



29, <^ 'x^'?v^\^;;^'^^< ^ ^è=z\vc^ 



= kopt. eneneig ep hh Kd^ice 

= neuàg. 'i (l<S i ^^517 

AAAAAA I III © 1j Ci H ^ û 

« Kônnen wir denn das Begrâbnisfest beçrehen ? » 



A 



yiS^^'\T *T^M -^^[\ 



R 20/21, 



tv^ 



:^= kopt. e^imi" TccAige 



:^ neuas:. 



û_û 



\nm\\^ 



« (Ich sehe, dass es keinen Menschen giebt,) welcher den Schild gebeii k;inn. » 

Bei flûchtigem Schreiben wurde dann der Strich immer kleiner iind immer mehr 
nach rechts gezogen; hierzu vgl. die oben angefûhrten Beispiele : Pap. Insinger, VU, 
14, XXXI, 12, XIII, 22; Verkleinerung des Striches bis zum Punkt : ibidem, II, 10, 
IV, 8, V, 3, XI, 4, XVI, 19, XX. 10, XXX, 19. XXXIV, 12. Einen âhnlichen Ver- 
lauf zeigt der Londoner Papyrus DCIV des Brilish MuseLim : vgl. II, 31, III, 7, V, 
35 bis, VI, 21. Es ist ganz deutlich zu erkennen, dass der âgyptische Schreiber ûicht 
mehr die Bedeutung des Striches, welcher das r in rh darstellen sollte, kannte. Den 



96 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEX ZEICHENS 

Schluss der Entwicklungsreihe unseres Zeichens bilden die Beispiele des Historischen 
Romans des Papyrus Erzherzog Rainer, L 14, Q 28, und des Papyrus Insinger, 
VII, 14, wo der âgyptische Schreiber halb zweifelnd den Strich als Reprâsentanten des 
Determinativs aufïasst. Welches Determinativs? Ôffenbar der BuchroUe i-^-^ , mit 
welcher das Wort fur rA ôfters in hieroglyphischer und hieratischer Schrift determi- 
niert wird. 

Wie kam es nun ûberhaupt. dass der Agypter daran zweifeln koiinte, dass der 
Strich ùber dem h ein r darstellen solltc? Die flûchtige Schrift allein kann nicht die 
Ursnche gewesen sein. Die Antwort aiif die Frage ist leicht gefunden, wenn wir uns 
vergegenwârtigen, wie das Wort, welches wir, der Andeutung der Schrift folgend, 
gewôhnlich mit rh transscribieren, in Wirklichkeit um die betreffende Zeit ausge- 
sprochen wurdeV Der Abfall des /' bei der Aiissprache des Wortes rh war es, der 
den Zweifel in dem Àgypter ïiberhaupt erst wnchgerufen hatte, dass der Strich das r 
reprâsentieren solie. Er hôrte immer ein euj, wie es ja das Koptische ausweist, und 
konnte sich den Strich ûber dem Worte nicht erklâren. Die flûchtige Schrift, welche 
den Strich aus seiner ursprûnglich wagrechten Lage immer schiefer zeichnete, bis sie 
ihn ineinen senkrechten verwandelt hatte, trug daran Schuld, dass der Zweifel bestârkt 
wurde und in dem Àgypter die Idée aufdâmmern liess, er liabe es hier mit einem De- 
terminativ zu tun. 

Dieser Zweifel âussert sich auch darin, dass der âgyptische Schreiber manch- 
mal die Konsequenz daraus zog und den Strich, als ûberflûssig, weghess. Sei es, 
dass er ihn noch als Reprâsentanten des r in rh auffasste, welches — wie erwàhnt 
— es ausgesprochen wurde und aus diesem Grande ihn nicht schrieb; sei es — was 
das Wahrscheinlichere — dass er ihn schon als Determinntiv auffasste. Im Àgyptischen 
musste aber das Wort *^^^^ rh « wissen, kônnen » durchaus nicht mit dem Determinativ 
geschrieben werden. Es war orthographisch ebenso richtig und auch hâufîg, es unde- 
terminiert zu lassen, wie dies ja in hieroglyphischer und hieratischer Schrift oft genug 
belegt ist. Aber auch in der demotischen Schrift war dies, wenn auch nicht hâufig der 

Fall, z. B. : 

Dekret von Kanopus nach der Inschrift von Kom-el-Hisn, I. 12 : 

wâhrend der Stein von Tanis die voile Schreibung derselben Stelle bat; 1. 43 : 

= hierogl. ^ ^^'^ill^îS^^ 
= irriech. o-kmc, à-Tiav sî'SwTtv . 



1. Letzterer Umstand war mit der Hauptgrund meiner Ûbersetzung der Beispiele ins Koptische. 

2. Vgl. Rrinisch und Rœslf.r, Inschrift con Tanis, 1. 22, resp. 1. 45, uiid Krall, Deinotische Lesestûcke, 
II, l. c. 



VOM WORT-AXFANG AX DAS -ENDE 9T 



Stein von Rosette, 1. 14 : 



6^\u\(i^\C.±_ 



= kopt. Aieuje-nppoaoïr g^oiriT ep- 

= neuag. 3 MK i '=^^ i 
° -i!) <2>- © U m nn i û i 

« Nicht konnten die fruheren Kônige tun ' » 



Ferner in dera obengenannten Londoner Papyrus, 



VII, 6, ^p^^l^iL^J^.Jf 

= kopt. Ju.JULit-cô.gKOirqe pju.p&ig 



neuag", 

I I I 



(' (Indem sie sagten : ) Es giebt nicht einen guten Schreiber und gelehrten Mann* » 

Dass der âgyptische Scbreiber hàufig bloss nach dem phonetischen Klang der Laute 
das Demotische niederschrieb, ohne sich um Etymologie zu kûmniern, ist eine fur die 
Forscbung nicht hoch genug zu veranschhigende wertvolle Tatsache. Was sich da 
manchmal der « gelehrte » Àgypter leistete, zeigt z. B. wieder der Historische Roman 
der Papyrussammlung Er^her^og Rainer, 



"■I r 



'^ 



//f) 



= kopt. 'J-itA.ir epoc 
= neuàg. Vui -^5-1 

(f Ich sehe es », 

wo der âgyptische Schreiber statt des richtigen .. 1^ t(w)y ein .j. i ^ X_ 
schreibt, welches zwar phonetisch mit der Form des Hilfsverbums ûbereinstimmt, 

1. Vgl. Krall, Demot. Lesest., I, l. c, uiid Hiiss, Der demotische Teil ci. dreisprachigen Inschrift con 
Rosette, l. c. 

2. Nicht hierher gehôrt das Beispiel desselben Papyrus : 



VI, 1, 



tMè- 



kopt. ncK cu}(..«.n) 
neuàg. .-JU-lJ (<=>) 



« Du wirst nicht imstande sein. 



Die Handcopie zeigt wohl keinen Strich fur /•. Wenn man aber die sich durch peinlichste Genauigkeit 

auszeichnende Handcopie mit dem beigegebenen treÊQichen Photogramm Griffith's vergleicht, so sind doch 
immerhin Spuren des Striches fur r noch erkennbar. 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 13 



98 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 

etymologisch aber mit à û und A « geben » zusammenhângt, eine Verwechslung die 

umgekehrt hâufiger vorkommt. 

Eine andere Verwechslung liegt ira Londoner Papyrus, III, 18, vor'. 

Aber besonders wichtig fur unsere Untersuchung sind die Schreibungen gewisser 
Verbindungen unseres Wortes rh, welche deutlich zeigen, dass der Schreiber nur nach 
dem Gebôr niederschrieb, ohne nach der Etymologie des Wortes zu fragen : 

Sethon-Roman, VI, 2 (mitZâhlung der fehlenden zwei ersten Seiten), 

= kopt. «i.q(?îÏTC eujek.Tr 's.(x>^ 

« Er fand (es), dass man sagen konnte^ » 
Ebenso der eiwâhnte Londoner Papyrus DCIV, 

J 

= kopt. eiy*.T (■xco) 



neua 



«i® . ! 



III 



« Dass man sagen kônnte\ » 

So ist nach Griffith's voUkommen gerechtfertigter Vermutung zu lesen. Was aber 

steht in Wirklichkeit da? Phonetisch genommen genau dasselbe, nâmlich uiA.T, jedoch 

Zeichen fur Zeichen aus dem Demotischen ins Hieroglyphische ùbertragen : ûAi- 

"^ -^ ^ . ^ #21/1 

Und wenn wir nach der Ursache fragen, so liegt speziell hier der Grund sowohl darin, 

dass « rh and hr might easily be confused », aïs auch, dass die Formen des koptischen 



1. Vgl. Griffith, Stories, p. 168, Note zu 1. 18. 

2. So lèse ich nach Griffith (siehe folg. Note). Doch wenn man den Satz im Zusammenhang betrachtet, 
so giebt er keineu guten Sinn : li Als Stne dem Nenufcrkeplitali bei.gesti.mmt (cl. h. Ihn begrusst) halte, fand er 
es, dass man sagen konnte (das Volk zu sagen pflegle) : Die Sonne, welche in dem Grabe war. » Einen voll- 
stândigen und guten Sinn erlangen wir aber, wenn wir eigA.ir mit u œas sie ivussteny) ùbersetzen, statt mit 
« Lc'as sie honntcn ». Dasselbe gilt wabrscheinlich auch fur die folgende Stelle des Londoner Papyrus, I, 10, 

bat hier eben die Bedeutung von « wissen » nicht « kônnen ». Dazu kommt noch, dass rh in der Be- 



deutung von « kônnen » gar keine SubjektsufSxe annehmen kann, weil dièses Wort in dieser Bedeutung nur 
im Infinitiv vorkommt. Vgl. Griffith, Stories, p. 106, note zu 1. 4. «It is easy to distinguish rlj «know», 
« perceive », « ascertain » from the same verb r/i (in the injinitioe only), « be able », und spâter in derselben 
Anm. : « be able », uj : eu}, Achm. ^, injinitioe only, always written rh ». Also kann hier eujek.Tr nur mit 

« was sie wussten » iibersetzt werden und somit ist natûrlich das nachfolgende demotische y^J = ^ 

nicht mit 'xto .= « sagen » zu transscribieren, sondern mit -xe = « nâmlich », welches auf /'^ sehr hâufig 

folgt; vgl. Griffith, Stories, p. 138, Note zu 1. 10. So giebt unsere Stelle einen vollkommenen Sinn : « 

fand er es (bemerkte, crkannte er) [siehe folg. Anm.], was sie [Nenu/erkophtah und Ahure] (schon) wussten; 
nâmlich die Sonne, welche in dem Grabe war. Die bezieht sich bekanntlich auf die Sonnenstrahlen, die 
von dem Bûche ausgehen und von welchen oben erzàhlt wird, dass sie mit dem geraubten Buch aus dem 
Grabe verschwanden. Vgl. ûbrigens meine Anmerkung 6. zu dieser Stelle. 

3. Ibidem, p. 136, Note zu l. 2. 

4. Ibidem. 



VOM WORT-ANFANG AN DAS -ENDE 99 

Prâsens consuetudinis' ig*.q = âg. [u^f und die des Vorbums ;•/* in der Perfektform 
ujé^q ^ rh-fum dièse Zeit ûbereinstimmen ■. 

ANMERKUNG 3. Zu Scthon, VI, 2, môchte ich bemerken, dass das Wort /^ ^ ! 
gni gewôhnlich mit « finden » ûbersetzt wird. Sehr richtig bemerkt Griffith^ : But « learn » 
or « know » is the most appropriate meaning in other cases, especially in the common phrase 
bp-f (]in which is parallel to this e b 'r-rh-f'in III, 3, etc. Auch sonst steht es sehr hâufig fiir 
rh. wie Griffith gezeigt*. Ich môchte auch hinzufiigen, dass ^'^•^^^^ ^^ (3'me : •xiju.i und 
; uj : euj auch die Bedeutung «kônnen, vermôgen )> gemeinsam haben, was soviel ich 
sehe fast gânziich unbeachtet blieb. Nur E. de Rougé erwâhnt sie in den Manuscripten zu 
seinem Dictionnaire, wie Lieblein's Lcxicon zeigt. Ich setze die Stelle hierher : 



A^^ V\ Vi, I Ar/», trouver, découvrir , pouvoir; 

— fW A^^ v\ ^"^1 H ^^ "'^'^ potis expugnare intus; 



■^-!\-^ A^ ^^-^ y I f ^^ ^ I non potest frangere vim ejus Nimrod (E. de Rougé, 

Dict. nis.). 
Sollte nicht damit auch dann das meines Wissens noch nicht mit dem hierogl. Correlat 
zusammenstellte ^oxx « kraft » und seine Derivata o-vn.-cS'oAX-ïiAioçj « er kann », <^xx(^oxx 
« er kann », s'ojul = uj-xoajl : u}<î'ojul" « moglich », etc., zusammenhângen ? 

Die Entwickelung dieser uod âhnlicher Bedeutungen zeigen auch verwandte Sprachen 
z. B. das Son^ali : 

Hêl s. m. -ki (cf. J^^ b^n potcntia) Erwerbung, Erreichung, Fund, Zufall; v. tr. an sich 
bringen, sich heniàchtigen, nehmen, ergreifen, antreffen,^rt(ieft^ 
ebenso Bedauye : 

Meri u. meru v. 1. (von meriy, meruic, A. "î^h ! Ti. G. "ÎO^Jh ' ) nehmen, er- 

beuten, bekommen, Jindcn "'. 

Nun liegt mir noch ob, zu zeigen, dass der Àgypter den Strich, der dem Zeichen 
des J} in rh folgte, resp. uber dem Zeichen des h stand, wirklich als Determinativ auf- 
fasste, nachdem wir bis jetzt gesehen haben, dass der Strich in den betrefEenden Bei- 
spielen fur den âgyptischen Schreiber das r nicht sein konnte. Auch dafur finden sich 
genug Belege. So schreibt der oben citierte Papyrus der Sammlung Erzherzog Rainer 
— es ist palâographisch besser, fiir jede Eigenart des âgyptischen Schreibers jeweils 
seine eigene Schrift sprechen und erklâren zu lassen — 



5 23, 



'^•L 



= kOpt. «.g^pOK 

= neuag. (I ^_^ 
« WavS ist es mit dir ? » 



1. Vgl. Stern, Kopt. Gramni., § 377. 

2. Vgl. auch SETHE,Verbuni, I, 245, 6 und 255, 2. 

3. GRiFFriH, Stories, p. 166, Note zu 1. 7, p. 164, Note zu 1. 3, p. 168, 1. 18, etc. 

4. Ibidem und passim. 

5. Stkrn, Kopt. Gramni., § 487. 

6. Reinisgh, Somalisprache, II, p. 202. 

7. Rbinisch, Bedauyeic, p. 171. 

8. Vgl. KiiALL in den M itthcilungcn aus der Sammlung der Papyrus Ersherïog Rainer, VI, p. 60. 



:100 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 

Hier sehen wir das Zeichen fur h ebenfalls von dem in genau derselben Lage be- 
findlichen Strich gefolgt, wie in unserem allerersten Beispiele. Dass hier der Strich 
nichts anderes bedeutet, wie die BuchroUe r-^"—», ist klar. 

ANMERKUNG 4. Dièses erst in spâter Zeit gebrauchte Fragepronomen wird gewôhnlich 
mit der Buchrolle determiniert. Die Ursache dieser Determinierung scheint in seinem Ur- 
sprunge zu liegen. (J ist ja — wie Reinisch gezeigt bat — aus (I V\ 3\ = « welche(r) » 

-[- ^ « Sacbe » entstanden', genau so wie * > 1 aus ^L ^Ô « welche Sache? was?»* 

und das nà-na (= welche Sache? was?) im Bedauye', ebenso : 

BiLiN : wurâ \ 

Chamir : wurà > aus aica-i-ra, aic-i-rd aus awi dera was fur Sache*? 

QuARA : icérà ) 

{ Dembea : wê derâ ^ o o, , i i .o 

wie auch l _ ( was r = Sache- welche'' c 

( Agaumeder : dar-ina ) 

Daher kommt oflenbai- das sonst unverstândliche Determinativ der Buchrolle. 
Derselbe Papyrus scbreibt ferner : 



• \vM 



S 23 

= kopt. (B.), d.uj npojJULe 

= neuag. (I ^^^ ^^^^wv £)] 
(( Welcher von den Mânnern ? » 

G 25, i ^J. 

= kopt. e.^poo''' 

= neuag. [J^^ ,„ 
(( Was ist es mit ihnen? » 



G 26/27, i 

= kopt. ô.ujnTAJL«TUjAoq îtTeTti'^on 

= neuâg. n /w^AA/^-R â/) "i3'^°^ ^^ra 1^^—° ^ 

(( Was ist es nun wieder mit diesem schândlichen Benehmen eurerseits? » wôrt- 
lich : « Was fur ein schândliches (schimpfliches) Benehmen veranlasst ihr wiederum? » 



1. Vgl. Reinisch, Bedauyespraclie, § 183 und 187, insbesondere Note 2. 

2. Ibidem. 

3. Ibidem. 

4. Reinisch, Bilinsprache, II, p. 359. 

5. Ibidem. 



VOM WORT-ANFAXG AN DAS -EXDE 101 

ANMERKUNG 5. An der Stelle zwisclien deui Artikel und dem demotisohen 



= _235i « i — ^^ ist eiue Liicke. Krall hat sehr richtig uj^oq ergânzt, wie aus der Uber- 
setzung' hervorgeht. Somit bleibt noch ein kleiner Raum ûbrig, von welchem wir noch den 
Teil eines kleinen Bogens erhalten haben. Wenn wir num die Ergânzung, welche diesen 
kleinen ûbrigbleibenden Raum gefuUt haben mag, von der rechten Seite her versuchen, so 
dràngen sicli prima facie folgende zwei Lesungen dem Betrachter auf : Erstens sieht man 
sich versucht, in dem demotischen 3^ fe J, den Vertreter des koptischen «.ig-Te zu vermuten 
welcbes fiir nominale Fragesàtze gebraucht wird. Aber einer genaueren Priifung hait dièse 
Lesung aus dem Grunde nicht stand, weil dann das nachfolgende Xomen determiniert sein 
mùsste und das Aussehen des erhaltenen Telles des Zeichens eine solche Determinierung aus- 
scbliesst. 

Vielmehr mochte man dann den noch erhaltenen Teil des kleinen Bogens mit '^''^^ nt 
ergànzen, mit welehem die Adjektiva gebildet werden. Wenn man aber nâher zusieht, so 
erweist sich aueh dièse zweite Ergânzung aus folgenden Griinden unmôglich. Wiirde nâmlich 
nt zu ergànzen sein, so wâre der damit gebildete Wortkomplex eigentlich ein Relativsatz. wie 
er im Koptischen ôfters zur Bildung von Adjektiven gebraucht wird und das von dem Frage- 
pronomen abhàngige Wort wâre. da dièses sonach einen substantivierten Relativsatz darstellen 
musste, ein Substantiv, welches aber mit dem munnlichen Artikel determiniert sein miisste, da 
das Neutrum vom Xeuâgyptischen angefangen bis zum Aussterben des Koptischen bei den 
Relativsàtzen immer mit dem mânnlichen Artikel determiniert wird'. Es mùsste also in 
diesem Falle ncTigAoq = neuàg. A^ ^^^ -ujAoq heissen, wàhrend unser Beispiel den 

femininen Artikel hat. 

Wir mùssen also eine Bildung suchen die feniinini rjencris ist. Eine solche Form findet 
sich in den mit dem Pràflx h Q(\ ^^ kopt. julÛt- gebildeten Abstrakta^ Sowohl das 

erhaltene Rudiment des Bogens, wie auch dièse Grosse der Liicke passt ganz genau fur dièse 
Ergânzung, so dass dièse Lesung mindestens viel Wahrscheinlichkeit fur sich hat. 

Falls nun die Form Sethon-Roman, VI, 3, nicht anders aufzufassen ist (siehe unten An- 
merkung 6), so ist die Wortzusammensetzung ncTigAoq, vielleicht in einer àlteren Construc- 
tion, auch im Demotischen erhalten. Ich seize die Stelle hierher : 



kopt. eneoTTit AinTecuîAoq 



ig. 1 [1^-^^^^;, ^. H-ujAoq 



AA/NAAA I /V^/Vw^^ 



« Ist dies eine Sache, welche schimptlich ist? » = « Ist dies etwas Schimpfliches? » 

ANMERKUXG 6. Oder sollte dièse Stelle anders zu erklâren sein"? \V. M. Muller' sagt 
von ihr bei Besprechung der mit aict- zusammenges. Formen : « X'och aufiallender ist die 
Bildung (AxeTjecttjAoq , die vielleicht aus der oft erkennbaren âlteren hieratischen Vorlage 
herûbergenommen ist. » Hess" scheint sie, nach der Ubersetzung zu urteilen, ebenfalls fur 
eine mit julct- zusammengesetzte Form zu halten. Griffith"' lôst sie in einen einfachen Rela- 
tivsatz auf : « 'n int es slf is, there a thing that is disgraceful ? ». Und dennoch; trotzdem 



1. WKZM., XVII, p. 13. 

2. Vgl. Stern, Kopt. Gramm., § 404, insb. deu 2. Teil; SKTHE,Ve rbum, II, § 739. 

3. Stern, Kopt. Gramm., § 179, und Steindorff, Kopt. Gramm., § 131. 

4. Recueil de Tracaux, IX, p. 22. 

5. Hess, Der demotische Roman con Stne Ha-m-u$, p. 131. 

6. Griffith, Stories, p. 136 7. 



102 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS 

insbesondere letztere Ùbersetzung philologisch vollkomraen ein\A'andfrei ist und fiip sich allein 
genommen einen klaren Sinn giebt, versagt sie ihn ganz, sobald man dièse Ubertragung auf 
ihren allgemeinen Zusammenhang prùft. Wenn wir die Ùbersetzung des ganzen hierhergehô- 
rigen Abschnittes in Augenschein nehmen — ich wâhle z. B. die von Hess', — so kônnen wir 
uns am besten davon ûberzeugen. Setlion bi-ingt das Buch des Gottes Thot zurùck. Er gieng 
lilnunter in das Grab, in icelcheni Nenufcrkeplitak icar. Ahure sprach ^~« ihin : « Ptah, der 
grosse Gott ist es, der dich hcil hergefïihrt hat ! )) Nemiferkephtah ladite, sagend : u Dies 
ist die Sache, die ich Dir frïiher gesagt hatte! » Als Stnc deni Ncnuferkephtah beigcstimmt 
fd. h. ihn bcgrùsst) hatte, fund cr es, icas sie icussten; nàmlich' die Sonne, icelche in dem 
ganzcn Grabe icar. A /aire und N. stiniinten Stnc bei gar sehr ; Stne sprach : « A^., ist das 
nicht ctœas schimpjliches ? n N. sagte : a Stne, du iceisst es, dass, » etc. Und nun kommt die 
Aufforderung, die Mumien Ahuras und Merebs von Koptos in Grab N. s. zu bringen. Wir 
sehen also, dass unser fraglicher .Satz hinùberlenken sollte in den fûnften « Act ))^; und zwar 
sollte er das Motiv enthalten, fur Herschaffung der Mumien A. s. und M. s. in das Grab N. s. 
Sonst hatte der Satz tiberhaupt keine Berechtigung. Und der Erzâhier des Sethon-Ronians 
versteht sich trefflich auf das Motivieren der einzelnen Handlungen seiner Erzàhlung. Mit 
Ausnahme eben des letzten Actes, dessen Handlung uns durch den dunklen Sinn unseres zu 
betrachtenden Satzes, nicht motiviert ist, giebt es in dieser Erzàhlung nichts, dessen Motiv 
unverstàudlich bliebe. Ein reizendes Beispiel, wie schlau der Erzàhler dieser herrlichen Com- 
position bei schwierigen Motivierungen zu Werke gieng, giebt die Stelle IV, 17*. So kônnen 
wir mit Recht verniuten, dass wir an der obengenannten Stelle den Grund fur die Uber- 
fiihrung der Mumien, welehe sonst nur ganz âusserlich mit der eigentlichen Erzàhlung zu- 
sammenhângen wiirde, erfahren. Aus alledem ist aber mit grosser Wahrscheinlichkeit zu 
schliessen, dass unsere Stelle, trotzdem sie philologisch vollkommen einwandfrei ist, nicht 
richlig aufgefasst wurde. Denn die Antwort N. s. : « Du weisst, dass die Mumien in Koptos 
sind, bringe sie hierher, etc. » passt durchaus nicht auf die Frage Sethons : « Ist dies nicht 
etwfvs schimpfliches? » Wir miissen also die Stelle anders aufzufassen suchen. Und wenn wir 
bet/^enken, dass der âgyptische Schreiber in diesem Manuscript ôfters nur nach dem Gehôr 
geschrieben zu haben scheint, ohne sich um die Etymologie im geringsten zu kûmraern (siehe 
unsere obigen Bemerkungen), so liegt die Vermutung sehr nahe, dass wir es hier vielleicht 
auch mit einer unetymologischen Schreibung zu tun haben. Untersuchen wir nun das obige 
Beispiel VI, 3, des Setlion-Romans daraufhin, indera wir uns bloss an die Transscription 
halten, da — lalls die Voraussetzung einer unetymologischen Schreibung des Originaltextes 

zutreffen sollte — die Schrift nur irrefûhrend wâre. Der Satz dûrfte also vielleicht gelautet 

("«) 
haben : eneunnientcsslof. Abgesehen von unserer obigen Transscription, kônnte dies nun aber 

auch folgendermassen transscribiert und ubersetzt werden : 



= neuâg. 4 -^^^^ -^^"^ ^s,^^ ^ M -ujAoq 

AAAA/^ AA/WNA A/V\A/V\ AAAAAA /^^v- 1 

also = kopt. eue ite^ juiiiTe(juiii-f "fe)'^ c uj'Aoq 



1. Hkss, Der demotische Roman con Stne Ha-m-us, p, 130 S. 

2. Vgl. Noie 17. 

3. So neiint Fetrik (Egypéian taies, second séries, p. 120 ff.) treSend die einzelnen Abschuitte dieser 
Erzàhlung. 

4. Vgl. Maspero, Les Contes populaires de l'Egypte ancienne (<J. Aufl.), p. 188. 

5. ne ist das « C/iaracterL<ticum des Prœteritum (vgl. Stern, § 303, und Steindorff, §371 u. § 320) und 
aus J^sxs entstanden, daher vom Demotiker so geschrieben. 

6. AxïÎTe (aus der Négation xxn. [julaih., ju.ju.oii] + Rtc, der Prâp., entstanden und zusammengezogen) 
hat die Bedeutung von v. nicht haben»; vgl. Stkiîn, Kopt. Gramm., § 212 ff. ; Steindorff, Kopt. Gramm., 
§ 366 fi. Die Form nTe-, ht*.* wûrde zwar vor SuS. mit a vocalisiert, wlrd aber speziell in dieser Verbindung 



VOM WORT-AXFAXG AN DAS -ENDE 103 

« Hatte sie' (Ahure) nicht etwas schiraptliches? o 

Wir miisseii uns eben denken, dass dièse schônes Erzàhlung dem àgyptischen Schreiber, 
als er sie einmal erzâhlen hôrte, so gut geflel, dass er sie sich noch einmal vorerzàhlen liess, 
um sie niederzuschreiben, d. h. dass er sie sich vielleicht diktieren liess. Dabei passierten 
ihm môglicherweise dièse verschiedenen Schnitzer in Bezug auf die etymologische Sclirei- 
bung, von denen wir einige besprochen haben. Er schrieb das Gehôrte ganz genau phonetisch 
— aber in der Eile unetymologisch — nieder. Zu dieser Schreibung mag allerdings beige- 
tragen haben, dass es die Verbindung xiiiTujAoq wirklich gab. 

Der Sinn der ganzen Stelle ist also der : Nach gegenseitiger Begrûssung in dem Grabe 
und dem Gutmachen des Schadens durch die Riickgabe des Bûches des Gottes Thot vonseiten 
Sethons, fehlt noch etwas zum harraonischen Abschluss. Sethon hatte sich nàmlieh Ahure 
gegenûber nicht « nach der Art eines guten Schreibers » benommen. Aïs er das erstemal in 
das Grab hinabgestiegen war, hatte sie ihn (dies dùrfte in den fehlenden Seiten gestanden 
sein) darum gebeten, ihre und ihres Kindes Mumien dorthin zu bringen. (Daher die Anrede 
Nenuferkephtahs an Sethon [VI. 4 fî.] : « Stne, du iceisst es, dass Ahure und Mereb, ihr Junge, 
in Koptos sind; bringe sie hierher in dièses Grab nach Art eines guten Schreibers. ») Doch 
Sethon kûmmert sich nicht um die Bitten und Wùnsche Ahures; er steuert auf den eigent- 
lichen Zweck seines Kommens rùcksichtslos zu, verlaugt das Buch und (dies ist schon er- 
halteu) erzâhlt ihm ihre Leidensgesohichte, um ihn davon abzuhalten das Buch zu nehmen. 
Sowie nun Sethon den Schaden durch die Riickgabe des Bûches gutgemacht hat, erinnert er 
sich der anderen Bitte Ahures. Dièse eben VI, 4 tî., angefuhrte Bitte scheint mir sicher in 
dem fehlenden Teil des Manuscriptes gestanden zu sein und der Satz : « Du iccisst es u. s. w. » 
sich davauf zu beziehen. Abgesehen davon aber fùhlt sich Sethon Ahure gegenûber auch 
gleichsam « verpflichtet » wegen der Angst und des Wehklagens, welche er Ahure gegen « die 
Art eines guten Schreibers » bereitet hatte. So frâgt Sethon im Hinweis auf Ahures erwâhnte 
Bitte Nenuferkephtah : « Hatte sie nicht etwas Schimpfliches ? » Das Schimpfliche bestand 
natûrlich darin, dass der Ka Ahures und ihres Kindes Mereb fern von der Begrâbnisstàtte 
weilen musste, ein Gedanke, welcher ja fiir den .Egypter etwas ungemein Peinliches und 
Quàlendes an sich hatte. Darauf nun passt ganz genau Nenuferkephtahs Antwort und wieder- 
holte Bitte, die Mumien in seine Grabesstâtte zu bringen, damit sie nicht das Schimpfliche 
erleiden und fern von ihrem Ka weilen mûssten. 

Wenn dièse Auffassung der Stelle richtig ist, so wùrde der Roman auch harmonisch ab- 
schliessen, wàhrend es ihm so an der « Einheit der Handlung » gebricht und der letzte « Act », 
der die HerbeischafEung der Mumien in das Grab Nenuferkephtahs behandelt, als eine unmo- 
tivierte Weiterfûhrung der a eigentlichen » Erzàhlung ganz âusserlich augehàngt erscheint. 
Und wenn wir uns an den richtigen Titel unserer Erzàhlung erinnern, so lautet derselbe ja 
nicht Scthon-Ronian, sondern wie die letzten Zeilen zeigen : Sage ron Sethon Hainois und 
Nenufcrkep/itah und Ahure, seiner Frau, und Mereb, ihrem Kinde. Dieser Titel wùrde ohne 
die Herbeischaffung der Mumien Ahures und Merebs nicht passen. Man wùrde vielmehr als 
Titel erwarten : Sage ton Sethon Haniois und Nenuferkephtah, welcher den Antagouismus 
dieser beiden Personen (um einen solchen wùrde es sich ja dann handeln) genùgend be- 
zeichnen wùrde. 



immer zu e abgeschwâcht; vgl. Stern, § 313 ff. ; Steindorkf, § 367. Das direkte Objekt dieser schwachen 
Verba (hier also igAoq) wird uumittelbar angeknûpft; vgl. Stern, § 315; Steindorff, § 367. Es stimmt also 
ailes ganz geuau. 

1. Das féminine s bezieht sich eben nicht aut etwas allgemeines, unbeslimmtes, sondern ist auf die Frau 
N. s., Ahura, zu beziehen. 



104 WANDERUNG EINES DEMOTISCHEN ZEICHENS ETC. 

Ich kehre wieder zu unserem ursprùnglichen Thema zurûck. Wir haben oben ge- 
sehen, wie der Strich in rh infolge Missverstândnisses des âgyptischen Schreibers 
immer mehr nach links wanderte, um zuletzt, sicher als Determinativ aufgefasst, arn 
Ende des Wortes zu stehen. 

Intéressant fur unsere Untersuchung ist nun auch die Tatsacbe, dass der Londoner 
magiscbe Papyrus', sowohl den Strich ùber dem Zeichen des h schreibt, als auch 
den senkrechten Strich, welcher das Determinativ darstellen soll. Der Grund ist leicht 
einzusehen. Der Àgypter, der das Manuscript dièses Papyrus verfasste, legte — da es 
ja bei den Beschwôrungen auf die genaue Aussprache der Worte ankam — grossen 
Wert auf die genaue Schrift und Aussprache, so sehr, dass er ja bekanntlich viele 
Wôrter mit griechischen Buchstciben transscribiert darïiberschr'ieb. Wir sehen in den 
folgenden Beispielen, dass er das Wort fur rh, um Missverstândnissen vorzubeugen, 
sowohl nach der vermeintlichen historischen Schreibweise schrieb, wie auch dass er 
der urspr. Phonetik des Wortes Rechnung zu tragen sich bemûhte, IX, 4 : 

= kopt. eTeAieujô.Tr pe).itq JULeiyé^TS' (3'iq JULeujiviP smt-q 'fuj pô^nK -fuj *<^\k-^ 

^ ^ W J ® Ul^wwvs^' J ©UiiJ J ©Ui ^(?^® 



« Dessen Namen man nicht kennt, noch dessen Natur, noch seine Àhnlichkeit. Ich 
kennc dcinen Namen, ich kenne deine Natur, ich kenne (deine Àhnlichkeit). » 

XXI, 29, tf.4-;j'i^^y(iU 

= kopt. '^UJ TTCK pi^Il 

= "euâg. ^ 



« Ich kenne deinen Namen. » 

Hier hat Griffith ûber den Strich nach dem Zeichen des h sogar ein Fragezeichen. 
Durch dièse Untersuchung aber scheint mir die Antwort auf das Fragezeichen gegeben 
zu sein. 



1. Griffith, Démolie maglcal Papyrus of London and Leiden, p. 66/67, etc. Die Beispiele nach Grifflth's 
trefîQicher Handcopie. 



AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 105 



AMULETIG SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

" Gli oggetti cbe svelano il culto dominante 
" sono gli scarabei." (G. Spano.) 

"Quels que soient les rites employés, l'être 
" divin pour les Égypiiens, c'est, avant tout, celui 
" qui a franchi le seuil de la mort." (A. Moret.) 

BV 

A. Grexfell 

In the late dynasties the Egyptians became more mystical. Their surviving 
monuments show this. Late sepulchral stelse portray the four children of Horus 
standing on a lotus flower; or a picture of the solar boat is given, with the Deceased 
in adoration before it, while stelœ of the Xlith and earlier dynasties depict only 
family scènes; the Deceased, — with a few stereotyped emblems above, — and his 
relatives; the latter bearing ofEerings, his wife sitting behind him, with a pet dog or 
a monkey underneath their seats. 

The same mystical tendency is shown in the choice of personal names. The in- 
cised faïence pale green or blue ushabtis of the XXVI th dynasty supply numerous 
examples of the then fashionable names. A XXVIth dynasty ushabti belonging to 
Queen's Collège, Oxford, has a man's name written on it compounded of three gods : 
Ra-Ptah-Hapi, 

a But this mysticism is displayed above ail on the amuletic scarabs, scara- 

l-l n boids, plaques, etc., provided for the Dead, which were buried with the mummy, 
c, A in order to place the Deceased under divine protection, and keep him safe from 

^ the dangers of the next life. 

G 

Some of the wish-scarabs, etc., refer to this life, especially the "Happy New 



Year" séries : — [They are often found on the bezels of rings.] Nos. 1-8, Plate I, 
are examples : 

Eight Wish-scarabs which refer to this life — [Nos. 1-8] 

See Plate 1, 1. "May Maat (give) a happy new year ! " Bower Collection. 

— 2. "May Bast (give) a happy new year!" Liverpool Muséum. 

— 3. " May Isis (give) a happy new year 1 " Cawthorne Collection. 

— 4. "May Amen (give) a happy new year!" Queen's Collège, Oxford. 

— 5. "May Ra give double good luck !" Ashmolean Muséum. 

— 6. "May your name be established; may you hâve a son." Coltman- 

Clephan Collection. 

— 7. "May Ra give a good beginning and daration" (of life). Florence 

Muséum. 

— 8. "May Amen (give) a happy old âge ! '' The verb is omitted. Fraser 

Collection. 

RKCUKII-, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 14 



106 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

I have translated thèse wish-scarabs with the English wish-formula "may", not 
in the original, except on such scarabs as Mr. Loat's, No. 16, where a seated man 
with his hand to his mouth expresses the wish part; but a good wish is clearly un- 
derstood is this class of scarab. 

Amuletic scarabs which refer to the next life are far more numerous than the 
above-mentioned eight; they are often beautifuUy eut, generally of steatite; but they 
are mostly very difficult to make sensé of, owing to the gênerai omission of the verb; 
also of letters, syllabics, determinatives and grammatical endings, for want of room; 
not to mention the reverse process, which is often mystifying, namely, repeating 
superfluous signs merely to fill up spaces. Difficulty is also added by reversing the 
signs, or placing them sideways, to make them fît better, or balance properly; for 
the Egyptians never lost the artistic side of their writing. They aimed at putting as 
much as possible on a scarab in a little compass, and the small available space on the 
base was more favourable to a contracted method which they understood perfectly 
well, than to a careful spelling out of words alphabetically and syllabically, and 
adding a determinative. 

There are many mythological allusions in this class of scarab, and much light is 
thrown on the interprétation by studying the inscriptions on papyri; on sarcophagi; 
on coffins; on funeral stelœ; by studying the Pyramid Texts; the Book of the Dead; 
the Lamentations of Isis and Nephthys ; the Book of Wandering through Eternity ; 
the Book of Am Duat, etc., in fact, by the whole of the literature connected with the 
Dead. Our-imperfect knowledge of this literature makes mistakes in elucidation of 
amuletic scarabs unavoidable, especially as little or nothing bas been written on them ; 
collectors generally preferring to catalogue royal scarabs, with names of kings and 
queens. 

I give 12 examples of scarabs explained by the literature of the Dead. 

Twelve Amuletic Scarabs, etc., explained by the Literature of the Dead 

[Nos. 9-20] 

See Plate 1,9. ''May Ra provide a Usekh." From Description de l'Egypte, etc. 
[broken] scarab No. 9 is a rare form, with the verb given; the 
usLial form is without tlie verb, [the eye,] as on a scarab also 
drawn in the Description de l'Egypte, 1809-1829 [No. 10].— 
From chap. clviii of the Book of the Dead we know that the 
Usekh [collar] amulet was intended to give Deceased power to free 
himself from his swathings. 

Text : "The Chapter of a collar of gold which shall be placed 
"at the neck of the Deceased. The Osiris Auf-ankh. . . saith : 
"'0 my father, my brother, my mother Isis, I am unswathed, 
'"and I see.' I am one of those who are unswathed, and who 
"see the god Seb." [Dr. Budge's translation.] 
— 10, has been noticed : "May Amen (give) a Usekh." 



AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 107 

See Plate I, 11. This scarab follows in a very remarkable way the more fully developed 
hieroglyphs in the inscriptions of Nekht-Amsu, [Egyp^ian Read- 
ing bock, Dr. Budge] : Deceased speaks : ^^P 



ÎJ 



(in ^ "'Over my pièce of ground every day un- 
ceasingly may I flatter" (in the next world). 
"May Amen-Ra allow Deceased to hover over his city unceasingly." 
Published by Mr. Newberry, Scarahs, 1906. 

Scarab No. 11 gives the key to a set of Scarabs which men- 
tion the fluttering, or hovering power, which the goddesses, 
Maat, Bast, etc., were invoked to give the Deceased. One of 
thèse scarabs is in Cairo Muséum ; one in the Edwards Collec- 
tion; one in Johns Hopkins University; Mr. Newberry lias pub- 
lished an allied variety from Lusor; Prof. Pétrie has two in his 
Historic Scarabs, 1889; Sir Herbert Thompson has one, and 
there is one in the Loat Collection. Five of thèse are shown on 
Plate I, Nos. 12, 13, 14, 15, 16. 

— 12. "May Maat give this (Deceased man) the fluttering power." Ed- 

wards Collection. 

— 13. "May Mut give the fluttering power," Petrie's Histoj^cal Scarabs. 

— 14. "May Bast give the fluttering power." Ditto. 

— 15. "May Anubis provide (or make) the fluttering powers." Sir Herbert 

Thompson's Collection. 

— 16. "May the lord of beautiful face [Ptah,] and the Lord of Hermopolis, 

"[Thoth,] (give) duration, strength, and the fluttering power. . ." 
(Sign at the base doubtful perhaps knowledge?) Loat Collection. 

— 17. This scarab represents Ra, Atum and the Deceased, (a woman) as 

a T, in the solar boat. Macgregor Collection. 

(For explanation of the nefer as a Deceased Person, see page 110.) 
The T is in the right place, after thegods, see papyrus of Nu, chap. c, published 
in the Books on Egypt Chaldea Séries, vol. XX, Dr. Budge. 

That the Deceased went into the solar boat with Ra and Atum we know from 
the funeral hieratic papyrus in the Egyptian Muséum at Florence (published and trans- 
lated by A. Pellegrini in Bessarione), of a lady, Ari-Suiniat, who is called the 
•'Hat-hor",not-theOsiris";^^^ \<,\\\ ^^ ^^.Q^X^I' 

This is the passage : — 

"Atum, placing me in the divine boat of Ra, lets me make ail the transforma- 
tions I like." 

See Plate I, 18. "May Maat make the garment for Deceased." Fitzwilliam Muséum. 

See Book the Dead, chap. lxxxii. Deceased says : — "Let 



108 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

"me clothe myself in the taau garment, from the hand of the 
"goddess Taït." (She may well be a form of Maat.) For ex- 
planation of hes = Deceased, see further on in this article. 

According to M. A. Moret, La Condition des Féaux, etc.. Recueil de Travaux, 
XIX, to become an amakh, (or a follower of Horus) a spécial garment or sign was 
necessary. This view is confirmed by scarab No. 19, bought in Cairo, "May the god 
give the amakh clothing for a garment (?)." Thèse scarabs are rare. No. 20 scarab 
(Bower Collection) has 3 objects on it, a bird's nest, r^^i^ and "W. Chap. cxlii of the 
Book of the Dead gives, as one of the epithets of Osiris : "The Golden one of millions 
of years." H ^ ' ' Wf- ~" u/ ^^ behind, requires the name of a god, or goddess^ 

for it is always used with a deity on scarabs; as, 'Bast is behind; do not fear'; 'Ra is 
behind ', etc. ; Khonsu ; Mut is behind ; and in the Louvre Muséum is a rare scarab, 
A^ ÏÏ " Ba-neb-dad (title of Khnum) is behind, do not fear". — Thus we may by ana- 
logy translate : "The Golden One is behind." To be behind is to be protecting a 
person, as the protector stood behind. — In the Book of Wandering through Eternity 
we find the North wind written, beginning with a bird's nest : ^^ TTP i. The 
Egyptians after death especially wished to breathe the refreshing breezes of the North 
wind, and this wind is often prayed for on stelse in the j, A formula, along 
with oxen, geese, incense, etc. Therefore, as for want of space on scarabs, often only 
one sign of a word is given, scarab No. 20 may well mean : "The Golden One is 
behind, with the North Wind", (for thy nostrils), or in wish-form : " May the Golden 
"One", etc. 

Birds-nest scarabs are rare; there is one in Leyden Muséum, one in the British 
Muséum, both broken ; Mr. Newberry has published one from the Grant-Bey Collec- 
tion. — 

Besides the question of mythological meaning, there are 2 other points to be 
decided, which are necessary for the interprétation of amuletic scarabs : 

I. What verb to supply when it is left out? 

II. What are the varions hieroglyphic signs which stand for the Deceased by 
whom the scarab was used? 

I. — The Omitted Verb 

The verb is more often left out than it is expressed on both amuletic and wish-scarabs. 
Scarab No. 9, Plate I, "May Ra provide a UsekJi" , is what may be called a "key" 
scarab, i. e., an example which explains a whole row of similar design, by supplying 
the verb. The usekh collar, with Amen written inside is not uncommon on scarabs, 
and makes no sensé; but directly a verb is put in it becomes quite clear, and means, 
"May Ra provide (or make) a usekh" (for you; wish-form). 

I give 3 other examples of 'key' scarabs and those scarabs which are explained by 
them, on Plate I, Nos. 21, 22, 23, 24, 25, 26.— 



AMULETIC SCARÂBS, ETC., FOR THE DECEASED . 100 

No. 21. "Amen makes the sa ank/i" (see further on in tliis article for the meaning 
of this; hes section). Sayce Collection. 

— 22. Ditto. Bower Collection. 

— 23. "Ra watches over the Double Hall (?)." Ashmolean Muséum. 

— 24. Ditto. Rugby School. 

— 25. "Khonsu provides the sa ankh." 

— 26. Ditto. Both from Dorow and Klaproth's Antiquités égyptiennes. 

The verb ^Yhich is left out is generally 'make', 'give', "guard', 'provide', 'see', 
'watch over', etc., being something that a deity does or is asked to do on behalf of 
his votaries. Hundreds, if not thousands of scarabs become legible by supplying the 
omitted verb. 

An added difîiculty is that the eye means both "make"; also "see". — 

IL — The various signs which stand for the Deceased 
ON Amuletic Scarabs 

Thèse are seven in number : 

1. ^ ankh. 3. 5 hes. 6. j kheru. 

2. J nefer. 4. ^ amakh. '^- A " 



[ 



s. 



Y, L y, are common; ^ is moderately common; 1, ï, A , are uncommon, and 
might easily be overlooked; but. still there is sufïicient évidence to show that I and 
I represent the Deceased, and that A indicates some aspect of , or something connected 
with him. There is a tendency to use T for deceased women. 

■T-, T, y, interchange freely with each other in numerous designs; I hâve twenty 
one sets of this interchange, but give hère only four sets; scarabs Nos. 27, 28, 29; 
30, 81, 32; 33, 34, 35; 36, 37, 38, Plate I. 

Scarabs shocoing the interchange Q/'v' | » I * 

No. 27. — Harrow School. No. 33. ) ^ „ . 

^ ^ _ ^ ,, . ^, } Bower Collection. 

— 28. — Grant-Bey Collection. — 34. ) 

— 29. — Queen's Collège, Oxford. — 35. — Hist. Scarabs, Pétrie. 

— 30. — Fitzwilliam Muséum, Cam- — 36. — Ashmolean Muséum. 

bridge — 37. — Bower Collection. 

— 31. — Vienna Muséum. — 38. — Antiquités égyptiennes^, Do- 

— 32. — Queen's Collège, Oxford. row et Klaproth. 

We find y, -j-, T, ^, which are used on scarabs to symbolise the Deceased, also 
used on funeral stelae; on sarcophagi; and on papyri. I hâve not seen the last three 
signs 1, ï. A, except on scarabs. 



110 . AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

is used on the Ptolemaic sarcophagus of Pa-nehem-Isis, edited by V. Bergmann, 
Vienna, 1876. 

Deceased says : "^^v Sl^ 'v® ^ '^ ^™ ^ ^^^^' ^^^^ ^^^^ praised in his town." 
Dr. V. Bergmann writes in a note : "Hes, eine hâufige Benennung der Todten." This 
in 1876; in 1904 Dr. Erman writes in his yEgyptisches Glossar, p. 87, " hsj, der 
"Gelobte = der Tote, |f pf]!)^"- 

•¥■ is used for the Dead in the Zweiwegebuch ; a text of Pyramid date, in the 

Berlin Muséum, edited by Schack-Schackenburg, 1903 : — 

,-, / n -fv \ n '''^^'^^ a Ri n ^'•'^'^^ fv *? aÇ a5 



"Every glorifîed spirit who knows it (i. e. the magical sayings of the Zweiwegebuch), 
lives among the Living Blessed ones." Also one the inner cofïin of Nesi-pa-ur-shef, 
FitzwilUam Muséum. 

T is used in the Abbott Papyrus, British Muséum, see Enquête judiciaire by 
M. Maspero, 1869; also in Dr. Budge's Egyptian Readingbook, under the title of The 
Spoliation of the Tombs, 1896. 

"Xamûs, etc., went to examine the great abodes of the royal children; of the 
"royal wives; of the royal mothers, who are in the abode of the nefers", i. e. tomb, 
n[3Z3 T ^ ; also writtcn lîl '^- III'— — '^' "^ ^^ ^^^^ ^^^^ ^^ ^^^^ same sarco- 

phagus : 

Deceased says : ~^~^ © f^^î n^VI^^ "^^^^^^"^H^^ ' "I^m an amaM 
"who is admitted to the Underworld at the Pylons." — In ail civilised languages 
there is a great variety of expressions used for the Dead, especially numerous circum- 
locutions. Tlie Egyptians used several : 

^-Q-^ Il I "Those who are at rest"; 

L/^^^ m "Those who are in Amenti", etc. 

I will now describe the seven signs sépara tely. 

1. — The ^ 

Those whom we name the Dead, the Egyptians called "Living Ones", for they 

1 (abbreviated form) ] . It is 
written on the inner cofïîn of Nesi-pa-ur-shef, superintendent of the scribes in the 
temple of Amen at Thebes, c. 1500, B. C. [Fitzwilliam Muséum Cambridge, trans- 
lated and published by Dr. Budge, 1893] : — 

"Hail to you. Lords of Amenti, the cycle of great gods in the underworld, and 
"ye resting Ones who are in Duat; ye who repose^ divine Soûls, Living Ones who are 

-V- I / [1 .A.AAA r\^^^ j gods. Lords of Ta-sert; come ye, 

"protect the O siris, (the Deceased) divine Father of Amen-Ra, king of the gods, 

Also in the "Book of Wandering through Eternity" (papyrus of Nesi-paut-taui, at 



AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 111 

Vienna, published by V. Bergmann, 1877) we find, "glorious is thy Sah (astral body) 

"amongthe (heavenly) LivingOnes", "^ g | ^ 9 "^"^ ^^ '?"?'"?" ^ ^ ^ • 

Thèse beatified ank/is are written with the determinative for sacrecl Deceased 

That the ankhs worshipped on scarabs rep resent thèse glorified -V- V^ m''^' 

— for if the ankhs received prayer, they also received adoration, — there can be no 
doubt; see Plate I : 

No. 39, Antiquités égyptiennes, Dorow No. 41, John Ward Collection; 

and Klaproth ; — 42, Koptos, Pétrie; 

— 40, Brighton Muséum; — 43, Cairo Muséum. 

We also fînd the H- under the protection of (1) various deities; (2) deified kings; 
(3) sacred animais, and (4) amulets, etc. — The verb is always left out. 

(1) The -^ with Deities : 

Plate I, No. 44, Grant-Bey Collection, Ptah. 

— — 45, Harrow School, Bast and Ra. 

— — 46, Leyden Muséum, Ra-Harmakhis. 

— — 47, Recueil d'Antiquités, Caylus, Horus. 

— — 48, Ashmolean Muséum, Bes. 

— — 49, Ashmolean Muséum, Anubis. 
Plate II, — 50, Ashmolean Muséum, Set. 

(2) The ^ with deified kings : 

Plate II, No. 51, " Amenhotep III, prince of Thebes", On, Bower Collection. 
Plate I, — 34 scarab, is an ■¥■ protected by Rameses II, Chicago Art Institute has 
a scarab with -¥-, and the cartouche of Sety I. 

(3) The H- with sacred animais : 

Plate II, No. 52, Queen's Collège, Oxford, Ra as a cat. 

— — 53, Ashmolean Muséum, lion. 

— — 54, Vienna Muséum, Urseus [Isis?]. 

(4) The -T* with amulets, and sacred formulée : 

Plate II, No. 55, Tanis (Dome-seal), Pétrie, hand amulet. 

— — 56, Queen's Collège, Oxford, Maat feather. 

— — 57, Queen's Collège, Oxford, 2 Uas sceptres. 

— — 58, Antiquités égyptiennes, Dorow and Klaproth, Dad amulet. 

— — 59, Queen's Collège, Oxford, 'Ra-n-Ra' formula. 

— — 60, Florence Muséum, 'Men-kheper-Ra' formula. 

— — 61, Edwards Collection, Usekh amulet. 



112 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

Plate II, No. 62, Koptos, Pétrie, Crown of Lower Egypt amulet. 

— — 63, Ramesseum, Pétrie, Concentric rings. 

— — 64, Ashmolean Muséum, Tied lotus. 

The Ra signs with the ■¥-, as on scarab 65, Antiquités égyptiennes, are a mark 
of the ■¥■ 's divine character after death. 

Deities often hold -V- in their hands when standing (scarab 66, Florence Muséum) ; 
or bave an •¥■ protruding from their knees when sitting (scarab 67, Queen's Collège, 
Oxford) ; as a sign that they are leading an ex-terrene life not of this world ; according 
to the Egyptian expression, they are ''living in Maat", -¥■ U^ v ^^- Thus the 
ostrich feather, the symbol of Maat, is occasionally placed with deities and sacred 
animais; an example of Amen Ra with Maat feather is given in Antiquités égyptiennes. 
We also bave : 

Plate II, No. 68, Ashmolean Muséum, Ra as a cat. 

— — 69, Hudd Collection, Amen as a goose (or perhaps the king?). 

— — 70, Queen's Collège, Oxford, Mut as a vulture, ail three with Maat 

feather. 

I do not mean to say that ■¥■ always refers to a Deceased Person; "t"^^) the li- 
ving Horus", as on the historical scarabs of Amenhotep III, is one of the king's titles. 
•V- often bas the obvious meaning of life as we use it, see scarab 71, Ashmolean Mu- 
séum, "May Amen-Ra, the lord (give) the breath of life." In the Book of Respira- 
tions we read, "Amen is near thee, to give thee the breath of life." 

We also fînd •¥- in the solar boat; scarab 72, Vienna Muséum. 

The expression on scarabs, "-j-t", is generally translated "safety and life". It 
was evidently something very important to the Deceased. M. Moret considers that 
¥, sa, [variants °m^ , Y, 'y^, 9» "9"'^ etc.], means the luminous fluid which came from 
the sun, and made beings live. Professor Pétrie, in bis Religion of the Ancient 
Egyptians, 1906, calls Y, "An essence which was imparted to the king when he knelt 
"with bis back to the god, and the divine hand was placed on him." The sa was 
also imparted to a class of priests, or initiâtes, who are described as impregnated with 
the y of four différent grades; see the y section. No. 3, for this class of priests 
figured on scarabs Nos. 135, 136, 137 and 138. — Ra is called in the Pyramid Texts 
"chief of the divine sa", T V ] (Moret), and this title may explain why Ra is so 

much oftener placed on ¥ nh scarabs than the other deities. We should expect to 
find the great gods providing this life-giving fluid, and such is the case. — Contrary 
to the usual pratice, the verb .^s^- is oftener expressed than omitted on v ■¥■ scarabs, 
and may be translated 'make', or 'provide with'. — 

Five V-ip scarabs with the verb : 

Plate II, No. 73, Ashmolean Muséum, "Ra provides the tt"- 

— — 74, Vienna Muséum, Ra. 



Recueil de Travaux, t. XXX. 



Plate I. 












y 




//. 




/:?. 






/+ 




/S. 




4. 






7- 








^o, 



X\, 



25 






26 




i^<?. 





^Po) 



2-9 . 3o . JA 






ÎP) fl©w€ 



Jî. 



Ji'. 



•^4. 



3r. 3i 



'/• 




AMULETIC SCARABS, SCARABOIDS, PLAQUES, ETC. 



Uecieil de Travaux, t. XXX. 



Plate II, 





m. 



'5T, 





60. 





é7. 





k- 




é<,. "^==='7'' 





7'- 



<j}. 







/S- 



^r 






u 



74. 



m 

B/. ié". 




7^. 7^- 







97-. 



cfS. 




it 



f\ 



S-Q. 






3(DH m 






;7' 



?g. ^^- 





}« 



=> 








/o3, ^°^' 



I o .0. /oy. 

AMLLETIC SCARABS, SCAIÎABOIDS, PLAQUES, ETC. 



Recueil de Travaux, t. XXX. 



Plate III. 




)î\- 



Ç. iif>- "'7 /<PcP. 



jg/. /ra. /s-î- /"^ ;0- •- ' '-• /^^- '<^o. 

AMULETIC SCARABS, SCARABOIDS, PLAQUES, ETC. 



AMULETIC SCAHABS, EIC, FOR THE DECEASED 113 

Plate II, No. 73, Florence Muséum, Isis. 

— — 76, Leyden Muséum, Bast. 

— — 77, Hilton Price Collection, Bes and Bast. 

Four v ■¥- scarabs without the verb : 

Plate II, No. 78, Macgregor Collection. Ra. 

— — 79, Queen's Collège, Oxford, Amen. 

— — 80, Leyden Muséum, Hat-hor. 

■ — — ■ 81, Antiquités égyptiennes, Khonsu. 

2. — The 

The T is still more common on scarabs than the -j-, and I repeat (what I stated as 
regards the ■¥-), that every nefer does not represent a Deceased Person, and I give 
5 examples of its use on scarabs, otherwise than as a symbol of the Dead. 

(1) There is the oft recurring title of the king, Beautifid god, Lord of Egypt. 

The varions animais whicli symbolise the king, often hâve . . | T written above them ; 

see scarab 83, which belongs to Miss Ellis, the king as horse, and 84, Liverpool Mu- 
séum, the king as ibex. The Men-kheper-Ra formula, (which is also used as an 
amulet) when it signifies Thothmes III, is frequently flanked by |I, see scarab 82, 
Eton Collège. 

(2) The T is often found in names, as Men-nefer, Memphis; particularly in women's 
names, as Nefru-Ra, Sebek-nefru, Nefertari, etc. 

(3) The T is found in epithets. There is a plaque in the British Muséum with 
"Ptah, heautiful offace" on it. This expression is often to be found on wish-scarabs, 
as on scarab 85, Harrow School. 

(4) The nefer is placed on Happy New Year wish-scarabs, etc. Examples hâve 
been given on Plate I, Nos. 1, 2, 3, 4. 

(5) '' T", good things, or " T^::^", every thing good, is to be found on scarabs; 
it is not very common, see scarab 86, Rose Collection, ''May Amen (give) Deceased 
good things." 

The T is not worshipped often on scarabs as the •¥■ is. There are two rare scarabs 
in the Vienna Muséum; No. 87 has a T worshipped by an ape, and No. 88 has Hapi 
kneeling before a T. But as Hapi always kneels on scarabs (except when he is doubled, 
and symbolises N. and S. Egypt), and generally holds his vase representing Nile water, 
whether there is an object in front of him or not, his kneeling position does not imply 
adoration of that object. 

The T, like the ■¥•, is protected by (1) deities; (2) deified kings ; (3) sacred animais, 
and (4) by amulets. 

(1) By Deities : 

Plate II, No. 89, Cairo Muséum, Amen: plaque, has the wish-formula. ''May 
Amen", etc. 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 15 



114 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

Plate II, No. 90, Harrow School, Amen, the guardian and guide of the T. 

— — 91, Macgregor Collection, Maat and Ra. 

— — 101, Loat Collection, Thoueris. 

— — 93, Ashmolean Muséum, An, a form of Osiris. 

— — 94, Queen's Collège, Oxford, Amen. . . 

— — 95, Illaliun, Kahun and Hawara, Pétrie, Thoth. 

— — 96, Illahun, Kahun and Hawara, Pétrie, Ptali. 

(2) By Deijïed kings : 

Plate II, No. 97, Blanchard Collection, Unas. 

— — 98, Fraser Collection, ''.Hatshepsut, beloved of Amen-Ra". 

— — 99, Hist. Scarabs, Pétrie, Amenhotep II. 

— — 100, Grant-Bey Collection, published by Newberry, Thothmes IV. 

(3) By sacred animais : 

Plate II, No. 92, Vienna Muséum, urseus, witli Ra-sign (Isis?). 

— — • 102, Florence Muséum, goose (Amen). 

— — 103, Leyden Muséum, cow (Hathor). 

— — 104, Leyden Muséum, scorpion (Serq). 

— — 105, Hist. Scarabs, cat (Ra). 

(4) By amidets : 

Plate II, No. 106, Queen's Collège, Oxford, Maat feather, dad and uzat. 

Plate III, — 107, Rose Collection, crown of Lower Egypt. 

— — 108, Queen's Collège, Oxford, Maat feather. 

— — 109, Hist. Scarabs, uas sceptre. 

— — 110, Bower Collection, Maat feather, crowns of upper and Lower Egypt. 

— — 111, Queen's Collège, Oxford, concentric rings. 

— — 112, Miss Frizell, 2 Maat feathers, and Men-kheper-Ra formula. 

Deities hold T (as well as ip) in their hands, see 113 scarab, Vienna Muséum. 

T is to be seen in the solar boat, as on Mr. Macgregor's beautiful scarab, already 
mentioned. No. 17. — Leyden Muséum also bas a T boat scarab (witli a beetle) 
No. 114, and judging from the hypocephalus amulet of the lady Ta-tu, this beetle 
represents the coming into being of the Deceased's new life. On the hypocephalus 
the beetle, rising above the coffin of the Deceased Ta-tu, is about to be imited to Ra. 

3. — The 5 
• [The variants of are very numerous. I give 22, but there are several others.] 



AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 115 

The extrême antiquity of the ô, the sign par excellence of the Deceased, is testi- 
fied by its appearance on the early cylinder seals of the Ist and Ilnd Dynasties : I am 
indebted to Professer Sayce for this référence to cylinders. y, besides being written 
alphabetically on cylinders, appears on them also in the pictorial form of two of its 
variants, y and ^ . One of thèse cylinders is publislied by ^Ir. Fraser; the other 
belongs to Mr. Somers Clark. In its contracted shape of 1, the y is extremely 
common on thèse cylinders. 

There was not a fréquent worship of 0, as of ■¥-. I hâve been able to find only 
four scarabs with sucli worship; 3 belong to Leyden Muséum, and one to Mr. Rose 
of Hutton, No. 115, Plate III. This latter scaraboid bas the foreign rope border. 
The shape of the y figured on it exactly coïncides with the on scaraboid 116, von 

À T 

Bissing Collection. We know that the von Bissing spécimen is figured with a y re- 
presenting the Deceased, because there is a lotus-bud coming out of it, which is an 
example of the efïlorescence of lotuses (there are often spirals, etc.), which typify the 
new life of the 0. We also find the lotus-bud coming out of on scarab 86 (already 
mentioned). 

Four examples besides of efïlorescence : 

Plate III, No. 117, Rose Collection, lotus and ankh (reversed). 

— — 118, Cairo Muséum, spirals. 

— — 119, von Bissing Collection, two lotus-buds. 

— — 1^0, Leyden Muséum, bud and spiral. 

y is placed under the protection of (1) deities, and especially of Amen-Ra as a Sphinx; 
(2) of deified kings; (3) of those above; (4) of amulets and formulée. 

(1) Deities : 

Plate III, No. 121, Cawthorne Collection, Khonsu figured. 

— — 122, Ashmolean Muséum, Khonsu written, v. common. 

— — 123, Grant-Bey Collection, Maat. 

— — 124, Queen's Collège, Oxford, Ptah, ]\Iaat; with wish-formula, ''May", 

etc. 

— — 125, Blanchard Collection, Ra as a cat. 

— — 126, John Ward Collection, Amen-Ra, with wish-formula. 

— — 127, Hudd Collection, Bes and Bast. 

— — 128, Liverpool Muséum, Thoth. 

(2) Deified kings : 

Plate III, No. 129, Fraser Collection, is a most interesting scarab of Thothmes III 

slaying bis enemy. This is a very common design, but with 
it is, as far as I know, unique. — y protected by Rameses II 
bas been already given on Plate I, No. 33. 

(3) "Those above" : 

Scarab 130, Vienna Muséum, is curions ; y (in a variant form) under the protec- 



116 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

tion of the Heru = "Those above" ^-- celestial Beings. — They are often mention- 
ed in the Book of the Dead. There is a chalcedony scarab in the Ashmolean Muséum 
of similar design, except that the V:> form of plural is put, instead of (2. 

(4) Amulets and formulœ : 

Plate III, No. 131, Ashmolean Muséum, Crown of Lower Egypt, and Maat feather. 

— — 132, Antiquités égyptiennes, Double Crown of Egypt, and Anubis... 

— — 133, Ashmolean Muséum, Maat and Ra-n-Ra formula. 

— — 134, Rose Collection, Maat and Urœus, Men-kheper-Ra formula. 

I hâve never found y in any of the sacred boats; it is not held in the hands of 
deities; it was evidently an aspect of the Deceased less spiritualised than ■¥■ or T. 

There is a class of scarabs (with an .<2>- at the top of the design) which is im- 
portant, for it gives the évidence of the mysterious I being an abbreviation of y. 
I hâve found 17 spécimens, of which six are drawn on Plate III, 

No. 135, bought in Cairo ; 

— 136, Vienna Muséum ; 

— 137, John Ward Collection ; 

— 138, formerly in the Rustafjaell Collection ; 

— 139, Cairo dealer; 

— 140, Bristol Muséum. 

" |0" evidently means a deceased priest. It it remarkable as has already been 
noticed in referring to Y -r- scarabs, that there was "a class of priests or initiated who 
"were described as impregnated with the sa of 4 différent grades" [Pétrie]. Now 
on thèse eye | y scarabs, exactly 4 grades are marked and no more. The fourth grade 
scarab is unique, and so is Mr. John Ward's third grade, but first and second grades 
are commoner. Most of thèse 17 scarabs hâve /!=3 on them, but not ail, That tliis 
/ — I means the goddess Maat is made certain by No. 139, wliere the Maat feather 
occurs, so we may translate : ''Maat watches over the deceased priest (or, may Maat 
"watch over, etc.)." 

In a dark corner of the Bristol Muséum is a tray with 16 sealing wax impressions, 
(some cracked) of valuable lost scarabs; but a thoughtful person has left among thèse 
impressions one whicli is from a scarab of great rarity, see No. 140. On it has 
disappeared, and only I is left, and a T, thus showing that I is a contraction of y, 
or rather its phonetic complément used by itself. 

y being the usual sign for the Deceased on scarabs — I hâve mose than 200 
examples of drawings, etc., from scarabs — is used in combination with the six 
other signs, I^jT. "^'KLA- But some of thèse are rare. A and | scarab is in 
the Ashmolean Muséum, and and 2 A 's reversed on a scarab belongs to Miss 
Phœbe Thoms. 

4. — The ^ 

The ^ on scarabs interchanges very seldom with the other signs for the Deceased, 



AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 117 

and is less common. -^ is known to be a particular relationship (féal, A. Moret) 
to a Deity, namely tliat of being under his particular protection; under the protec- 
tion of Ra, Horus, Khonsu, Amen, etc., just as the Egyptians placed themselves in 
life under the protection of some great person, preferably the king. Thus they en- 
graved the ^ ^ /\ formula, which occurs on thousands of stelœ, "An offering 
" which the king gives'', etc., which was supposed to be ail the more efficacious 
because it came (nominally) from the king, see Ermax's ^Sgyptische Religion, 
1905. 

M. Moret describes the ^ very elaborately in the Recueil de Travaux, t. XIX, 
La Condition des Féaux en Egypte, dans la famille, dans la société, dans la vie 
d' outre-tombe. I hâve not found the ^ protected by deified kings, nor by sacred 
animais, except once, by the ichneumon; nor protected by amulets, etc., escept once 
by the amuletic formula Men-kheper-Ra, but several deities are found guarding 
the ^. 

Plate m, No. 143, "Ra protects the ^", Sayce Collection. 

— — 144, "Bast protects the ^' , Bought in Cairo. 

— — 145, "Horus of... (some town) protects the ■^" of Bubastis, Pétrie 

Collection. 

— — 146, "Isis loves the O^'' , Pétrie Collection. 

— — 147, "Khonsu protects the ^", Cairo Muséum. 

— — 148, "Amen protects the -^", Cairo Muséum. 

According to M. Chassinat {Recueil de Travaux, t. XVI) the (1 is of Osiris were 
admitted on board the Xeshmit boat after having given the password, and made act 
of adoration to ail the parts of which it was composed. 

On the sarcophagus of Pa-nehem-Isis, already mentioned, the -^ says : ' ' I shall 
"not be repulsed at my arrivai" (at the pylons of the next world). -^ scarabs fre- 
quently hâve the rare eyelashes fîgured on the eyelid, see scarab 149, Sayce Collection. 
Amakhs are oftener incised on scaraboids and plaques than on scarabs. When eye- 
lashes are not figured, eyes on amakh scarabs tend to hâve eyelids and eyebrows. 
This seems to emphasise the seeing power of the eye. Therefore I would translate 
150 scarab, The -^ sees Ra, Fitzwilliam Muséum. 

It was one of privilèges promised to the Deceased, to see Ra ; as written on the 
seated statue of Sa-dep-ahu, XVIII Dynasty {El-Amrah and Abydos, Mac Iver and 
Mace, 1902) : 

^s:- "Thou 
,^__^ shalt 
a see 

J Ra 

f in his 

m shining." 



118 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

Also on tlie Stèle of Hui-shera, XIXth Dynasty (part at Stockholm, part in the 
says. 



Louvre, Piehl), "^^^^k,^^ St "^ — '^'^' — °^^^^ "May I see Ra daily" the Deceased 



On the Ptolemaic coffin of Aroeri-ao (sic) (1858, Sharpe) we read : ^^^ 
,°°^ tj '""^^ ''Thy soûl (proceeds) to heaven to see the disk of the sun..." 

An uncommon scarab, No. 151, formerly in the Rustafjaell Collection has two 
dots for eyes, as in the above written word °jj^ = see. "The amakh sees Amen". 
We may compare Tennyson's last poem, Crossing the Bar : 

" I hope to see my Pilot face to face, 
" When I hâve crossed the bar." 

5. — The [1 
The eve l, scarab No. 140, with dropped out, belonging to the Bristol Muséum, 

n A 

which gives the évidence of M being a contraction (the phonetic complément) of hes, 
has been given already. 

I is particularly common on early cylinder seals. There are 3 fine examples in 
the Cairo Muséum. 

We fînd I scarabs with I under the protection of deities, but they are not com- 
mon. I give three examples : 

Plate III, No. 152, Isis, Hyksos and Israélite Cities, Pétrie, 1906. 

— — 153, Bast and Horus of . . , (some tovim), Pétrie Collection. 

— — 154, Amen-Ra as a sphinx, Eton Collège Muséum. 
No. 141 is a sphinx protecting. M, Cairo Muséum. 

No. 142, has the y sign and its phonetic complément, 1, under the protection of 
Khonsu, Blanchard Collection. 

A curions fact is the number of kings, mostly of the XVIIIth Dynasty, which 
protect the y. — I give 8 examples, and one of the XIXth Dynasty. 

Plate III. Nos. 155, 156, 157, 158, 159, 160, 161, 163 : Amenhotep I, Thothmes I, 
Hatshepsut (queen), Thothmes III, Amenhotep II; (3) Thoth- 
mes IV, Sety I. 

Thèse nine scarabs belong — taking them in the above order — to : 

Plate III, No. 155, Cairo Muséum, published Hist. Scarabs, Pétrie. 

— — 156, Sayee Collection. 

— — 157, British Muséum, published Hist. Scarabs, Pétrie. 

— — 158, Macgregor Collection. 

— — 159, Vienna Muséum. 

— — 160, Leyden INIuseum. 

— — 161, Cairo Muséum. 

— — 162, Stuttgart Muséum. 

— — 163, Cairo Muséum. 



AMULETIC SCARARS, ETC., FOR THE DECEASED 119 

I have not found tlie I protected by sacred animais, except by the sphinx; nor 
by amulets except once by tlie uas sceptre amulet. No. 164, Rose Collection. 

A particularly interesting I, scarab No. 165, Grant-Bey Collection, lias the rare 
verb, the eye placed sideways, as on an example in Bologna Muséum. ''May Ra 
"make Deceased pleased with everything", or perphaps, ''Ra makes Deceased", etc. 
— No. 166, a plaque in the John Ward Collection, has a contracted form of this 
sentence. It would be very difficult to decipher ^vitllout the fuU version. 

Care must be taken not to mix the numerous name-scarabs compounded with I, 
with the above amuletic I scarabs. Most of the distinguished kings, and varions 
queens have an 1 in their names : Unas, Se-hotep-ab-Ra [Amenemhat I]; Khian 
(Se-user-n-Ra), Aahmes, the Thothmes, the Rameses, Amenardus (queen), the Psam- 
teks, etc. Names of private persons with 1 are often misleading. 

6. — The 

That the | of scarab 167 (Bristol Muséum), which replaces the T of scarab 111 
(Queen's Collège, Oxford), is fiot a T, can be dearly seen from scarab 168, Plate III 
{Hist. Sccœabs, Pétrie), where both | and T are given. — • Both sigus are also given 
on scarab 176 [from Petrie's Illaliun, Kahun and Haicara]. 

The I is protected by deities which are mostly in animal form. The 1 is still 
more uncommon than the 1, or the A. It seems to have prevailed at Naucratis, and 
therefore is of rather late date. I have not found it protected by deified kings, unless 
by the ibex; rarely by amulets. No. 169 scarab [bought in Cairo] is a fine 1 example : 
" The Deceased sees Ra." The Ra-sign accompanies the | , as it so often does the nefer. 
I give six examples of the ï protected by deities. 

[Plate III, No. 170,] Maat, Nauaxdis, Pétrie. 

— — 171, Khonsu, Cairo Muséum. 

— — 172, Thoth, Formerly Rustafjaell Collection. 

— — 173, Ra as a cat, Hist. Scarabs, Pétrie. 

— — 174, the ichneumon; Horus was worshipped at Letopolis under the 

form of an ichneumon, Leyden Muséum. 

— — 175, reposing goat, [ibex], Naucratis, Pétrie. (The deified king is 

occasionally represented as an ibex.) 

We find ancient names of women compounded with both 'tep' and 'her'. Tliere 
is a fine steatite scarab No. 177, Rugby School Muséum, of the princess Tep-du, a 
lady otherwise unknown. In Leyden Muséum and also Nauci^atis, we have a scarab 
of Her-du, No. 178. We know that this is a woman's name from its appearance on a 
funeral stèle in the Cairo Muséum, as belonging to the man's daughter; see Lieblein's 
Dictionnaire de noms hiéroglyphiques. No. 298, stèle, "His daughter, Her-du-du", 
the doubling of the 'du' hère is only a variant. 

The I of No. 178 scarab evidently means that Herdu was dead. The 2 spiral s 



120 AMULETIC SCARABS, ETC., FOR THE DECEASED 

have doubless a symbolic signification referring to lier new life. The neb only fills 
up the space at the bottom. — The | is worshipped by an ape on a scarab in the Caire 
Muséum . 

7. — The A 

The A hieroglyph is found on archaic cylinder seals, see the example published by 
Mr. Newberry from the Amherst Collection, in Scarabs. A is also found doubled on 
one of the cylinders belonging to Cairo Muséum. 

We find A under the protection of deities; scarabs No. 179, Amen-Ra, and 180, 
Thoth, both in Antiquités égyptiennes, Dorow and Klaproth. 

Plate III, No. 181, ''Isis loves the A", Ashmolean Muséum. 

— — 182, "Isis (?), protects the A", Queen's Collège. 

— — 183, Anhour, Liverpool Muséum. 

— — 184, a lion, with his longue protruding, Cairo Muséum. 

— — 185, the A with the T, and ur^eus, and Nub sign, Mr. Nahman, Cairo. 

— — 186, the A with •¥-, winged urfeus and neter, Cairo Muséum. 

— — 187, the A with I, and Horus, Leyden Muséum. 

— — 188, with beetle having outstretched wings, Coltman-Clephan Collec- 

tion. 

— — 189, ''Ra gives Deceased his transformations", or "May Ra", etc. 

— — 190, is a curions scarab [Koptos, Pétrie), which bas the A mounted 

on the serekJi, the place where the deceased kings were repre- 
sented as Horus (see Moret's remarks). Horus on the serekh 
is the only deity I have ever found thus. This scarab confirms 
the supposition that A represents a Deceased Person. 

One has to be careful not to mix up A with the sign A, du, give. — " Giver of 
life" is a divine and royal title. The Hyksos kings especially used it on their scarabs. 



I beg to thank ail those who have kindly allowed me to publish their scarabs. 



ClIALON-SUR SAÔNE, IMPlîIMliKIE FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND 



EBN-EL-FARAD. Poésies en arabe. Gr. in-8". 40 fr. 

EBN-HAUCAL. Description de Palerme au milieu du X° siècle de l'ère vulgaire. Traduit par M. Amari. 

ln-8°. 1 fr. 

FAIDHERBE (le général). Collection complète des inscriptions numidiques (libyques) avec des aperçus 

ethnographiques. In-8° avec pi. 12 fr. 

FINOT. Les lapidaires indiens. In-8°. 10 fr. 

GAYET (A.-J.). Musée du Louvre. Stèles de la Xll' dynastie, 60 pi. avec texte explicatif. In-4°. 17 fr. 
GOTTBERG (E. de). Des cataractes du Nil et spécialement de celles de Hannek et de Kaybar. Gr. in-4°, 

avec 5 cartes. 20 fr. 

GRÉBAUT (E.). Hymne à Ammon-Ra, des papyrus égyptiens du Musée de Boulaq, traduit et com- 
menté. Gr. in-8". 22 fr. 
GUIEYSSE (P.). Rituel funéraire égyptien, chapitre 64°. Textes comparés, traduction et commentaires 

d'après les Papyrus du Louvre et de la Bibliothèque Nationale. In-4°, pi. 20 fr. 

GUYARD (S.). Nouvel essai sur le pluriel brise en arabe. Gr. in-8\ 5 fr. 

JÉQUIER (G.). Le livre de savoir ce qu'il y a dans l'Hadès. Gr. in-8°. 9 fr, 

JOHANNES DE CAPUA. Directorium vitae humanœ alias parabola antiquorum sapientium. Version 

latine du livre de Kalilah et Dimnàh publiée et annotée par J. Derenbourg. 2 vol. 

gr. in-8°. 16 fr. 

JORET (€.). Les plantes dans l'antiquité et au moyen âge,. Histoire, usage et symbolisme. 1" partie : 

Les plantes dans l'Orient classique. Tome I" : Egypte, Chaldée, Assyrie. Judée, Phénicie. 

In-S". 8 fr. 
Le même ouvrage. Première partie. Tome II : l'Iran et l'Inde. Un fort vol. in-8°, 12 fr. 

— — La Flore dans l'Inde, in-8°. 2 fr. 50 
LEDRAIN (E.). Les monuments égyptiens de la Bibliothèque Nationale (cabinet des médailles et 

antiques). 3 livraisons. ln-4°. 50 fr. 

LEFÉBURE (E.). Le Mythe Osirien. Première partie : Les Yeux d'Horus. ln-4°. 20 fr. 

— Deuxième partie : Osiris. In-4". 20 fr. 

LEPSIUS (C.-R.). Les métaux dans les inscriptions égyptiennes, traduit de l'allemand par W. Berend, 

avec notes et corrections de l'auteur. In-4°, avec 2 planches. 12 fr. 

LEVI (S.). Le théâtre indien. Gr. in-8°. 

Quid de Graecis veterum Indorum monumenta tradiderint. In-8°. 3 fr. 

LIEBLEIN (J.). Index alphabétique de tous les mots contenus dans le Livre des Morts publié par 

R. Lepsius d'après le Papyrus de Turin, ln-8". 12 fr. 

MACLER (F.). Histoire de saint Azazaîl; texte syriaque, introd. et trad. française, précédée des actes 

grecs de saint Pancrace. In-8% avec 2 planches. 5 fr. 

MARIETTE- PACHA. Denderah. Description générale du grand temple de cette ville. 4 vol. in-f° et 

suppl. contenant 339 pi., ace. d'un vol. de texte in-4°. 390 fr. 

Le volume de texte se vend à part. 60 fr. 

Le supplément aux planches. Séparément. 10 fr. 

■ Monuments divers recueillis en Egypte et en Nubie. 28 liv. in-f. 168 fr. 

Les Papyrus égyptiens du Musée de Boulaq publiés en fac-similé. Tomes I à III, Papyrus 1 à 22. 

3 vol. in-f" ornés de 121 planches. 400 fr. 

Le tome III, 20 pi. en couleurs, se vend séparément. 100 fr. 

Le Sérapéum de Memphis. Nouvelle édition publiée d'après le manuscrit de l'auteur par 

G. Maspero. Vol. I avec un atlas in-f° et un supplément. 55 fr. 
Les Mastaba de l'Ancien Empire. Fragments de son dernier ouvrage, publiés d'après le manuscrit 

par G. Maspero. 9 livr. " 60 fr. 

MARTIN (F.). Textes religieux assyriens et babyloniens. Transcription, traduction et commentaire. 

Gr. in-8°, avec 1 planche. 6 fr. 

MASPERO (G.). Essai sur l'inscription dédicatoire du temple d'Abydos et la jeunesse de Sésostris. 

In-4°. 15 fr. 

. Hymne au Nil, publié et traduit d'après les deux textes du Musée britannique. In-4°. 6 fr. 

Une enquête judiciaire à Thèbes au temps de la XX° dynastie Étude sur le Papyrus Abbott. 

In-4". (Epuisé) 
De Carchemis oppidi situ et historiâ antiquissimâ. Accedunt nonnulla de Pedaso Homericâ. 

Gr. in-8'', avec 3 cartes. 4 fr. 

— - Mémoire sur quelques Papyrus du Louvre. In-4°, orné de 14 planches et fac-similés. 20 fr. 

— — Rapport à M. Jules Ferry, ministre de l'instruction publique, sur une mission en Italie. Gr. 

in-4°. 20 fr. 

Les inscriptions des Pyramides de Saqqarâh. Un fort vol. gr. in-4°. 80 fr. 

MASPERO (H.). Les finances de l'Egypte sous les Lagides, 1908. In-8° de 252 p. 12 fr. 50 

MEILLET (A.). Études sur l'étymologie et le vocabulaire du vieux slave, 1" partie, 1902, gr. in-8°. 7 fr. 

— — 2« partie. 1905, in-8°. 12 fr. 50 
MÉLANGES d'archéologie égyptienne et assyrienne. 3 vol. in-4°. 15 fr. 
OPPERT (J.). Mémoire sur les rapports de l'Egypte et de l'Assyrie dans l'antiquité, éclaircis par l'étude 

des textes cunéiformes, ln-4". 12 fr. 

Duppe Lisan Assur, éléments de la grammaire assyrienne. 2" écl. In-8°. 6 fr. 

PALANQUE (C). Le Nil à l'époque pharaonique, son rôle et son culte en Egypte. Gr. in-8°. 6 fr. 50 

LE PAPYRUS DE NEB-QED (exemplaire hiéroglyphique du Livre des Morts) reproduit, décrit et 

précédé d'une introduction mythologique, par Th. Devéria, avec la traduction du texte par 

M. Pierret. Gr. in-f". 12 pi. et 9 pages de texte. 50 fr. 



PERRUCHON (J.). Les chroniques de Zara Yâ 'eqôb et de Ba'eda Mâryâm, rois d'Ethiopie de 1434 à 1478 
(texte éthiopien et traduction), précédées d'ane introduction. Gr. in-8°. 13 fr. 

PÉRIER (J.). Vie d'Al Hadjdjâdj ibn Yousof (41-95 de l'Hégire = 661-714 de J.-C), d'après les sources 
arabes. Gr. in-S". 13 fr. 

PIERRET (P.). Études égyptologiques comprenant le texte et la traduction d'une stèle éthiopienne 
inédite et de divers manuscrits religieux, avec un glossaire égyptien-grec du décret de Canope. 
In-4°. 20 fr. 

Recueil d'inscriptions inédites du musée égyptien du Louvre traduites et commentées. Première 

et deuxième parties avec table et glossaire. 2 vol. in-4°. 50 fr. 

Vocabulaire hiéroglyphique comprenant les mots de la langue, les noms géographiques, divins, 

royaux et historiques classés alphabétiquement ; accompagné d'un vocabulaire français- 
hiéroglyphique. Gr. in-8°. 60 fr. 

Essai sur la mythologie égyptienne. Gr. in-8°. 7 fr. 50 

POGNON (H.). Une incantation contre les génies malfaisants, en Mandaïte. Gr. in-8*, avec 1 pi. 2 fr. 50 

L'inscription de Bavian. Texte, traduction et commentaire philologique, avec trois appendices et 

un glossaire. 2 vol. gr. in-8°. 12 fr. 

Les inscriptions babyloniennes du Wadi Brissa. Gr. in-8°, avec 14 planches. 10 fr. 

L'inscription de Raman-Nérar I", roi d'Assyrie (réponse à un article de M. Oppert). 1 fr. 

REGNAUD (P.). Matériaux pour servir à l'histoire de la philosophie de l'Inde. Gr. in-8°. 19 fr. 

REVILLOUT (E.). Papyrus coptes. Actes et contrats des musées égyptiens de Boulaq et du Louvre. 
1" fasc. Textes et fac-similés, ln-4". 20 fr. 

Apocryphes coptes du Nouveau Teslament. Textes. 1" fasc. ln-4°. 25 fr. 

Chrestomathie démotique. 4 vol. in-4°. 100 fr. 

Études sur quelques points de droit et d'histoire ptolémaïques. In-4°. 10 fr. 

RITUEL funéraire des anciens Égyptiens. Texte complet en écriture hiératique, publié d'après le Papyrus 

du musée du Louvre, et précédé d'une introduction à l'étude du Rituel, par le vicomte E. de 

• Rougé. Livr. 1 à 5. Gr. in-f". 60 fr. 

ROBIOU (F.). Recherches sur le calendrier macédonien en Egypte et sur la chronologie des Lagides. 
ln-4'. 9 fr 

Questions d'histoire égyptienne, étudiées dans le Recueil de travaux relatifs à la philologie et à 

l'archéologie égyptiennes et assyriennes. In-8°. 1 fr. 

-^ — Recherches sur la religion de l'ancienne Egypte, le culte. In -8°. 2 fr. 

— — Le système chronologique de M. Lieblein sur les trois premières dynasties du Nouvel Empire 

égyptien et le synchronisme égyptien de l'Exode. In-8°. 1 fr. 50 

ROUGÉ (E. de). Chrestomathie égyptienne ou choix de textes égyptiens, transcrits, traduits et accom- 
pagnés d'un commentaire et d'un abrégé grammatical. 4 vol. gr. in-8°. (Epuisé) 

— — Recherches sur les monuments qu'on peut attribuer aux six premières dynasties de Manéthon, 

précédées d'un rapport adressé à M. le Ministre de l'instruction publique sur les résultats 

généraux de sa mission en Egypte. Gr. in-4°, avec 8 pi. dont 5 doubles. (Epuisé). 50 fr. 

SAADYA (Gaon de Fayyoum). Commentaire sur le Sefer Yesira ou livre de la création, publiée! traduit 

par Mayer Lambert. Gr. in-8''. 10 fr. 

SAULCY (F. de). Dictionnaire topographique abrégé de la Terre-Sainte. 1 vol. in-8°. 6 fr. 

SAUSStjRE (de). Mémoire suf le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes. 

1887, in-8°. 10 fr. 

SCHACK (G. von). Die Unterw^eisung des Konigs Amenemhat I. V et 2' Hàlfte. Gr. in-4°. 8 fr. 

TARAFA IBN AL-'ABD AL-BAKRI, Dîwân. Texte arabe publié par M. Seligsohn et accompagné 

d'une traduction française. 1 vol. gr. in-8°. 16 fr. 

TE'EZÂZA SANBAT (Commandements du Sabbat), accompagné de six autres écrits pseudo-épigra- 

phiques admis par les Falachas ou Juifs d'Abyssinie, texte éthiopien publié et traduit par 

J. Halévy. Gr. in-8°. 13 fr. 50 

VIREY (P.). Étude sur le Papyrus Prisse. Le livre de Kaqimna et les leçons de Ptah-Hotep. 

Gr. in-8". 8 fr. 



VIENT DE PARAITRE : 



ASANGA 



MAHAYANA-SUTRALAMKARA 



Exposé de la Doctrine du Grand Véhicule selon le Système Yogacara 

Édité et traduit d'après un manuscrit rapporté du Népal 

Par Sylvain LÉVI 

Professeur au Collège de France, directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes. 

Tome I. — Texte, in-8° 15 fr. 



La REVUE DES BIBLIOTHÈQUES (un an, 15 fr. ; U. P., 17 fr.) publie Notice sur les manus- 
crits syriaques conservés dans la Bibliothèque du patriarcat chaldéen de Mossoul, par 

Mgr Addaï SCHER. 

CHALON-SUR-SAÔNE, IMH. FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND. 



RECUEIL 



DE 



TRAVAUX RELATIFS 



A LA 

PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

POUR SERVIR DE RULLETIN A LA MISSION FRANÇAISE DU CAIRE 

PUBLIÉ SOUS LA DIRECTION DE 

G. MASPERO 

MEMBRE DE L' INSTITUT 
PROPRSSBUR AU COLLÈGE DR FRANCK, DIREClRUPv U'ÉTUDBS À l'ÉCOLE PflATIQUE DES HAUTES ÉTUUE8 



Vol. XXX. Liv. 3 et 4 




PARIS (VP) 

LIBRAIRIE HONORÉ CHAMPION, ÉDITEUR 

5, QUAI MALAQUAI3, 5 



MDCCCCVIII 

Tous droits résercés. 



Toute demande d'abonnement doit être accompagnée de son montant en un chèque ou mandat-poste 

au nom de M. Honoré Champion. 



CONDITIONS D'ABONNEMENT AU RECUEIL 

Le Recueil paraît par volume composé de quatre fascicules. 

Les abonnements se font pour le volume entier, il n'est pas vendu de fascicules séparés. 

Paris 30 francs 

DÉPARTEMENTS ET UnION POSTALE 32 — 

Le volume, une fois terminé, est porté au prix de 35 francs. 



EN VENTE A LA LIBRAIRIE HONORÉ CHAMPION 



ABOU BAKR AL-KHATIB. L'introduction topographique à l'histoire de Bagdâdh (392-463 H =1002- 
1071 J.-C). Texte arabe accompagné d'une traduction française par G. Salmon. Gr. in-8'. 

12 fr. 

ABOULFARAG (G.). Le livre de l'ascension de l'Esprit sur la forme du ciel et de la terre. Cours d'as- 
tronomie rédigé en 1279, publié pour la première fois d'après les mss. de Paris, d'Oxford et 
de Cambridge, par l'abbé F. Nau. Texte syriaque et traduction française, 2 parties gr. in-8°, 
avec figures dans le texte. 21 fr. 

ABOU'L-WALID MERWAN IBN DJANAH. Le livre des parterres fleuris. Grammaire hébraïque en 
arabe, publiée par J. Derenbourg, membre de l'Institut. Gr. in-8°. 25 fr. 

Le même ouvrage, traduit en français sur les manuscrits arabes par le rabbiu M. Metzger. 

Gr. in-8°. 15 fr. 

ADJARIAN (H.). Étude sur la langue Laze. Gr. in-8°. 8 fr. 

AL-FAKHRI. Histoire du Khalifat et du Vizirat depuis leurs origines jusqu'à la chute du khalifat abas- 
side de Bagdâdh (11-656 de l'hégire =: 632-1258 de notre ère) avec des prolégomènes sur les 
principes du gouvernement par Ibn at Tiktakâ. Nouvelle édition du texte arabe par H, Deren- 
bourg. Gr. in-S". 25 fr. 

AMIAUD (A.). La légende syriaque de Saint Alexis, l'homme de Dieu. 1 vol. gr. in-8°. 7 fr. 50 

AURÈS (A.). Traité de métrologie assyrienne ou étude de la numération et du système métrique 
assyrien considérés dans leurs rapports et dans leur ensemble. In-8". 6 fr. 

Essai sur le système métrique assyrien, 1" fascicule. In-4°. 5 fr. 

BAILLET (A.). Le décret de Memphis et les inscriptions de Rosette et de Damanhour. Gl". i»-ô*, avec 
une planche. 5 fr. 

BARTHELEMY (A.). Gujastak Abalish. Relation d'une conférence théologique présidée par le Calife 
Mâmoun. Texte pehlvi publié pour la première fois avec traduction, commentairôet lexique. 
Gr. in-8°. 3fr. 50 

BEREND (W. B.). Principaux monuments du Musée égyptien de Florence, 1" partie : Stèles, bas-reliâf« 
et fresques. In -f avec 10 pi. pliotogravées. 50 fr. 

BERGAIGNE (A.). Manuel pour étudier la langue sanscrite. Chrestomathie, Lexiqae, Principes de 
grammaire. Gr. in-8°. 12 fr. 

— — Quarante hymnes du Rig Véda, traduits et commentés. Publie par V. Henry. Gr. in-8°. 5 fr. 

La religion védique d'après les hymnes du Rig Véda. Tome I" épuisé. — Tomes II et III. 30 fr. 

— — Tome IV. Index, par M. Bloomfleld. 5 fr. 

BERGAIGNE (A.) et HENRY (V.). Manuel pour étudier le sanscrit védique. Précis de grammaire- 

Chrestomathie-Lexique. Gr. in-8°. 12 fr. 

BHAMINI VILASA. Recueil de sentences du Pandit Djagannàtha. Texte sanscrit publié pour la pre- 
mière fois en entier avec traduction en français et des notes par A. Bergaigne. Gr. in-8°. 8 fr. 

BLOCH (Jules). La phrase nominale en sanskrit. In-8''. 4 fr. 

BLONAY (G. de). Matériaux pour servir à l'histoire de la déesse bouddhique Tara. In-8°. 2 fr. 50 

BOISSIER (A.). Documents assyriens relatifs aux présages. Tome I". Liv. 1 à 3. In-4°. 50 fr. 

J.-B. CHABOT. Inventaire sommaire des manuscrits coptes de la Bibliothèque Nationale. In-8°. 1 fr. 50 

CHEREF-EDDIN-RAMI. Anis-el-'Ochchaq, traité des termes figurés relatifs à la description de la 
beauté. Traduit du persan et annoté par C. Huart. Gr. in-8°. 5 fr. 5Q 

CHRONIQUE DE GALÂWDÈWOS, roi d'Ethiopie. Texte éthiopien traduit, annoté et précédé d'une 
introduction historique par William E. Conzelman. Gr. in-8". 10 fr. 

CLERMONT-GANNEAU (C). Études d'archéologie orientale, 2 vol. in-4° avec figures dans le texte et 
photogravures hors texte. 50 fr. 

DARMESTETER (J.). Études iraniennes. 2 vol. gr. in-8°. 40 fr. 

— — Haurvatât et Ameretât. Essai sur la mythologie de r.\vesta. Gr. in-8". 4 fr. 

— — Ormazd et Ahriman. Leurs origines et leur histoire. Gr. in-8°. 25 fr. 
DENYS DE TELL-MAHRÉ. Chronique, 4* partie. Texte syriaque publié d'après le manuscrit 162 de la 

Bibliothèque Vaticane, accompagné d'une traduction française, d'une introduction et de notes 
historiques et philologiques par J.-B. Chabot. 1 fort vol. gr. in-8°. 25 \t. 

DERENBOURG (H.), Essai sur les formes des pluriels arabes. Gr. in 8°. 3 ff. 

Deux versions hébraïques du livre de Kalilàh et Dimnàh. In-8°. 20 fr. 

DUSSAUD (R.). Histoire et religion des Nosairîs. Gr. in-8°. 7 fr, 

DUVAL (R.). Traité de grammaire syriaque. Gr. in-8°. ftO fr. 

Les dialectes Néo-Araméens de Salamas. Textes sur l'état actuel de la Perse et Contes populàlrôç, 

publiés avec une traduction française. In-8° 8 fr. 



RECUEIL 



DE 



TRAVAUX RELATIFS 

A LA 

PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

POUK SRRVIU DE BULLETIN A LA MISSION FRANÇAISE DU CAIRE 

PUBLIÉ SOUS LA. DIRECTION DE 

G. MASPERO 

MEMBRE DE L' INSTITUT 
PKOPRSSRUR AU COLLlV.E DK FRANCK, DIRECTEUR D'ÉTUDES A l'ÉCOLE PRATIQUE IM:s IIAUIKS KIUDKS 



TRENTIEME ANNEE 




PARIS (VP) 

liiulviimil honork champion, i:i)iti:ur 



O. QUAI MALAQLAIS, 

MDCCCCVIII 
Tous (Iroiis /■c.-^crrc.f. 




CHALON-SUR-SAONE 

IMPRIMERIE FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND 



RECUEIL 



DE 



TRAVAUX RELATIFS 

A I.A 

PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 

ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

POUU SKflVIR \)K BULLETIN A LA MISSION FRANÇAISE DU CAIRE 

PUBLIÉ SOUS LA. DIRECTION DE 

G. MASPERO 

MEMBRE DE L'iNSTITUT 
PHÛKKSSHUK AU COLLKGK DK FRANCK, DIRECTEUR U'ÉTUDES A l'ÉCOLE PIlAflQU K 1)I:S HAU IKS Krui>l-:S 



liOLVIî:i.l.E SERIE 

TOME QUATORZIÈME 




PARTS (VJ«) 

IliUAIIUi: HONOKK CHAMPION, l-DITKUK 

5, QUAI MALAQUAIS, 5 



MDCCCCVIII 
Tous droits rcsercés. 




CHALON-SUR-SAONE 
IMPRIMERIE FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND 



RECUEIL 



DE TRAVAUX RELATIFS A LA PHILOLOGIE ET A L'ARCHÉOLOGIE 
ÉGYPTIENNES ET ASSYRIENNES 

Fascicules III et IV 



1908 



Contenu : 13) Textes divers babyloniens, par Paul Toscanne. — 14) Iranisches, von A. Hoffmann-Kutschke. 
— 15) Koptische Miscellen, von Wilhelm Spiegelberg. — 16) Demotische Miscellen, von Wilbelm 
Spiegelberg. — 17) Le dossier de la famille Nibnoutirou, par Georges Legrain. — 18) Sur le signe |||, 
par G. Maspero. — 19) Lesefrùchte, von Fr. W. von Bissing. — 20) Textes religieux, par Pierre 
Lacau. — 21) Le roi Auput et son domaine, par G. Daressv. — 22) L'assaut des places fortiâées, par 
Eugène de Passypkinn. — 23) Der Mytbus vom Kampfe des Horus mil Set im Papyrus Sallier IV 
(II, 6- III, 6), von Naihaniel Reich. — 24) Der 27. Thot des Papyrus Sallier IV (III, 6-7), von Natha- 
niel Reich. — 25) Stèle de l'an VllI de Ramsès II, par Ahmed-Bey Kamal. — 26) Some Géogra- 
phie and Ethnie Lists of Rameses II at the Temple of Luxor, by M. G. Kvle. — 27) Notes de 
glyptique orientale, par L. Delaporte. 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



PAR 

Paul Toscanne 



Masse d'armes 

Texte A. (Musée du Louvre.) — Ce petit objet de marbre, désigné sous le nom 
de masse d'armes, est en partie brisé. L'inscription, qui ne contient plus que trois cases 
d'écriture, est bien gravée; à la partie supérieure, un lion, dont il ne reste qu'une 
partie de la crinière et les pattes. 







tar ur-èid 
tur ur-("?)^ 
a-mu-va 



fils de Ur-sul, 
fils de Ur-(?), 
a consacré (a voué) 



Galet 



Texte B. (Musée du Louvre.) — Ce fragment provient d'un galet, la surface est 
très unie. On peut croire que, seule, la partie supérieure du galet portait une inscrip- 
tion, ce qui nous en reste est malheureusement mutilé. Il s'agissait d'un roi de Kîsu. 

1. Le signe dont les traits intérieurs ont disparu devait être T[ ou TpT. 11 faudrait donc lire Ur-gur ou 
Ur-engur. 

16 



KECUEIL, XXX. 



NOUV. SEU., XU'. 



122 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 




1-+ 

1 Dingir 

e-zu-ab 

roi de Kîsu' 

il 



1 Dingir ..... 
e-zu-ab 
lugal gis-uhu-ki 

mu - X 



Texte C. (Musée du Louvre). — Cette inscription est gravée sur marbre blanc et 
ne contient qu'une colonne, dont le commencement et la fin sont brisés. Ce petit texte 
nous apprend que le père et le fils portaient le même titre nu-tur. 



iHÎ 




X 



-+ D + '^l 



-T<!^ 



1 [Sir-pur]-Ia-ka-ku 

lu (dingir) HAB- 
SIG' 

nu-tur ' 

tur gu-dé-a 
5 nu-tur- g e 

x-nam-[ti-la-ni] 



1 Sirpurla 

lu (dingir) HAB- 
SIG, 

intendant, 

fils de Gudéa, 
5 intendant 

[sa vie] 



2. L'idéogramme est composé des deux sigues TJ "H ^~^ l . Notre signe semble être TJ gunifié 
+ \T^~ - tandis que, pour la forme donnée dans le Recueil du Signes, n" 187, par Scheil, c'est \T^— qui 
semble gunifié, mais nous pensons que ces deux formes archaïques ont la même valeur, et nous lisons pro- 
visoirement HAB-SIG. Scheil traduit par ^^J, récipient, ^^T , germe; en eËEet, >--^T est rendu par baml 

(sig), IV, 27, 6 a, et Brûnnow, n» 7020, donne : *^^T e^T-^V^— *^^^' rendu par bunnanil et 
par nahnltu. g-M^ représente l'idée de la création, de la conception, dans le récipient T~T, et g-^T 
fc^Yj^V*. ^_u^ ^ le sens de conformation extérieure; structure du corps; taille; statue. 

3. Nu-ban du (tur) est rendu par /ja^f'cnu « chef, intendant». 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



n^ 



Inscription de Lupa 




Texte D. (Musée du Louvre.) — Cette inscription, que nous donnons ici, appar- 
tient à la statue portant le nom de LUPA. Cette statue est en diorite, de même que 
les statues de GUDÉA, mais est très mutilée; on n'a 
pu la reconstituer que jusqu'à la taille. La tête de 
LUPA est la partie la mieux conservée, le Musée la 
possédait déjà depuis plusieurs années. Ce qui reste 
du texte se trouve sur la poitrine et les bras de chaque 
côté du corps. Ce n'est pas une statue royale, mais 
celle d'un chef de district du pays de Kisu (gis-uhu- 
ki). La fonction de LUPA est SAK-NANGA, c'est la 
première fois que nous rencontrons ce titre; son fils 
NARU porte aussi ce titre ^zj!^ I'^CT- 

Les signes sont d'un style tout à fait archaïque et 
ont été gravés à la pointe; bien que très mutilée, l'in- 
scription est pour nous d'une grande importance. Nous 
y relevons le nom de *->^ ^^ ^TT < \ >^ J*— ]} , ainsi 
qu'une série de mesures de ^ ^^z]] *^]]^ "^V]^'- ^^ ]ËII^ ^! ^^]- de ^y^jgj; 
de J^ ^, etc. Il est fait aussi mention de digue : trj ^>Ç{- «Jff ^]. Une série 
de cases d'écriture commence par le signe ^^, mais le texte qui suit ^a»^ est souvent 
illisible. Le texte comporte trois colonnes situées sur l'épaule et la poitrine, côté droit; la 
colonne I commence par le nom propre de LUPA et contient sept 
cases; la colonne II, huit cases, et la colonne III, huit. Sur le côté 
gauche, sont disposées également trois colonnes de signes; la pre- 
mière comprend douze cases d'écriture, sept cases sont complètes, 
les colonnes II et 111 n'ont que peu de texte; vers la ceinture, on 
peut encore lire quelques cases. L'inscription devait se continuer 
dans le dos du personnage, car il reste quelques cases d'écriture 
disposées sur deux colonnes. Nous aurions voulu re- 
voir la statue pour pouvoir élucider certains points. 



Tùie de LUl'A. 





Texte : dos. 



Col. I. 1 Ek5 <'f-'iIII 1 Lupa, 






chef de district 
du pays de Kisu, 
fils de Naru, 
5 chef de district 



1 Lu-pa 
àak-nanga ' 
gis-uhu-ki 
tur na-rii 

5 sak-nanga 



1. Pour la lecture nanga et le sens du composé | OT, voir BrCn., n" lOUo, T^T^, lecture nanya et 



124 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 




STATUE DE LUPA 

Côté face. 




Plaque de marbre 

Texte E. (Musée du Louvre.) — On pourrait croire que cette inscription n'est 
point entière à cause de la cassure du bas, et, sur le côté droit, il n'en est rien. Cette 

trad. ^--^T -(^^ ^- Le groupe tC^T^ doit être équivalent, comme valeur et comme sens, à | ^[J, car 
T^ possède les différents sens de T*". La traduction nagû signifie «contrée, ressort, district». Le *p| |^^ 
y^T*^ est (l'homme), tête du district, le chef du district. LUPA était donc chef d'une contrée. Il faut tra- 
duire : Lupa, chef de district du pays de Kisu, fils de Naru, chef de district 



TEXTES DIVEltS BABYLONIENS 



125 





plaque en marbre porte sur le côté gauche et à la partie supérieure des traces d'enca- 
drement, elle a dû être façonnée pour être ajustée dans une sorte de cadre. II est facile 
de constater qu'après la cinquième case, col. I, il n'y avait plus d'autres cases de signes ; 
quant à la colonne IV, elle se terminait après le nom de Gursar, et le texte continue 
dans l'ordre à la colonne V. La colonne V n'a que deux cases d'écriture. 

Notre texte, à partir de col. IV, 1. 5, est complet et est à lire : Ur-ninâ tur ni- 
ni-hal-du, tur gur-sar es-gir-su mu-ru; mais il diffère quelquefois un peu pour 



126 



TEXTES DIVERS BABYLOMEXS 



l'ordre des signes dans ces mêmes inscriptions; ex. : Ur-hanna tur ni-ni-hal-du, tur 
gur-sar^ e-dingir-hanna mu-r^u, es-gir-su mu-ru. 

Cette inscription, d'un style archaïque, est antérieure à Gudéa, l'écriture est 
linéaire, le clou n'apparaît presque pas, et la traduction présente de sérieuses diffi- 
cultés. 



W^ 






^-^, 




l±M^ 






Pr^ 






^ f/Nf^ 







-W-7 



,o 



t4=q. 



^^ 




[ 1 ^<M 



Colonne I 

1 gi-a.zag 
gi-i' gis-gV 
gi pa-u:;u 
das-daè 

^ X - lUU 



1 Le roseau clair, 

roseau d'eau de la roseraie, 
roseau du puissant voyant, 
un destin 

5 du vovant. 



1. Les lectures eiigur, çjilugu, ziquin, sont données pour le signe 1>»T. 

2. Gudéa. Statue K, fragment, ^-TJ.^ ^ t^J ^^yj-^ ►^I II ^'''''^ (/'■^-O^-^^ « sou roseau dans la 



roseraie ». 



TKXTES DIVERS BABYLONIENS 127 



Colonne II 

1 ^*^ *^l\ ^JgJ 1 (dingir) En-ki 

^jU ^ ^y<y^ ki-(div ou i;-^a/ 

^\ "^^llB "^ [^]I ud-'ka + su} mii-da 

■*^ // kiir-nis^ 

t^yy^ *"^y V M^y fji-nin kiw-du 

^ t^^ ^ yï~ y g y^ y c/wgr he-mal-mal 

1 En-ki (sur) pays vingt (nombreux), 

ki-dil-gal, le roseau d'Istar établit (sur) le pays, 

le puissant voyant (devin), Que le roseau d'Enki d'Eridu 

quand une invocation il (adressa) fit, (fasse) que bonne soit entièrement (la 

5 du regard autoritaire (à la vue puis- vision du devin), 
santé) le voyant 

Colonne III 

1 *^>^ *-]^ <^J^y 1 dingir En-ki 1 Que Enki 

ÎÊf *^ lëll eè'-bar-kin un destin (un arrêt) 

t^ t=^ he-e émette (prononce) 

^S5^ Hf [ ] -yy^à, uru-ib' [ ] gi (de) 1'Uru-ib [ ] gi. 

5 ^►♦^ y»^ ^ 5 zag-me-bi 5 Sa puissance soit. 

.►»4- «^11 <I^y "^"V t^y dingir En-ki gispu" Enki sublime (grand- 
[grand) 



1. Il faut peut-être lire pour < T^T ^-- ►-T<T^ absin-gal, rendu par iâr'û (Br., 9643). 

2. Voir notre Liste de signes, n" 499. Le signe compose r= ^TTrfz -} \-f^\ • ^oir Gudéa, cyl. A, 
XV, 18... Le signe encapsulé dans ^^yy^ïz est \ ^\ , dont on ne connaît pas la lecture. Il appartient à 
la série pisannu ^ tt T. S"^ 145, et a pour nom pisanyaku-nunnuna-igub et traduit par ijananu eu hébr. {33 et 
par mitru. Notre sign e est le ^yy T nunnifié ou ga-f/unù. Nous lui donnerons pour lecture provisoire ganan, 
ganunu, comme >-^ T ,^ | est lu provisoirement karibu (voir Scheil, Textes élatnite.<). 

3. << = 20, ou, ici, le sens de kabtu. 

4. Gudéa, cyl. B, IV, 36, j^^^ ^>f ^]^ t^]]]] <« ^^ ]Êll ^*^] -+ t^} lugal 
dingir en-ki e eè-bar-kin ha-an-èuni « Le roi (dingir) Enki (plaça) établit du temple le destin ». 

Gu„^a. CL A XX. 16, ^►f t<2î<I t^ ^TIIT <IÈÎ ^^ <« "f 1^11 SFI T^ 
^►inT ^ yy ^C^tj (dingir) Nina (Ijanna) tur nun-ki e es-bar-kin mal sal ba-ni-ka « Nina, enfant d'Eridu, 
a fixé les destinées du temple ». 

5. L'Uru-ib est l'endroit du «voir». Il faut traduire : « Que Enki fi.\e le destin de I'Uru-ib [...]gi (Zag- 
me-bi). Sa puissance soit; (pour cela), Enki sublime (grand-graud) la tablette (cette écriture) consacra. » 

6. t:y A^ A;^ est lu gispu, XI, 43, Rm, 600, 19. t^ est rendu par rabv . A^ A- a le même sens; d'où, 
pour Enki. la qualité de «grand-grand ». 



128 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



m 'an 



:ïï — TTT 



1 .+ i^m .<3 



^<^ ET -ET 

t^ i^ ^ ^- :^y 



Colonne III (suite) 
umus-sub 
dingir Nin-su-giv 
' zag-me 

Colonne IV 
1 dingir SLd'-subar 

dingir lugcd 

il-azag 

e-il 
5 dingir Nina^-ur 

Jugal 

Sir-pur-la 

tur (ni''-ni)-haJ-du 

tur gitr-sar 

Colonne V 
1 es-su- g ir 
mu-ru 



Une tablette consacra. 
NingirsLi, 
puissant, ordonna. 

1 Sulsubnr, 

dieu-roi, 

le /'/ pur, 

il éleva (porta). 
5 Ur-nina, 

roi 

de Sir-pur-la, 

fils de Ili-ljal-du, 

fils de Gursar. 

1 La maison de Girsu 
il fit. 



Collection de cylindres 



I 



(Musée du Louvre.) — Petit cylindre en pierre noire, assez dure. La scène est 
composée de trois personnages, dont l'un, assis, représente un dieu devant lequel le 



1. Four sag-me, nous devons. probablement accepter le sens de pour ^^>-< (emuqu), et pour T^— celui 
de par.^u « tranches, commandes ». ' 

2. {Dingir) Sul-subar doit être un vocable de Bau, déesse créatrice du vide, le dieu qui n'a ni père ni 
mère, puisqu'il est son propre père, sa propre mère. Dans Eiuémena, on^ a ^>^ \T^TTtT ^^ ■"^'^ ^"^l ' 
Le dieu Sul-subar possède les deux qualités de (dieu et roi); il s'agit du roi déifié, et celte double qualité, quô 
MOU? rencontrons dans certains noms, est une indication de l'état d'immortalité du roi diviriisé et qui de son 
vivant était déjà considéré comme dieu. 

3. Pour la lecture hanna du signe ^\ ^t^ KT ' voir Ledrain, Dictionnaire ; d'un autre côté, nous avons, 

tablette S» 27, le dieu ^>^ ^^ ^< "^^^ ^^ ^*— ^] ^^■ 

4. Pour ^yT~ ^ yT~ *^>— ^[^T, certains ont vu '\>-^ ^ tt~ ^„!^T- Nous pensons que c'est une erreur, car 
et nom, daus loutes les' inscriptions de cette nature, est. disposé exactement de même façon, et la case qui 
contient les éléments du nom est semblablement écrite. Darts notre texte, il s'agit du double signe ^yy 
juxtaposé, comme nous trouvons le double signe F^f' -^iS! ' ,^V • ^^c. Peut-être faut-il lire plutôt ili' 
Ijal-du ou bien encore ^al-sal-hal-du, si nous nous reportons au groupe ^yy ^yy ^^T zal-sal-la. 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



129 



second personnage, debout, semble présenter le troisième, le tenant par la main, un 
esclave sans doute. Dans le champ, le croissant et le scorpion. 
Deux lignes d'écriture : 




IH --f «T tyTT«= 
E35 ^^Tïï EV £T- 



Ur (dingir) Ab-u 
lu mâ-gal-gal 

II 



Ur Abu', 

homme de la grande barque. 



(Musée du Louvre.) — Le cylindre est assez fruste, mais l'inscription est bien con- 
servée; la scène est la même qu'au n° I. Le dieu, assis, est coiffé de la tiare à cornes, 
de même que le personnage debout devant lui et qui semble présenter le second par la 
main. 

Trois lignes d'écriture : 




IH -+ -^T ^riTï 



dingir Gal-imma 

tu-gis 

Ur (dingir) Ba-u 

III 



Galimma, 

père juste' (droit) 

d'Urbau. 



(Musée du Louvre.) — Cylindre très bien gravé. Le dieu est assis sur un siège re- 
couvert d'une étoffe frangée, lui-même est revêtu d'un long manteau à franges et tient à 
la main une sorte de coupe. Deux personnages sont debout devant le dieu : le premier a 
les mains ramenées à la ceinture et porte une coiffure basse; le second, qui porte une 
robe à plis, est coiffé du bonnet pointu; les mains sont élevées, signe d'adoration. 



1. »^»4- t^E^T fc^TTT^ est rendu par *^*4- Ninif. Br., n» 3836. 

~'. ^ yy T. avec la lecture giè, rendu par i^dru [~\V], a le sens A'ôtre droit, plein de droiture. S" 33. 

RECt'EIL. XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 17 



130 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



Deux lignes d'écriture, et derrière le dieu, un faon. 

--f ^l^ --f -^I 
-+ ^IV -El! 

an-gud an-na 
an Mar-tu. 

L'invocation est adressée au dieu « fort », au dieu du ciel et au dieu Martu. 




IV 

(Musée du Louvre.) — Cylindre dont la scène se compose du dieu debout sur le dos 
d'un bouquetin. Le dieu porte la barbe, vêtu d'un manteau et coiSé de la tiare à cornes 
réunies au sommet; il tient à la main un objet (une tige). En face, un personnage rasé, 
et derrière lui, un troisième personnage barbu, portant un long manteau; il a les mains 
élevées, et, devant lui, un serpent est dressé. Dans le champ, un disque formé du crois- 
sant, et dans le disque, une étoile à rayons doubles. (Marbre noir.) 

Deux lignes d'inscription : 

Gimil Zamâmâ Gimil Zamàmà, 

tur-us-us fils de Usus. 




Nous reproduisons ici un petit cylindre en hématite, publié autrefois dans la 
tique orientale, p. 193. Il s'agit d'un personnage qui se nomme serviteur^ d'un 
Le fait est assez rare. Si nous donnons ici ce dessin, c'est pour 
le comparer à un cylindre, identique quant au texte que pos- 
sède le Musée du Louvre (VI), et en même temps apporter une 
notable correction à la traduction qui en a été donnée. 

La correction porte sur la ligne 4 : il faut lire : lugal Ki- 
sar-ra-ge « roi de pays (nombreux) », et non « roi d'Assur ». 



Glyp- 
autre. 



Û 



L„^i-, limita, 



La qualricme ligue est : ^^^^^ ^I^ ^ ^*^II ^III' ^^ ^^^ conliimëe pai' la 
quatrième ligne du cylindre du Louvre (VIj. 



VI 



(Musée du Louvre.) — Ce cylindre présente un grand intérêt en ce qui se réfère à 
KuRiGALZU, t^^ ^IgJ i^ ^t-]] '^cif' kissâti « roi des légions »; par I, xiv, 3, l. 7, 8, 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



131 



il est désigné par : t^;^ <]^ -^ ^]]^ <Ig[ ^ :.^SS -HP i^Ù^ ElT 
t:^ *">^y '"^^ '^^ Siimer et d'Akkad, roi des quatre régions; par Sciieil {Bec, XXIII), 



t^3S ^Sfi^ --Î <IÊI ^y '-oï d'Ur; et, enfin, dans 05/., n" 43 : i^^;^ --J^ 
■^m ^y C??^ ^^yT *^ ''^' '^^ Kardunias. 

Dans V, un personnage est debout, portant la barbe, coiffé d'une sorte de calotte, 
vêtu d'une robe partant de la ceinture, les mains sont élevées; mais, dans VI, il s'agit 
d'un personnage assis sur un tabouret agrémenté de petits disques. L'attitude est celle 
de l'attente, et, comme dans V, il est vêtu d'un long manteau qui le couvre entièrement, 
porte la barbe et est coiffé de même que dans V. Dans le champ, une sauterelle. 

Ce cylindre est en agate, les caractères sont d'une grande finesse; à l'exception 
d'un signe, l'inscription est complète. 

Il est à remarquer que le nom de Kurigalzu est écrit dans VI : T^ *"yy^y ^y*^ 
>-^]]; dans OBI., pi. 23, n» 56 : V •^yy<y ^y*^ "^"^yy^ ^ans les autres textes, Jgf 
*"yy<y ^y*^ *"'^yy- — ^^''' Cr ^* ^ ^^* ^^ lecture commune de KUB, il est à présumer 
que l'on devait lire Kurrigalzu. 

1 ! :;:î -TT<T <:=I^ -f 

-t^I a -ïï<! EV -^!T 
5 [<^] -ctf ^H a -ÏÏ<T 

1 Da-ri Ul-maè 1 Duri Ulmas, 

mar Be-el-su-na fils de Belsunu, 

nita Kur(r)-ri-gal-zu serviteur de Ku(r)rigalzu, 

lugal KI-SAB-BA-GÊ roi des pays, 

5 dg-ge' Dûr-Ku(r)-ri- 5 préfet de Dur-Ku(r)rigalzu. 
gal-su-( ki ) ' 

1- « Le temple Ulmas est ma citadelle. » 




VII 

(Collection particulière.) — Petit cylindre en marbre grisâtre. Un personnage 
dans l'attitude craintive; c'est le serviteur rasé, sans vêtement, mais coiffé; il semble 
tenir un petit disque à la main droite. Dans le champ, trois disques et une sorte de 
croix, le prototype de la croix grecque. 



1. <^^ *"^--y ^*' ^ '''"^ "//-r/é (voir C. T., XU, 8 b, 7, et XII, 30, 37744, 11), avec le seus de sagga- 
nakku . 

2. Dur-Ku(r)rigalzu, aujourd'hui Agargouf, à vingt kilomètres ouest de Bagdad. 



132 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



Deux liiJfnes d'écriture 




"^T T T 






Lu-nav' Lunar, (musicien) 

dinr/ir Gal-mu' du dieu Grahim. 



VIII 



'(Musée du Louvre.) — Nous plaçons ici un des personnages qui font partie du bas- 
relief généalogique d'Ur-ninà (hanna). 

C'est un serviteur placé à gauche du roi; il est rasé et vêtu d'une robe à partir de 
la ceinture; les mains sont ramenées et croisées sur la poitrine. Sur le pan 
de sa jupe, deux lignes d'écriture : son nom et sa fonction ayant beaucoup 
de rapport avec le VII, nous avons placé ce cliché ici. 







Dii-du 
hi-nav' 

IX 



Dudu, 
esclave. 



Cylindre en pierre noire. Il me fut communiqué, ainsi que le X, par mon ami 
Soldi, qui les avait achetés à un marchand de Bagdad. 

Un personnage debout, vêtu d'un manteau frangé sur la poitrine et la jupe, rasé, 
mais coiffé, tel le personnage des V et VI. 

Deux lignes d'écriture : 

ItJ ^^ ^^ ^t] Ur-idingir)-Gu-la' Ur-Gula, 
t"^ --T<T^! hi-silicf chef. 

X 

De même provenance que le précédent. Ce cylindre, gravé avec une grande finesse, 
malgré quelques cassures, est bien conservé. Un personnage, debout, barbu et coiffé, 
est vêtu d'un manteau riche à frano-es dans le bas et sur le côté. Il semble offrir une 





1 


* 


g 




ft 


ï 
^ 


M 






^ ^ ^^jt^j rendu par ndru (lect. nar], Br., n° 7274. 
i?. Dinr/ir Galmu est le dieu Ninip, II, 57, 73 c, TT (= ^*T~ "v^^^j l^lll )■ 

3. \\*— i^jt^ èi-nar est reudu par cUUhtu (C. T., XVI, 14, 41, 42), à rapprocher de l'hébreu S^T « le 
besogneux, — l'opprimé, — l'esclave, — le dénué ». Le rôle de notre personnage est bien celui de l'e.^cZace 
qui attend dans l'huniilitè les ordres du roi. 

4. Tj*^| *^*y- V^-^ *"M ^""^ '^ rapprocher de Br.. 6483 : ^^^ V"'^ *^^\ '*"*^)- rendu par 

bêlit m. D'autre part, le nom du dieu Gu-la est un des vocables de Bau, car >^»4- \^-<^ *"^ ' Bn., 11145) 
est rendu par B.\u. Il faut donc traduire « l'Iiomine île Bau, homme ptdssant ». 
f). Rendu par !/i<ru, II, 62, 20 g. 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



133 



tige portant des fruits au dieu du soleil représenté par une étoile placée sur un petit 
autel. C'est évidemment une offrande en même temps qu'une invocation au dieu du 
jour (de la clarté) contre les sombres présages de la nuit représentée par le double 
croissant, ou la double calotte, qui recouvre les sept planètes. Dans le champ, un oiseau 
éployé; derrière le personnage, un objet que nous ne connaissons pas. 

Le double croissant représente le ciel avec les planètes et équivaut au signe ^t^ 
mi, avec le sens de noi7\ nuit. Cette forme est à comparer à ^^ —, cité par Sclieil 
{Recueil de Travaux, vol. XXII), et auquel il donne les l "" — valeurs musu et 
salmu. Il faut comparer aussi la forme \:::^^^°° ^ relevée \^ sur un cvlindre 
en calcédoine, de la Bibliothèque nationale. L'étoile qui est sur l'autel a aussi du 
rapport avec notre dessin ^^ faisant partie aussi du même cylindre de la Biblio- 
thèque. >o^ 

Deux lignes d'écri- vvK/ ture. Marbre de couleur rose. 







an-ad 
arad-^u 



Au dieu Sama^ 
ton serviteur. 



XI 

(Musée du Louvre.) — Ce petit cylindre, dont nous donnons différents dessins, 
servait de cachet et est encore dans la monture (dessin XI") composée de 
deux anneaux en or dans lesquels se trouve encastré le cylindre. Une tige, 
terminée par une boucle, traverse le cylindre et relie la petite armature 
en or. 

Il existe également au Louvre un second cylindre monté de la même 
façon que notre dessin l'indique, mais il ne porte pas d'inscription, seule 
une scène de chasse l'orne : « un personnage, un genou en terre; devant lui, 
un chien, un lion, un animal ailé, un cerf et un bouc ». 

Le Xr représente la scène : un dieu barbu, coiffé, est debout: la main 

gauche ramenée à la ceinture, la main 
droite tient une amphore de laquelle -'^^' 

s'échappe de chaque côté un Hlet d'eau pour se 
répandre en méandres a ses pieds. Il s'agit pro- 
bablement du vase à libation, et le dieu doit èt!(> 
Ea, environné d'eau. A droite, des poissons; à 
gauche, un chien, un lièvre, un oiseau, un scor- 
pion. Devant le dieu, un cha.>^seur vêtu d'une 
courte cotte et l'arc tendu. 

Le petit cylindre ôté de sa monture présente les trois lignes de texte suivantes : 





134 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



4 >^^ 



m^^i^m 



■M'^^^^rtM 



Ha-ka-ta 

mâr Pa-ta-al-la 

arad Ha~at-ni a-du (ara) 



}}< 


V w 




►S 


tt= 1 


£TÏÏ ^I<I -El 


^K>- 


T H< 


Hakata, 

fils de Patalla, 

serviteur Hatani' adu. 



XII 

(Musée du Louvre.) — Ce cylindre est gravé avec beaucoup d'art, les personnages 
bien dessinés; le trait est hardi, et le tout disposé avec beaucoup d'harmonie. Deux 
hommes avec cheveux et barbe bouclés, se faisant vis-à-vis et domptant un taureau. Le 
taureau est dressé, maintenu par les pattes. Entre les deux taureaux, un monstre à 
pattes d'aigle. 

Deux litçnes de texte, et en dessous, une gazelle. 




^^ ^ ^^] 




tx^W 


Xi -ni 


'--tab-ba 




.— <YmT3 



XIII 

(Musée du Louvre.) — Cylindre en agate d'un bleu pale; une inscription de quatre 
lignes. Le texte, parfaitement gravé, est linéaire. Aucune scène ne décore le cylindre. 





# 



1 »->J[- ^^ ^ITI^ ^ (dingir) Ba-u 1 À Bau 

►^ >-JJ t:^j ^y Hal-en-ad-du Halenaddu 

K:]]"^ fcËId SAG-SAR' le chirurgien (?) 

yi *^ 'tm a-mu-ru a consacré. 



1. Pour Ha-at-ni, Delitzsgii, Hand., p. 2'M, doime le seub de ijroté'jer^ dans certains cas, aussi : soutenir; 
Hatânu, comme sens, est en étioiie parenté avec /lardrum, ix-su, « aider, auxiliaire ». 

2. Probablement lire Ilitabba (suit un nom de métier). 

8. Le signe n'a pas de lecture, mais est traduit par i^^ |^ *~~ (^- ^-^ ^11, 24 a, 54). 
4. SAG-SAR est rendu par gullubu (Bu., 3572), inf. de a'pj « couper, celui qui coupe », celui qui rase la 
barbe, qui abat la toison. 



TEXTES DIVERS BABYLONIENS 



135 



XIV 

(Collection particulière.) — Petit cylindre, pierre noire, en partie cassé; l'inscrip- 
tion est intacte. Deux personnages se regardant en face; celui de gauche de stature 
plus élevée que l'autre est revêtu d'un long manteau à franges, le second semble beau- 
coup plus petit. 

Deux lignes d'inscription : 







LU UR-UW 

ar^ad-bi\ 



Empreinte de cachet sur une tablette 
XV 

Cette tablette appartient à une collection particulière, désignée S". Sa hauteur est 
de 45 millimètres sur 42 millimètres de largeur. 
Sur le côté face, nous relevons le texte : 

<iEi Ess <iEi -tH m 

Quant à l'empreinte du cachet, elle devait com- 
prendre le nom du roi, car il s'agit ici d'un cachet royal. 
"^"^^ H Le revers de la tablette nous permet d'y lire : 

-^î 




:»4W 



Face. 

Puis le nom du scribe : 



:ïïT 



tEfcl 



La scène se composait de trois personnages, dont l'un, assis, 
la main gauche ramenée à la ceinture et la main droite tendue. 
Le second personnage a les mains réunies à la ceinture et semble 
attendre; le troisième a les mains en signe d'adoration. L'invo- 
cation est au dieu Ningirsu. 




Revers. 



1. Le second signe de la première ligne est JPM double ou JJm I r I ^t correspoud à la forme baby- 
loDienue lK>f , rendue par ^1 | 15^ ij^ sitnunu, F. 5233. — Br., pour le groupe J j*^\ Itl ^'l pI' 
donne le sens de a(jû. 

2. Dans ces inscriptions, nous avons habituellement arad-zu « ton serviteur », mais ici nous lisons arad- 
bi; ^ ^ est bien le pronom de la troisième personne pour les deux genres et les deux nombres. 



13« 



IltANISCHKS 



Le roi Ur-ninà (hanna) 
XVI 

(Musée du Louvre.) — Ce dessin, qui représente le roi Ur-ninâ, est semblable 
aux représentations des monuments que possédait déjà le Louvre. 11 ne fait que con- 
firmer ce que nous savions déjà sur ce personnage. Le dessin 
est gravé sur une plaque de coquille; les traits sont parfaite- 
ment accusés, l'attitude de profil est la même que dans les 
bas-reliefs généalogiques. 

Le texte est disposé ainsi : 




IH -+ ^<jï<l tËSS -<^ ET -ET 

Ur-ninà, roi de Sirpula. 



IRANISGHES 



A. HOFFMANN-KUTSCHKE 



Die iranische Sprachforschung ist leider sehr vernachlâssigt worden. Wenn auch 
von Justi ein Iranisches Namenbuch und von Bartholomae ein Altiranisches Worter- 
buch, von Weissbach-Bang (nach Spiegels zweiter Auflage) ein Werk « die altper- 
sischen Achamenideninschriften » und neuerdings vom Britischen Muséum, « The 
Sculptures and Ihe Inscription of Darius the Great on the rock of Behistun » (1907) 
herausgegeben worden sind, so ist doch viel zu wenig der von Hûsing geâusserte und 
betonte Unterschied der iranischen Dialekte, hauptsâchlich des Medischen und Per- 
sischen, — vom Sakischen oder Altosetischen, von dem wir ausser den Namen aus 
den sûdrussischen Inschriften nur sehr wenig kennen, abgesehen, — erkannt und ver- 
wertet. Darauf u. a. auch hinzuweisen, sowie die Bedeutung des Altiranischen fur 
die vergleichende Sprachforschung und Mythologie darzutun, sei dièse Zusammen- 
steliung geschrieb?n. 

Vicies ist bereits in der Orient. Lit.-Ztg., 1905, Nov., aJutija», 1906, Aug., 
(( Persische Eigennamen «, 1906, Sept., a Zu den Achamanideninschriften », 1906, Nov., 
« Nachtrag zu , Persische Eigennamen' », sowie im Philologus, 1907, II, (( Iranisches », 
behandelt worden, doch ist es leider noch nicht durchgedrungen und bekannt ge- 
worden. 

Zu den Hiisingschen Ausfuhrungen uber die Misa-Mundart, zu persischem s 
statt tr, stellte ich ausser 'Adia-oaxT,?, TtTcra-ttspvr,?, '<>[jLt(rr,;, iiap;jif.Trj;, um (( Kamcl », das auch 
Justi, Gôtt. Gel. Anz., 1882, S. 488, aus iistra iiber iissa erklàrte, noch ZwTi-[jio,- (vgj. 
Nixo-;iâ;, etc, aus *Niy.o-|jiT,0T,;) , aus y.M<3i-\xrfir,q. uud St7'.-vT,;, 5 '.7!-[jitf)pTi;, wobei allcrdings 



IRANISCHES 13T 



-{itepr,; als medisch im persischen Namen auffallen wûrde. Doch vgl. Spalte 444, 
Augustheft der Orient. Lit.-Ztg., 1906 (Heft 8). 

Medisch sind M-.epivr,!;, 'ApTa^aOpriî, putra « Sohn », T-.epa-'^jrr.î, wofur es wohl besser 
etxpau7Tifi<; {citra-wahista) hiesse, u. s. w. Benfey, Lagarde, Andréas, Justi, Hûsing u. a. 
setzen s statt tr als persisch an, so dass pusa a Sohn », cisa « Geburt », misa « liebend », 
hsâsa « Herrschaft », ::ôsa « Opfer » u. s. w. gesichert sind und nach anderen Namens- 
gliedern mit s im Persischen statt tr (medisch) gesucht werden muss. Als solches 
gibt sich denn auch sisa a glànzend » zu erkennen, wobei das erste s ans sp ent- 
standen ist wie in asa « Pferd », visa « ail » u. s. w. ; asa « Pferd » hatte schon Justi, 
Gôtt. Gel. An:s., 1882, S. 488 und 495, wàhrend Foy noch K. Z., 37, S. 554 (« Erklârung 
der altpersischen Achamanideninschriften »), aspâ (fiir Bagistan I, 87) forderte (statt 
asam) wie auch Bartholomae, Altir. Wb. ! — Zu visa « ail î) und asa a Pferd » ist dann 
noch Indog. Forsch., Band 17, Anzeiger, S. 108 und 113 ff., zu vergleichen, wo Justi 
den Namen Asagartija als « Pferdewagen habend » erklârt. 

Es ist jedoch hierbei zu berùcksichtigen, dass der Name des Landes Asagarta, 
der der Bewohner Asagartija ist (vgl. Sayap-tot, welcher Name aber nicht mit keil- 
inschriftlich Zakruti und Zikirtai zusammengehôrt, denn dièses bedeutet « Zagros- 
leute » und bezeichnet den Elamiten und Kassiten verwandte Stâmme), so dass Asa- 
garta nicht Rosswagen, sondern « Rossegarten » (*gharta : hortus vw.) heissen muss, 
vgl. Orient. Lit.-Ztg. (H.-K.), Augustheft, Sp. 441, « Persische Eigennamen ». 

Persisch ist aber ausserdem d statt ^ .• vgl. dana a Volk », med. zana : yevo;; var- 
dami a tun » (wobei epôw fur j^spôco aufïâllig ist), vere^ami (neben J-ps^w !) ; Bar- 
dij'a neben Bar:sija, oap-./.oî « Gulden » neben zahH a Gold », draja « Meer » neben :2raja 
« See », ferner rada « lenken » neben rasa (in 'Ap'.a-paOo?, ^ = z oder tsch, vgl. Baya-pa^o; 
und PaOîvr,;), und marda a Grenze » neben marsa in Mapoovio?, MapoovTr,;, 'Ap!'.o-,uapoo;;, Mapoot 
(« Markomannen »), Namen, die aile sehr sonderbar erklârt worden sind, vgl. Philo- 
logus, 1907, II, S. 183, 184. 

Hofïentlich werden die dort gegebenen Namensdeutungen mit der Zeit mal richtig 
gewertet, denn « Winzer » (so Bartholomae : Mapoov.o;), « Verzeihend » (so Justi), 
«Mann» (so Keiper), etc., sind fur mard- keine Erklârungen. Und mit unmôglichen 
Namensgliedern operieren leider noch sehr viele, denen indogermanische Namens- 
glieder fremd sind. Man wird also den bereits in Orient. Lit.-Ztg., 1906, Augustheft, 
Sp. 441, von mir geâusserten Satz mehr beachten miissen, « dass man bei Erklârung 
von Eigennamen so viel als môglich bereits bekannte namenbildende Bestandteile 
[durch dialektische Umsetzung und Ansetzung, so -misa neben -mitra und milta (vgl. 
Ml) -'.a-or,;, iu Keleti S;^emle, 1903, Hiising, « Sakisches » ; Hommel, Gi'dr. der Gesch. 
u. Geogr. d. ait. Or., S. 37, Band I; Orient. Lit.-Ztg., 1906, Augustheft, Sp. 443, 
von H.-K.; Orient. Lit.-Ztg., 1907, Jan.-heft, «Miscellen», von Hûsing; Philologus, 
1907. II, S. 179, (( Iranisches », von H.-K.; Philol. Novitates, 1907, II, « Sakisches^ », 



1. Anm. Dieser ArtLkel ist wegen der Ausfûhrungen ùber die Namen Skutscha (Sy-uSai) und Saka, die 
von einauder zu trenneu sind, wegen der Zurâckweisuug von Bartholomaes Deutung (Indog. Forsch., 19) von 
Zamolœis. wofùr es Zalmoxis heissen muss, etc. nicht unwichtig; -?-.; =: -?r,; =: sak. %xi- ('Apiro-lai;. etc.) 
« Herrscher ». 

RECURII,, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 18 



138 IRANISCHES 



von H.-K., etc.), cisa neben citra und cilta, etc.] berûcksichtigen muss und nicht 
gesicherte, neue Bestandteile lediglich auf Grund der sprachgesetzlichen Môglichkeit 
Dicht annehmen darf ». 

Dass Zu)poaaxpï)ç (( àjxpoOu-rTic; )) Titcl ist und ÔJTr,; deiïi ^ôro (also :sohro fur *zotra, 
vgl. chschâra fur chschatra « Herrschaft » in 'ApTo?apr,ç, vgl. Baga-miri {mihri : mitra), 
puhr «Solin», sipihr « Himmel » : ^spitra, etc.) entspricht, also /aaTpr.;, wie es aus 
Z^r^thuètra und ZwpoatTTpY]? folgt, dem vâstra gleichgesetzt werden muss, sei nur er- 
wâlmt, vgl. Orient. Lit.-Ztg., 1905, Mârzheft, Sp. 112 ff.; 1906, Augustheft, Sp. 443, 
und Nov.-heft, « Nachtrag zu ,Persische Eigennamen' »; Philologus, 1907, II, S. 181. 
Spitama ist also der Name des iranischen Propheten, der unter Wischtâspa, dem 
Vater des grossen Dârijavosch I. (Aapetaioç), gelebt hat, vgl. Philologus, 1907, II, S. 188. 
Nautarja, d. h. « Vertreter der Linie des Nautara)), d. h. des Nautara («der Jun- 
gere » : vEii-rspoç) genannten Aridramna, des zweiten Sohnes des Tschischpisch, sind 
Arschâma, Wischtdspa und Dârijavosch I. im Awesta (vgl. Philologus, 1907, II, 
S. 188), so dass das neuerdings fur Bagistan I, 10, statt duvitdtarnam, das Bartholomae, 
Altir. Wb., noch als « seit langem aufeinanderfolgend erklârt », erwiesene duvitâpar- 
nam « zwiefach, in 2 Reihen » {parnam : plenus, german. -Ifulna : voll; S'.-TtXoSç) aucli 
die 2 Linien des Achamanidenhauses sichert, Dârijavosch I. also kein Schwindler und 
Usurpator, wie Andréas und Winckler meinen, ist. Weissbach in Z. D. M. G., 1907, 
S. 725, will -parnam durcli « Flùgel » (skr. parna) erklâren, dùrfte jedoch damit vfohX 
fehl gehen, da angesichts à- und o'.-ttXoùç an einer Bildung mit parna (: plenus) nicht 
gezv^eifelt werden kann. Hommel hat in der « Geschichte des alten Morgenlandes » 
(Gôschen, Nr. 43), 1008, ûbrigens schon duvitdparnam « in zwei Reihen » verwertet. 

Leider ist in violer Hinsicht die Ausgabe der Bagistantexte durch das Britische 
Muséum (die Herren King und Thompson) nicht so gut geworden, wie man es eigent- 
lich hàtte erwarten kônnen. Das Elamische, fur das besonders Arbeiten von Hiising 
und Bork, Jensen, F03', etc., in Betracht kamen, ist am schlechtesten weggekommen; 
auch Scheil, Délég. en Perse, Mém., V, 26, etc., ist nicht berûcksichtigt und vielfach 
noch die alten, lângst ausgemerzten Lautwerte beibehalten, zu vergleichen ist Weiss- 
bach, Z. D. M. G., 1907, S. 731 ff., und Philol. Novitates, 1907, Heft III, S. 103, 
105/106, 108, «Zu den Achamanideninschriften », von H.-K., ein Artikel, der weit 
mehr als Weissbachs Nachtrâge zur neuen Ausgabe bringt. 

Von grosser Bedeutung ist aus Weissbachs Besprechung des englischen Werkes 
(Z. D. M. G., 1907, S. 722 ff.) die Entdeckung, dass hamahjdjd tharda « in ein und 
demselben Jahre » heisst, wie King-Thompson ubersehen haben und sich aus dem 
babylonischen Teile (Z. 99, 101 und 103), vgl. Weissbach, S. 724, ergibt. Es sagt also 
Dârijavosch « selbst ausdrùcklich, dass die Empôrungen, von denen die ersten 4 Ko- 
lumnen der grossen Blsutûn-Inschrift berichten, im ersten Jahre nach seinem Regie- 
rungsantritt ausbrachen » (Weissbach). 

Nach Hiising, K. Z., 38, S. 257/8, gibt es ein iranisches amutha « er floh », das ich 
Orient. Lit.-Ztg., 1906, Sept., Sp. 487, zu erklâren versucht habe, als mit Guttural 
erweitert aus mu : moveo : àro-jjieûoiJiai : altind. munc-, « sich wegbewegen, retten » 



IRANISCHES 139 



(,fliehen'). King-Thompson ûbersetzen noch amutha mit «von dort». Bartholomae, 
Altiran.Wôrterbuch, erwâhnt Hùsings Deutung nur in den Addenda; er erklârt das 
Wort als «von dort» bedeutend (unter amiiOa). Weissbach {Z.D.M.G., 1907, 
S. 727) deutet amutha auch als « er floh», ohne mich und Hiising zu erwâhnen, der 
schon in K. Z., 38, S. 257/8, in Bagistan II, 2, statt a[bij] das allein richtige a-[mutha] 
ergànzte, wie Weissbach (Z. D. M. G., 1907, S. 725). 

In Bagistan III, 94, ist « ans Kreuz schlagen » uzmajdpatij kai\ nicht sar ; schon 
Justi, Gôtt. Gel. An^., 1882, S. 485; Jackson und Bartholomae, Altiran. Wôrterbuch, 
haben auf Grund des Elamischen (Jackson nach der Photographie) lumaj-àpatij aka- 
rijàtâ angesetzt, King-Thompson bieten aber ..asarijâtâ, ferner in Bagistan IV, 71/73, 
77, statt des allein richtigen vi+kan « zerstôren » noch das nnmôgliche vi-\-san, vgl. 
Weissbach, Z. D. M. G., 1907, S. 729. 

Auch Bagistan IV, 64 fï., ist klar, allerdings aber nicht fiir King-Thompson und 
Weissbach. Das i ranische na?ysa/vorim naij manuvatam, wie es mit Jackson, Persia 
past and jn'esent, S. 207, statt tunuvatam (King-Thompson) heissen muss, bedeutet 
« weder einem Knechte noch einem Herrn » oder « weder einem Armen noch einem 
Besitzer » (,Reichen'), wie ich schon am 9. Oktober 1907 in einem Artikel « Iranisches » 
in der Neuen Pi^eussischen Kreu::;zeitung (Berlin) ausfùhrte. Auch Herr Geheimrat 
E. Wilhelm (lena) ist der Ansicht, dass der Sinn der Stellenur der sein kann « weder 
einem Niedriggestellten noch einem Hochstehenden tat ich Gewalt an ». Ein Gegensatz 
« weder einem Gefangenen [muskinu im Babylonischen heisst aber « Knecht, Hôriger » 
und nicht « Gefangener », wie King und Thompson durch dièse Wiedergabe des 
babylonischen .Textes annehmen, den sie ûbersetzen, wâhrend der iranische und ela- 
mische Text an der Stelle unûbersetzt sind), noch einem Freien. . . » (so King-Thomp- 
son) oder « weder einem Findling noch einem Armen)) (so Weissbach, Z. D. M. G., 
1907, S. 729) ist jedoch unmôglich. Es entspricht sakorim dem babyl. muskinu^ 
« Knecht » und dùrfte also zu neupers. câkar « Knecht » gehôren, wâhrend manuvatam 
oder besser mânuva(n)tam «Herr» (.Reicher') im Babylonischen nicht erhalten ist; 
ana lik-tu der Neuausgabe soU nach Peiser (frûher geâussert) ana urtu (,nach der 
Bestimmung des Schicksals') sein. Manuva(n)t- « Herr » kônnte manus « Hand », ahd, 
mund- « Schutz » (vgl. Mund-walt) enthalten und wie Dargadasta « Langhand » ein 
Titel eines Mâchtigen sein; besser ist aber mdn « Haus » ; vgl. F. W. K. Millier, 
« Handschriftenreste in Estrangeloschrift aus Turfan », 1904, II, Abhandlungen der 
Kgl. Preuss. Akademie derWiss., Berlin, S. 18 ft"., wo mdnbêd «Hausherr», vlsbëd 
« Geschlechtsdorfherr », sandbëd « Stammherr » u. s. w. genannt sind, als Ausdriicke 
der iranischen Lehnsverfassung (wie Bag. I, 65 : gai%a, mdnija und vi^a in aufstei- 
gender Reihe gebraucht); vgl. daselbst S. 110 : Nachtrag von Andréas; îerner Philol. 
Novitates, 1907, III, S. 104 (H.-K.); man-cipium ist « Sklave», der « unter der Hand 
gehaltene». Ist mdnuvaf n)t Bezeichnnng des Gutsherrn im Gegensatz zum Sklaven? 



1. Anm. Zu muskin-, arab. meskin, franzôs. mesquin, mit der Bedeutungsânderung voa <i FCnecht » zu 
« Bettler, arin », so dass maa auch den Gegensatz « weder einem Armen noch einem Reichen tat ich Gewalt 
an» hier vermuten kônnte, vgl. H. Winckler, «Die babylonische Geisteskultur », 1907 [Wissenscha/t und 
Bildung, Leipzig), S. 108. 



140 IRANISCHES 



Wegen einzelner, bei Weissbach, Z. D. M. G., 1907, S. 723 fï.. nicht berûck- 
sichtigter Stellen der Bagistaninschrift bitte ich meinen Artikel « Zu den Achama- 
nideninschriften » in Philol. Novitates, 1907, III, S. 102 bis 106 und S. 108, verglei- 
chen und verwerten zu wollen; dort ist aber nicht Bag. III, 66, erwàhnt, wo es trotz 
King-Thompson Ga(n)dumava (statt Ga(n)du«îava) heissen muss; Bartholomae, Aliir. 
Wb., hat auch noch Ga(n)du^ava; doch vgl. die Anmerkung, S. 136 bei K.-Th. : « The 
sign ma follows tu (= iran. du) without any break between them»; das ma ist das 
erste elamische, das iranische ma wiedergebende Zeichen, wàhrend fiir das zweite 
elamische ma, das iranisches va wiedergibt, in dem Keilschrifttexte und in der Tran- 
skription mit Recht bei K.-Th. eine Liicke ist. Hier sind sich K.-Th. wohl liber den 
Sinn ihrer (?) Anmerkung nicht klar geworden. 

In Bag. V, 22, haben (wie auch Bartholomae, Altir.Wb.), K.-Th. « [. . .]m Ti- 
gram.(!) barata-ya)) statt . .[. . .tjaij '/j^udà\m tigrâm bara(n)taja, und ûbersetzen 
(( den Tigris )) statt (( . . . Saken, welche den Helm (xaudâm) spitz (tigrâm) tragen » , 
wie es nach Oppert, Justi, Z. D. M. G., 51, S. 241, vgl. Justi, Grundriss der iran. 
Philol., II, 2, S. 445; Foy, K. Z., 37, S. 559, heissen muss. SoUen denn sonst Saken 
am Tigris wohnen, wie es einige Karten (Sieglin, Atl. antiq.) auf Grund dieser 
Stelle haben ? Ich meine, die Abbildung des Spitzmûtdgen (tigrœiaudâ) Sku(n)ka 
am Bagistanfelsen spricht fur die Saka tigrœ^audâ in Bag. V, 22, nicht fur den Tigris. 

So lassen sich sehr viele Stellen der Bagistaninschrift weit ùber King-Thompson 
hinaus fôrdern. Leider ist nur immer noch zu wenig Material fur Altiran vorhanden; 
gibt es denn keine Môglichkeit altmedische und persische Inschriften zu bekommen? 

Ûbrigens ist die elamische Inschrift L, deren Ûbersetzung ich in Orient. Lit.- 
Ztg., 1906, Sept.-heft, Sp. 4860, gab, bei King-Thompson auch noch falsch und ent- 
spricht den iranischen Zeilen IV, 88-92, was K.-Th. nicht gemerkt haben; vgl. Weiss- 
bach, Z. D. M. G., 1907, und H.-K., a Zu den Achamanideninschriften », Philol. 
Novitates, 1907, III, S. 105/106, ferner Herzfeld, « Pasargadae » (Berlin, 1907, S. 31), 
und Herzfeld, Klio, 1908, « Pasargadae », erweitert und mit Abbildungen, betrefïend 
das Kyrosgrab, dessen Figur (mit 4 Flûgeln, etc.) ein Genius (nicht Kyros) ist, vgl. 
Babelon, L'Archéologie orientale; ferner H.-K., Philol. Novit., 1907, I, S. 7/8, 
« Parsagadae und Persepolis». 

Von grossem Werte fur die iranische Sprachforschung sind die VerôfEentli- 
chungen F. W. K. Mullers in den S. B. A.W., 1904, fï., iiber « Handschriftenreste 
in Estrangeloschrift aus Turfan... », «Eine Hermasstelle in manichâischer Version» 
(1905), « Neutestamentliche Bruchstiicke in soghdischer Sprache » (1907), « Die per- 
sischen Kalenderausdrûcke im chinesischen Tripitaka » (1907), wodurch sich die bei 
Beruni iiberlieferten Monatsnamen berichtigen und erklâren lassen und ihre Uberein- 
stimmung mit den Namen des awestischen und altpersischen (also mazdajasnischen) 
Kalenders (bei dem die Namen der drei heissesten Monate fehlen, vgl. Oppert, 
Z. D. M. G., 52, S. 260, und Marquart, Unt. z. Gesch. v. Eran, 1905) zeigen. Dièses 
Material bestâtigt auch die misa-, mitra- und mrA/^a-Dialekte; nur der phrygische 
miïa-Dialekt (vgl. -U-ua in Artaxata, Mita ; Mtoaç, Tïïan Apollo (statt TVrïan), etc.) ist 



KOPTISCHE MISCELLEN 141 



nocb wenig belegt. Dem sakischen Dialekte gehôren Athena (fur Athwiana = Aptia- 
na), die Tritonis (= Tliretauni, v\v. Tritos, Tritogeneia, Feridun : neupers. Atbin 
:= Athwin-) heisst, Ariernis, ungekùrzt Artimpasa genannt, etc. an (wie auch 
Miltiades). 



KOPTISCHE MISCELLEN^ 

VON 

WiLHELM SpIEGELBERG 

XXXV. é. und HT*, als sahidische Tempuspràfixe der 2 Fem. sg. 

XXXVI. g^e « abortum facere ». 

XXXVII. -se « ferner, mehr, wieder ». 

XXXVIII. Zu teg^-xco « das Haupt beugen ». 

XXXV. — ô. UXD itT*. ALS SAHIDISCHE TEiMPUSPRÀFIXE 

DER 2 FEAL SG. 

Da dièse Formen m. W. bisher nirgends vermerkt worden sind, so gebe icb die 
betrelïenden Stellen, an denen ich sie angetroffen habe : 

a) Perfektum I. 

1) Psalm., 113, 5 : «.^po «^ô^Aô^cc*. ■xe «.=moT « was ist dir Meer, dass du flohest » 

2) Sclienute (éd. AmÉLINEAU), 151, 4 : eTiie nô.i n-»e UTo.A.T'toiuTe H ewAHjuje £noTUO(S' 

né.t'ion (( deshalb wie du (scil. moL-^iM-çf) gekâmpft (àYwv:r£(jea;) und gestritten hast in 
heissem Kampf (à-cwv) ». 

3) Ibid., 153, 2 v. u., mit derselben Beziehung auf die Gemeinde (rjvaYwvr;) g^n Tonoc 
niAA e*.opfeeq ne eg^oTit a an jedein Ort, den du dir abgesperrt hast » '. 

b) Perfektum II. 

4) Psalm., 136, 8, von der Tochter Babylons : n*.i'ô>Tq ïineTU«.T(ji)Coiie ne Aino-yrcototc 

nTô^-rooteq ne.n (( Sehg, wer dir deine Vergeltung vergelten wird, welche du uns ver- 

golten hast » {itoLy.ip:o^ o; àvcaTiooujaci aot to àvra—ooCjUx ffo;j o àvTaréow/.aç r^fAÏv). 

5) Schenute (éd. Amélineau), 114, 1, von der Gemeinde (ajvxYwyr;) : nTo e.n newT*.- 
n*.T g^n noTriid.A h e.ccoTJu. g^nnoTAie^*.-2te « bist du es nicht, der du mit deinen Âugen 
gesehen und mit deinen Ohren gehôrt hast ». 

6) Ibid.^ Zeile 4 : ô^tco nTojrienTô.eipe « und du bist es, die getlian hal ».' 



1. Fortsetzung von Recueil de Tracaux, XXVIII, S. 204 ff. 

2. Die Varianten fs. Wessely, Sahidisch-griechische Psalmen/ragmente, S. 50) geben das normale 
«.pnojT. 

3. Sielie ferner das Beispiel 5. 



142 KOPTISCHE MISCELLEX 



7) Ibid., 119, 3 V. u. : eig-xe Te')- iig^TH eneitTô.cioTJUL epoq « wenii du auf das achtest, 
was du gehôrt hast ». 

8) Ibid., 126, 10 : ncev^^oir xxn n^*.Ti €iiTe.ûTq c^pô.i e-xtoq « der Fluch und das Gesetz, 
welches du auf sein Haupt gebracht hast ». 

Als eine ganz vereinzelte Variante, falls der wenigkorrekte Text in Ordnung ist, 

^^■^^' sei noch saliid. iit«s.i- diirsh Lukas, 19,42 belegt, wo es in Bezug auf die Stadt (troAic) 

Q^^ Iieisst : ene nr^jeixie ^totoTe g^eAinoo-îr eitg^ooT (( wenn aucli du heute erkannt hâttest » 

XXXVI. — g^€ « ABORTUM FACERE » 

Srhenute (éd. Amélineau), 152, 8 ff., heisst es : ô.Tfiu)K efioA ^itootc noTcg^ijne 

juniid^T npoT^e eTTJUiOKg^ h^ht -se ô^cîtne ujHpc cites. v noT*. eqong^ ô^Tto nneoT*. ec^cg^e epoq h e»qci 

efioA n^HTc eqAxoovT « sie verliessen^ eine Frau zur Zeit des Abends, indem sie darùber 
traurig waren, dass sie 2 Kinder geboren batte, eines lebend und das andere als Fehl- 
geburt, das heisst es war tôt aus ihrem Leib gekommen ». 

Ich habe ri hier die Bedeutung gegeben, die es oft in den Schriften des Schenute 
liât, wo es einen schwierigen oder seltenen Ausdruck erklârt^ Besonders hâufig steht 
es so, M'enn ein griechisches Wort doch ein koptisches erklârt wird. Fasst man die 
Partikel in diesem Sinne, so Avird man ohne weiteres auf die richtige Erklârung von 
«.cg^e epoq (( sie fiel mit Bezug auf es (scil. das Kind) » gefùhrt''. 

Dièse Bedeutung von ge lâsst ich nun auch fïir dessen Prototyp h\j im Altâgypt. 

nachweisen, in Pap. Turin, 55, V , wo '^'^^Q a iJ^ "m.^^ (a S^ i^MJ-^ ^^''J p'' 

'wr « die Schwangerschaft fallen lassen » den Sinn hat « abortum facere »' und im 
Demotischen (Mag. Pap., Verso, 30, 1), wo Ar hi h-t-s « ihr Leib fâllt » die Bedeutung 
haben kann « abortum facit ». Das vermutet Griffith (a. O., S. 201) und denkt dabei 
gleichzeitig an g^o-yg^e (o-yge) : oirsSe (( abortus », in dem sehr wohl unser g^e erhalten 
sein kann. 



.L^- 



XXXVII. — -se (( FERNER, MEHR, WIEDER » 



C ^~^^y Aus einer Bemerkung Leipoldts [Schenute, S. 17, Anm. 3) habe ich den Ein- 

*^A§^ \ druck gewonnen, dass die boheirische Partikel -xe (= sahid. «"e' ^^ g^'-i) in der obigen 

Bedeutung nicht als bekannt gelten kann. Vielleicht liegt es daran, dass Stern in 






k^\^ 



1. Siehe Crum, Coptlc Ostraca, S. 65, No. 324. 

2. .So glaube ich im Unterschied von Leipoldt {Schenute, S. 60) die giiechische Partikel erklàren zu soUen. 
In diesem Sinne steht h schon in der Pistis Sop/iia, 6, 3. 53, 5. 

3. Amélineaus Ubersetzung : « l'autre qu'elle a trouvé ou qui est sorti de son ventre mort » giebt keinea 
.,^ ^ Sinn. 

"^ 4. Vgl. dazu A. Z., XXIX, 84. — Wie Enno Littmann mir mitteilt, hat im ïigrë 'atccâdaqat « sie hat 

fallen lassen «die Bedeutung» abortum fecit ». 

5. Pap. Turin, 121, 10 : ^i. ^ ^'^''^ HD^^ (1 (1 ^v ^^S^ ^^^ M) NT beis.st wohl « sierben infolge 

einer Sturzes ira Zustande der Schwangerschaft », doch wàre zur Not auch die Deutung « sterben infolge 
einer Fehlgeburt » môglich. 

6. Das von ANoiiasoN [Sphinx, XI, 129 ff.) nachgewiesene Vorkommen von -xe in der Pistis Sophia môchte 
ich fur einen Boheirismus dièses sahidischen Textes halten. 



KOPTISCHE MISCELLEN 143 



seiner Grammatik, § 518 und 610 dièse Bedeutung nur beilâufig ohne Beispiele an- 
fùhrt. Daher seien einige hier zunâchst mitgeteilt : 

Mallon, Grammaire (1. Auflage) Chrest., S. 21, ult. : A.qepo-5-to -xe ■fnA.-xeju.'^ni 
ng^Ai nTpo«ÇH «>.ti -xe iitc n*.! kocxjioc uje^TeKÊtoA efeoA itTes-nHCTiôw (( er antwortete : Ich werde 
keine Speise dieser Welt m^ehr kosten, bis icli mein Fasten beendet habe ». 

Ibid., 22, 13 : o-vog^ ««.qce.-xi i>n -îte ne nexx ^Ai np(joju.i (( uud er sprach mit niemandem 
m£hr ». 

Test. Abram (éd. Guidi), 22, 7 fï. (Abram sagte ihm : Mein Sohn Isaak, dein Vater 
verlàsst den Leib wie aile Wesen) e^ne^g^coA RTequjTeAiuoTq -xe uj^w eneg^ « er wird davon 
eilen und nienoals mehr zurûckkehren ». 

Ahnlich ibid., Z. 22, \V0 der Tod sagt : e.iiOK ne «Çh eTC e.iuj«.iioAq JULn*.qKOTq -xe (( Ich 

bin der — der, welchen ich wegnehme, ist nicht mehr zurùckgekehrt ». 

Schenute (éd. Leipoldt, 29, 7) : oto^ x"*'"^^-"-"^ *"" "^^ uje^eueg^ a und du wirst sie 
nie wieder finden ». 

Dièse Bedeutung' liegt nun auch an der Stelle vor, an welcher Amélineau und Lei- 
poldt eine Textverderbniss annehmen wollen. Dort sagt Schenute zu einem Mùhlstein : 

U) luojni nciKi og^i nt^K -xe. oTOg^ sSerf^oTnoir &.qo2^i Kd.Tô.nca.'xi ASindwKjOT (( Miihlstein stehe 
in Zukunft still ! Und sofort stand er still nach dem Worte meines Vaters ». 

Dièses -xe wird auch wohl in Acta apost., 8, 39, stecken : oiro^ lineq'xeiie.T epoq 
n-sciucioTp = xal ojx eTSev akôv oj/ixi ô eùvoj/oc; « und der Eunuch sah ihn nicht wieder », 
wo das -se- « ferner, mehr » seltsamer Weise zwischen Hûlfszeitwort und Verbum 
gestellt ist. 

XXXVIII. — zu feeç^-sto « DAS HAUPT BEUGEN » 

Lemm hat vor kurzem in No. XVIII seiner « koptischen Miscellen »^ den Nach- 
weis zu fûhren versucht, dass in der obigen Wendung nicht, wie Peyron in seinem 
koptischen Wôrterbuch annimmt, das bekannte ovwg^ stecke, sondern ein von diesem 
verschiedenes Verbum *Aa)^. Dabei stiitzt sich Lemm vor allem auf die einmal vor- 
kommende Variante neg^-xco*. die nicht mit *ove.^ -xco* identisch sein kônne, da ein 
Wechsel von w und p undenkbar sei. Das ist in gewissem Sinne richtig. Allein wenn 
einmal fur *oTe2^- die Variante Ae^- vorkommt, dann kann auch leicht einmal bei dem 
hàufigen Ûbergang der Media in die Tenuis fïir feeg^- ein ne^- eintreten. Vor allen 
Dingen aber ist zu beachten, dass wir fur fieg^-xo) und varr. das agyptische Prototyp 
Y I j ^ wlh-dldl (( den Kopf legen » im Sinne von a sich unterwerfen, jemd. ver- 
ehren »^ kennen. Ich glaube aiso nicht, dass ein zwingender Grund vorliegt, von 
Peyrons Auffassung abzugehen. 



1. Fur das Sahidische, wo das entsprechende ^e steht, vgl. eio Beispiel wie Joh., 16, 10 : ô.tcjo nTCTn!t«w- 
Hikir (3'e epoi e^n « und ihr werdet mich nicht mebr sehea » (xa: ov/éti ^ttaptï-é iit). 

2. In der Variante (s. die Ausgabe von Horner) fehlt -xe. 

3. Bulletin de l'Académie impériale de Saint-Pétersbourg, 1907, S. 495 ff. 

4. Siehe die Beispiele bei Brugscii, \V6., II, 343. 



144 DEMOTISCHE MISCELLEN 



DEMOTISGHE MISCELLEN^ 

VON 

WiLHELM SpIEGELBERG 

XLI. Eine liieroglyphisch-demotische Stèle der Bibliothèque Nationale (mit 2 Tafeln 

im Lichtdruck). 
XLII. Die demotischen Inschriften der Serapeumsstelen zu Wien. 
XLIIl. Ein neues Denkmal des Hohenpriesters von Letopolis Amasis. 
XLIV. tbn a Helm ». 

XLV. Der Ausdruck a die Sandalen hinter sich werfen » = « verzichten ». 
XLVI. Eine topographische Bezeichnung. 
XLVII. Ein Sargbrett mit zweisprachiger Inschrift. 
XLVIII. Zu dem demotischen Grabstein aus Achmim. 
XLIX. Ein Aktprâscript aus dem 12ten Regierungsjahr des Ptolemaios IV Philopator. 

XLI. — EINE HIEROGLYPHISCH-DEMOTISCHE STELE 
DER BIBLIOTHÈQUE NATIONALE (Hierzu Tafel I und II) 

Die Stèle, welche hier verôfïentlicht wird, befindet sich als No. 126 (C 48) in der 
àgypt. Sammlung der Bibliothèque Nationale (Cabinet des Médailles). Sie besteht aus 
Kalkstein und misst 0,48x0,32'. Ailes Weitere ist aus der Lichtdrucktafel zu ersehen. 
Ausser der Verwaltung der genannten Bibliothek, die mir die Publikationserlaubniss 
bereitwilligst erteilt hat, bin ich Herrn G. Legrain zu besonderem Dank verpflichtet. 
Denn er hat mir, obwohl er in seiner in Vorbereitung befindlichen Publikation der 
àgypt. Sammlung der Bibliothèque Nationale auch dièses Monument zu bringen denkt, 
nicht nur keinerlei Schwierigkeiten in den Weg gelegt, sondern meine Verôffentlichung 
dadurch in der wertvoUsten Weise gefôrdert, dass er mir seine im Jahre 1894 ge- 
nommene Abschrift zur Verfùgung gestellt hat. Dièse hat mir in Verbindung mit 
meiner eigenen im Jahre 1891 gemachten Copie dadurch die grôssten Dienste geleistet, 
dass ich die inzwischen an manchen Stellen verwitterte, mit Farbe aufgemalte demo- 
tische Inschrift mit Sicherheit ergânzen konnte. Nach diesen beiden Abschriften habe 
ich auf Tafel II die demotische Inschrift, deren jetzigen Ziistand Tafel I zeigt, in 
Oviginalgrôsse wiederhergestellt. Fur dièse Hùlfe môchte ich Herrn Legrain auch an 
dieser Stelie nochmals meinen wârmsten Dank aussprechen. 

I. Die Darstellungen : 

Unter der geflûj^jelten Sonnenscheibe steht rechts der ?] 1 y 8 Z"^? a^w^n | [hI l i 

If ■il '* 



m 



1. Fortsetzung von Recueil, XXVIII, S. 187 ff. 

2. Aus dem Text der Stèle ist mit grôsster Wahrscheinlichkeit zu schliessen, dass sie aus dem Serapeum 
von Memphis stammt. 



Recueil de Travaux, t. XXX. 



Tafkl I. 




HIEROGLYPHISCH-DEMOTISCHE STELE 
DER Bibliothèque Nationale 



Rkci'eil de Travaux, t. XXX. 



Tafel II. 



1 t^l4'^ ît')-±:f:.*^.ft 












• iV ■ »• 




«3-- ».■ 



.^Ss 



'i.ri(ti:'L.^ 





V 







**s^ 


















DIE DEMOTISCHE INSCHRIFT DER HIEROGLYPHISCH-DEMOTISCHEN STELE 

DER Bibliothèque Nationale 



DEMOTISCHE MISCELLEX 145 



r-^^ 



Er spendet Wasser und brenat Weihrauch vor der Gôttertriade 
Osiris -J^fll^^ 

Nephthys-^°^|^ 
II, Die hieroglyphische InschrifV : 

L 

I liiO^^Mr ni \\5^_ I I I ^=lli lo so o nnnnn lot® nni^t=_ IJ nio 

1 ^^ < > A \\ AA^AAA \\ WV-JW^ I ^ -<l V /N A 



III. Demotische Inschrift (in Umschrift mit den hieroglyphischen Korrespon- 
denzen) : 

9 

\ Hspt XXXI 'bd II pr-t [..'...] Wsjr hnt 'mntj-t nb nhe stnj n, 

' Cr r?'¥ Af=ol Ti ^ t^ -^ H w - 

ntvw 

111 

^ 's • i wri mm t ntr t\ ntri -t [^\-t] Nb • t-h ■ t tj-w kbh sn-ntr mnh • t 

^ Q <:^:::> JV w I Lu O o o o (a ^/,a/w% o o o 

ks-tnfr-t n Wsjr jt-ntr mr-ntr \ hn-ntr Pth w"b ni ntric 

' ' V ri ] i °i (t- 111 



1. Ich gebe vielfach z. B. fur verunstaltete Zeiclien die uns gelàufigen Formeu der Hieroglyphen. L'bri- 
gens wird hier wie auch sonst der Abfall von Stuck, der ursprûnglich Schreibfehler verdecken sollte, manche 
wieder ans Tageslicht gebracht haben. 

2. Vieil, nur zufàllige Vertiefuug im Steia. 

3. Wohl zu streichen. 

4. Oder — «— ? 

5. Oder fj. 

6. Zu dieser nicht sicheren Emendation vgl. S. 146, Anna. 1. 

XXX. RECUEIL, — NOUV. SÉR., XIV. 19 



146 



DEMOTISCHE MISCELLEN 



? H-t-nh-Ht ssm Hk 's-t ss m 



se Pr-\ 'w-f 



odei' 



p SS s,w 

D 



nb n h-t-ntv n Pr-Wsjr H'pj n Pr-Wsjr Rl-kd .!. 'np hn-ntr 
Spd nb Wri 



n /wwv\ 



\ hn-ntr ni ntrw n Pr- Spd 7ib Win '^ nh-MV ■ t-R" dd n-f Hr 

n Af ^^Qr SI ^^ n_^ — ^ o 

I LiAv, <=:^i1® 1 G 1^ f 2^^ _m I 

jt-ntr hn-ntr Mjn nb Snw Hrj r msj Shm-t -nfr-t rn-f nfr 

ra o^ 
111^ 



J L ^ 

pVi w\h 



f! X 



\ ^w-f mne dt 'r-w n-f tbti nb ntr-t ss-w h-t hrw LXXV krs-t 



iiitiiiiii 



\\ 



III 



n 



5 



nfr-t h-t hrw LXX htp(f)-f tM(?) hn(f) r(f) 'r-w n-f(f) 

t*^— o nnn 

ô ^ I nnnn 



m-s\ 'r rnp-t LXIII [n] '^nJ], hr p\ t\ n-f hrd hr 's-t m-s',-f dt 

I o nni 1 ® '^-=^ ilniD 

nhe 'w-f hs m-bMi Skr 's-t Wsj'r ntr 



] nb rn-f mne dt 'nh-M'.'-t-R dd n-f Hr Hrj pi hn-ntr(?) Mjn(?) Skr 

[r ms] Shm-t-nfr-t. 

Ûbersetzung' : 

« I Im Jahi-e 31 im Monat Mechir* [ ] Osiris, der Erste des Westens, der Herr 

der Ewigkeit, der Kônig der Gôtter, , (und) Isis, die Grosse, die Gottes-Mutter, die 



1. Kleiner Typendruck bezeichnet hier wie auch sonst in meinen Ùbertragungen unsichere Ûber- 
setzungen. 

2. Auf welcben Ptolemàer — nur ein solcher kann der Schrift nach in Frage kommen — sich die Datierung 
bezieht, ist nicht ganz sicher. Sovvohl Ptolemaeus Philadelphus wie Philometor oder Euergetes II sind môg- 
lich. Die demotische Datierung weicht ein voiles Jahr von der hieroglyphischen (Jahr 30) ab, wenn man, wie 
ich gelhan habe, die beiden Slricbe unter der Zabi 30 zu dena folgenden Mouatszeichen ^-ç=y^ ziebt. Falls man 

aber fl 32 lesen will, dann ergiebt sich das Datum « Tybi des Jahres 32 » und die Abweichung betràgt 

dann 11 Monate. Zu der ganzen Frage vgl. Grenfell-Hunt, El-Hibeh, I, S. 358 ff. 



DEMOTISCHE MISCELLEX 147 



grosse Gôttin, (und) Nephthys, sie môgen Trankopfer, Weihrauch, Stoffe, (und) ein 
scbônes Begrâbniss geben dem Osiris (gewordenen) Gottesvater, Gottesgeliebten J , dem 
Propheten des Ptab (und) Priester der Gôtter , von Mempbis, dem Diener(?)' der 

Hk^jH (und) der Isis, dem Scbreiber , dem kôniglicheii Schreiber, der berechnet, 

der Schreiber aller Klassen des Hauses des Sarapis, des Hauses des Osiris von Rakotis, 
des Hauses (?) des Anubis, dem Propheten des S^^pf^, Herrn yonWri-t, \ dem Prophe- 
ten der Gôtter des Hauses des S'^pi'"-, Herrn \ouWri-t, 'Anch-Marres' mit Beinamen 
Horus, (Sohn) des Gottesvaters, Priesters des Min, Herrn von Snw, Herieus, geboren 
von S'^chm^t-nPfr^t. Dieser sein Namen dauert, | indem er fest ist. Man machte ihm aile 
gôttlichen Riten% die vorgeschrieben sind fur (die) 75 Tage, und ein schônes Begrâbniss 
fur (die) 70 Tage\ Er ruht hier in seinem Grabe, welches man ihm gemacht bat, \ nachdem 
er 62 Lebensjahre auf Erden verbracht hatte. Seine Kinder (bleiben) auf seinem Sitze 
nach ihm in aile Ewigkeit. Er ist ausgezeichnet vor Sokaris, Isis und Osiris, (und) 
jedem Gott j der Unterwelt (?). Sein Name bleibt in Ewigkeit. — 

» 'Anch-Marres mit Beinamen Horus, (Sohn des) Herieus, des Propheten (?) des 
Min (?) (und) Sokaris, geboren von S'^chm^t-n^fr^t. » 

XLII. — DIE DEMOTISCHEN INSCHRIFTEN DER SERAPEUMSSTELEN 

ZU WIEN 

Es ist nicht das kleinste Verdienst der Arbeit von Wreszinski uber die âgypti- 
schen Inschriften des K. K. Hofmuseums in Wien, dass hier zum ersten Maie die de- 
niotischen Inschriften jener Sammlung in mechanischer Reproduktion zugânglich 
geworden sind'. Erst jetzt lassen sich sichere Lesungen geben, die ich im folgenden 
vorlegen will : 

a) Wreszinski, I, 27 (Tafel III) — Wiener Stèle No. 153. 
Verôfïentlicht Reinisch, ChreFst., Tafel 18; 

Brugsch, Thésaurus, S. 902, und Rec, I, Tafel 9. 
Umschrift : 

(sic) (sic) 

I Stm "n-m-hr r msj N'-nfr-Sbk p-f h msj 'bel III pi^t sic IV \o 'r-f bnr p-f 

' n 'bel IV pr-t sic XXVI 
] p-f 'h' 'nh rnp-t LXXII 'bel I h XXIII. 

Ûbersetzung : 
« I Der Sethon-Priester "An-'-m-h^^, welchen N"-n'fr-S'^bk geboren hat. Sein Ge- 



1. Dièse Ubersetzung beruht auf der Aniiahme, dass das demot. sèm eine irrige Schreibung von 6ms ist 
welches hier sein hieroglyphisches Âquivalent ist. 

2. Der Name bedeutet « Es lebt (Gott-Kônigl Marres». Vgl. A. Z., XLIII, 84. 

3. Derselbe .\usdruck Pap. Rhind 3, 3; Stèle Cairo 31099, Z. 9. 

4. Vgl. dazu Griffith, Stories of the High-Priests, S. 29 ff. Dieselbe Dauer von 70 Tagen fur das Be- 
grâbniss z. B. Setne, Cairo 22179 (= Rec, XVI/49). .A.uch fur die 75 Tage giebt es sonstige Belege. Siehe 
Griffith, a. O. 

5. Ich verdanke Herrn Dr. Wreszinski fur 2 demotische Inschriften (I, 28 und 30) die grôsseren Auf- 
nahmen, die ich mit seiuer gûtigen Erlaubniss im Test verôfïentlicht habe. 



148 



DEMOTISCHE MISCELLEN 



,cc-- 



burtstag (g^oTAiice) (war) der vierte Phamenotli. Er verliess' sein Haus am 26'*'" Phar- 
muthi I Seine Lebenszeit (betrug) 72 Jahre 1 Monat (und) 23 Tage. » 

Die hieroglyphische Korrespondenz lautet : 






I I 



AAAAAA -j III 

Ol I I 

-un n 

Ol I I 



iiVM 









^^AAA^ Cb A I I I 



a 



O/D 
2r \_B^ 



im^'^il\^ 



Vf 



I n II I ^ o I 1 I 



Zu der Berechnung vgl. Strack, Dynastie der Ptolemâer, S. 160, wo auch die 
sonstige Litteratur angegeben ist. 

b) Wreszinski, I, 28 (Tafel 4) — Wiener Stèle No. 154. 
VerôflEentlicht Reinisch, Chrest., Tafel 19; 
Brugsch, Thésaurus, S. 912. 











4 








i^ 


'mM 


k>i >"■ - 1 


'H 


*J^3rJJ^ 


3r^ w- 


.t 


W^ 


"***" 


1 ' ' 





Umschrift : 
I pi wit n wr-hni Dd-hr s\ "n-ni-hr stm r msj Hr-nh p'w-f h msj 

] hsp-t XVIII 'bd III sm sw XXIX pi h n V bnr n p'w-f ' 'w 'r-f hsp-t XXIV 
'bd II prt XXIV pi h tj htp-f r 'r-w 



1. '/• bnr, das hier und in der folgenden Inschrift vorkommt, ist kopt. pAoA « effugere ». « Sein (irdisches) 
Haus verlassen» ist ein Euphemismus fur sterben. 



DEMOTISCHE MISCELLEN 149 



•] hspt XXIV 'bel I sm sw VV phc-f 'h' n 'nh rnp-t XLIII 'bd VI h XXIX 
nli mne r nhe dt. 

Ûbersetzung : 

« I Die Stèle des Oberpriesters von Mempbis Teos, Sohnes des "An-'^m-hP^ des 
Sethon-Priesters, welchen H^-'^tih geboren bat. Sein Gebnrtstag j (war) im Jahre 18 
am 29*'^° Epipbi. Der Tag, da er sein Haus verliess, (war) im Jahre 24 der 24^''' Me- 
chir. Der Tag seiner Bestattung , (war) der 6*^ Pacbon im Jahre 24'. Seine Lebenszeit 
(betrug) 43 Jabre, 6 Monate (und) 29 Tage. — Dièses bleibt bis in aile Ewigkeit. » 

An Parallelen aus der zugeliôrigen bieroglyphiscben Inschrift ist nur anzufïibren : 



tîâM-;-Pk^?ifiP--f 



I <>LL I o I i5î \> I 



f 



^:37 § — ûD ç^^ n^=^ I I I n I I I 

Y -^ n n III 

û â D (Sloiiio iiiiniii 

Zu der Berecbnung vgl. wieder Strack, a. 0., S. 159. 

c) Wreszinski, I, 26 (Tafel II und V) — Wiener Stèle No. 156. 
Vgl. Bergmann, /?ec., VII, 194; ) . , 

rrM r< n l ^^ AUSZUg. 

Brugsch, Tliesaurus, S. 916, ) 

Umschrift : 
hrj sst\ n pr Pth Rs-tUo' N'-nfr-p\(?)-R'' si N'-nfr-pXfyR" mw-t-f Hr-nh. 

Ûbersetzung : 

« Der Geheimrat des Hanses des Ptab (in der Nekropolis von) R'^st'^w N'-'-rv'fr- 
p-r'^'\ Sobn des M'^-n'^fr-p'—R-' und der Ho-"'^nh. n 

Hieroglypbiscbe Korrespondenzen : 

==' I ^xg^i €^ 1 A O"!!!! ' "" I T © M 

Bemerkung : 

Wreszinski setzt dièse Stèle — • vermutlicb wegen der Eigennamen Psmtk-mnn 
xmàNfr-b-R" in die Saitenzeit. Gegen dièse Ansetzung spricht aber der Stil der Stèle, 
sowohl in den Darstellungen wie in den Hieroglyphen, und ferner die demotische 
Inschrift, die auf die erste Période der Ptolemâerzeit weist. 



1. Die Lesung durch Pap. Rhind II, 1, 1, gesichert. 

t. Also zwischen Todestag (24. Mechir) und dem Tag der Beisetzung (6. Pachon) liegea geuau 70 Tage 
der iQ der Ptolemâerzeit ùbliche Zwischenraum. Vgl. Griffith, Stories of the Hi'jli Priests, S. 29. 

3. Die mir auch sonst (z. B. Pap. Berlin 8351, 5, 12, bekannte Schreibuag von Rl-st\ beuutzt fiir dio 
letzte Silbe die Gruppe tlœ (tht) « Wind». Das spricht fiir eine Vokalisatioii wie Rashkc. 

4. Der Demotiker wùrde den Nameu Nj'r-'b-R'^ ( 1 t«, ) ^'^^^ lautlich wiedergegeben habeu, wenn nicht 
doch in dem von mir zweifelnd pi gelesenen Zeiohen die Gruppe 'b O) steckt. 



150 



DEMOTISCHE MISCELLEN 



^:V 



i^- 



^v,' 



.♦v^ 



É^ 



sT 






^rr^ 



"^^ 









'é' 



>n- 



■\ 



^' 



^ 



N» 



i> 



d) Wreszinski, I, 29 (Tafel II 

und V) — Wiener Stèle No. 155. 

Verôffenllicht Bergmann, 

Bec, VU, 193 (mit Lit- 

teraturangabe) ; 

Brugsch, Thésaurus, S. 915. 

Umschrift : 

pi wr hine hn-ntr Ptli Hr-m-hi 
s\ hn-ntr Pth stm wr hme 
"n-m-hr s\ hn-ntr Pth wr hme 
"n-m-hr ' m w ■ t-f Hr-nh. 

Ûbersetzung : 

« Der Oberpriester von Mem- 
phis (und) Prophet des Ptah Har- 
machis, Sohn des Propheten des 
Ptah (und) Sethon-Priesters (und) 
Oberpriesters "An-'^ni-hP, Sohnes 
des Propheten des Ptah (und) Ober- 
priesters von Memphis "An-^m-IiP 
und der H^-^nh. » 

Hieroglyphische Korrespon- 
denzen : 



CO] 



i^ ^H>^^ 



^ 
u 



^|--?fl 



Bemerkung : 

Dieser Harmachis ist vermut- 
lich, wie Maspero bereits richtig 
ojesehen hat, mit dem Vater des P\- 
srJ(-n)-PtIi (Psenphtha) identisch, 
von dem 2 Statuenreste sich kûrz- 
lich in Alexandrien gefunden ha- 
ben'. 



1. Die erhalteiien Schriftreste lassen sirh mit grosser Wahrscheinlichkeit zu diesem Namen ergàiizen. 

2. Annales du Sci-rice des Antiquités, Vlll, S. 64 (ï. 



DEMOTISCIIE MISCELLEX 151 



e) Wreszinski, I, 30 (Tafel V) — Wiener Stèle No. 172. 
Verôffentlicht von Reinisch, Miramare, Tafel 43; 

Bergmann, Hierogl. Insclirifien, Tafel 8-10. 

(Siehe S. 150.) 
Umschrift : 

\T\\ s-t-hjm-t s'nh lijm-t n se Pr-^l \c-f "p Tj-nhr-n-m-w mV-hrw mw-t ss 
Pr-', hbi Bn-'wt T'-Thictj mV-hrw msj T'-mn mV-hrw. 

Ûbersetzung : 

« [Die] s'/i^-Frau' (und) Gemahlin des kôniglichen Schreibers, der zâhlt, T'- 
^nhy-r-^mPw , des Verstorbenen, die Mutter des kôniglichen Schreibers und ^'orlese- 
priesters B^n-Hip.)- T^-Th'^t, die Toc.hter der r«-"m";i, der Verstorbenen. » 

Hieroglyphische Korre.spondenzen : 



n I 



XLIII. — EIN NEUES DENKMAL DES HOHENPRIESTERS 
VON LETOPOLIS AMASIS 

Deni in Band XXVI, S. 144 fE., verôffentlichten Bruchstûck der Strassburger 
Sammlung kann ich heute ein weiteres folgen lassen, das dem Hohenpriester Amasis zu 
Letopolis angebôrt. Es ist ein Bruchstûck der Kgl. Museen zu Berlin' (Inv. 14460), 
welches 1899 durch Dr. Reinhardt in Kairo erworben worden ist. Es besteht aus einem 
dem « metamorphiscben Schiefer » àhnlichen Stein grauer Farbe und ist etwa 0,35 m. 
hoch. 

Das Fragment gehôrt zu der Statuette eines schreitenden Mannes, der nur mit 
dem Scburz bekleidet ist, dessen glatter Gurt (ohne Schnalle oder Bund) auf den 
Hùften aufliegt und im Bogen unter dem Nabel durchgeht. Die Arme hàngen herab, 
die geballten Hânde scheinen keinen « Schattenstab » zu umschliessen. Unter dem Hais 
hàngt an einer glatten Schnur ein Gôtterbild, das offenbar die Wahrheitsgôttin MVt^ 
darstellen soU, obgleich die Feder nicht ganz klar ist'. 

Auf dem Riickenpfeiler (s. die Abbldg.) ist oben die Gôttertriade von Memphis 
dargestellt, Ptah, Sechmet und Nefr-atôm. Der letztere ist als V\ 8 Hi^-hkn 



1. V^gl. dazu Recueil, XXIX, S. 191. 

2. Der Demotiker schreibt J l\(S.^r^ (?)IC?). 

3. Die folgende Beschreibung verdanke ich einer brieflichea Mitteiliing von Heiurich Schâfer. 

4. Ebenso z. B. Louvre A 83. Vgl. dazu meine Studien und Materialien sum Reehtsœesen des Pha- 
raonenreiches, S. 5-6. 

5. Schâfer hat den Eindruck, dass dièses Auhàngsel erst in die ferdge Figur eiugemeisselt worden sei. 



152 



DEMOTISCHE MISCELLEN 



bezeiclinet'. Die darunter befindlichen Gruppen gehôren zu den einzelnen Gottern. Der 
Hohepriester heisst also « ergeben (o. a.) dem Ptah » « geliebt bei Sechmet » « sûss 
[. . .] bei Hr-hkn (Nefr-atôm) ». Im folgenden sind nur Titel erhalten : 




Liîoo^iiuiinçîftiii^w^^^^ i;' 



^ 



<-N -V AAAA/VS 



A 



In 



7 <^^^ -mm. 



Auf der linken Seite der Figur steht an der Seitenflâche des Rûcken- 
pfeilers folgender Inschriftrest : 



11 



j^= 



m ^fc 



1. Vgl. dazu Brugsch, Mythologie, S. 386 ff. 

2. Vogelbeiue. 



DEMOTISCHE MISCELLEX 



153 



Vorn ùber den Schurz, ganz wie bei dem Strassburger Bruchstùck {Recueil, 
XXVI, 146), liiuft die folgende demotische Inschrift : 







Umschrift : 

I hn-ntr Shm-t nb Ist hn-ntr Shm-t nb Rlislff) 

] '^h-ms sl'?j Hrj hn-ntr Smne-mV-t 

] nt hn Nb-t-nhi mw-t-f T'-mn 

* si-/ Hrj si "h-ms hn-ntr ^Vsj'r mœ-t-f T'-si 

] [si sl-f...].. si Hrj hn-ntr Nfr-tm mv:-t-f Hr-nh. 

Obersetung : 

« I Prophet der Sechmet, Herrin von Esêt\ Prophet der Sechmet, Herrin von 
RO'chs^{1Y ] Amasis, Sohn des Herieus, der Prophet von Sm^^n-m^'^ ] welches in A^^6- 



\> 



1. Hieroslvphisch ^5^ ® {Dict. géogr., 460|. fex^ iPiehl, /. H., I, 36 = Brugsch, Thés., 945), 
I J3^Q -9 ^ 

auch bei 



^;^^ =??^= uaverôffeutl. Stèle des Louvre 'C 124?). Die demotische Schreibung Ist fur 
Brugsch, W6., 16, 1330. 

2. Brugsch, Dict. géogr., 460. In uaserem Text jl "^^^ ^ geschriebeu. 

3. Dict. géogr., 215. 

RECUEIL. XXX. — NOUV. SÉR.. XIV. 



20 



154 DEMOTISCHE MISCELLEN 



yujii^ liegt, seine Mutter (heisst) Taamunis. , Sein Solin Herieus, Sohn des Amasis, 
der Prophet des Osiris, seine Mutter (heisst) T^'si. 

)) I [Der Sohn seines Sohnes (heisst) ...].., Sohn des Herieus, der Prophet des 
Nefr-atôm, seine Mutter (heisst) H'^-'^nch. » 

Auf Grund der bisher bekannt gewordenen Monumente' lâsst sich jetzt folgender 
Stammbaura aufstellen : 

Herieus -j- Taamunis 

(t Jahr 22 des Ptol. Epiphanes.) AniCLsis -f- T'^-si 

Herieus -\- H^-onch 
(t Jahr 40 des Ptol. Euergetes H-'.) Herieus cogn. Psammetich (?). 

XLIV. — TBN « HELM » 

Ich kenne dièses Wort im Demotischen aus zwei Stellen des in meinem Besitz 
befindiichen neuen Abschnittes der Petubastiserzàhlung. In Kol, 4, 15, heisst es von 
Kriegern : 

n-io tbn n hr kl r dd-w 
« ihre Helme mit dem Stierkopf^ waren auf ihren Kôpfen' », 




und ibid., 16, 18, von einem Soldaten : 



' ri-f p\w-f tbn r bnr n dd-f 
« er nahm seinen Helm von seinem Kopf » (und legte ihn zu Boden). 

Dièses Wort tbn (^ J m "^ j far « Helm » ist nun auch aus der âlteren Litteratur 
bekannt und zwar aus den Annalen Thutmosis IH, Z. 42 und 43% wo [il^oJ @ 

hsmn dbn n dldl o Helm fur den Kopf aus Bronze » heisst. Das Demotische bringt also 



1. Dict. géogr.^ 430. 

2. Siehe Recueil, XXVI, S. 146. Dazu kommt ausser dem hier besprochenen Berliner Denkmal eine 
Stèle im Louvre, von der mir Herr Bénédite freundlichst einen Abdruck ùbersaudte. 

3. Nach der erwâhnteii Stèle des Louvre, in welcher sich das Datum «Jahr 40» nur auf Euergetes 11 
beziehen kann. Damit ist auch fur das Jahr 22 der Stèle von Bologna die Datieruug unter Epiphanes gegeben, 
die bereits Piehl vermutet hatte. 

4. Zu dieser Bedeutung von hr, vgl. Sethe in ^g. Zeitsc/iri/t, XLIV, S. 94, Anm. 2. 

5. Oder « auf ihnen » (e-aLCjOTr). 

6. Sethe, Vrkunden, IV, S. 711, 9; 712, 1. 



DEMOTISCHE MISCELLEX 155 



hier die Entscheidung fiir die Lesung' und Bedeutung' des Wortes, dessen Etymo- 
logie wohl (( der (den Kopf) umgebende » ist. 

XLV. — DER AUSDRUCK « DIE SANDALEN HINTER SICH WERFEN » 

= (( VERZICHTEN » 

In dem Dekret von Canopus entspricht dem griechischen oix oXÎYa oï xwv -ootoowv ■:-£- 
piSôvTs;, hierogl. ^ 'o^ V^ vl I t /i ' ^' indem sie vielen Steuern ihren 
Rùcken gaben ». Der demotische Text zeigt nun eine eigentûmliche Wendung, deren 
Lesung mir erst jetzt gegliickt ist. 

T^.n ///i .ç^/Ô l^-^l ^^f^ ^^^/S^^ I " 

'w-w hici (g^ioTi) tw{\)-ic r hl-w skr "si 
« indem sie ihre Sandalen hinter sich warfen (in Bezug) auf viele Steuern » ( (] ^\> 

tw{',) ist altes tb-t (^ ^=^1 "^ w ) neuâgypt. twj ( | \ w ) = Tooire : -»woti « Sandale », 
ein Wort das nach Griffith's' scharfsinniger Vermutung vielleicht auch in ^o-yco* 
(g^iTOTco*, €TOT0)«') steckt. Im Demotischen ist das Wort mit dem Fleischstiick (Tanis), 
in Hisn, wenn ich recht deute, mit 2 Sandalen determiniert. Wie kommt aber der Aus- 
druck « seine Sandalen hinter sich werfen » zu der Bedeutung « erlassen, verzichten »? 
Wir wissen ans der bekannten Stelle im Bûche Ruth, 4,7, dass im alten Israël das Aus- 
ziehen des Schuhes eine Verzichtleistung bedeutete'. Dieser Rechtsbrauch ° lâsst sich 
nun auch — und darin besteht die Bedeutung der demotischen Version — fur Àgypten 
erschliessen. Das Wegschleudern der Sandalen bedeutete also den Verzicht auf eine 
Sache oder ein Recht. 



1. Brugsch, \V6., I, 306, las uten. 

2. Brugsch : « Metallring » ; Bissing : <( Erzreifen (?)»; Bkeasted, Records, II, 501, hat bereits richtig 
c< helmet » ûbersetzt. 

3. Stories of the Hlgli Pricsts, S. 132. 

4. Le.mm, Kopt. Misccllen, XXIV (S. 508). Ich kenne ùbrigens dièse Prâposition, fur welche Lemm, a. O., 
nur einen Beleg giebt, noch aus zwei weiteren Stellen Sap., 13, 15 : «vqTôwg'oq epa^Tq exoTTit oir-so c iv zo'.yto 
eGti/.îv ajTÔ, und Zoega, 557, 3 : iicenoiOJiie «nS'd.Aô.g^T CTOircoo-y « dass sie die Gefâsse zu ihnen (scil. dën 
Feuern) hinûberbràchteo >>. 

5. bK-itr^a miynn mr «.nynb fnr, "bv: vk pi^ït -idt Sa Q'ph n-niann bm nbKjn bv "pK-nr-a û-ssb nKiv 

= LXX. Kat TO'JTO TÔ ôiy.a;'o)iJ.a £[Ji7rpoi76îv èv xw 'lapaf,). ènl Tr,v àyj^'.aTîc'av xal ènl xo àvTàAÀay{J.a toO (7Tf|<Tat Trivra 
Xôyov, y.a'c ût:£),-j£to àvï;p -o •JT:ôSr,u.a a-JTOvi y.al kôioo-j tw TzXr^iyio'i a-jTO'j tw àYX'^^£"'^ovrt tfjV ày/iTTïtav aùtoC' y.al 
TOÛTO r|V [iapTjptov âv 'lapar,).. 

6. Weiteres Material findet maa z. B. in dem Kommentar von Bertholet (in Marti's Handkommentar 
zum A. T.). 



156 DEMOTISCHE MISCELLEN 



XLVI. — EINE TOPOGRAPHISCHE BEZEICHNUNG 

In den thebanischen Urkunden der Ptolemaerzeit fîndet sich sehr oft eine topo- 

graphische Bezeichnung, welche ich in der àltesten mir bekannten Form nach 

einem Vertrage ans dem 13. Regierungsjahre Alexanders II {Corpus pap., No. 6) 

J/^/'/l'î. /J^jU^ \r<u},^(f^î'^(f^^^^ gebe. Die Normalform der Ptolemâertexte 

ist ^ {)\ :i . ^ y<X 9^ ^ . Als einzelne Variante sei Pap. Berlin 3112 (Tafel 11), 
I //..-. ^ ,* ^. -, angefùhrt. Die bisherigen Lesungen einschliesslich der 



}\i^\\\<<u>^^,\ 



meinigen, die ich ûbrigens als zweifelhaft gekennzeich- 
net habe', haben sich mir jetzt als falsch erwiesen, denn zweifellos sind die Gruppen 
t-, h-t f. -h-t' (iO^yi^ Oder iO^y 1^^) ™ lesen und etwa « das 
Haus der Kuh » zu ubersetzen. Der Ort lag nach dem Ausweis der demotischen Texte 
in « dem Nordquartier von Theben o {t\ 'wi-t mhjtj-t n N--t). An einer Stelle (Pap. 
Louvre 2443)' ist von n\ h-t n tl 'h-t, an einer anderen (Louvre 2438)' von ni "(w) 
n tl 'h-t' die Rede, also von « den Hâusern der Kuh ». Da auch sie als « im Nord- 
quartier von Theben » gelegen bezeichnet werden, so wird dièse Pluralform wohl mit 
der ersteren identisch sein. Ob in diesem « Haus » oder « den Hâusern der Kuh » die 
Stallungen einer heiligen Kuh' verstanden werden dùrfen, das wage ich nur als 
Frage aufzuwerfen. 

XLVII. — EÏN SARGBRETT MIT ZWEISPRACHIGER INSCHRIFT 

(0,49X0,12) 

Das Sargbrett, dessen Inschrift' hier mitgeteilt wird, ist von mir vor einigen 
Jahren in Kairo von einem aus Luxor stammenden Antikenhândler erworben worden 
und befindet sich jetzt als No. 1551 in der âgyptischen Sammlung der Strassburger 
Universitât. Es stammt zweifellos von der Schmalseite eines Sarkophags und ist etwa 
das Mittelstùck, welches mit dem unteren rechteckigen Sargbrett und dem oberen 
halbkreisfôrmig abgerundeten, das den gewôlbten Sargdeckel trug, durch Holznâgel 
verbunden war. Dièse lagen in den noch jetzt (s. die Skizze) vorhandenen Dûbel- 
lôchern'. 



1. Siehe den Text der Berliner demotischen Papyrus, S. 8, Anm. 1. 

2. Vgl. dazu Recueil, XXV, S. 14. Doch ist das Determinativ nicht, wie ich a. 0. glaubte, 'Q sondern, 
wie mich Herr Dr. Juuker belehrt hat, 5^^- 

3. Chrest. démot., 248 ^ Reçue égypt., J, Tafel 3. 

4. Chrest. démot., 258 = Reçue égypt., I, Tafel 4. 

5. Vielleicht, wenn ich Revillout's Copie richtig verstehe, mit dem Zusatz « der obereo Strasse (?) ». 

6. Das fehlende Gôiterdetermiuativ spricht nicht gegen dièse Vermutuug. Es fehlt ja auch in dem oSenbar 
theophoren Eigennamen Pl-àrJ(-n)-tl-y_i-t (^\v-af,ç) «der Sohn der Kuh». (Siehe Demot. Studien, II, S. 10). 

7. Sie stammt wohl aus dem Anfang der rômischen Kaiserzeit. 

8. Herr Tschunky, dem ich die obige Skizze verdanke, weist mich darauf hin, dass die Lage der 4 Lôcher 
durch eine eingeritzte Linie vorgemerkt war, die in dem Schnitt angegebeu ist. 







^ 



^ 



X 



V 

If 



\ 



V 



u 



a < 










(?7 




>» 




\^ 







158 



DEMOTISCIIE MISCELLEN 





'KT 






Umschrift : 

rp^i p-f bi kV nh dt 

Pl-dJ-pl-Si si Hr-sl-'s-i si Pl-dj-(MV tJ-R'- 
hmsj-nfr. 

Ûbersetzung : 

« Es lebt seine Seele bis in aile Ewigkeit 
Petepsais, der Solin des Harsiesis, des Sohnes 

des Pete(ma)rsnuphis. » 

Griechisch : Tacp?;? nE.-£.>\iiiç 'ApaiT^atoc rkxEfjiap- 

(Tvo('jçfio;). 

« Der Sarg' des P., (Sohnes des) H., (Sohnes 
des) P. » 

Das Hauptinteresse dieser Inschrift liegt in 
dem theoplioren Namen, der uns mit einem Gotte 
-[jiaptTvojcptç bekannt macht. Dieser Gottesname 
lautet âgyptisch (Ml" •t)-R'-hmsj-nfr. Zu der 
Wiedergabe von hms-nfr durcli dvoycpiç, vgl. 
WiLCKEN, Ai-chiv, III, 359. Dass das ij.no- nicht 
i?' der demotischen Inschrift entspricht, liegt auf 
der Hand. Ich finde dalier keine andere Lôsung 
als die mir sehr wahrscheinliche Vermutung, 
dass vor /?' die Gruppe mT-^ weggefallen ist, so 
dass also ein Gott Marres^ mit dem Beinamen 
hmsj-nfr (= Snouphis) in Frage stànde. 

XLVIII. — ZU DEM DEMOTISCHEN 
GRABSTEIN AUS ACHMIM 



Die Stèle, welche ich im Winter 1895 in Gize bei einem Antikenhândler gesehen 
und vor wenigen Jahren in dieser Zeitschrift (XXVI, S. 161) besprochen habe, hat sich 
nun wieder gefunden, und zwar dank der Aufmerksamkeit des Herrn Dr. Wreszinski, 
welcher den Stein im Muséum fur Volkerkunde in Hamburg wieder entdeckt hat. 
Durch seine freundliche Vermittlung ist mir dann durch Herrn Dr. K. Hagen in lie- 
benswiu'digster Weisc die Photographie zugegangen, welche in Ergânzung meiner 
damaligen Publikation nebenstehend reproduziert ist. Das in meinem Abklatsch un- 
deutUch gewordene Zeichen (Zeile 4) hïsst sich jetzt mit Sicherheit als p erkennen. 
Vieileicht dass 'w-i pli' puis « ich war dieser Diener (?) (rwXoc) » zu ïibersetzen ist. 



1. Zu dieser Bedtg. vgl. Wilcken, Arc/ùo, IV, 141. 

2. Vgl. dazu À. Z., XLin, 84. 

3. Dièse Sclireibung des Demousiralivpronomeus auch im Dekret von Canopus. 



DEMÙTISCIIK MISCEI.LKX 



ir>o 




^^^Vr9^^:^: 



XLIX. — EIN AKTPRÀ- 

SCRIPT AUS DEM 12^'=^ RE- 

GIERUNGSJAHRE DES PTO- 

LEMAIOS IV PHILOPATOR 

Der demotiscbe Papyrus 
Berlin 3075 (Tafel VII, Seite 7) 
bietet in den gegenwârtigen 
Ûbersetzungen eine Reihe von 
Anomalien, die bereits den letzt- 
en Bearbeitern' der Liste der 
ptolemâischen Kultpriester erbe- 
blicbe Schwierigkeiten verur- 
sacht haben. Aile dièse Schwie- 
riîïkeiten schwinden nun durch 
die Beobacbtung, die ich leider 
erst jetzt gemacht habe% dass 
sich in der Mitte des Pap3Tus 
eine grosse Liicke befindet, deren 
Grosse sich in der letzten Zeile 
durch die Ergànzung einer be- 
kannten Formel ergiebt. Z. 5 ist 
nâmlich so'' herzustellen : 'w-i 
hV-t hjm-t mtu-i ni[stj-t] mtu-i 
J}n{^.) kt hjmt] r hr-t. Demnach ist auch Z. 1 vor dem Alexanderpriester uiid Z. 2 
vor dem Namen Arsinoe eine entsprechende Lùcke anzunehmen, welche nun dem 
ProtokoU ein vôUig normales Aussehen giebt, wie die folgende Ûbersetzung zeigl : 

(( ] Im Jahre 12, im Monat Payni des Kônigs Ptrumis, Sohnes des Ptruinis und 
der Brngà^ der Gôtter Wohlthâter, [als Atànus, Solm des Atànus] Priester des 'Args- 
ntrus und der Gôtter Retter, der Gôtter Brader, der Gôtter Wohlthâter und der vater- 
liebenden Gôtter ] im zweiten Jahre war, als Ininà, Tochter Phrgns (Philogenes?) 
Athlophore der wohlthàtigen Brng'a war, als Kniàn (sic), [Tochter des Tmsts 
(Themistios?) Trâgerin des Goldkorbes] vor der bruderliebenden Arsinà war. » 

Ûbrigens enthâlt das aus dem Ath\'r desselben Jahres stammende Bruchstiick 
Cairo 30622 (Tafel 37) Reste desselben Protokolls mit einigen Abweichungen, wâhrend 
der Pap. Bologna' fur den Monat Mechir eine andere Kanephore nennt. 

1. Otto, Priester und Tempel im Iiellenistischen ^/ji/ptcn. S. 188, Anm. 8; 190, Anm. 7; BoucHii-LECi.ER<3, 
Histoire des Lagides, III, S. 49, Anm. 2. 

2. Ich darf wohl daran erianern, dass ich den Text zum grôssten ïeil nach Photographieeu geschrieben 
dass ich z. B. das Oiiginal dièses Papyrus uicht geseheii habe. 

3. Vgl. z. B. Pap. Berlin 3145 (Tafel 37). 

4. Reçue égypt., III, S. 2, Anm. 5. Vgl. dazu Ono, a. O., S. 188, Anm. 8. 




160 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 

PAR 

Georges Legrain 

(Suite) 

SECOND ARTICLE 

Document 9 

La statue de Bès, conservée à Alnwick Castle, nous fait connaître deux des femmes 
qu'épousa le premier prophète Sheshonq et les deux enfants qu'il en eut, Osorkon et 
Horsiési. Cet Horsiési fut, lui aussi, premier prophète d'Amon. 

Or, le document 13, que nous verrons plus loin, nous apprend que cet Horsiési 
exerça le grand pontificat d'Amon sous le règne d'Osorkon II. Ceci suffirait déjà à 
montrer que l'époux de Makere, fille de Psioukhanou, fut bien Osorkon P""; mais, de 
plus, nous devons nous demander si nous pouvons rattacher la généalogie fournie ,.dr 
ce document avec les précédentes, et si, ce travail étant fait, nous obtiendrons un cycle 
complet, un raccord aussi parfait que possible. Pour y arriver, nous devrons revenir 
au document 3 et à quelques autres nouveaux. 

Document 9. Tableau généalogique 
Statue de Bès de Alnwick Castle 



1 P^o 



1^ 



C3SZl_g^ 



f]é 



= JMJM 



' A 



n 



1!oV^=lfl 



1!-e[:k1l] 



irJF.k^-^i^ri^'^') 



_^ 



w 



I I I 



I I 



I I I 






Q 



^\ 



(|Mmm3I 



VI 






m 



E\ IX 



IILLE 




f ^™v pU ^ j[^l 



1=v] 



111 



^^ 



N(JUVEAL' TABLEAU UE LA l'A MILLE XIBXOLTIHOU-XESEHAMON 



S^: 



i 



n - dnm cmhi 



^ n f™"' IV 



si^pf-'^-ii: 



I 









(O^OUKON£; 



^ 



^f 



■^ III 



^" >^vni d.- (Ôg] 



I 



I 



!¥ 



n°i 



ri°^^^ (Me] 



m ^ 



fljsfl'o'l: 



« 



^3.^^ CPadoiii 






1 


COSOliK, 


..,] -^iir' 







'111" 



^ dlMiÉiS 



:ni]°i 



f Osou : 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE XIRXOUTIROU 



161 



Document 10 



Un texte de 



HT^ 



I 



VIII 



NiBNOUTIROU PS FILS d'HoRUS VIII 



J'ai copié au Musée du Caire une grande inscription sur grès, composée de quatre 
lignes verticales. Elle est assurément d'origine thébaine et parait provenir des environs 
du Ramesséum, de cette nécropole où M, Quibell a découvert de si curieux monuments 
appartenant aux gens dont nous étudions les statues et les généalogies. Quoi qu'il en 
soit, je crois qu'il est utile de le reproduire ici : 



I AAAA'^A AA/VVV% 

1 

j I mm lit Q 






à^A^"^^ 



)\ " 



nn 1 tii 



lllllllll b ^ O 



y^iiîîf 



i> 



I I I r"^ 



r~wn 









à M 

TT 



I AA/vw. lllllllll lllllllll Ç3 I ci (3 \ '^ ^^ A 
*" .^D L=fl inninr f=^ ^^ il m 



r- u ~ i 



m 



^ 4 

y I 

'l 1 



.■> n I 






o I 



^^^^^y 



o I 



lo 



k 



A^AAAA 
/Vv%AAA I A I AAAfWV 



iiittH lii 



Ce qui nous fournit le tableau généalogique ci-dessous. 
J'insisterai d'une façon particulière sur l'identification du 



^^y^, fils de ^, 

du texte du Ramesséum, avec le Nibnoutirou P'', fils d'Horus VIIL de la généaloo-ie 
fournie par la statue 202. 

La comparaison des titres portés par ces personnages sur les documents l'établit 
d'une façon, à mon avis, absolument certaine. Ceux qui ont étudié des textes du genre 
des nôtres savent combien il est rare de trouver sur deux monuments différents une 
série de titres identiques sur l'un et l'autre. Nous le vérifierons d'ailleurs encore plus 
loin. 

Certes, il aurait été désirable que nous eussions sur la statue 202 du Caire la men- 
tion de la mère de Nibnoutirou. Espérons qu'un monument quelconque viendra bientôt 
combler cette lacune et confirmer ce que nous avançons aujourd'hui. 

C'est, à mon avis, le seul point faible de notre travail. Je pourrais avancer que 
beaucoup de généalogistes n'ont pas eu besoin d'autant de probabilités semblables aux 
nôtres pour édifier des tableaux complets. Je n'ai pas à les blâmer, mais plutôt à cri- 
tiquer moi-même les arguments scientifiques que j'emploie, pensant que dans ces tra- 
vaux on ne saurait jamais être assez rigoureux. 

Si j'attache une grande importance à l'identification des personnages de l'inscrip- 



RECUEIL, XXX. — NOUV. SER., XIV, 



21 



162 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



tion du Ramesséum avec ceux de la statue 202, c'est que la cachette de Karnak nous a 
fourni de fort belles statues de membres de cette famille dont l'étude nous fournira de 
curieux résultats historiques. Grâce à elles, nous pourrons clore exactement le cycle 
généalogique qui fait le principal objet de cette étude. 

Document 10. Tableau généalogique 
du texte de Nibnoutirou I^^,Jils d'Horus VIII 



111 



G ^SAIVS^ 



3 ^ — tr h i "" " " "i VII 



111 



III 



i ^^z:7 II 

111 



r^'^ VIII 



:^qfli^ikL^f:'t^flia— 1ÎC 









^J\f\/\/\f\ c^ 






I W I "^^ 



M 



-^ 



,(■?) 



m iî 



fît j^ dSIZI '^^ 0^=' 

^^—^ .^ U AAA^AA ! Il I 



miiimi 



U=i] T I 



ra 



^ ■=■ 1 






I C— 1 j^ Il /VVVVV\ iii* ^^ J 

im%-^^^111 



EW'li 



r-n-1 



c:.^ 






lîf 



Y7 



Mil 



r-^v~i 



111 



MU 



i """""i VII 



111" 



r"^ VIII 



(^^^^^ <—^ 



111 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 163 



Documents 11 et 12 

Les statues d'Horus VIII 

(N"^ 2 et 388 de Karnak) 

Nous retrouvons la précieuse série Horus VIII, Neseramon VI, Nibnoutirou II, 
Neseramon VII, sur les statues 2, 388 et 347 de Karnak. Les deux premières appar- 
tiennent à Horus VIII. La statue 388 fut placée dans le temple par Horus lui-même, la 
statue n° 2, qui est grande et belle, lui fut octroyée par la faveur royale de Padou- 

ART 1 ® <C__> A/V\A/V\ |-q I — I A/V\AA\ j\ .llllllllll. 

^< y I I < I ^^^ t [ n [1 , et 

sur les épaules, nous lisons les noms rovaux du donataire, ] \ ■== m a 

r — rT7^^rï^=>J rT^ sAi " ' ^ = f=^^ ^^^^ ® ^ 

[oijjl]^^^^ jis^^ A^ C2> l • Chacun des cartouches est posé sur le signe /^ss^ et 

surmonté des deux plumes et du disque I . Les titres que porte Horus VIII sont nom- 
breux, mais, dans les dix textes difEérents qui couvrent la statue n" 2, il est des titres 
qui sont mentionnés de préférence aux autres. Les titres | y [1'^^^^ et surtout Uà q 

^^ reviennent sans cesse, comme s'ils étaient ses titres de fond et de début, tandis 
que les autres, comme □ -^^^ et y^ 6 U, malgré leur réelle importance, ne sont pas 
toujours mentionnés. 

Les titres fondamentaux suffisent parfois à désigner un personnage important, et, 
quant à moi, je suis porté à croire que THorus VII des statues 202 et 182 est le même 
que celui de la statue n" 2. Nous retrouverons d'ailleurs cet Horus VIII quand nous 
étudierons la statue. 

Document 11 . Tableau généalogique 

_, ç\ vni ^ — c h r^'n g\ Ml 

Statue de \\ , fils de 



(N° 2 de Karnak) 
Epoque. Texte gravé sur les épaules : | j ^ ®jD ^-^ g ^ \ '^\m ] 



Cig^AlI)' 



1 ©. VIII 



i"^""^ vil 



3 c^'=^ Il 

lui 

K i- — <: f) i'^'"^^^ VIII 



,164 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE XIBNOUTIROU 






,yi^ 



r^' 



^■A 



^' 



û IJS^ ^ 114- LKii/ t-=il 1 I Ta/ 

l\f\JV^rS\ 1 A/WV\A I lîl ^ A^A^v^N I Il I ' Ci © I û ' I7j 'jJ - 



^^ f^ □ j III =] n iiii 
© I À o 



I 

AAAAAA 



L'^T 



[' ■■ "] I I -^^ 

AAAAAA <— ' 



I I I 



I AAA/VW 



— /i I I I AAA/VW ^ AAA/VNA LJ i=i V > 



AA/V^ft I © AA^A'^A 



i; 



i*"""^ VI 



m 



Document 12. Tableau généalogique 

P^ Mil ^^ — <■ VI 

Statue de ^^ , fils de -»-| ^^ 
(N° 388 de Karnak) 

1 $\ VIII 



VII 



111" 



.=s 



^pft 



L=Z1 






fl 



Ci 

— J] A^VVV^A I Il I 



1 I T I AAAAAA 

"■pfs^.i!v°isr 



JIIM n tî^;^S3 

n I i AAAAAA IR „^ yf/ \ ^^ 




LE DOSSIKIl DK LA FAMILLE NIBxNOUTIROU 



165 



1!E-^i:Pi 



r-^ r ~i 



wm<^-^^ 



A/vVnAA c^ 



D I O I 



— D ^^/v^^^ I IL J 



I I I n r^"^ 
^O I 



k1?l 



M 



111" 



Document 13 



La statue de Nibnoutirou II, fils de Neseramon VII 

(Karnak n" 347) 



q qc] Il 



La statue 347 de Karnak est celle du grand-père d'Horus VIII, ^"37 j|] , fils 
du nomarque Neseramon VII. L'identification de ce personnage avec le Nibnoutirou II 
du texte du Ramesséuin et des statues 2 et 388 est certaine, d'autant plus certaine que 
le titre de nomarque ^i rr^ Que porte son père Neseramon VII est un titre en 
somme très rare et qui me parait un point de repère très sûr pour une identification de 
personnage. Le grand intérêt historique que présente cette statue est que les deux car- 
touches d'Osorkon II, [[j^ 1^ [j4 ï\ ^ ■'■") I [G']^ ^'^'^^"^1 ' Posé^ chacun sur un arc -^s', 
sont gravés l'un sur l'épaule droite, l'autre sur l'épaule gauche, et qu'à côté du dernier 
cartouche se trouve ajouté : 7] v ^^ [ \j\ , comme nous l'avions mentionné 

déjà au paragraphe VII. Nibnoutirou avait 96 ans, nous dit le texte, quand sa statue 
fut faite. 

-J-. Le texte dédicatoire 



Elle fut dédiée par son fils v\ Horus, fils de 



i~^n ^^'^ ■>==■ 



,^ifV^i^^p 



o 



est ainsi conçu : 

!^ I T" J \\ik " ^ «Vit . Faut-il, ici, prendre le mot oi « fils » dans son 

sens vague et reconnaître dans cet Horus l'Horus VIII des monuments précédents, petit- 
fils de Nibnoutirou II, ou bien un Horus IX, fils de Djotmaoutasankh qui, dans ce cas, 
aurait été la femme de Nibnoutirou II? Ce point reste indécis encore, et nous ne pouvons 
préciser si Horus IX n'est pas le même personnage qu'Horus VIII et si Djotmaoutasankh 
épousa Nibnoutirou II ou son fils Neseramon. Ceci, d'ailleurs, n'est qu'un point de 
détail qui ne change rien au fond du sujet que nous traitons; ce que nous nous étions 
proposé était de réunir tous les renseignements généalogiques qu'ils renfermaient. Nous 
pensons l'avoir fait en toute bonne foi. C'est au lecteur de juger de la valeur de nos 
arguments. 

Et si maintenant nous réunissons en un seul tableau toutes les généalogies que nous 
venons de rassembler peu à peu, nous pourrons constater que nous avons résolu le pro- 






J 







166 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



blême que nous nous étions proposé à la fin du paragraphe VII, c'est-à-dire que le cycle 
généalogique est complet, que tout ceci s'ajuste exactement. 

Est-ce un hasard, une simple coïncidence ou une démonstration définitive de ce que 
nous avions déjà avancé dans nos Nouveaux Renseignements'^ 

C'est à mes savants collècjues de décider. 



Statue de 



FILS DE 



Document 13. Tableau généalogique 

n i""""" i vil 
( Karnak n° 347 ) 

Époque. Cartouche d'Osorkon II. Premier prophète d'Amon, Horsiési. 



HT' 



\ î\ VIII (?) 

I 



'^\,m 



3 



ni" 



4 ^ — <■ h I "" ' i VIII 



111'^" 



'' ^ O 



1^ 



_^ 



^1!V 



: ft S -iJ 1 I AAAAAA T 






AAAAAA I A^sAAA'. 



(Ci A^A/'^A 



CZHZl 

û 



iCb /V\A/Wv 



im 



■1ÎV 



13 J IM ^ 












o I 



\ etc. 
I I I v 



^Zcfe'IÎV^ 



LJ ^:::iv D D D aaaaaa 1 CD I /\a/wsa aaaaaa i ^^^ 



lIÉItUlll. m in ^ _j' A\AA'^s.V 







^ 



• imv 



CZEID 



. "S-- 



Pkt 



VIII (?) 



111" 



YJJ[ AAAAAA r\ .inimm. 
. CZ^ l 1 AWV\A 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



167 



A/NAAAA XJ. 



<==^ 



O 

AA/V\AA 






û 



I III ^- 



1 f(] = 10®D 

AA/VNAA 1 AAAAAA I ^ AAAAAA ' 



I I A AAAAAA I AAAAAA 



S^'Siq 






111'^' 



Document 14 



^ 



Un vase de Shapensopit, fille de Nimrod 

Le texte du Ramesséum (doc. 10) nous a fait connaître une des femmes d'Ho- 
rus VIII, la dame, pallacide d'Amon, Miritouamon, fille d'un Nibnoutirou IV. 

Les statues 338 et 686 de Karnak vont nous montrer qu'Horus VIII épousa 
Shapensopit, fille du premier prophète d'Amon Nimrod et petite-fille d'Osorkon II. 

Un vase d'albâtre, qui, lui aussi, provient des fouilles du Ramesséum, nous avait 
déjà fait connaître cette femme qu'il ne faut pas confondre avec sa cousine, fille de 
Takelot II, la princesse Shapensopit. L'inscription dédicatoire de ce vase ne laissait 
pas de m'intriguer : j\'^ ^^ M f^ ^ czzziT ^ ^ ^ T^ ^ H ^ "^J A ? 



« Je suis venue pour ofïrir la grande ouabit de pierre sculptée, rassemblant les 
» choses qui sont aimées de l'Osirienne, la noble Shapensopit, juste de voix, fille du 
» premier prophète d'Amon-Râ, roi des dieux, chef des soldats, (grand prêtre) d'Hé- 
» racléopolis Nimrod, fils royal du maître des deux mondes, Osorkonmiamon, donnant 
» lajyie. » y 

Cette dédicace, curieuse à plus d'un titre, nous permettait de supposer que le 
mobilier funéraire de Shapensopit se trouvait jadis dans les tombeaux découverts par 
M. Quibell, mais il était difficile de préciser de quel droit la fille du premier prophète 
Nimrod se trouvait parmi les membres de la famille Nibnoutirou, Horus, Neseramon. 

Les statuettes 338 et 686 (doc. 15 et 16) viennent nous montrer que Shapensopit, 
fille de Nimrod, reposa là comme épouse d'Horus VIII. 






Dociunent 15 



Statuette de ^ JA "^ ^' ^'^^ ^® ^^X Granit gris. Hauteur, 0'°835. (Karnak 
n» 338.) "^ "" ' 

Les statuettes de femmes étaient rares dans la cachette de Karnak. Celle de Shapen- 
sopit peut compter parmi les plus jolies qui en soient sorties. Absolument intacte, elle 



168 LE DOSSIER DE LA FAMILLE XIBNOUTIROU 

représente la fille de Nimrod assise sur un siège cubique, tenant un lotus dans la main 
gauche. Les images des dieux héracléopolitains couvrent ses vêtements. Il y a là, re- 
présentés, Harshefi, seigneur d'Héracléopolis, sous forme de bélier, passant à droite, 
Osiris d'Anroutf, Nephthys et une Isis j ^^ \N | ^''''^ ^^_. > ^u sujet de laquelle 
nous reviendrons plus tard. 

Shapensopit est la 3 ^■^^^^ 1 X (I ^ n I l aw^va ^ ^ q '^^ Uà ^^-^ ^^ 

^^. , femme du prophète d'Amon de Karnak, prophète de Montou, sire^eThèbes, chef 
de clan, scribe de l'archive de Pharaon, Horiis VIII qui lui a dédié cette statue. 

Elle fut faite par le chef de clan, chancelier, ami unique, prophète d'Amon des 
Apitou, prophète de Montou sire de Thèbes, scribe de l'archive du pharaon, Horus, 
à sa seconde qu'il aime, la noble dame Shapensopit, fille du premier prophète 
d'Amon Nimrod, fils royal du maître des deux pays Osorkon, aaw^ □ "='^1^'^^ 



Cette statuette fut déposée dans le temple de cette Isis de Setourit dont nous 
signalions plus haut l'image sur les vêtements de Shapensopit. C'est ce que le 
texte I de la statuette nous apprend : i^ |4| = ^ ^lOF^J^^' 
Or, ce temple fut précisément bâti sous le règne de Padoubastis I" par Horus VIII 
lui-même, ainsi que nous l'apprend la statue n" 2 (texte K) où Horus VIII, parlant de 

ses travaux, dit : ™ 1 UW '(^<=>tT™ H ^^^' i h -. 

On avouera qu'il n'y a pas là qu'une simple coïncidence. Du reste, les titres que porte 
Horus sur la statue de sa femme Shapensopit sont bien ceux de Horus VIII, et bien 
qu'il ne soit pas fait mention des aïeux de l'époux de Shapensopit, trop obscurs auprès 
de ceux de la fille du premier prophète d'Amon et de la petite-fille d'Osorkon II, je ne 
puis reconnaître, quant à moi, qu'Horus VIII dans le mari de Shapensopit, fille de 
Sheshonq. 

Les deux cartouches fo^ P'^^f^l ^^ H^ if\^'\^?\ sont gravés sur les mon- 
tants du siège de la statue, mais je ne saurais dire s'ils appartiennent à Osorkon Si- 
6as/:?ï-miamoun II ou à Osorkon 'S?-/srï-miamoun. 

Et si maintenant nous ajoutons les nouveaux renseignements généalogiques que 
nous venons de recueillir en les soudant à Horus VIII, nous constaterons une fois de 
plus qu'Osorkon retombe au parallèle où nous l'avions déjà placé précédemment. Ceci 
nous permettra de plus de réunir le tableau de la famille Nakhtef mouti, que nous avons 
fourni déjà en 1905 dans le volume XXVII du Recueil de Travaux, avec celui de la 
famille Nibnoutirou-Neseramon actuel, car Shapensopit y figure. 

Notre tableau s'enrichit ainsi, tout d'un coup, d'une nouvelle série. Je ferai re- 
marquer que les données du tableau publié en 1905 concordent exactement, quant 
aux règnes des souverains qui se retrouvent dans ce tableau avec celui que nous 
donnons aujourd'hui, ce qui nous donne lieu d'espérer que tous deux sont exactement 
établis. 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



169 



Document 15. Tableau généalogique 
Statue de J A ^ J4, fille de Nimrod 

(Karnak n» 338) 



1 ©, VIII I W I n wvw g 



ï 



(MHT^}(M^X^ 



S) 



mnmmanw 






.— — i] AAAAAA L J_ J 



Cl I 



AAAAAA 



D n 1*""^ 



[ Osorkon Il| 



I I I 






^\_ A^^WVA 



Ja 



f ~\\ 1 p AAAAAA 



.^ -\ AAAAAA <^^^> "\ 

^1' ^ I I 



TOsorkon Ilj 



Document 16 



i Statue de Naklilefmouti, nls de Nibnoutirou V, ^^^^ V\ ^;:z:^ | | [ (Karnak 
ji° 686). ""^^ 

i J'ai déjà mentionné ce document important dans mes Nouveaux Renseignements 
parus dans le volume du Recueil de Travaux en faisant remarquer que ce Naklitef- 
mouti exerça les fonctions de vizir, ou nomarque, ou comte prud'homme i 1 }Cf^ ), 
ious le règne d'Osorkon oï-/57^-miamoun. 

Cet individu épousa la dame noble Taïribastit, laquelle était issue du mariage 
^'Horus VIII avec Shapensopit, fille de Nimrod. 

■ Cette nouvelle branche de la famille vient, de plein droit, se raccorder avec les 
précédentes. 



RliCUICIL, XX.K. — NOUV. S13I'.., XIV. 



22 



170 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 



Document 16. Tableau généalogique 



Statue de ç- 



/\A/WV\ C^ 



U=/] 



, FILS DE 



iir' 



Épogue. Règne de (oj^lT^jt^ (iP?lM12]1Îf 



1 O. X 



ï:<[^ 



a» AAyxAAA di 



O] 



6 ©, VIII 



7 I W I ic 



D X A 

AAAA^^ Ci I— 1 



111 



>^ 



° 013 (IPMIB] 



i!v^=:iji'n^:.i!VT=¥Q. 
1 



CZIDI 






€^Pî1i-^ 



I I I 



lli=kl8lV 



s 



^ 



AA/WV\ AAAA/V\ 



L=^ 



U 



I I I 



n I 



n I 



^] 



lîV^W 



otn 



o 



1|)®"~".1^d'Osorkonl[ 

Il D ^^ T I 



L=^ 



111 



^ • Il 

H V A/^WAA I 



K^ 



Mil 






I,E DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROL' 



171 



DOCUMENTS A ANNEXER 

Il existe à côté des documents que nous venons d'examiner quelques autres frag- 
ments d'archives de cette famille que nous pouvons adjoindre au dossier, mais le plus 
souvent ce ne sera qu'à titre supplémentaire, car leur valeur n'est pas suffisante pour 
modifier les résultats acquis, et parfois je les ai rassemblés ici par pur acquit de con- 
science, pensant qu'il valait être parfois trop informé au risque de faire longueur. Pour 
quelques-uns, d'ailleurs, leur classement est parfois incertain. 



Document 17 

M. Quibell, dans son Ramesséum, pi. XXV, 5, nous fournit le texte suivant 



^^^3:7 1 1(4^,^^\ ^ "S w \\ \|j, dans lequel nous retrouvons le Nibnoutirou II, 
fils de N-sn'amon VIII. des documents déjà étudiés. 



Document 18 

Le grand vase en albâtre oriental D 34 du Louvre, avant de servir d'urne funé- 
raire à un membre de la famille Claudia, fut, sept ou huit siècles auparavant, dédié par 
le confident, le pédagogue de son maître, le prophète d'Amon et prophète de Montou 
sire de Thèbes, Nibnoutirou, fils de Hor. 

C'est ce que nous apprend un texte hiéroglyphique joliment gravé sur la panse du 
vase. 









O ^1 



n r*-^^ 



l!fl 



I 



û û 



%^ 






1: 



1V^ 



® 



IL 



A/VN/WA I ^ AA/S/vW 



yZI]ell^nfi\^^^!l 



Le seul Nibnoutirou que nous connaissions jusqu'aujourd'hui (soit par le Diction- 
naire de noms hiéroglyphiques de M. Lieblein, soit par nos documents récents), qui 
puisse être identifié avec le dédicateur du vase D 34 du Louvre, est Nibnoutirou P*", 
fils d'Horus VIII. 

Nous retrouvons une fois encore le roi Osorkon Si-Isit de la statue 202 (docu- 



172 LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBNOUTIROU 

ment 3). Nous nous bornerons à remarquer qu'il n'y a rien d'impossible à ce que Nib- 
noutirou I«% devenu vieux et pédagogue du roi, ait pu lui, dédier ce vase. 

Document 19 

4^ A/V\AAA r\ .iiimuiL 

Statue de ^^, fils de '—^ [1 ,. 

( Karnak n° 81 ) 

La statue 81, comme les statues 728 (doc. 1), 356 (doc. 2), 202 (doc. 3), a été 
octroyée par faveur royale, û û^^,^^Oyy_^ ^'^vl^' ^ Horus, fils de Nsiramon, fils 

d'Horus. Elle fut dédiée par le fils de sa fille, /wvw\ ^ 5>= i n ^ """^"^ Amenemanit. 

Je crois, quant à moi, que le même phénomène que nous avons observé en étudiant 
la statue 182 (doc. 4) se reproduit ici et qu'Amenemanit déposa, par faveur loyale 
(probablement d'Osorkon Si-Isit), une statue où logeait le double d'un dé ses ancêtres.^ 
Mais la série ^^, fils de -»-] (I , fils de ^^, se retrouve deux fois dans la généa- 
logie 728, et je ne sais pas si nous devons voir, dans l'Horus auquel Amenemanit dédie 
une statue, ou Horus V ou Horus IH. Car le titre de |Q|[ |L M '^' l"^^^^ l*"^^^ 

M.M,' ^^^ i^ retrouve avec d'intéressantes variantes parmi ceux de Nsiramon II 
(statue 718, doc. 1) et d'Horus III, me porte à penser qu'il peut s'agir ici de l'un ou de 
l'autre Horus, le troisième ou le cinquième. Ce document ne pourra être, en somme, 
classé que plus tard. 

Nous ne l'avons pas admis à figurer dans le tableau général, car, à notre avis, sa 
situation exacte est encore douteuse. 

Document- 19. Tableau généalogique 
Statue de ^^^ fils de ^ 
Époque. OsoRKON II bis^!). '. i ; 

I AAAA^^ _Cr^ 1 AAAAAA P^-^ 

I 

O p\ A/VW/NA AAAAAA c\ 



4 AAA/VW f\ .i m iii m . 



LE DOSSIER DE LA FAMILLE NIBXOL'TIROU 



17a 



A n nn\A^A Fil I k AAA^ s=> ^=^3:7 A ® w^^i ci 

V/ 1 <!^ il © I '^ I I AA^AAA ^^ I 



n I 



4^V^=k^ilP' 



I I AAAAAA 1^1 I 



I I I 



^ A/wwsln I I AD ^ 



n-m^'z^nmp. 



oi 






:rT 



r'^^ a A -=&< 



_M^H ,vwv.^ f^^^^ 



p\ AAAAAA I 



Q 



■ ppiimi 









Document 20 



Statue de ^^ |^ , fils d'( aa^aaa ^ 

(Karnak 11° 498) 

La statue d'Horkheb est celle du père de l'Amenemanit, qui dédia la statue 81 
à la^|u.elle elle doit être rapprochée. Toutes deux nous fournissent un rameau de la 
famille Horus Neseramon, mais là encore nous manquons d'une certitude absolue et ne 
pouvant, quant à nous, décider en toute sécurité si l'Horus, père d'Akbesenisit, fut 
Horus V ou Horus III de notre tableau généalogique, nous n'emploierons pas ce docu- 
ment jusqu'à plus ample informé. 



/ r 



Document 20. Tableau généalogique 



Statue de 



, FILS de 



[ AAA^M [Il "=" Vf 
1 

(Voir page suicante) 



174 



LE DOSSIER DE I.A FAMILLE NIRNOUTIROU 



^'"- 
, e^"*^ 



(Voir page précédente) 



AAAAAA il ' 



[ A^/\A/\A [1 



4 



AVv^'vNN ; I ^/vwv. . ^i, I LU Mil Mil I 



n I 



, Il AN /VW-A., 

AAA/^A^ I ^^ \/ I Ci cJ W 



^ïi 



A/V^W\ ( I A/VNAAA 

In r ^= 



A/VWNA 

® 

£:i Ci I 






^ e ^w^ 1 n I I A D 



^>y.*^sN*j 



IIV^ 






n ^Ti 



1!Vq 



■ pullllll 



^Sl.^ 






AA/VAA £^ T^ AV\AAA cJ 



Ç) 



[AA^ 



Tels sont les documents que nous avons piLjassembler sur la famille Nibnoutirou. 

Nous prions le lecteur de vouloir bien, après avoir étudié ces documents avec tout le 

soin qu'ils comportent, se reporter au tableau généalogique que, grâce à eux, nous 

- Ç^»^'" avons pu dresser de cette famille. Il pourra constater le singulier enchaînement des 

AaV-* XXP, XXIP et XXIIP dynasties, enchaînement qui nous permet de croire que les 

XXI^ et XXllP dynasties tanites se succèdent sans discontinuité, comme si elles 

étaient une, et leur parallélisme certain avec la XXII*^. Je crois devoir, une fois de 

I plus, insister sur ce roi Osorkon Si-Isit-miriamon, que je persiste à ne pas confondre 

avec Osorkon Si-Bastit-miriamon. Ce dernier étant Osorkon II, le premier ne peut être 

que le véritable Osorkon III. C'est ce que j'avais déjà dit : j'espère que les documents 

que nous venons de grouper ici le prouveront aujourd'hui une fois pour toutes. 

Nous aurons, je crois, encore a revenir sur les familles Nakhtefmouti et Nibnou- 
tirou. Leur étude est loin d'être achevée. Nous n'avons fait encore que d'en poser les 
bases. 



Karnak, 30 juin 1907. 



SUR LE SIGNE m 175 



I 



SUR LE SIGNE 

PAR 

G. Maspero 

M. Daressy a publié dans nos Annales un modèle de sculpteur, sur lequel le signe 
, ff], est représenté comme résultant de la combinaison de trois chacals ou de trois 
renards liés en paquet et retombant parallèlement l'un à l'autre'. Je me suis demandé, 
comme lui, si c'était là un caprice de l'artiste ou si la forme était vraiment légitime, et, 
pour m'en assurer, j'ai examiné les monuments de toutes les époques pour voir si je ne 
l'y retrouverais pas. Les mastabas de Sakkarah en renferment plusieurs exemples, 
dont un au moins a été publié par Capart, dans le nom d'un scribe Masi, qui figure au 
tombeau d'Anklioumarâ' : Capart pensait que l'objet est une sorte de chasse-mouches 
de forme peu commune. J'ai profité des loisirs de mon inspection en Nubie, cet hiver, 
pour rechercher si j'en trouverais des exemples à l'époque du second empire thébain. 

Le premier endroit où je l'ai rencontrée, c'est Ipsamboul. Dans tous les grands car- 
touches de style soigné, renfermant le nom de Ramsès II, le signe est fait comme il suit : 

Les variantes sont plus ou moins grandes selon la place, et, 
dans plusieurs endroits, elles se rapprochent beaucoup du signe 
linéaire m; presque partout, on y reconnaît très nettement 
non pas trois renards vivants ou morts, mais trois peaux de 
renards vides et flottantes. Les exemples les plus caractéris- 
tiques sont ceux que l'on voit sur la base des deux colosses de 
gauche et dans les inscriptions qui décorent l'embrasure de la tÀ 
grande porte d'entrée. J'aurais voulu constater si cette forme | 
était celle qui avait été adoptée pour les grands cartouches / 
peints du plafond dans la salle des Atlantes : donné l'effacement / 
des couleurs, ma vue ne me l'a point permis. Je n'ai pas visité J 
Derr cette année, et je ne puis pas dire si la forme en question 
y a été employée : mais, ni à Amada, ni à Ouady-es-Sebouâ, ni à Gerf-Husséin, ni à 
Beit-el-Oually, je n'en ai rencontré le moindre exemple. A en juger la Nubie, elle 
n'existe que sur les monuments de Ramsès II, et, dans les monuments de Ramsès II, 
que sur ceux d'Ipsamboul : partout ailleurs la forme linéaire |î| est seule en usage. 

Passant à la Haute Egypte, je rencontre notre forme une fois à Éléphantine sur un 
beau bloc qui porte en grands hiéroglyphes le nom Thoutmôsis. Mais, ni à Phihe, ni à 
Kom-Ombo, ni à Edfou, ni à Esnéh, dans aucun des temples d'époque ptolémaïque et 
dans aucune des tombes d'âge pharaonique, je n'en ai relevé aucun exemple : elle ne re- 




i^ 



1. G. Daressv, Un modèle du signe 01, dans les Annales du Se/'cu-e des Antiquités, 1903. t. IV, p. 122- 
123, avec planche. 

2. J. Capart. Une rue de Tomheauœ à Sal.i;arali, Texte, p. 41; Planches, pi. XXXIII, XI,\'II, CIV. 



176 SUR LE SIGNE 



paraît qu'à Thèbes seulement. Je fais, en ce moment, enlever par M. Legrain les blocs 
épars du massif nord du pylône de Ramsès II qui précède la salle hypostyle. Plusieurs 
d'entre eux, qui appartenaient à la partie médiane du parement, prouvent qu'une pre- 
mière inscription au nom de Ramsès P"" a été surchargée par Ramsès II lui-même : les 
caractères qui la composaient sont pour la plupart lisibles encore, et le jnes des car- 
touches y est identique au mes d'Ipsamboul, et peut-être d'un dessin plus fin, mais 
l'inscription en surcharge emploie le iTj mes linéaire. Ceci est important, car il prouve 
que la variante aux peaux de chacal n'a pas été ressuscitée par les dessinateurs du temps 
de Ramsès II, mais qu'ils l'ont empruntée aux poncifs dont se servaient leurs prédé- 
cesseurs du commencement de la dynastie : elle se rencontre d'ailleurs dans plusieurs 
endroits de Karnak sur les monuments de Ramsès IL A Louxor, la forme la plus usitée 
est la linéaire, mais l'autre n'est pas rare, sur la base de l'obélisque transporté à Paris, 
sur celle de l'un des colosses de la façade, sur les montants de la porte ouest qui mène 
à la cour de la mosquée, sur les colonnes et sur les colosses en granit de cette cour. 
Elle reparait au Ramesséum de la rive gauche, pêle-mêle avec l'autre, et moins 
souvent à Gournah. Enfin, je me suis demandé si Ramsès III, qui agit en tant de choses 
à l'exemple de Ramsès II, ne l'avait pas copié même sur ce petit point, et j'ai examiné 
les murs de Médinét-Habou. J'y ai trouvé le mes aux peaux de chacal dans le pavillon 
fortifié, sur les pylônes et dans les cours, mais presque uniquement dans les inscrip- 
tions de très grande taille : on en verra de bons exemples dans la légende du soubasse- 
ment de la cour des Atlantes, notamment vers l'angle nord-est de cette cour dans la 
petite chapelle du Nil. Enfin, on le remarque également au mur extérieur du nord au 
voisinage de la bataille navale. 

Les deux temples d'Abydos présentent les mêmes particularités que j'avais obser- 
vées sur ceux de Thèbes. Dans celui de Ramsès II, la forme linéaire est la plus fréquente 
sur les parois de calcaire des murs et des piliers, et la forme aux peaux de chacal n'in- 
tervient qu'à l'état d'exception : elle reparaît sur les montants en granit des portes ou 
dans les inscriptions d'apparat de la plinthe partout en un mot où l'emploi des hiéro- 
glyphes de grand format a obligé le graveur à soigner son style. Au temple de Sétoui P'", 
au moins dans les portions de ce temple que Ramsès II a décorées, le [T| aux peaux de 
chacal est une rareté. Les fragments épars sur le sol de l'ancienne Memphis m'ont 
fourni le même mélange de la forme linéaire et de la vieille forme. 

Il résulte de cette étude que le mes en peau de chacal n'était pas une fantaisie du 
graveur saïte, mais une des formes les plus anciennes du signe. Si nous le rencontrons 
rarement aux temps memphites et à la première époque thébaine, ce n'est probablement 
qu'un effet du hasard. En tout cas, il est fréquent sous la XIX° dynastie et sous Ram- 
sès III, comme forme soignée et plus décorative du mes linéaire fn. Les graveurs, trou- 
vant celle-ci trop simple et trop nue pour les textes bien en vue et de grandes dimen- 
sions, l'y remplaçaient par le mes en paquet de peaux. Il semble bien que la racine ms ait, 
dans un de ses sens, rapport aux idées de cuir, dans [T|n 1 masousou, cuirasse formée 
d'un cuir sur lequel des écailles de métal étaient cousues, fn '-^ ïï maskou, peau, 
juLOTc T. B. juLOTcep, AxoTCHp M., lopum , covium . pour les sandales, et cela expliquerait 



LESEFRUCHTE 177 



la variante. Si l'on remarque que, dans les monuments des Thoutmôsis, la variante 

monumentale est parfois la grappe de fleurs ^, et rarement, à ma connaissance, le 

paquet de peaux, on en arrivera à cette conclusion que les sculpteurs de la seconde 

époque thébaine se bornèrent à donner à la syllabe m, selon les époques, les formes 

qui leur semblaient être les plus décoratives, sans s'inquiéter de savoir si elles étaient 

justifiées ou non par les monuments plus anciens ou par la tradition des ateliers : pourvu 

que la silhouette générale demeurât suffisamment la même, ils en modifiaient le détail 

à leur gré. Ces modifications étaient si légères en vérité que les modernes n'en tinrent 

aucun compte, et l'on s'attendait si peu à rencontrer un signe consistant en la réunion j . -^ i^ i 

de trois peaux de renard, qu'on ne le reconnut pas pour ce qu'il était : sans le hasard i>^ t^-*^-- 

heureux qui a mis notre modèle entre les mains de M. Daressy, la véritable origine du J 

signe courait le risque de demeurer longtemps méconnue. 



LESEFRUCHTE 



VON 



Fr. W. von Bissing 

8. Zum (( qui J). — Drei weitere Felle der Art, wie sie unter N. 1 besprochen sind, 
kann ich heute nachweisen : eines im Ashmolean Muséum zu Oxford, zwei im British 
Muséum unter den N. 2564 und 21999. 

9. Speere mit ^œei Spit::en oder Harpunengabeln? — In einem Grab des spâten 
neuen Reichs fand Mac Iver zu El-Amrah (abgeb. dort Taf . XXII) einen breiten Zwei- 
zack. Ganz âhnliche hatte Pétrie mit Speerspitzen zusammen in Nebesche gefunden 
[Tanis, IL Taf. III; 10 years digging-, S. 69) und in die Sammlung Hilton Price war 
ein Exemplar (N. 2920) aus Bubastis gelangt. Dièses hatte Budge fiir ein Scepterende 
gehalten, wâhrend Pétrie an Speerspitzen oder Speerschuhe barbarischer Vôlker, etwa 
der Kyprier oder Lykaonier, dachte. Mac Iver schloss sich ihm an. Gegen die Er- 
klârung als Speerspitzen sprechen vor allem zwei Umstânde : einmal haben mehrere 
Exemplare in bald grôsserer bald geringerer Entfernung von den Spitzen der Gabel 
einen zuweilen reich verzierten Querbarren. Sodann sind die Spitzen der Gabel 
niemals scharf. Ist soweit die Erklârung als Angritîswatïe wohl ausgeschlossen, so 
muss man auch fur den Gebrauch als Speerschuh die Form der Gabel nicht eben 
praktisch nennen. Denn jene Barre verhinderte ein festes Einstecken des Speers in 
den Boden. 

Die vermutlich richtige Deutung gab mir Schâfers Aufsatz ûber die Horusspeere 
{^g. Zeitschr., XLI, 68 ff.) und sein Hinweis auf das Bild bei Wilkinson, Manners-, 



l. Vgl. Recueil de Tracaux. XXIX, 183 li. 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SKR., XIV. 23 



LESEFRUCHTE 



II, S. 128, an die Iland, Es gehôren Gabeln und Speerspitzen zusammen zu je einer 
jener von Diodor, I, 34, geschilderten Speerharpune mit Seil. Die Querbarren aber 
sollten das Ausgleiten des Seils aus der Gabel verhindern, durch die es lief. 

Somit stellt sich die Waffe der Kyprier oder Lykaonier als eine gut âgyptische 
Speerform dar und sie bietet keinen Anlialt mehr jene Grâbergruppe von Nebesche 
fur die Ruhestâtte fremder Sôldner zu lialten. Ebenso wenig Wert ist vermutlich auf 
das ansclieinend so bezeichnende Fehlen der Uschebtius zu legen. Pétrie ging von der 
Voraussetzung aus, dass die Grâber, die er der Saiten- und Perserzeit zuschrieb, 
Fayenceuschebtius haben mûssten. Allein in El-Ararali fand sich die Harpunengabel 
mit bemalten Totenfiguren zusammen, wie sie Eînde des neuen Reichs ûblich 
waren. Dièse sind aber der Zerstôrung durcli Bodenfeuchtigkeit, wie sie im Delta 
ûberall herrscht, besonders ausgesetzt. Nun gestatten die complizierten Fundumstànde 
der Gràber von Nebesche keinen sichern Ansatz. Die kleine Gruppe aber mit Pétrie 
auf etwa 300 Jahre zu verteilen, ist sehr unwahrscheinlich. 

So bleibt die Keramik. Soweit man nach Abbildungen urteilen kann, zeigt dièse 
zwar eine starke Abhângigkeit von âlteren kyprischen Gefâssen wie Myres Cyprus 
Muséum, Taf. IV, 973, 980, allein durchaus keine so vollige Ûbereinstimmung, dass 
man an kyprischen Import denken muss. Vielmehr entspricht dièse Abhângigkeit 
durchaus dem, was wir auch sonst von der âgyptischen Keramik des IX bis VIII Jahr- 
hunderts wissen. Und in dièse Zeit dûrften die Grâber von Nebesche gehôren; es waren 
gute Àgypter in ihnen bestattet. 

10. Zu den Hieroglyphen _^ und _SS^. — Die Feststellung, dass die Zeichen 
^ ^^ und ^ nicht das Vorder- und Hinterteil eines lebenden Thieres sondern eines 
ornamental verwandten Lôwen darstellen, die im Text zu Taf. 10 der Bruckmannschen 

' /t»'^ Denkmaler gegeben ist, war teilweise schon von Pétrie, Mcdum, S. 30, vorwegge- 
J^- '^\ nommen. Die unrichtige Transcription {peli _ fur het) in den Worten : « The lions head 
|^o*4 peh is clearly not a drawing from the animal, but of some object formed like a lions 

4 -'^. head, perhaps a draughtsman or the top of a staff )) hatte mich das ubersehen lassen. 

' Jedenfalls bleibt die Bemerkung als unabhângige Beobachtung wertvoll. Nur glaube 

ich verdient meine Deutung des _j^ und _^ als Vorder- resp. Hinterteil eines Lôwen- 
Sitzes oder -Bettes den Vorzug. Der Àgypter dachte sich seine Sitze und auch andere 
Môbel gleichsam als Lowinnen, auf deren Rùcken man Platz nahm. So kam der Kopf 
der Lôwin dazu als Zeichen fur « vorn », der Hinterschenkel und Schwanzals Zeichen fur 
« hinten » gebraucht zu werden. Wieder zeigt sich dabei, dass die Schrift unter Kultur- 
bedingungen entstanden ist, die denen des alten Reichs âusserst àhnlich waren, also 
wohl nicht lange vor Menés und in Àgypten selbst. 

11. Zur Erklùrung des Modells Cairo 33401. — Die hierneben nach einer Man- 
sellschen Photographie abgebildete Opfertafel des British Muséums bestâtigt im 
wesentlichen Masperos Deutung des Modells Cairo 33401. Nur diirfte zu dem Ter- 
rassenbau nach Art der Londoner Tafel ein Teich zu ergangen sein, fiir den man 
natûrlich kein Modell brauchte. Ein freistehender Altar war es also nicht. 



il 




W 






Q 

Ph 

o 
b 

w 



180 LESEFRUCHTE 



12. Borchardt's Bemerkungen in der ^gyptische Zeitschrift, XLIV, 77 ff.', 
veranlassten mich zu einer Revisien meines ihm anscheinend nur dem Titel nach 
bekannten Aufsatzes ûber agyptische. Knotenamulette in dem Usener Beiheft von 
Dietrichs Religionsgeschichtlichem Arcliiv. Borchardt mag Redit haben, dass das 
Zeichen V ursprûnglich eine Matte vorstellt, mit der die Hirten sicli auf dem Felde 
schùtzten und dass daher die Hiéroglyphe sa d. h. Schutz zu lesen ist. 

Auch dùrfte des Bild Mastaba Ptahhetep II, Taf. III, den Hirten in der That mit 
einer solclien Matte zeigen, niclit mit einem Gûrtel. Derm mit Davies ist darin der 
Moment zu erkennen, wo die Hirten die Thiere auf der erhôhten Tenne halten, niclit 
etwa der Augenblick vor dem Durchwaten einer Furt. Allein die Deutung auf eine 
Matte ist wohl nur da zulâssig, wo die beiden untern Enden sich niclit kreuzen. In den 
spâteren Fâllen, schon in Dahchour und in den meisten der von Gardiner, ^^g. 
Zeitschr., XLII, 117 ff., bebandelten Falle, ist deutlicb eine Binde gemeint. Vielleicht 
bat bier das Zeichen ^ sn eingewirkt, das Pétrie, Medum, Taf. XV, bereits vor- 
kommt. (Nicht sa' zu lesen wie icli frùber versebentlicb angab.) 

Ist so fur eins der Zeichen die ursprûngliche Bedeutung Knotenamulette unsicher 
geworden, so bat sich zum Gluck die Zabi der Knotenamulette im Ganzen vermehrt. 
Mehrere Knotenamulette der JEgyptische Zeitschrift, 1901, S. 84, bebandelten Form 
bat Valdemar Schmidt in den Proceedings of the Bibl. Arch. Soc, 1906, S. 268 ff., 
zusammengestellt. Aus dem Anfang der XVIIIten Dynastie stammen die Knoten El- 
Kab, éd. Quibell, Taf. XXI, 10, und Davies, Tomb of Hatshepsitu, Taf. XV, 11, 
beide Mal unter Grundsteinbeigaben gefunden. Hier sollen sie wobl die Knoten des 
Messstricks bedeuten. 

Interessanter ist die hierneben nach Davies, Pliahhetep 1, Taf. X, f. 186, ^ege,- 
bene Darstellung eines Gauzeichens, dessen Abvi^eichungen Davies, 
a. a. O., gesanimelt bat. Icli kann es nur so verstehen, dass aus einem 
heiligen Baum eine Hand sich berausstreckt, die ein Knotenamulet 

/U oder die Hiéroglyphe sa' « Schutz » bâlt. Die Varianten deuten eher 

auf ersteres als auf letzteres, wenn es wirklich eine Matte darstellen 
soll. Jedenfalls ist das Zeichen auch als einer der âltesten Belege fur 
die von Maspero, Proceed. of the Bibl. Arch. Soc, XX, 134 fE., untersuchte Vor- 
stellung von der im Baum wohnenden, segenspenden Gottheit lehrreich. 

13. Zur Geschichte der Libationsformel, ///(vergl. Recueil de Travaux, XXIII, 
S. 38 ff.; XXV, S. 119 fï.). — Formel I findet sich auf dem Proceed. of the Bibl. 
Arch. Soc, 1886. Jan., mitgeteilten Stein aus Diospolis parva, der nach den Namens- 
formen |(sic)r (I v^ j^^::^ ■¥■ w^ und | 1 Mîi dem Ausgang des neuen Reichs 
angehôrt, in folgender Gestalt. 




1. Ich will bei dieser Gelegenheit meine Freude daiùber aussprechen, dass Borchardt, der Rezensent der 
beiden erslen Lieferuugen der Bruchmannschen Dcnkmâler, die dort wiederholt vertretene Deutung des 

Bandes in der Hand der Statueu = der Hiéroglyphe 1 entgegen Jacobys Herrschersymbol billigt. Der Hia- 

weis auf meine Ausfùhrungen ist wohl in der Elle unterlassen worden [^g. Zeitschr., XLIV", S. 77). 



LESEFRUCHTE 



181 



VSAAAA 



III 



T , in n D ' TT 1=^ Al® ^ I , . TT "^^^ ® P\ ' A' î^ 

1 ->=> AvwsA V « ly vwvM v_^« n H 1 1 (sjci 11 1 <:zi> Vov V |\ 



[^^ 






Ara nâchsten steht die neue Fassung der saitischen Formel Recueil de Travaux, 
XXIII, S. 42 (nach Pierret, Études) iind der Situla Cairo 3451 die beide den einlei- 
tenden Vers der II Formel haben. Bemerkenswert ist die Ersetzung des gewôhnlichen 
(1 durch den alten, hier barbariscli geschriebenen Plural M , die ganz sinnlose 

I AAAAAA ^ 1 (S I I 

Einschiebung des Gliedes VIII « Begritbnis des Osiris Herrn des Westens », die 
Variante A /wwvn r;::;^^ ^^(13 fur das sonst ûbliche ->=> /wvaaa ■^n^:^. Dass statt des 
fframmatisch zu fordernden ^ju. vielmehr —"-^ steht, ist bei alledem kein Wunder. 

Ans dem neuen Reich teilt Schiaparelli im Libro dei Funerali, II, S. 149 ff., nach 
dem Grab des Rechmire (vgl. Virey, p. 108) und einem anonymen thebanischen Grab 
eine sehr erweiterte Formel mit, die der Recueil de Travaux, XXV, S. 120, verôf- 
fentlichten einigemassen nahe steht. Dièse tritt somit aus ihrer Isolierung heraus. Sie 

lautet wie folgt : Uberschrift : zi 8 v Y^^''^^ IX i ^ ^'^^^ (n^r bei 

Rechmire erhalten). 



r— il 

I AAAAAA CJ 



AA/\AAA 

AA/W\A I AAAAAA 



IIi 
II 
II, Al 



I I I 

A 
I I I 



AAAAAA 
AAA/V\A l A i\/\/\/\/V\ 



I AAA^V\\ J-1 AAAAAA cJ 



AAAAAA tu Vi A .^ Ld LIA A^^W^^ J 1 Jï I I D D 



^'^l'=^^ll\ °°° 



:.J 







1 



.111 

£-1^-1 



i^ Ci 



i^ 



i\ 



1 1 



St^ ^ 



<\ I I 1 -^ A F» A n '^ /'-«c\ w ^^ 



'1<L^1 



-■^ 




182 LESEFRUCIITE 



III 






y\ 






[^^ 



VII|n)®|\t\ ûUa ' 'y^^^^ww^ 



Yarianten des anonymen Grabes (Y bei Schiaparelli), I : (1^ . Ailes folgende 

1 _Z1 A/^\A^A 

felilt bis zu III \\o es lautet y\ aaaa^a [1 |\ ^3:^ y Avwv^ (1 (Hi) '^, (II) 

"^^ 2^,=r=_. Dann fol^t Y uncl MI mit Auslassune- von li ]) ^ . 

Das Bezeiclinende fur die nene Formel ist der mit II A bezeicbnete Teil. Sein 
Anfang entspriclit dem der Ilten Formel. Zahireicb sind die Beziehungen zu saitischen 
Fassungen der ersten Formel, insbesondere der Recueil de Travaux, XXIII, S. 42, 
nacli PiERRET, Études, gegebenen und der ibr verwandten Form der Situla Cairo 3451. 
Wir selien jetzt, dass dièse saitiscben Fassungen ofEenbar auf Fassungen aus dem An- 
fang des neuen Reicbs mit ibren Zusâtzen zurûckgreifen. Aber freilicli scbon damais 
bat man sie nur balb verstanden und willkiirlicb in den alten Text eingeschoben. So 
bleil)t im Einzelnen manches unklar; docb glaubt man so viel verstehen zu kônnen : 

1. Empfange fur Dich dièse Deine Libationen. 

2. Es bringen Dir Isis und Nephthys dièse Deine Libationen, nâmlich Wein der 
Gewaltigen, die hervorgegangen sind aus dem Himmelsozean. 

2n. Icb bringe sie Dir, «) damit Du gewaltig werdest dadurcb vor den Gôttern, 
î^) damit Du gross werdest dadurch vor der Gotterneunheit, am ersten Platze 
stehend vor jedem Gott und jeder Gôttin im Himmel und auf Erden. 

3. Empfange fur Dich das V^asser der Gewaltigen, die hervorgegangen sind aus 
Abydos und geworden aus Tum (?), 

a) damit Du miichtig seist dadurch, 

,3) damit Du Gott seiest dadurch, 

y) damit Dein Herz sich dadurch ewiglich erfrische. 

Dass hier ein selbstândiges, sehr streng gebautes Lied vorliegt, dessen Gedanken 
teilweise mit der II Formel sicb berùhren, leuchtet wohl ein. Geschickt eingeschoben 
ist es nicht, denn II, A 3 t, kehrt gleich darauf in III fast wôrtlich wieder. Als ein Ein- 
schiebsel charakterisiert es sich ja auch dadurch, dass sonst dieser gange Teil fehlt. 
Im Einzelnen lehren Schreibungen wie rffih fur rm^ , T J v r^^^ fur T J dass 

auf den Text wenig Yerlass ist. Merkwurdig ist der altertiimliche Plural \\ U\> 1 statt 

fi □ 1 -Zl I 

des gebràuchlichen \\ 

1 /\fJ\N^ 



LESEKRUCHTE 183 



Die Verwilclerung des Textes wird am schlimmsten in III, wo der 2te Teil, den 
ich in [ ] gesetzt liabe, aus Fetzen von IV mit râtselhaften Einschub des Wortes 
« Falken » gebildet ist. Dann darf man wohl verstehen, icli lasse hervorgelien ( I 

aus ilim? V-VII bieten weiter keinen Antoss. Wir sehen nun dass die Deutung des 
Schlusskolons des Pyramidentextes wie sie die Formel im Tombeau des Vignes in ganz 
entstellter Form bot, und, besser, einige Saitentexte, im neuen Reich allgemein war; 
vielleicht traf sie auch fiir das ^,^ des richtige, sicher fiir die weiteren Worte, wo sie 
nebenbei lehrt, dass nicht der Tote resp. der Kai, wie die Berliner Schule will, son- 
dern die Opfergaben auf die Stimme des Betenden erscheinen sollen. Natûrlicli soll 
auch der Kai zugegen sein : ilim gilt der Ruf, komme ! ? 

Der Text im Grab des Petamenophis, den Schiaparelli, a. a. O., gleichfalls mitteilt 
ist eine bis auf Kleinigkeiten genaue Wiederkolung des Onnostextes'. 

14. Eine Variante von yyyyy;:? — Eine Stèle in Florenz (?), die Pétrie, Italian 



Photograplis, aufgenommen hat und die nach Stil und Datum in die Regierungs Psam- 

metichos I oder des Amasis fallt, bietet folgende wunderlicbe Schreibung, die l)ei dem 

r "^ n I I 
saubern Stil des Denkmals kaum auf einfachem Versclireiben beruhen kann : \ -^c?^ 
1=30 n i.on I I 

^=: . Ich mâche auf sie in der Hoffnung aufmerksara, dass vielleicht die Herrn 
z=niiii . 

vom Berliner Wôrterbuch etwas darûber zu sagen ^vissen^ 

15. Ziir Stèle von Tombos, l. 8. — Die Worte :^P^P^ ^^iî'l'''^ 

letzter Ubersetzer, Breasted, in den Ancient Records, II, § 71, so ùbersetzt : a Their 
foulness, it floods their valleys; tlie ... of their mouths is like a violent flood. » Mit 
Recht hat er ^^ ' als Kot oder Urin gefasst, eine Bedeutung die auf aile Stellen 
(s. Brugsch, W6.; Piehl, Petites Études, S. 20; Lewi, Foca6o/a;vo) passt. Drastisch 
wird die Angst der Besiegten geschildert. ^pi y hat aber Breasted ebenso wenig wie 
seine Vorgânger erkannt. Ich glaube man braucht nur zu transkribieren, um das 
richtige zu fînden : ^^ p. ist verschrieben oder aus der hieratischen Vorlage falseh 

transkribiert fiir ^^ y\, das wir u. a. aus den « Sprûchen fur Mutter und Kind » 
kennen, wo Erman dazu gehôriges anfûhrt. Dort bezeichnet es das Sabbern; es ist der 
Schaum oder Speichel, der aus dem Munde der Bedrangten tritt, und damit der 
Parallelismus der Glieder aufs beste hergestellt. 



D^^ 



16. Zur Geschichte der Uschebtius . — Dass die Zahl der Totenfiguren in der 
Spâtzeit eine feste war, lehren die Funde. In den Grabern von Saqqara fand Barsanti [ .. A^^^Axptii' 
die Totenfiguren jedesmal in 2 Gruppen rechts und links von der Thûre aufgestellt. \ QO'-^^\ pç^, 
Im Grab des « Petenisis » lagen rechts 2-3, links 198 Statuetten, im Grab des « Zan- 
nehibou » waren es 198 und 203, im Grab des « Peteneit » 198 und 202, im Grab des 
« Uazhorou » 198 und 198, im Grab des « Hor-kheb » im Ganzen 400, von denen nur 






1. Eine kaum hierber gehôrige Libalionsformel des miillcren Reichs bei Peihik, Ka/iun. Taf. V. 

2. Icb selbst batte kiirzlich cia 2'" Beispiel gefuudeu, die Noiiz ist mil- abci' abbanden gekommen. 



184 LESEFRUCHTE 



36 Inschriften tragen. Im Grab des « Hikaoumsaf » fanden sich, in zwei Haufen, 401'. 
Ausserhalb Saqqaras fand Pétrie in Abydos in 2 Uscbebtiukâsten zubeiden Seiten der 
Tbûr 198 und 196, in Hawara im Grab des Horuza 196 und 203'. Pétrie bat nun ge- 
meint, 400 sei die beabsicbtigte Zabi gewesen, 200 auf jeder Seite. Dem gegenuber 
scheint mir das stetige Wiederkehren von 198 kein Zufall und 401 die ricbtige Summe, 
die in 2 Fâllen aucb wirklicb vorliegt, in zwei weiteren bis auf eine Figur erreicht 
wird. Dièse Summe ist auch leicbter erklârlicb als 400 : sie zerlegt sicb in 365 -f- 36 
d. b. in eine Figur fur jeden Jabrestag die 5 Epagomenen eingescblossen, und 1 Figur 
fur jede Dekade des Jabrs'. Nur dièse Dekadenuscbebtius tragen im Grab des « Hor- 
kbeb » Inscbriften ; in andern Fâllen zeichnen sie sicb durcb Grosse aus, vielleicht 
aucb durcb die Tracbt. Es wâre môglicb dass die in der Tracbt der Lebenden 
dargestellten Uscbebtiu solciie Wocbenuscbebtiu, wir wiirden sagen Vorarbeiter, 
waren'. Icb môcbte bier zwei weitere fur die Gescbicbte der Uscbebtiu nicht unerhe- 
blicbe Tbatsacben anscbliessen : in dem Annales du Service, II, 51 fî., geschilderten 
Familiengrab aus der Zeit Amenopbis IV fand sicb in einen doppelten Sarg gebettet 
eine Totenfîgur des Hetiay aus scbwarzgefârbtem Kalkstein, Gesicht und Hânde aus 
rotem Jaspis eingelegt. Nach den Inscbriften auf dem Sarg und der Statuette kann 
kein Zweifel sein, dass bier das Uscbebti den Toten selber vertritt, dass dièse Figur 
aus den Sârgen fur ibn im Jenseits als Hetiay aufstebn und die Arbeiten ûbernehmen 
soll\ 

Die unmittelbare Stellvertretung des Toten resp. seiner Mumie durcb das Uscbebti 
ist im neuen Reicb aucb nocb an anderer Stelle erweisbar. Pétrie, Royal Tomhs, 
l, S. 32 fE., scbreibt : a It was tbe custom for persons buried elsewbere to send down a 
very fine usbabti to be buried bere, often accompanied by bronze models of yokes and 
baskets and lioes. . . Tbe finest of tbese usbabtis were tbree of Heqreshu. . . one is of 
wbite marble, exquisitely wrougbt, anotber of solid blue glass, both banded with gold 
foil, a third of ebony. » So wie einst mebrere Kaistatuen fur den Toten aufgestellt 
wurden, so begrub man jetzt gelegentlicb mebrere « Mumien » — der Touristen- 
ausdruck fur das Uscbebti ist in diesen Fâllen zutrefïend". 



1. Siehe die Angaben, Annales du Serccce, I, 233, 26.=), III, 97, II, 210, IV, 78, V, 71. 

2. Pétrie, Abydos, I, S. 38; Kahun, Gurob, Hawara, S. 19. 

3. Auch Annales du Sercice, I, S. 190, wird bsrichtet : « J'ai compté 397 statuettes, dont une trentaine 
seulement ont reçu les inscriptions ordinaires. » 

4. Nalùrlich giebt es auch Unterschiede bei den Uschebtius, die sich anders erklâren : im Grab des Horuza 
in Hawara konnte Pétrie unter 399 Figuren, 17 verschiedene Typen scheiden, wohi deu Ateliers entsprechend 
aus denn sie stammen. Die 92 jetzt ira Kairenser Muséum aufbewahrteu Toten6guren Ameuophis II zerfallea 
nach dem Material (Holz, Stein, Fayence) in drei Klassen, uach den Typen in etwa 12. Manche sind so 
àrmlich, dass sie unmôglich auf kônigliche Bestellung angeferiigt worden seiu kônnen.. sondern nur etwa die 
letzte Gabe unbemittelter Hofaugestellter gewesen sein kônnen. 

5. Ubrigens giebt das Uschebii des Hetiay aus dem Ende der XVIIIten Dynastie eines der frùhsten Bei- 
spiele fur die Formel der XIXten Dynastie (Loret, Recueil de Tracaux, IV, S. 91). Àhnlich wie die Figur 
des Hetiay wurde auch die des Sennefer in einem Sarg gefunden und dabei Lagen Modelle von Geràtea 
(Mac Iviîr-Mack, El-Amrali, S. 86 und 71). Der .Sarg war eine Nachbiidung des grossen Sargs (XVllI Dyn.). 

6. Uber die Uschebtius im Allgemeiuen siehe Gardiner, ^g. Zeitschr., 1906, S. 57; v. Bissing- 
Bruckmann, Dcnhniâler âgypt., Skulptur zu Taf. 40, 15; Erman, ^g. Zeitschr., 1907, S. 131. (Dièse Miscelle 
geht mir wàhrend der Correctur zu. Mein Material war Erman bekannt. ) 



TEXTES RELIGIEUX 



185 



TEXTES RELIGIEUX 



Pierre Lac au 



<?. 






XXXII 



Sarcophage de (1. Berseli, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gên., 28083. 



Couvercle, 1. 80-87. 



m' 



j\ 



®li^P=^l^ 



—rr- 



u I 







P^ 



fV\N\r\f\ AW/vX\ 



1=lJi^' 



--ip 1^ 






^ 






m 



__. J^-^I.i%-T^r^^ 

(Ci Vf A-wvv\ ,-Jh A/v\AAA Si aaa^w V\ I v^\ g— 



] 



D f I 



y\ 



_/\ ^f] AAAAAA I 
AA/VnAA 1 



I I I 



e 87 c: 



1- -P-^k^f^'-l 



A^^^W ^ 



I I I H c^ 



I I I 



10 



==J) 



t:^ 



86 



P=^i 



,^E.1^^PI^^ 



■ ;,-^-z;i^?,;,-^° 



' ' ^ ^^^ ^ ^ AAAAAA 

-M^ I 



M 7\ AAAA/V^ Jh 



\Â -^1^ 



y.J 



iJ.^ 



RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR.. XIV. 






^ 



P-i 






LU] 



^ 



-5' ' I /V\AAA/\ 



24 



186 



TEXTES RELIGIEUX 



1. Ainsi disposé : 



H 



2. Pour toule cette phrase, l'ordre des mots doit se rétablir ainsi : 



Ci en' 



,1^-.^ 



qq=^,^|^^^i 



c'est une mauvaise transcription d'un exemplaire dans lequel on 
devait avoir la disposition suivante : 



S Dl 



y 



à à 




XXXIII 



Sarcophage de (1. Berseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Couvercle, 1. 87-90. 

Ce chapitre n'a pas de titre particulier, il est simplement séparé du précédent 
(xxxn) par une séparation de chapitre en rouge. 



INI 
III 



J) I i 1 1 1 1 II 



I I I I 1 AAWAA 89 

III ^ ^ 






AWVV\ 

I I I 



S '••u 



^ZMTT,^ 



1. Ce chiffre est écrit en hiératique sur l'original. 



cjO^ 



0^ 



XXXIV 



Sarcophage de h. Berseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Couvercle, 1. 90-93. 



/V\A/WA AAftAAA 



ï^i' 



I 



\i 



— (U. 



-cs^ UU^ 



Q Z Z 



TEXTES RELIGIEUX 



187 



L=fl 



I I I 



O D I 



I AAAAAA 



I I m"^ III 



I s 



j\ 



/\ 



l 



é 



^ 



(sic) 






j\ 



1 1 1 






^ 



Xi 



w 



i^'-k r-]^ 



1 1 1 



1 AA/V^\ V 1\ U I V ^ iCi \) V XO 



û û 



Ci ■- ^ 



Tci ^m-S^-L^ 



XXXV 



Sarcophage de \\. Berseb, XIP d\'nastie. Musée du Caire, Cat. gén.^ 28083. 

Côté 3, 1. 159-164. 

Le titre se trouve à la fin du chapitre comme une rubrique. Tous les titres sont 
ainsi placés sur le côté 3 du sarcophage 28083. Je l'ai remis en tête du texte. 



f 4-^=^1 



D D CJtr\A_Sî^ I I 



n r^ I rw^/vv^ 









_C£^ AAAAA^ t> 'I ^ ^ 






_2a 



] 



n'" D 



(«ic) \ii i' " " " ' " i 



Ci 1 I I AA^^A^ 



1,:, ^ 



^.^^^:^J-J"^^ 



<o<t 






A/WW\ -3^ J Ci <Ci 



5 ^ 



AA^^AA C^ 



I I I 



•;«nD^ 



I^Vreli^TF?"^ 



AA/VA^ 'n' I [ I 



I I I 



\^ 



I . I 



^^ ^^i-^r-j^e| ^VP4-^^ 



PJ^l 



^JL=^ 



1G3 f^ 



IOd d wv H_S^ 



c^ 



Uii 



/WVAAA J 



[ZZD 



A 



OT^^ 



188 



TEXTES RELIGIEUX 



AAAAVv g > n Ci 









I I I 



D ■■' 



A®' 






I I I '^ I I I 



^. 



1. Pour ce nom propre, cf. Llcre des Morts, chap. cxxiv. 

2. Pour ces noms des quatre côtés de la barque, voir Lefébure dans Sphinx, IX, p. 18. 



XXXVI 

Sarcophage de J\. Ber.seli, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 
Côté 3, 1. 173-175. 



^ ■ ■ 'T € 



I ©® 



(S 



n p. AAWNA f 1 

111^ J\' 



A A 



@ 



u 



.ÎJ^ÎP^Àk-^- 






Zl 



1. Ce titre est placé à la fin du chapitre. Cf. le chapitre précédent. 



XXXVII 

Sarcophage de []. Berseh, XII« dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Côté 3, 1. 183-190. 

Le commencement de ce texte (1. 2-5) n'est autre chose que le chapitre xii du 
Lwre des Morts. Le reste est nouveau. Le titre est placé à la fin, comme dans le 
chapitre xxxv. 



TEXTES RELIGIEUX 



189 



J\ 



JC I 



©îik 



■^N ° 



■kU*'" l'<-^ 



j n 






(.SIC) ■? 

n P ^ 



AA/v^A^ c^i ri 










A^ 7\ N 

D 



,T n 



N 



j □ 



^t^<J 



/^V\AAA 



AA/VV^^ I /WSAAA 



lO^ D 



i8t: 



I I I N ° en 



I z] 7^1 



^X 






o 



, N ^ 



^ O W 

Ci 

w 



$^ J I I I ;^ 



III Ni 



AAAAAA 'M 



^ I I I H AAAAM I 



Ci I I AAAAAA 



□ S 






i I I — ii AA/\ftAA I 

Ci 



18'j n 



û 



N 



D fiu. n S 



N I , 



10 



AAAA^A J\ -^ 

AA^\AAA 1 ® 



XXXVIII 

Sarcophage de (1. Berseb, XII« dynastie. Musée du Caire, Ca^. </én., 28083. 

Côté 3, 1. 190-197. 

Le titre est placé à la fin du chapitre (cf. chap. xxxv, note 1). Les lignes 3-6 
rappellent une rédaction intéressante du chapitre lvii du Lity^e des Morts (Budge, 
p. 128, 1. 12). Cf. Psametik, Rec. de Trav., XVII, p. 19, 1. 51-52 et 158-159. Le reste 
est nouveau. 



190 



TEXTES RELIGIEUX 



ju^ ! 



.î.'rC, 



I I 



'kJ^ 



iiiiiiiii n 



G'K ■ 101 

v i 



IIIIIMII 

AA/WV\ lllllllll 



A^'v^A^ lllllllll 



llllll!ll 



I I I 



'^^ 



N 



/V^/V'^'\ 1—1 AAA/V\A 



1 ^1P 



VT □ § 






/^VV\/Vv vO\ A/VV.' 






N 



. D 



N 



D 



^:pn=K 



Tn ° 



O tl II 

AAAA/V\ (T^ 



CO] 



I I I 



I I I 



102 r-^r-i 



I I I 



y\ Awv^ j\ 



VT D o çn o 






fAAA/^ AA/VA^ d iU. \\ 



^\\ ^^°, 



I I I 



\ 



% 



^' 






D c.n ^ 



F=^ S I 



^%^S. 



*=^ V^ X AAAAAA I 1 

AA/VsAA AA/>AAA ^^ 

I I I /^\AAAA 



1 AAAAAA 



I I I 



Ci -/JL 



^ 



N 



. D 



AAAA/V^ I I I I Ci iU. 



AT Q ^ 
/V\/VW\ I I 



® /wwv 



CI 



D □ 



j\ Af.AAV\ 







f\rAA/V\ /W\A'v\ 



A Q 



3Ï J^ I I I D 



t^^ 



197 



F=;i JiK^ se I 



1. Cette première phrase se retrouve dans Amamu, pi. XXXf, 1. 2, et daus le sarcophage du Caire 28118, 
c6té 3, 1. 128-129. 

2. Ces derniers mots sont écrits en rouge, puis vient le titre du chapitre également en rouge. C'est par 
erreur que le scribe a introduit cette phrase dans le titre. 



XXXIX 



Sarcophage de f\. Ber.seli, XII« dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Côté 3, 1. 197-200. 



lEX'lKS RELIGIEUX 



191 



^_fl 



^L^^^N^ l 






°^ r.T.T ' ^ 



Mir, ^^k-^ 



<^=< 



[\;rv^ 



I I I 



^-l^TI 



J9S /w^A^ 

IAAA/WA A^WV\ 



û I I I 



3^. 



^i 



1 



III D 



Q I -B'^ \r=i -<S>- _C^ /vwv\A I 

4M 



e3 



^ =0= 
Ci I I I 



© D 



A Q 



\\N ^ #H I 






I I I N 



j a n 



1. Cette phrase depuis %_9 111= Téti, 288. 

2. Cette phrase = Mirinri, 824. 

3. Celte phrase = Pé/)/, 413. 



li?^ 



XL 



Sarcophage de [1. Berseh, XII« dj-nastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Côté 3, 1. 200-201. 

Le titre est à la fin du chapitre. Cf. chap. xxxv. 



°^'"W 



— I [— I 11 /WW\A 

I I I ? 



1 






j\ 



W '- -^^ 



a^-^^^kl^-irJk^'"i 



^^ r-^v"! 



i.-^lkfLl^^lik'^""'^ 



III 11®! 



XLI 



Sarcophage de (1. Berseh, XIP dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Côté 3, 1. 206-210. 

Le titre est à la fin du chapitre. Cf. chap. xxxv. 



_fl 5^1 



o I 






IJV-P^^I|-®I°^ 



-i»- 



^•D^- Cj ^<^' 



192 



TEXTES RELIGIEUX 



AAAAAA ^ /V^AAA^ 



III Mil 



-207 



A 



111 I 



I I I 



^ 



I I I 



à a I^É 



/'v^A/^AA LL t^ 



J\ 



n o ^ 



III jn D 



\i 



C^ '^ Ci 



208 



I I I ^ V^ I I I 



I I I 



Ui]H_r^oi 



A 






I I I 



1 1 1 



yj 



m 



210 



m- 



III Y^ I I I ^^■^-^^ 

I I ^^L=_ 



-^^ 






•V' 



10 



^- 



I n 



® jr 



1. Ce chiffre est en hiératique, il est possible qu'on ait nnnnnnn au lieu de finn. 



XLII 



Sarcophage de (j. Berseh, XII« djmastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 

Côté 4, 1. 37-38. 



en vN, j\ l'j^r^^ 



â 



s I 



^^-i'^r^Â>M%\n 



[|]T-^_^' 



I ^ 



I I 



^^ÊI^Â ^ 



fUU^ ^^ 



^ 



1 j]^ 
I I I irt 



AA/V^\A Ci 



^. e'"i^- ^k^. 



#• 



Jl ) I 



I I I 



XLIII 



Sarcophage de J\. Berseh, XII^ dynastie. Musée du Caire, Cat. gén., 28083. 
Côté 4, 1. 38-40. 



TEXTES RELIGIEUX 



li);5 



^^^JL^\i 



rr fjr»et^i ^ 



L^ 



^^ 



s I 



U^ 



_^D 



51 I 



^^^M. A.%AAAA _ClC^ cU 



{sic) 



® 



iiiiuttu 



_S^r7 



I I 







1 



XLIV 



Sarcophage de (1. Berseli, XII® dynastie. Musée du Caire, Ca?^. gên., 28083. 

Côté 4, 1. 40-42. 









N ur^ 



I I N j^ 



t-+-^ J^ ' ' ' ^^ I 



T tk^ 



j\ 



\J\ -^îk-.^ 



^if 



fl.-'IP 



I I I 



n 



1 1 1 



> o 
_fl I 



^ZS ' ' ' 



ûr^i-j^wf 



r-g-i 



I I I 



XLV 



Sarcophage de [1. Berseh, XII« dynastie. Musée du Caire, Cat. gên., 28083. 

Côté 4, 1. 45-46. 



i 



I I I 



1 



f^■/^^ 



J\ /v^AA/V\ 



□ o 



I 7\ 



D a. I 



w 






rri'«jvïz:-j^-?pi ^-à 'ziii.à \ 



aECUEll., XXX. — NOUV. SKP.., XIV 



25 



194 



TEXTES RELIGIEUX 



-^ 



XL VI 

A ^ Sarcophage de ^^~'^o'='- Assiout, IX« ou X^ dynastie. Musée du Caire, 
Cat. gén., 28118. Côté 3, 1. 1-4. Il est précédé d'un titre en rouge illisible. 

B := Le commencement de ce chapitre se retrouve sur le sarcophage de (1 ^ 
A^^^Hfl. Provenance inconnue. XP dynastie. British Muséum. Egyptian Texts... 
from the Cqffin of Amamu, etc. (London, in-folio, 1886) = pi. XXVII, 1. 18-20. 
Mais il est suivi d'un texte tout à fait différent de celui que nous avons <à Assiout. Je 
reproduis ici la partie commune. Le titre qui figure dans [1 ^O^^lly se rapporte 
à la seconde moitié du chapitre. 

Un texte qui rappelle le début de notre chapitre se rencontre dans le Livre des 
Morts, chapitre cxlix, 10^ demeure. 



A 



/WVNAA C_-i .NA/V\AA 



H 



1 1 1 



«•"l-kb^N 



AA/WV\ A/^A^AA 



1 



I I I 



O 



*— -w-— ' A/^AA^ 



AAAAAA O 

<r~> ! I I 



A n ^ ^ 



Bfl, 



N 



I I I 



a 



AAAAAA /WW\A , '' AAAA/^ \^ AAAA/NA 



I 9 
Ci 



,§ 



■^ 



^|i™,,^p 



5 A ^1 I 1 j®| ^^ 






u 



^J,., 



^J^N ^ 



A 



(■v'C) 



1 i ^ Ji V -B^ ,^^AAA^ / 






AAW^^ y^ 1 £2^ I 



^0 n ' ^^ ' 



qf-z-«pk 



10 






y\ 






=.^^^^_j()(i,:,i^iàM',nj 






n 
II 



I I I i )) A^AA^^ 



7\ 



I I I 



A 



I /\f\/w.A vyA C 



n 



1. Ce même nom i)ropre dans Tcti, 311. 



TEXTES RELIGIEUX 



195 



XLVII 

A = Sarcophage de ^^""'^o'^- Assiout, IX* ou X^ dynastie. Musée du Caire. 
Cat. gén., 28118. Côté 2, 1. 1-10. 

Le commencement de ce texte forme un chapitre distinct dans trois autres sarco- 
phages, le reste est nouveau. Voici quels sont ces trois exemplaires que je reproduis ici : 

B =r- Sarcophage de ^x^ Y ,_ (femme). Berseh, XII« dynastie. Musée du Caire, 
Cat. gén., 28086. Côté 4, 1. ""65-66.^ 

C = Sarcophage de n J^ô^. yj- Provenance inconnue. XI® dynastie. British 
Muséum. Publié par Birch, Egypttan Tcxts... from the Coffin ofAmamu (London. 
m-folio, 1886) = pi. XXIX. 1. 13-14. 

D =^ Sarcophage de | | | ^- Béni-Hassan, XII^ dynastie. Musée du Caire, 
n"* d'entrée 37565. Côté 3, 1. 71-75. Publié par Lacau dans les Annales du Service 
des Antiquités, tome V, p. 246 et 248. Dans l'exemplaire D, le chapitre porte un titre 
tout à fait différent de celui qu'on rencontre dans les trois autres textes. 



A 



B 



I i 



fcx^LT^]: 



1^ 



^!lJ 



I isic^- ^f 



T%»' 



, 1 



tf IHOr^^:^ 



D I m 



A 



m^-^' 



L,-^u-~ &' ('■<^ 



f / 



■^^mr.^ê £vt^ â-i p^i.tffi-?i-j ^' 



B 




^ ^ \ 


) 




(V^UVv% / 


!^ Ci 






N ° i 


K /VW\/\\ 


C 




i 

1 






AJ\rj\r.\ r 


•^ ^ 



D 



o 



(MO 



^ 






È 






n ^- D 



'^'-J 



A 






{sic) 



■mm, 14 
m 



l\X 






'^ 



i'sf\!\f\i\\ Ci 



10 






VJV^W iC^ 



'î 



196 



TEXTES RELIGIEUX 






A ^ {sic) 

B 

15 C — -^==::^N 



I \\ I a jj '^ — ^ 



AAAAAA pj 



A,v^AA.^ I ^'w^'v^ 



4-f^ 



^^f] 



%î 



Q 



. ^ 






20 __j S^ ^ 



-0 2 i""""" i 









j^^ 



I I I 



I I I 



fW\AA/\ CLJl /Vs/WV\ iZ^ 






I I I 



I I I 



w 






^ 



I I I 



/W\AAA I I I 

AVSAAA 

A/VVVV\ 






r, e 



30 



c.==^^ 



\7 



I I 






^kP 






TICXTKS RKI.IGIIXX 



197 



I I I 



'^J\/\\\\ ^ 



OT uî/ O 



û ^ I 



'n 



Cl 



L—D 



— T— 



35 



1. Dans Annales du Sercicc des Antignirés, V, p. 24S, il faut supprimer la lacune qui suit le titre. Le 
bas de la ligue 71 est laissé en blanc, c'est ce qui m'a fait croire à une lacune. 

2. Ce chapitre est terminé par la phrase suivante : U I R (P I ^\ h — h ^ 

q n 'tt^ n n ^:=^ i a ^^v.^^ ^m I JSï^ /vNwvN ^-^-^ tzr ^ 



IPI^^ 



I I I 



3. Ici, il semble qu'il y ait une petite lacune qui a pu contenir le pluriel I I I ou un trait <le séparation r?), 
mais peut-être aussi ne manque t il rien. 



XLvm 



Sarcophage de ~^~"^|^^- Assiout, IX- ou X'^ dynastie. Musée du Caire, Caf. 
(lén., 28118. Côté 2, 1. 1(J-13. 



û 



J^\ 



X 



,^ evC^< ^^ f «.^--«^^ 



n^ 



KM- 



±* 






2k X n «1 



y\ 



rV^im^'ÈsK 



P-=^-k-P^'iH}-^--J 



J\ 



A 






'^kk^s^'-^i^ 



^-S; ^ -^ 



^s=. a o 






I 



im^:^^ 



i 



198 



TEXTES RELIGIEUX 



1. Ce texte esi ainsi disposé dans la colonne : 



J 



O = 



XLIX 



Sarcophage de ^^~*~o^- Assiout, IX* ou X' dynastie. Musée du Caire, Cat. 
<fén., 28118. Côté 2, 1. 14-22. 






J\ 



L^at^lll 



r 



1' 



^ik«^lS^S,l^^W-^^°^^^^^^ 



/\AAAAA AAA/^A", 






J\ rj'-A/\N\ 



f /O ^^■' n 



OO 



f 



? V 



t=oo=a I Ci 



10 



n 



D 



_2a& 



(sic) 

? ? (s!f) (.sic) 

(«if) 



^0|x^_.^^ = |Mrf^™«^^ 



A ^ I 



l\ AAWV% Il 



AvWVNA 
A/WW. 



TEXTES RELIGIEUX 



19'.' 



(— ()tP)^k---1^P^k=^l:i^^^^-'l 



ifj 






^îk?y-MJiiz:i-u\s:ik 






% S i ] ^ i 1, pb ^ "- ...™ ^ 






^^ ^\Xm^^~^'m--Kêl\ 



I I I 



■1 



I I I 



A = Sarcophage de ^. — ^S^'- Assiout, IX*" ou X" dynastie. Musée du Caire, 
Cat. fjén., 28118. Côté 2, 1. Hl-Z^. 

B = Même sarcophage. Couvercle, premier registre, 1. 148-152. 



A I 



l^fl 



£î5 I 



o-^ 



Of 



rvtM^ 



AA^vw ^H^B û I î^ I 



A 



(J AA/W\\ \?\_ 1 



H^.^,^J 



r\AAI\NS \ 49 



lllllllll 
lllllll'l 

lllllllll 

IHilllll 



A 



r~wn 

[iiiinii 



JJ 1 lllliril A'V^/V,^ 

I I V\ I 



llllll!!! 
l'Illll'l I ncj 






^1 



il\ ^^ û 



Jl SS. ^w.^^ lA 



CTSZI 



r~^^~i 



III •-' 



I I ! 






a 






-«ik-> 



-^^ 



isic] 



4y 



r-n— I ^.^^ 






10 



200 



TEXTES RELIGIEUX 



LI 



A = Sarcophage de ^^— «— 8^.. Assiout, IX^ ou X^ dynastie. Musée du Caire, 
Cat. gên., 28118. Côté 2, 1. 23-28. 

B = Même sarcophage. Couvercle, premier registre, 1. 152-171. 

C :::= Sarcophagc de (1 ^0^.(1 H- Provenance inconnue. XP dynastie. British 
Muséum. PI. XXXI, 1. 5-7. 

Le début seul se retrouve dans l'exemplaire C; le reste est nouveau. 



>X 



A , J S I 

AAAAAA AAAAAA \J ^^ \ 



J 



c^s^ ■• ^ ^® I 









A 



5 B 



.^îâ ^'% 



oi 



-^ m 



C N 



n 



-*lkîQ 



n 



m 



A 



J\ i.-.t 



G© 



AAAV^.^ AAAAAA /» — fi 



'^t^^^k- 



N 



J 



A 

B ®pj 



AAAAAA 9 ^ TiT) I ( 



l 'l ■ ^ 



^ -im-\^I^M»K--^%^^lH-%^^l^ 



/^ D 



10 A 
B 

c 



[®] 



{sic) 
(sic) [sic) 



Nd 



1%^ N ° le reste dilïère. 

I // AAA^.'v". 






-i.r:^t^T^^¥ 



© 



sic) 



p m 



l.'iS -<S>- 



^tr'll 



AAAAA^ VA-fJ AAAAAA 

© i—i AAAAAA 






TEXTES RELIGIEUX 



201 






,, ^'0^;> _ A/VNAAA r\ di y^ r\ AAAAAA ^ .^ 



I I I 



I I I 



CZSZ] 



I I I 4A4 1 <:^ Ci 



Lu I I A^^^^A AAAAAA i I i ( 



15 



100 



<0> Ci A/sAAAA AAAAAA 



A 

B 



^ 



\\ 



IT-P4-Î1-^M 



(iîC) 






AAA^VNA AAAAAA 

® C 

AAAAAA AAAAAA 



B l\ ° 'f J S j 



^ 



t^ 









103 



20 



A 
B 

A 

B 



.X 






z1 M 2J I r I 



-<3>- 5^ O 



c=oo=3 n =i 16* -<2>- 5\ 



111^ 

zlM^I I I 



B 



165 






25 



.X 



-TT- 



fl^^kp ----^^ârrkP ^^: 



A D 
B D 



(sic] 



107 



A 



^ri-lê:fJÉ^\Ï^^É! 



B 



{sic) 



^— ^u 



1G8 






30 



B 



D © 



D © 






w 



w 



à 



HECUmi., XXX. — NOUV. Slilî., XIV. 



86 



202 LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 



35 A -c^ J I ^ L. I I I 



B 



iinw 



1. Ces deux phrases qui commencent les lignes 26 et 27 ont été déplacées par le copiste (voir B, 1. 160-161). 



LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 

PAR 

G. Daressy 

Parmi les récentes acquisitions du Musée du Caire figure un gond en bronze, ayant 
dû faire partie d'une porte de grande dimension, telle que celle d'un temple \ Il est 
long de O'" 54, haut de 0™ 20 dans la partie rectangulaire qui enserrait le vantail et de 
O^'SV vers le pivot conique, dont la pointe est brisée. L'épaisseur est d'environ O'^ll, 
y compris le vide de 0^^095 entre les flancs. Vingt-trois chevilles de bronze à tête ronde 
d'un côté, rivées au revers, traversaient les deux plaques et le panneau qu'elles assu- 
jettissaient. 

A onze centimètres du bord supérieur, un encadrement rectangulaire de 0™ 028 de 
hauteur renferme cette inscription, soigneusement gravée : ^^ .=^ ( Q j T" ~^n \ 

h<="^%^^(^f^-]»-\!\'=^ ®l^ri™^iM.Ea dessous 
du cartouche de la reine, descendent deux colonnes d'hiéroglyphes, de plus petite di- 

1 n "^"^ f *=> •fV tk > Â I 2 F=q c^=£=i q Y :=:5:r '^'^'^^a ■ ± 

mens.on:|=^l| , J ^ ^^|>^;^^,| ^_i\^g^^i]J- 

Le dernier signe du nom de la reine est mutilé; je crois y voir -J^, mais sans 
pouvoir affirmer cette lecture, i -(f ] ni'est, du reste, inconnu, et, comme il n'est 

guère probable que le nom soit théophore, il doit être géographique, analogue à 
A -^ « la Hittite », nom de la femme d'Amasis; on peut songer à *~^ , pour 

ri ^ W 

\i , « la Galilée », ou même à la ville de Gath en Palestine. 

La petite inscription ne se laisse pas traduire facilement, et, pour commencer, le 
premier signe est douteux, il pourrait être r-^-^ , cs:^, ou appartenir au signe Q dont 
la partie supérieure serait détruite. Cette dernière supposition aurait l'avantage de nous 
donner un sens, en prenant Qi pour le mot fi ^[Iq « clore, fermer », on pourrait tra- 

1. N° d'entrée 38262. 



LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 203 

duire : « Le chef auditeur d'Uazit, maîtresse d'Am, clôt par moi Nefert-Tutu pour 
faire une belle place'. » La finale d T est également ambiguë, et, au lieu de l'inter- 

prétation ci-dessus, il faudrait peut-être comprendre « d'Osiris le bon ». 

Nous avions déjà deux mentions d'un roi Auput de la Basse Egypte, dont provient 
notre monument, comme nous le verrons plus loin. Sur la stèle de Piankhi', on parle 
a plusieurs reprises du 4j ska^pl „ 1, qui gouvernait 'vw^^ et ^ v\ ®; 

un socle en granit rose, trouvé par ^L Naville à Tell-el-Yahoudiveh'. porte les car- 



d'Auput est assez rare et n'a guère été porté beaucoup depuis le temps du grand -^ 
prêtre d'Ammon, fils de Chechanq P""; l'identité des rois de ces deux monuments J'''^c,.'^v^ 
avec celui qui fit faire le gond me parait donc certaine. Peut-être y aurait-il lieu dei '' 

rap procher encor e l'inscription n° 26 du quai de Ka rnak ' : A^ 9 - — o /wwv^ i i | ^\^ 

/WNA^ aK A — ûjl ,, ] „ 1 1 =f^ { l 2^ -^^^ l). Dans ce dernier cartouche, rien 



n'est visible sous l'animal couché, mais il y a place pour de petits signes, tels que n 
ou 0.0. Je restituerais ce cartouche Auput plutôt que ^^>^ vil' comme le propose 
M. Legrain' à cause de la présence de l'oiseau ^ qui indique une vocalisation en u de 

la finale, tandis que t — r du nom du grand prêtre '^^:^^ ^ji, ayant la valeur h, 

annonce une lecture Aorat, Aoreh, qui exclut le son u de la dernière syllabe. Toutefois 
le peu de probabilité que les années d'un roitelet de la Basse Egypte servent à dater 
une inscription thébaine me fait hésiter à identifier cet Auput avec le nôtre. 

L'histoire de la période correspondant aux XXIIP et XXIV« dynasties est encore 
d'une obscurité très grande, et les documents exhumés récemment de Karnak ne per- 
mettent pas de résoudre tous les problèmes. Le fait indéniable, c'est que l'Egypte est 
morcelée en un grand nombre de petits États, comme l'avait déjà montré la stèle de 
Piankhi; le roman historique signalé par M. Krall' indique que le souvenir de ces 
temps troublés subsistait plusieurs siècles plus tard, et, du reste, la dodécarchie ne prit 
fin qu'à l'avènement de la XXVP dynastie, après le retrait des Éthiopiens et des Assy--| 
riens enclins à favoriser le système de diviser pour régner. C'est la féodalité dans tout 
son épanouissement; nominalement, le suzerain de tous ces chefs, le roi des rois, était 
alors le prince de Tanis, puisque ce sont les membres de cette famille que Manéthon a 
choisis pour la chronologie de cette époque, et que le roman cite aussi le roi de Tanis 
comme président de la confédération; toutefois les princes de Sais paraissent avoir été 
constamment opposés à leur suprématie et avoir échappé à leur contrôle. Il est assez 



1. L'idée que Nefert-tutu « beauté des rèunioas » désigne soit une salie du temple, soit la porte dont 
faisait partie le gond, m'a été suggérée par M. Maspero. 

2. Tableau initial, 1. 18; revers, 1. 23 et 38. 

3. N.wiLLE, The Mound of the Jeic, pi. I; Naville, Fouilles du Delta, dans le Recueil de Tracaux, t. X 
p. 53. 

4. Lkgr.\i.n. Les crues du Nil, dans la Zeitschrift, 1896, p. 111. 

5. Legrain, Nouceaux Renseignements sur les dernières découcertes faites à Karnak. dans le Recueil de 
Tracaux, 1906, p. 23. 

6. Papyrus Erzherzog Rainer, t. VI, p. 19; Revillout, Le roi Pétubast H. dans la Reçue égyptologique 
t. XI, p. 116. 



^^ 



V 



204 LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 

curieux que la stèle de Piankhi ne fasse pas mention de Pétubastès de Tanis; ne serait- 
ce pas à l'appel de ce dernier, inquiet des progrès des Saïtes, que l'Éthiopien serait 
venu mettre un terme aux entreprises de Tafnekht, puis, poursuivant sa marche jus- 
qu'aux environs d'Athribis, recevoir la soumission des autres princes du Delta au nom 
de Pétubastès envers lequel leur loyalisme était chancelant? Piankhi avait alors accepté 
comme s'adressant à lui seul l'hommage qu'il devait tout au moins partager avec le roi 
de Tanis, et le seul sacrifice de sa vanité aurait été de ne pas citer ce dernier en tête 
des princes qu'il avait vaincus. 

Vassaux nominalement du roi de Tanis, les gouverneurs de province étaient à peu 
près libres chez eux ; quelques-uns, qui paraissent devoir se rattacher par des liens de 
parenté à la famille qui avait formé la XXII® dynastie, alors déchue du pouvoir suprême, 
avaient droit aux cartouches. On a remarqué que tous les roitelets de cette époque ont 
les mêmes prénoms, on n'a pas encore soumis, à ma connaissance, l'hypothèse que cette 
identité du cartouche est la marque du vasselage : les chefs de sang royal ont la permis- 
sion de prendre les titi'es complets d'un Pharaon, à la seule condition que le nom d'in- 
tronisation soit celui de leur suzerain, on peut toutefois supposer que ce prénom, une 
fois établi, ne changeait plus pour les vassaux, lors du décès de leur supérieur. 

Padubast P"" ayant eu un règne assez long, 25 ans, dit Eusèbe, 40 ans, selon l'Afri- 
cain, et même 44 ans, selon le Syncelle, rien d'étonnant à ce que le nombre de roitelets 
partageant avec lui le cartouche ©1%»" û ou ] j a soit assez grand; on 

connaît, à Thèbes : 1'^ Osorkon r| ; 2° Takelot j , régnant ensemble et embellissant 

le temple d'Osiris hiq-djeto à Karnak'; 3° le roi (1 '^, fils de l'Osorkon ci-dessus'; 
4° un Chechanq, en l'an VI duquel, sous le pontificat de Hor-si-ast, on nota la cote 
de la crue du Nil sur le quai de Karnak'; 5° le roi ^^ )>||) susmentionné, dont la 
deuxième année correspond à l'an XVI du règne de Pa-du-bast\ Bien entendu. Tordre 
exact de succession de ces princes nous échappe encore. 

A Memphis, Pimaï, en l'an II duquel mourut un Apis^ 

En Basse Egypte, notre Auput. Si l'on trouvait des monuments du ^ ^ 

d'Hermopolis, du 2ZII ïï d'Héracléopolis et de l'Osorkon de Bubastis, cités par 

î ^-^ T Q Li ^ -^ f? n i " ' i D' ^ 

Piankhi, ils auraient aussi comme prénom © |p(l 

Le successeur de Pa-du-bast, appelé Osorthon par Manéthon, est évidemment un 

Osorkon, dont les titres nous sont donnés par un cachet en terre émaillée du Musée de 

Leyde : ^\^ ( ^^ W r^ " 1 "^^ ( '^ ' i^""^. Ç\^^ ^^^^ ) • ^^ règle protocolaire 
est encore observée à Memphis; le Chechanq [IV], qui procède aux cérémonies des 
funérailles des Apis qui moururent en l'an IV, XII et XXXVII de son règne^ conforme 
son prénom ©1 ^ à celui de son suzerain. 



1. Legrain, Le temple et les chapelles d'Osiris à Karnak, dans le Recueil de Tracaux, t. XXII. 

2. Daressy, Notes et Remarques, dans le Recueil de Tracaux, t. XIX, p. 20. 

3. Legrain, Les crues du Nil, daus la Zeitschri/t, t. XXXIV, p. 114, inscription 23. 

4. Ibid., inscription 26. 

5. Stèles du Sérapéum. 



LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 205 

La fin de la XXIIP dynastie est inconnue; le Syncelle et Africain font régner après 
Osorthon un certain Psammos, dont nous n'avons aucun monument; Africain met à la 
suite un roi Zet, dont l'existence a paru problématique; pourtant Hérodote raconte 
l'histoire de Séthon, qui est peut-être le même monarque, bien qu'il le place un peu 
trop tard, à l'époque de Sennakhérib, et Zet pourrait être une déformation de la finale 
de Pa-du-bast, puisqu'on reconnaît l'existence d'un Pétubastès II, ayant pour prénom 
[ '0' et qui serait le héros du roman démotique de Vienne. 

A la suite, les princes de Sais se font reconnaître comme souverains de l'Egypte, 
et Bak-n-ran-f fonde la XXIV® dynastie qui n'a qu'une durée éphémère, car Chabaka 
s'empare de toute la vallée du Nil et fait mettre à mort Bak-n-ran-f. L'Éthiopien admit 
quelque temps l'ancien système féodal, et c'est alors que fut gravée à Héracléopolis la 
statuette en or d'Horchefi' au nom de A^ HÎÎl jî *^'^ /^^ ^ itl*'-' If^' ^o^^t le 
prénom ©lU est le même que celui du conquérant. C'est le dernier exemple que je 
puisse citer; Chabaka organisa bientôt la royauté sur des bases puissantes sans admettre 
le partage de ses prérogatives, et les anciens dynastes ne purent relever la tête que 
sous Tonuat-amen, bientôt annihilés par les rois saïtes. 

Il était intéressant de connaître la provenance exacte du gond de porte; le mar- 
chand de qui il a été acquis déclare qu'il a été trouvé à Tell-Moqdam. Cette provenance, 
bien qu'en général on ne doive accorder qu'une confiance limitée aux indications d'ori- 
gine ainsi données, me semble probable, car elle cadre avec ce que nous savons du roi 
Auput. Le tell Moqdam, province de Daqahliéh, district de Mit-Ghamr, est ou plutôt 
était un des principaux sites antiques de l'est du Delta; sa superficie, qui atteignait 
150 feddans (63 hectares) il y a encore peu d'années, a été fort réduite depuis, par suite 
de l'extension des cultures. Il est riche en antiquités; constamment on y découvre dans 
le sébakh de petits objets en bronze ou en terre émaillée; en 1886, on y trouva toute 
une collection de lions en bronze, dont le Musée du Caire a plusieurs spécimens; Ma- 
riette et M. Naville y mirent à jour plusieurs grands sarcophages en pierre, c'est de 
là qu'est venue la statue du roi Râ-nahesi". Si l'on n'y remarque pas de restes de 
temples, c'est pour le même motif qui fait que les sanctuaires de Sais n'ont laissé 
aucune trace : la rareté de la pierre en Basse Egypte a été cause de la destruction des 
édifices, exploités comme carrières. Il y a donc eu là certainement une grande ville. 
Éloignée de 20 kilomètres de Bubastis et de 28 kilomètres d'Athribis, elle était à une 
distance suffisante pour avoir été un centre distinct et, en même temps, assez rap- 
prochée pour entretenir des rapports constants avec ces deux cités; on comprend donc 
facilement qu' Auput s'intitule « fils de Bast », la déesse de Bubastis, sa famille pouvant 
être originaire de cette dernière ville, et probablement une parenté rapprochée avec la 
XXIP dynastie lui avait donné le droit au cartouche. Sur le gond, on parle d'Uazit, 
maîtresse d'Amu, et, comme je prends cette ville, capitale du nome m ^ . le XIX® 



1. Pétrie, Ehnasya, frontispice et p. 18. 

2. Naville, LéontopoUs, dans Ahnas el-Medinch (E, E. F.], p. 27. 



206 LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 

de la Basse Egypte, comme représentée par Tell-Moqdam, je suis forcé de revenir 
sur la géographie du Delta. 

Brugsch-Pacha, dans son Dictionnaire géographique, avait, d'abord, confondu 
cette ville avec Buto célèbre pour son oracle; dans le Supplément à cet ouvrage, il 
avait, avec raison, séparé ces deux localités, mais placé Amu tout à l'est du Delta, en 
faisant le chef-lieu du nome Pélusiaque. Depuis les fouilles de l'Egypt Exploration 
Fund, on a admis sans discussion la thèse de M. Flinders Pétrie' : « there is scarcely 
a possibility of Nebesheh not being this city of Am », et M. J. de Rougé a suivi cette 
indication dans sa Géographie de la Basse Egypte. Je ne suis pas convaincu de la 
justesse de l'assimilation et demande à étudier la question à nouveau. 

Il est évident que la divinité principale de Nébicheh est ïuO'^Pri ^^^^ . mais 
il n'en résulte pas obligatoirement que ce tell marque l'emplacement d'Amu, ou plutôt 
cette ville n'est pas Amu, capitale du XIX^ nome. 

Uazit est une divinité des plus vénérées dans le Nord; les nombreuses statues de 
déesses léontocéphales. trouvées partout dans le Delta, aussi bien à Sa-el-Haorar qu'à 

n ® ^ 

Tell-Basta, à San ou à Tmaï, donnent son nom et pas celui de y qui était adorée à 
Memphis et dans la Haute Egypte; les demeures d'Uazit, les h , en grec Buto, 

I V ® _ 

devaient donc être nombreuses dans cette région; mais le nom de la déesse s'écrit avec 
une tige de papyrus ï dans la légende de la déesse, il est question de marais; on en 
arriva à appeler ces villes non plus des demeures d'Uazit, mais « les roseaux, le marais » 

AAAAAA r. O ? 

-^ ; [1 ^=^:^ "2 ¥ , pour les Grecs, Natho. D'autre part, les statues à tête de lionnes qui 
ornaient les temples de ces villes devaient inciter les étrangers à en faire des Léon- 
topolis. 

Or, les listes coptes d'évêchés nous donnent un renseignement formel; elles disent* : 
AeonTioït Aô.icoitTwit '^Aô.ki ite^-e^oT l>. ^^j ^. Ainsi, au moyen âge, à une époque où 
l'on ne pouvait plus comprendre l'origine de ces dénominations, l'Église avait conservé 
la tradition que Léontopolis ou évêché de Natho se trouvait à Bani et à Sahragt. Bani, 
que Maqrizi appelle Bena et Benou, s'appelle maintenant L:^; Behnaïeh ou Behnieh 
est une agglomération de 2,684 habitants qui est tout à côté de Tell-Moqdam, à l'est. 
Sahragt était proche, puisque, dans YÉtat des Provinces, d'Abd-el-latif, on cite 
(( Behnayeh, du territoire de Sahragt », C[ui était alors inclus dans la province de Char- 
qieh. Ce Sahragt n'existe plus en tant que bien habité; son nom a été transféré au 
bourg de Sahragt-el-Kobra, qui est à 6 kilomètres de là au sud-ouest, à proximité 
du Nil. Voilà donc une indication expresse : le siège de l'évêché de Natho-Léontopolis 
est à Behnaïeh, ville qui remplace Tell-Moqdam ruinée. Or, Léontopolis, selon Ptor- 
lémée, était la capitale du nome Léontopolite, situé au-dessus des branches Athribite 
et Busirite du fleuve, nome cité également par Pline et par Strabon qui appelle la mé- 
tropole Aphroditépolis, dont il y a à retenir que la divinité principale y était une déesse; 



1. Petuik, Nebesheli, p. 6, dans E. E. F., Tanis, part II. 

2. Manuscrit Ciawford, f 331, recto; Bibliothèque nationale, n" 53, f" 171, dans Amélineau, La Géogra- 
phie de l'Egypte à l'époque copte. 



LE ROI AUPUT ET SON DOMAINE 207 



dès lors, le rapprochement avec le XIX® nome des listes égyptiennes, le ^ ^ , chef- 
lieu I (1(1 ou ;=::; , me parait devoir s'imposer. M. Pétrie a été déterminé à placer 
Léontopolis à Nébicheh par le fait de la découverte dans ce tell de monuments où il est 



fait mention d'Uazit, maîtresse d'Amu, et même d'Osiris-meriti d'Amu : ri'^ 
X^=^ '• Ceci prouve qu'à Néhicheh, Uazit d'Amu et ses dieux parèdres étaient en 
grande vénération, mais, à mon avis, la ville même d'Amu ne se trouvait pas là. On voit 
dans toute l'Egypte des monuments avec des prières à Osiris d'Abydos, il n'en résulte 
pas que Memphis, Thèbes ou Assouan, où l'on remarque ces inscriptions, étaient 
Abydos. Évidemment, les rapports religieux devaient être étroits entre Amu-Tell- 
Moqdam et Nébicheh, où l'on avait établi le culte d'Cazit avec les mêmes rites qu'à 
Léontopolis, culte qui y prit tant d'importance que la déesse passa avant les autres dieux 
locaux et les supplanta; la cité même en prit son nom : le II / 'tx du papyrus 



Golénischefï, mentionné à côté de " f© ftîPPl ^"^^ ^Of] ^^ f) "^^^^^ J 1 ^| P^ ^'^st- 



à-dire Tanis, est sans doute Nébicheh; mais justement ce n'est qu'une « demeure de 
la maîtresse d'Amu », et non Amu elle-même. D'ailleurs, Nébicheh est trop près de 
~Tanis et dans une situation trop peu avantageuse pour avoir jamais pu jouer un rôle 
politique et devenir un centre important; l'étendue des ruines de Tell-Moqdam, au 
contraire, témoigne du développement qu'avait pris cette cité, et l'étude des documents 
de toutes les époques montre que cette localité répond, seule, à toutes les conditions 
requises pour avoir été la métropole du XIX^ nome. 

Ce nome est cité dans toutes les listes entre le XVIII®, f^ , le Bubastite, et le 
XX®, A ^\^ , l'Arabique; bien que le classement géographique des provinces de la 
Basse Egypte ne soit pas parfait, il y a de fortes probabilités pour que ces trois districts 
soient contingus; or, si l'on met Amu â Nébicheh, la distance est telle que les nomes 
Arabique et Hermopolite (le XV«) se seraient forcément interposés entre le Bubastite 
et le susdit; au contraire, avec Amu à Tell-Moqdam, il peut être limitrophe du Bu- 
bastite au sud, de l'Arabique à l'est. Les noms mêmes des nomes Bubastite et Léonto- 
polite marquent leur proximité : ce n'est primitivement qu'un seul territoire 2j), divisé 
plus tard en deux, l'un antérieur <£?, l'autre postérieur _^, tout comme les XIIP et 
XIV% les XIX® et XX® de la Haute Egypte. Tell-Moqdam, n'étant qu'à 20 kilomètres 
et plus bas que Tell-Basta, se trouve dans les conditions requises, tandis que Nébicheh 
est distant de 60 kilomètres. Déplus, on remarquera que le nom du canal du XIX® nome 
T — T OU 1 — r est identique à celui du canal d'Athribis, ce qui milite 

pour le rapprochement de ces deux provinces. 

Strabon place ce nome au-dessus des bouches Mendésienne et Tanitique ; si on veut 
lui donner Nébicheh pour capitale, il se trouverait rejeté à l'est de la branche Pélu- 
siaque. Ptolémée le groupe avec les nomes de Busiris, Sebennys et Thmuïs, ce qui 



1. Je ne sais si cet Osiris-meriti avait une forme spéciale, mais je signalerai un des cercueils des prêtres 
nmou, celui de Macha-sekebt 
sur le- ventre et relevant la tête. 



d'Ammou, celui de Macha-sekebt (n° 1161), où , , est déterminé par un dessin d Osiris ressuscitant, couché 



208 L'ASSAUT DES PLACES FORTIFIÉES 

montre bien que Léontopolis était près du centre du Delta, tandis que Nébicheh est à 
la lisière du désert oriental. 

Hiéroclès place Léonto dans la seconde éparchie d'Auguste, avec Athribis, Hélio- 
polis, Bubastis, Horbeit, Arabia et Clysma, alors que Mondes et Tanis sont de la pre- 
mière éparchie. Même classification est fournie par Ammien Marcellin, qui donne 
Péluse comme capitale de l'Augustamnique première et Léontopolis comme capitale 
de l'Augustamnique seconde, et conforme à la liste des évêchés conservée par Pococke. 
Enfin, si l'on descend à l'époque arabe', on voit que Benou ou Bena, la moderne Be- 
naieh, résurrection de Léontopolis saccagée, comme nous l'avons reconnu plus haut, est 
encore le chef-lieu d'un district voisin de ceux d' Athribis, Nawa et Basta, tandis que 
Nébicheh n'est mentionnée nulle part et n'a joué aucun rôle à aucune époque de l'his- 
toire. 

Ce faisceau de preuves me parait concluant. Tell-Moqdam, ancienne Léontopolis, 
Natho, Buto, marquent le site de la capitale de la XIX* nome de la Basse Egypte, et 
Nébicheh, nulle au point de vue politique, n'a été au point de vue religieux qu'une copie 
de cette ville, tout comme Tanis et Pachnamunis s'étaient efforcées de calquer l'orga- 
nisation sacerdotale de Thèbes. 

Il est curieux que le nom d'Amu ne figure pas dans la liste des villes du domaine 
d'Auput sur la stèle de Piankhi. Le scribe qui rédigea cette inscription bien loin de là, 

à Napata, a-t-il confondu (1 . et /wvaaa ^ ? Pour ^^. ©, on peut retrouver 

.vestige de ce mot dans qui, au papyrus du Fayoum, représente le XIX® nome. 

Comme document sur la situation du fief de ce prince, on peut encore remarquer 
qu'Auput vint faire sa soumission à Memphis, en même temps qu'Akanoch de Sebennys, 
Pétisis d'Athribis et Osorkon de Bubastis, ses voisins du centre du Delta; s'il ne s'était 
pas senti directement menacé, il eût attendu, comme les autres princes des parties plus 
reculées de la Basse Egypte orientale, ceux de Mendès, Hermopolis, Arabia, etc., 
que le conquérant eût accentué sa marche vers le nord. 

Tout cet ensemble de renseignements me paraît concourir à la démonstration du 
fait qu'Auput avait pour domaine le XIX® nome de la Basse Egypte, le Léontopolite, 
dont l'emplacement de la métropole est marqué par les buttes connues sous le nom de 
Tell-Moqdam. 



L'ASSAUT DES PLACES FORTIFIÉES 

PAR 

Eugène de Passypkinn 

Capitaine de la Garde impériale russe 

Dans la dernière livraison de la Zeitschrift fur agyptische Sprache (B. XLIV, 
S. 36 ff.), M. K. Sethe, en faisant une critique sur la traduction généralement adoptée 



1. Maqrizi traduction Bouriant, dans les Mémoires de la Mission française au Caire, p. 207-208. 



L'ASSAUT DES PLACES FORTIFIÉES 



209 



pour une des inscriptions du temps de Rarasès II, donne cette inscription en deux 
rédactions, qui se trouvent sur les murs de Louxor et du Ramesséum. Ne voulant 
nullement discuter avec l'éminent savant sur les matières philologiques, je veux seule- 
ment indiquer que nous trouvons dans cette inscription un indice très important, con- 
cernant l'art militaire de l'ancienne Egypte, et que ces données ne dépendent pas de 
telle ou telle traduction de ce texte. 

Dans le récit qui est gravé sur les murs de Louxor et du Ramesséum, il est 
question d'un exploit du roi Ramsès II pendant le séjour de l'armée égyptienne dans 
le pays de Naharana. Le roi avait décidé de prendre une ville de l'arrondissement de 
Tunip, et l'inscription en question nous donne les détails suivants de cette entreprise 
militaire : 



L. 4 

R.5^ 

L. 4 
R. 5 



i^iim 



o 



A/W\^\ Ci \\ 



j\ 






0^0^ 



I 



^ A/W^A 



I I I 



I ® n 

I AAJVWv Ci ^-^ 



L. 5 
R.5 

L. 
R.6 

L. 

R.6 







j\ 









.% AAA/^^ 



w 



VVWVN « ■■ 






zv 



VVVW\ I 1 < 









Il est évident que l'armée égyptienne, se composant de l'infanterie et des chars de 
guerre, a pris possession d'une place fortifiée (on peut dire « fortifiée », parce que toutes 
les villes de l'antiquité avaient tout au moins une enceinte), sans avoir employé pour 
cela plus de deux heures, et cela même nous porte à conclure que la prise de la ville 
avait été faite par une attaque brusquée, par surprise. 

Cette donnée de la durée d'une attaque brusquée est fort intéressante, et je crois 
même que l'indication que nous trouvons ici est unique, parce que les nombreux 
tableaux, qui traitent le même sujet, nous donnent toujours les représentations des 
attaques pied à pied. Voilà pourquoi je suppose qu'il est urgent de noter cette donnée, 
qui élargit notre connaissance de l'art militaire des Égyptiens. 



RECUEIL, XXX. — NOUV. SER., XIV. 



27 



210 DER MYTHUS VOM KAMPFE DES HORUS MIT SET 



ç DER MYTHUS VOM KAMPFE DES HORUS MIT SET 

. J^' . IM PAPYRUS SALLIER IV (II, 6-III, 6) 



,r - 






< 



( f VON 



Nathaniel Reich 

Die Erzahlung Plutarchs^ bildet bekanntlich den Rahmen fur den Mythus vom 
Kampfe zwischen Horus und Set, den der Kalender der Tagewàhlerei, d. i. der 
Papyrus Sallier N'r. IV^ in anscbaulicher Weise schildert, und z^yar mit den einlei- 
tenden Bemerkungen "^ I^H r*] '"], also am 26. Tag des Monates Thot, Q^ 5^CH5 

(( feindlicb, feindlicb, feindbcb )) und (1 ^^ <=> ^^^^ © « Un- 

ternimm nicbts an diesem Tage ». Dièse Stelle wurde zuerst von Chabas' und 
18 Jabre spâter von Brugsch' in einer fur die damalige Zeit trefflicben Ûbersetzung 
bearbeitet. Speziell die Stelle, in welcber Isis in den Kampf eingreift, ùbersetzt 
Brugscb, sicb im grossen Ganzen nacb Cbabas ricbtend, folgendermassen (Mancbes 
Veraltete an dieser Stelle will ich vorderband unberùcksicbtigt lassen) : 

{( Isis liess ibre Eisen auf sie (Horus u. Set) fallen. Horus stùrzte auf das Ange- 
sicbt, wobei er mit lauter Klagestimme also ausrief : Icb bin dein Sobn Horus ! Isis 
rief dem Eisen zu : Weicbe, weicbe von meinem Sobne Horus ! Und sie liess ein 
anderes fallen und sein Bruder Setb stûrzte auf das Angesicht, wobei^ey mit lauter 

Klagestimme ausrief : Und sie rief dem Eisen zu : Wèî^HE, wj:ieïîE' ! 

Er (Hfeeiis).[spracb] wiederbolt zu ibr : Habe icb nicbt geliebt und bochgeachtet den 
Bruder moino r° Mutter? Ibr Herz empfand darûber grosses Leid und sie rief dem 
Eisen zu : Weicbe, weicbe ! siebe es ist mein altérer Bruder. Das Eisen wicb von 
ibm. » Hierauf folgt die Erziiblung von der Kôpfung der Isis durcb Horus. Tbot er- 
setzt den abgebauenen Kopf durcb den einer Kuli. « Ein Opfer in ibrem Namen und 
ein Opfer im Namen des Tbot werde an diesem Tage dargebracbt. » 

Wenn wir nacb dieser Ûbersetzung den Text auf seinen Sinn prûfen, so mûssen 
wir gesteben, dass mebrere Stellen desselben unverstândlicb erscbeinen. Warum sind 
die sonst so folgsamen «Eisen», weicbe docb auf Befebl der Isis sofort berabstùrzen 
und von Horus nacb ibrer Anweisung wieder « weicben », weicbe ferner der An- 
weisung der Isis folgeleistend auf Set ebenfalls berabfallen und ibren wiederbolten 



1. De Iside et Osiride, cap. 19 ff., éd. Bernardakis. — Ich setze die Stelle hieher : Ttjv [aèv o-jv jjiâyj.v èTtl 
TtoXXàç fijxÉpa; yevsaôat, y.al y.px-.r^'J3.l tÔv ^Qpov, ibv T-jsûva Ô£ tyiv ~I(tiv SîSsixévov TrapaXapoOaav o-jx àvEAeïv, àXXa 
xal Xvo-ai -/.al |j.c6£ïvat' xbv 6à ^Qpov où [lE-ptw; èvs^xEiv, àXX' ÈTT'.êaXovta Tf, fJ.TiTpl xàç X''P*' àTroffirâo'ai tt,; x£ya).f,ç 

TO paaO.eiov, 'Epjxf|V SI TrspcOsrvat povxpavov aÙTrj xpivoç Cap. 20. Ta-jTa aytlà'i £<tti toû (jlOôou rà xEçiXotia, 

Tôjv 8vo-cpri[xoTâ-wv è^a'.pEÔÉvTtov, oîôv èoti to TTEpl TOV "ûpoy Sia[jLE),[),i<7abv xal tov "Ia-i8oc à7:oxîsa).!(7|i()v. 

2. Select Papyri, PI. CXLV-CXLVI. 

3. F. Chabas, Le Calendrier des jours fastes et néfastes do L'année égyptienne, 1870 (G. Maspero, Bi- 
bliothèque égyptologique, t. XII, p. 127 ff.), p. 28 ff. 

4. Brugsch, Religion und Mythologie der alten ^gypter, p. 463 ff. 

5. Dièse kursive Stelle ist von Chabas und Brugsch ergànzt, 

6. Von mir gesperrt. 



DER MYTHIS VOM KAMPFE DES HORUS MIT SET 211 

Befehl der Erlôsung bezuglich des Set ausfuhren, warum sind — so muss man fragen 
— die « Eisen » gerade betrefïs des ersten Befehls der Isis, von Set zu weichen (so 
nach der Ergànzung von Chabas imd Brugsch) unfolgsam? Ja, ist es iiberhaupt nicht 
merkwiirdig, dass Isis, die doch ihren Sohn Horus im Kampfe gegen ihren Brader 
Set imterstutzen will, auf Set's erste Bitte, ilim zu helfen, seinen Wiinsch ebenso 
wie den ibres Sobnes Horus sofort erfullt, bezw. zu erfùllen bestrebt ist? Und ist es 
nicht noch sonderbarer, dass gar Horus selbst, der ja mit Set im Kampfe steht, bei 
seiner Mutter Isis fur denselben Feind Furbitte leisten soll, aber nachber aus Wut 
darûber, dass Isis seinen Wunscb erfullt und den Bruder Set aus den Fesseln befreit, 
seiner Mutter den Kopf abschlâgt? 

Dièse letzte Scbwierigkeit lôst sich bei einem genaueren Einblick in den ûber- 
lieferten Text. In ihm steht nâmlich etwas anderes : 

III/2. ^-0 ^ '^^^^ I^^J'^^O [1(S 




als Brugsch und Chabas lesen; nâmlich m?r^-/ statt 



mwt-i, also die 3. Person anstatt der ersten. Es steht ganz deutlich und unzweifelliaft 
ein/. In dem Augenblick, da wir dies feststellen, muss aber auch die Annahme fallen, 
dass dieser Satz von Horus gesprochen werden kann. Denn Horus kann von Isis, als 
von meiner Mutter sprechen, nicht aber von seiner Mutter. Da in diesem Abschnitte 
nur die 3 Personen Isis, Horus und Set in Betracht kommen kômien, Isis selbst aber 
es auch nicht sein kann, so ergiebt sich unschwer Set als der Sprechende. Dies hat 
auch G. Maspero' erkannt und die Stelle trefïend iibersetzt : a Oui, comme Sit la 
priait un grand nombre de fois disant : « Ne prendras-tu pas en pitié le frère de la 
mère de ton fils? » (d. h. seiner Mutter). Durch Maspero's Richtigstellung bekommt 

aber auch die Stelle « er sagte wiederholt zu ihr » erst einen Sinn. Denn Set, der 

soeben gebeten batte, ihn von den Fesseln zu befreieu, konnte sich wohl a wieder- 
holt » an Isis wegen der Erlôsung von den « Eisen » wenden. 

Wenn wir nun so eine befriedigende Aufklârung der letzten Frage erhalten 
haben, miissen wir umsomehr die oben gestellte zweite Frage aufwerfen, warum und 
ob denn uberhaupt Isis die Bitte des Set ebenso wie die am Anfang von Horus ge- 
stellte um Befreiung sofort erfûllte. Die Ûberprûfung des Originaltextes ergiebt, dass 
die Annahme der Erfullung dieser von Set gestellten Bitte nur auf der Ergânzung von 
Chabas und Brugsch beruht, da im Original die Stelle vollkommen ausgefallen ist und. 
eine Lucke besteht. Im Original steht nur : 

Eisen 2u : « Der Inhalt dessen, icas Isis den a Eisen zurief » ist nicht er- 
halten und von Brugsch und Chabas offenbar nach folgender âhnlich lautenden Stelle 
ergânzt worden : 

i AvwvA c, \\cUC)(iA _^- I 1 17^^ ml I I I <=> I 1 1 III <:z=> s -û_M^^~^ 



1. G. Maspero, Histoire ancienne, p. 176 



212 DER MYTHUS VOM KAMPFE DES HORUS MIT SET 



7\ W 



Dièse Stelle, welche fast ebenso die Einzelnheiten der Episode erzâhlt, wie die 
nachfolgende, nur dass es sich da um Set statt um Hor handelt, dùrfte wohl den 
Anlass gegeben haben, auch die Lûeke bei Set nach derselben Weise zu lesen, bezw. 
zu ergânzen. Dass aber die Ergânzung I ^ « Weiche », « Lasse ab, erlôse », 

hier nicht richtig sein kann, lehrt wieder das Folgende. Wenn Isis auch die Bitte des 
Set ebenso wie die des Hor sofort durch ihr « weiche, lasse ab » erfuUt hâtte, was hâtte 
es dann fur einen Sinn, dass Set sich nochmals — « wiederholt » — an Isis um Be- 
freiung wendet, indern er ihr Herz durch Mitleid zu rûhren sucht und dass dann Isis 
der Bitte des Set wie frùher der des Hor durch das erlôsende « weiche, lasse ab » ent- 
spricht? Wir mùssen im Gegenteil annehmen und der Sinn erfordert es, dass Isis die 
erste Bitte des Set abgeschlagen haben muss. Denn dadurch wird es erst notwendig, 
dass Set seine Bitte wiederholt. Wir mùssen also in der Lûcke ein Wort ergânzen, 
welches das gerade Gegenteil des von Brugsch und Chabas ergânzten bedeutet, also 
etwa : imper. i P « Bleibe, bleibe ! » 

Durch dièse meine Ergânzung erklârt sich also die Notwendigkeit der noch- 
maligen Bitte des Set, da die erste unerfûllt geblieben. Auch die erste Frage ent- 
fâllt dadurch, da die a Eisen » den Willen der Isis immer ausfûhren. 

Dadurch klârt es sich auch auf, wieso Brugsch und Chabas die erst erwâhnte Lesung 
der ersten Person statt der richtigen dritten gewâhlt hatten. Durch die irrige Er- 
gânzung von Brugsch und Chabas war es natûrlich ûberflùssig geworden, dass noch- 
mals Isis um Erlôsung angehen musste, da ja eigentlich seiner Bitte mit dem (er- 
gânzten) Befehl der Isis « Weiche, weiche » entsprochen worden war. Also musste in 
dem oben zitierten Satze : Er sprach wiederholt zu ihr : « Habe ich nicht geliebt und 
hochgeachtet den Brader meiner Mutter^? » der irrigen Ergânzung zuliebe ans dem 
« Er », unter welchem — v^ie wir oben gesehen — Set zu verstehen ist, Horus werden. 
Wenn aber Hor der Sprechende ist, so hatte wieder das « seiner Mutter » keinen 
Sinn, denn Hor kann doch nicht die eigene Mutter in der dritten Person ansprechen. 

Wir haben es also nicht notwendig, dem ûberlieferten Texte untreu zu werden, 
da durch die richtige Ergânzung ^1 ^ die dritte Person gerechtfertigt wird. 



1. Nach der Lesung von Ch. u. Br. war natûrlich unter dem « Bruder noeiner Mutter» Set zu verstehen 
und nach beider Ûbersetzung wàre im Falle der Ûberselzung mit der 3. Person bestenfalls Osiris gemeint 
gewesen — um ùberhaupt einen Sinn zu bekommen — , in der VS'eise, als ob Set die Isis hâtte ùberzeugen 
woUen, dass er ihren Bruder Osiris geliebt habe, um dadurch ihr Mitleid zu erwecken. Dass dieser Sinn 
ebenfalls uumôglich ist, da Isis eine solche Unwahrheit des Set ja sofort hâtte merkeu mùssen — auch dieser 
Umstand mag Br. u. Ch. zur Textânderung bewogen haben. Daraus ersehen wir aber, dass die oben zitierte 
Ubersetzung Maspero's : « Ne prendras-tu pas en pitié le frère de la mère de ton fils? » die einzig môgliche 
ist, welche auch sonst andere veraltete Stellen in richtiger Weise emendiert hat. 



STÈLE DE LAN VIII DE RAMSÈS II 213 



DER 27. THOT DES PAPYRUS SALLIER IV (III, 6-7) 

VON 

Nathaniel Reich 

Chabas' schreibt zu dem teils ganz zerstôrten, teils liickenhaften Text : « Ordre 
d'Horus, envoyant tuer du bétail. Ce fut un jour (à la fois) d'Horus et de Set. Of- 
frandes à leurs noms, en ce jour. » Und in der Anmerkung : « Le texte est très effacé. 
Il y a peut-être voyage, expédition ' d'Horus, les deux groupes ne différant que par 
leurs déterminatifs. » 

Aus den vorhandenen Resten der Schriftzeichen' habe icli mm doch den Text re- 
konstuieren und lesen kônnen. Ich setze ihn liieher : 

{sic) 

(sic) 

«C :> A^SAAA ^■' I I I I WVV <^ > L I A^W\AA J 



© 



« 27 Tliot. Giinstig, gunstig, gùnstig. Oberweise Opfergut dem Horus [und Set. 
Schlachte keine Ziege] an diesem Tage. Dieser Tag (ist) dem Horus und Seth (ge- 
weiht). Bringe in ihrem Namen ein Opfer dar an diesem Tage. » 



STÈLE DE LAN VIII DE RAMSÈS II 

PUBLIÉE PAR 

Ahmed-Bey Kamal 

Conservateur adjoint du Musée du Caire. 

Au mois de décembre 1907, Aly Eff*^' Habib, un de nos anciens inspecteurs, ayant 
affaire à un entrepreneur du nom de Mohammed el Minshawi, me signala chez celui-ci 
l'existence d'une grande pierre avec inscription. Elle avait été découverte par ledit 
entrepreneur, en ouvrant une fondation dans sa maison située à Manshiet-el-Sadr, au 
sud de Héliopolis. Il l'avait gardée dans l'écurie pour la vendre aux marchands d'anti- 
quités; mais, ceux-ci ne lui en offrant qu'une petite somme, il préférait la céder au 
Musée, moyennant un prix convenable. Je m'empressai donc d'aller copier les inscrip- 
tions de la stèle afin de voir si elle valait la peine d'être achetée, et, sur vue de ma 



1. Chabas, Le Calendrier des jours fastes et néfastes de l'année égyptienne (bei Maspero, Bibliothèque 
égyptienne, t. XII). 

E. Von Chabas gesperrt. 

3. Select Papyri in the liieratic Character in the British Muséum, PI. CXLM. 



.K^' 



214 STÈLE DE L'AN VIII DE RAMSÈS II 

copie, M. le Directeur général accepta le prix demandé. Le monument historique, d'une 
grande importance, était dressé primitivement dans le temple de Ramsès II à Hélio- 
polis, mais il fut, par la suite, transporté un peu au sud, à l'endroit où il vient d'être 
trouvé. C'est pour notre collection une acquisition très précieuse. 

La stèle est en calcaire et elle mesure 2™ 11 de haut, sur l'^OG de large. Elle 
porte le n° 39503 au Livre d'Entrées. On y voit, au sommet, le disque solaire ailé et 
flanqué de deux ura3us. Plus bas, le roi Ramsès II est représenté accompagné de ses 

deux cartouches et de la légende : ^£r „^ \^\\ r^V". — °^^^^^^ ^^ ^^^ ^^ ^'^Ç^ '^^ 

sceptres | et a; la vie et la richesse te sont données chaque jour », écrite verticalement 
devant lui. Il est coiffé ^ , vêtu d'une shenti, et il lève le bras dans l'attitude d'adora- 
tion devant le dieu Harmakhis. Ce dieu ^^ |y est également debout, coiffé d'un 

disque solaire orné d'une ureeus, vêtu d'une shenti et tenant le long sceptre du comman- 
dement 1 à la main gauche et ces deux sceptres \J\ â la main droite. Derrière lui, on 
lit la légende suivante, écrite en deux lignes verticales : \ \J\ -^X> ^ ,ï^^ 

)) Sud vienne pour toi en courbant le dos et que le Nord soit renversé par tes âmes; 

» (1. 2) car tu es le roi qui possède les deux contrées comme Horus à tête des humains ». 

Derrière le roi, on voit la déesse Hathor debout, coiffée des cornes et du disque 

X^, vêtue d'une robe étroite, tenant la branche 3 dans la main droite et levant la 

main gauche en signe de protection derrière le roi. Elle est accompagnée de deux 

i 



légendes verticalement écrites l'une devant elle et l'autre par-derrière : ^ ^''^ 

iF=;] p=fï^ M AAAAAA -^ -^ -^ ^r^ y H f "^^=3^ 1\ i Ifl y U v,^^ ^ « Hathor, la maltresse 

» de la montagne Rouge, la maîtresse du ciel et des deux terres, qui établit tes années 
» à l'égal du soleil, ta durée de vie en roi comme Toumou, éternellement, éternelle- 
» ment. » 

Le champ de la stèle porte en bas-relief un texte historique de vingt lignes hori- 
zontales, dont voici copie et traduction : »»— ^ 






(3 

« L'an VIII au mois de Méchir, le 8® jour, de Ramsès II. Ce jour-là, voici, comme 
Sa Majesté était à Héliopolis pour faire des chants à son père Harkhouiti et à Toumou, 
maître des deux pays d'Onou, et voici, comme 



' Sa Majesté se promenait sur la montagne d'Onou en avant du temple du Soleil, au nord 
du temple de l'Ennéade, en face de Hathor, la maîtresse de la montagne Rouge, alor.s 
Sa Majesté trouva un bloc énorme, dont le pareil n'avait été trouvé à aucune époque; 
car il était plus haut qu'un 



STÈLE DE L'AX YIII DE RAMSÈS II 215 



O I ^ ^.^^ I .— û / I III I I I t 



cscD lin 

n 

Ci o Ml! 

obélisque en syénite, et c'est Sa Majesté elle-même qui ra_créé_de^sesj::ayûJia,^eBi- j l' """"^^ 
blabl g à son h onzon. Lors donc, Sa Majesté elle-même le fît tailler par des artistes l f 
habiles, qui connaissaient bien leurs mains, en l'an VII au mois d'Épiphi, le 21'' jour, 
et elle en fît achever en l'an VIII au mois d'Épiphi, le 18® jour, 



i\:r\-nmmmwz:^^ii^i^x 



A I 
D (Si 



III ^M r-^v-i 11 I I I ^ W I _S^ 



ce qui fait une année, une grande statue de Ramsès II, le dieu. Voilà que Sa Majesté 
récompensa ce chef des travaux par beaucoup, beaucoup d'argent et d'or, et les artistes 
vaillants qui avaient travaillé par 



Jk?SM=(°3M] 



des éloges de p arje jxu^ car Sa Majesté les inspectait chaque jour; aussi ils travaillaient 
pour Sa Majesté d'un cœur plein d'amour pour Ramsès II. 

— H — -v;^:::^ l <::=> D 9 -^g^- ^f^ <=> ( ^ ^' 

X — «— in I ^ A ;^ III A/w^A^ I I I I 



Or, voici que Sa Majesté trouva une autre carrière à côté de la première pour des / 9 o 
statues en grès rouge, semblables à du bojj d'ébène roug e, et derechef Sa Majesté les / ' ' 
tailla pour le temple de Ptah, et on leur donna des noms d'après le nom de Sa Majesté, 
à savoir : 



ia_Mm]?.L.ff,-^-pr:^^=([ïiM]^7°iv 



/ 



UMÙ'^l\MMWïrf.°2.t^J.^ 



« Ramsès II, fils de Ptah », et il en tira d'autres statues pour le temple d'Ammon de 
Ramsès II, le temple de Ptah de Ramsès II et le temple d'Aanakhouitou Ramsès. Je 
remplis le temple du Soleil de sphinx 



A^AAA^ 



1 I I I w III IZS=1 11000 © 000^ w /vwwv w I _B^ 

nombreux, de statues qui me représentent, poussant une urœus devant moi ou bien 



216 STELE DE L'AN VIII DE RAMSÈS II 

agenouillé et portant une table d'offrandes. Or, le roi de l'Egypte, Ramsès II, dit lui- 
même : (c artistes d'élite, vaillants, connaissant bien vos mains, qui 



AAAAAA 

AAA/\AA 






Zi '' — DI3IZ1 I -^ /c= r"^ °'="s es 



travaillez pour moi des monuments en toute espèce de forme d'ajiûration, ainsi que des 
travaux en toute espèce de pierres précieuses qui sont incrustées dans le syénite et sont 
jointes au grès, vaillants, braves à fabriquer des monuments dont je remplis tous les 
temples, leur assurant ainsi 

I To 1 1 1 1 m L^^^ (s'ôi I i^iHi I i™&ih 1 1 m. il H4i^ 1 1 li^ 



^ jL^h^ ^11^-^.? n ® -^^-|^^n nn.= -(nin. 



I I I I I I ■; û 1 ^ ^ e V I S ^ ^Zi:^ c^ \ <=> I I I / P II m I I I I e^^ I I I 

la durée! bons combattants qui ne chômez jamais, surveillants des travaux qui 
tous, selon votre rang, agissez de manière parfaite en exécution de ce qu'on dit, et qui 
rejoignez l'exécution des plans quand vous marchez avec vos blocs 

I c^ 1*^=> Tï ^ w ^'"'^^ "■'^^ - fl ^fes U ^^ Y> ^^ y 

1 nnE I I W îll ^ .-^-^ ,=. 1 I I I I I I ^^3P* Jy .-^-^ i c^ i i i .vwwv Jî © ^ é 



dans la montagne divine, on a écouté ce que vous dites, et on a pris soin de ce qui vous 
est utile, et l'acte a été d'accord avec les paroles; car, moi, je suis le roi Ramsès qui 
fais être les générations, en les nourrissant. Des rations de vivres et de boissons vous 
sont allouées, 

=> <^4v '^ cz:^ 1^ 

-H ^ III K ' o O o _S^ 



AAAAAA 

A/vsAAA Q _cii\S' I I I /v^iw^ — H — ^::i III •< ' O O O _cr\^ i -u. i \ \ t^ 11 \11 o —H U I I I 



^'^"^ r. l^-^-'^^ =-^ntk<>m 



AA/WSA 



. et il n'y aura pas d'opposition à grandir les provisions de toutes vos céréales et à vous 

)L^^ C*' ji.^^ faire des biens de toute sorte, non plus qu'à 
^ ce t^ 

«r I © 111 i^wU^^Ui I I cm]] I I I I A_û I I I ;^ L=fl I _M^ I -il 21' I 1 ® 



III 



défendre votre cause, et lourdes seront les provisions avec vous, tant que vous tra- 
vaillez, afin que vous viviez et que vous prospériez. Je connais vos ouvrages excellents, 
et quiconque y travaille, qu'il se réjouisse; 

O I ffl -^1 1 O I I I 1 rr n ^1 I 1 il D (E I ^T' /vwwvczSn I r-^^ 



STÈLE DE L'AX VIII DE RAMSÈS II 217 

car son ventre est plein. Seront comblés pour vous de meules les magasins, afin que je 
ne fasse pas qu'il y ait pour vous des jours sans vivres. Chacun d'entre vous recevra 
sa ration par mois. Je remplis 



I I I 



pour vous les greniers de toute espèce de choses, de pains, de viandes, de galettes pour , 
votre entretien, de sandales, de vêtements, de parfums en nombre pour oindre votre j 
tête chaque décade. Vous aurez des vêtements chaque année, 

16 < 

A/^/V^A^ j 






I I I 



vos sandales seront à vos pieds chaque jour, si bien qu'il n'y aura personne qui s'alite 
parmi vous, ni d'homme qui souffre par manque. J'ai engagé beaucoup d'hommes pour 
vous approvisionner, des chefs de manœuvres de la classe des pêcheurs pour vous 
apporter des poissons, d'autres ouvriers pour vous faire des cordes et vous fabriquer des 
cruches, 



I I kjÉ\ L=/] I C^ X O ^ I I I -*_ J 1 I I li I I I /WWVA _M^ <=> 1 1 ^=> \ ^^ I I I 



AAAAAA A/W^A^ 
A/VSAAA '^ 



"- '^•- ■ I II \\lllX^=lll e 



o 

III 

pour tourner des pots, pour faire des vases afin que vous vous rafraîchissiez d'eau en la 
saison chaude. La terre du Sud vous fait des transports au Nord et la terre du Nord 
vous fait des transports vers la terre du Sud, en cargaisons de blé, d'orge, de froment, 
de lentilles, de fèves, 



incalculables. Et tout cela a été fait pour que vous existiez et que vous fussiez d'un seul 
cœur à travailler pour moi. Or, moi, allant à Abydos, j'ai inspecté la bonne montagne, 
j'ai donné des instructions pour vous. Je me suis 




AAAA'VN /^ " n 



/vww^ III Ci Dnn] ^ ^ I — H — J/ ; I V I V i i i i W <P^^ cm] EHii ^ v.___!_çf_jww^j| | ^ 

tenu là, ordonnant de travailler dans la carrière qui porte le nom de « la Carrière de 

RECUEIL, XXX. — NOUV. SÉR., XIV. 28 



218 STÈLE DE L'AN YIII DE RAM SES II 

Ramsès II, aimé comme le soleil ». Et voici que vous avez trouvé près de là une autre 
carrière de pierre noire pour de grandes statues dont les couronnes seront de pierre de 
grès et qui s'appellera « la Carrière de Ramsès II, le roi des deux pays ». 

I c Q_ H / /wvwv III Ci EM'-' ^^ ^ÏÏM\ ^.wwv i H A O 1 AVWV\ ^ IMl ^ V. \ !L7 ^ IM I "* A 



Et voici que vous avez trouvé une autre carrière de calcaire (?) dont la couleur est comme 
celle de l'argent lavé, et qui s'appelle « la Carrière de Ramsès II, aimé comme Ptah » ; 
car c'est ici {moi,] le roi des deux Égyptes, Ramsès II, qui donne la vie. » 

Ce texte nous donne d'abord des indications géographiques sur la région héliopoli- 
taine. Il nous la décrit ainsi : « La montagne d'On est située en avant du temple du 
Soleil, au nord de celui de l'Ennéade et en face de Hathor, maîtresse de la montagne 
Rouge » : 



Temple 
du Soleil 



Temple 
de l'Ennéade. 




&. 



(Hathor) 
Montagne Ronge. 



Ensuite, il nous informe que Ramsès II fit exécuter pour lui-même, en l'an VIII, 
une statue colossale d'un grand bloc qu'il trouva dans la montagne Rouge. Tout près, 
il vit également une autre carrière bonne à fournir des statues en grès. Ces deux car- 
rières, qui sont encore visibles dans la montagne, furent nommées par lui « Carrières 
de Ramsès II, fils de Ptah ». Derechef, il les fit exploiter et il en tira d'autres statues 
pour les temples de Ptah de Ramsès II, d'Ammon de Ramsès II et d'Aanakhouitou 
Ramsès. Le temple du Soleil fut rempli de sphinx et de statues représentant Ramsès II 
poussant des uraeus ou agenouillé et portant une table d'offrandes. Les artistes avaient 
reçu de grandes récompenses et des éloges, ainsi que des biens de toute sorte. Chacun 
d'eux recevait chaque mois sa ration en pains, en viandes, en galettes, etc., et encore 
du parfum en nombre pour oindre sa tête chaque décade, des vêtements chaque année 
et des sandales chaque jour, si bien qu'il n'y aura ni de malade ni de souffrant par 
besoin. Le roi engagea, pour ces vaillants artistes, des chefs d'ouvriers pour les appro- 
visionner de poissons, et d'autres pour faire des cordes et pour fabriquer des cruches, 
des pots et des vases, afin qu'ils puissent se rafraîchir pendant la saison chaude. Il or- 
donna à la terre du Sud de faire des transports au Nord, et à la terre du Nord d'ex- 
pédier au Sud, par voie du Nil, le blé, l'orge, le froment, la lentille et la fève en faveur 
de ses artistes. Enfin, ces derniers trouvèrent dans la montagne d'Abydos, qui a été 
visitée par le roi, deux carrières, l'une en granit noir et l'autre en calcaire, qui sont 
bonnes à fournir des statues et qui ont pris le nom de Ramsès II. 



SOME GEOGRAPHIC AND ETHNIC LISTS OF RAMESES II 219 



SOME GE0GR.4PHIC AND ETHNIC LISTS OF RAMESES II 

AT THE TEMPLE OF LUXOR 

BY 

M. G. Kyle 

In the winter of 1907-1908, while in Egypt for researcli work, I undertook the 
carefui examination of the Géographie and Ethnie lists on the so-called "Statue of 
Luxor", being the remaining hirge seated statue of Rameses "II which up to the 
présent time bas been uncovered, in its plaee in front of the great pylon which that 
king erected before the temple, on the West side of the gateway. The examination 
was undertaken at the request of Prof. W. Max Millier, who, by reason of the inonda- 
tion had been unable to make a fîrsthand examination of the important lists of names 

AAAAAA fv n 

thereon, in which as published' oecurs AA^AA^(| J <=> a name in whieh some hâve su- 
speeted the name ''Moab". Indépendant also of this publication, the existence of the 
name "Moab" "on the second of those colossal statues which Rameses II erected in 
front of the Northern pylon of the Temple of Luxor" has been asserted^ 

I equipped myself wàth some notes at the Muséum Library in Cairo, but was 
doomed to disappointment, being unable to foUow the inscription thereby. Indeed, 
the name in question proved eventually to be entirely under the accumulated débris 
carried in by the inundation. So I found it necessary to apply for permission to hâve 
the list of names completely uncovered and cleared for fresh examination. Permission 
was most readily granted by Mr. Weigall, the obliging Inspector of the Service des 
Antiquités in that department of Egypt. Three men and a boy in a little less than a 
day, Feb. 12, 1908, had cleared for examination, not only the complète lists on the 
great sitting statue, but also those on the remaining standing statue on the same side of 
the gateway to the pylon. This is the first statue counting from the West, the third 
counting West from the gateway in the center, the sixth counting from the East end 
of the pylon, if we assume that there were the same number on each side of the gate- 
way. The names w^ere quickly picked clear of the mud which fîUed them and for the 
most part stood out clearly. 

The statues themselves are too well known by description and photograph to need 
reproduction. The inscriptions on the side of the chair and the chair-back of the 
seated statue are almost wholly titles and ornamental scènes and hâve no bearing upon 
the interprétation of the Géographie and Ethnie lists below. The ornamentation on 
the two sides of the statue is an elaborate and beautiful sculpture of the unity of Egypt 
in the tying together of the papyrus and the lotus. Along the base of the chair and 
running out under the foot-rest on the West side is a line of hieroglyphs as follows : 



1. Recueil de Tracauœ, XVI, 51. 

2. Sayce, Patrlarchal Palestine, 22. 



220 



SOME GEOGRAPHIC AND ETHNIC LISTS OF RAMESES II 



msypx 



L=il ^ Il 






1« /^ A "^^^^^ j. ^^^^=^ /^ji /v_Ô^ 



lElAftEjl 



In this part of the inscription there is this of importance that Rameses II gives himself 
the title "distributer^ of the double land of Rutlien", which seems to me in this case 
to be the one title intended to be significant, pointing out the gênerai location of, at 
least, the principal part ot the conquered peoples as Syria and the Arabian peninsula, 
Upper and Lower Ruthen. While the exact limits of the lands thus indicated can not 
be determined, this seems to me to point to narrower limits than those which hâve been 
assigned and so ably supported for some familiar names and especially those of the 
"Ninebows"' which occur in thèse lists. Without furnishing conclusive proof, this 
Une of inscription does support the view that thèse were the désert tribes east of the 
Red sea, though applied on occasion to similar tribes elsewhere. This seems in accord 
with the naming of the "Ninebows" by Merenptah in the "Israël tablet'" as lying 
in the direction of his great campaign to the East and Northeast. 

The East side of the base of the sitting statue is disappointing and puzzling. As 
this was the side next the approach to the great gateway of the Temple, one would 
naturally expect that on this side af the base would be the most important inscription. 
In this I was utterly disappointed. The great excavation toward the East along the 
front of the pylon bas only been carried a few feet beyond this sitting statue above 
which still runs the roadway to the part of the village which still stands on a portion 
of the area of the Temple of Luxor and the falling rubbish from this causeway liad 
completly covered nearly ail the base of this statue. When my men cleared this 
rubbish out there was found not only to be no inscription back further than a few 
feet from the front, but the stone seemed never to hâve "been worked at ail, but left 
in the original state in which it was brought from the quarry*. The list of names is 
as follows : 

Sitting statue, East side, reading from the front toward the back. 



6 


5 


4 


a 


2 


1 


Il ^ 

( ) 


1 

( ) 


HM 

a. W 

m 

( ) 


JU 

] 


* 


( ) 



It was impracticable to obtain a photograph of this list but the sculpture was so clear 
and perfect as not to admit of doubt concerning any of the characters. 



1. I suggest this translation of the difiScult word. I ^ 

clamed power to rearrange boundaries at will. 

2. W. Max MOller, Asien und Europa. 

3. Stèle of Merenptah, line 26. 

4. Cf. Daressy, Recueil de Travaux, XVI, 50-51. 



X 



in accord with the determinative X. Rameses 



SOME GEOGRAPIIIC AND ETHNIC LISTS OF RAMESES II 



221 



Sitting statue, West side, reading fi'om tlie front. 
1 2 3 4 :. 6 7 8 y 10 11 12 



o^»^^ 



H 



- 

/WVAAA 



f^■/^^ 






S 



x> I 



I 
m 



u. 



f^-^^ 



13 14 15 16 17 lî 



U I 



Photographs of tins list, tliough not artistic, serve to authenticate it. 




222 



SOME GEOGRAPHIC AND ETHNIC LISTS OF RAMESES II 




The second statue West of the gateway of the pylon is wanting and its base which 
remains in situ, supplies nothing of importance. There are no lists of names. The 
front bears only an ornamental scène wherein symbolical personages representing upper 
and lower Egypt présent ofïerings and pour libations to the cartouches of Rameses II, 
The sides of the base seem never to hâve been eut at ail, but remain unfînished to 
this day. 

The third statue West of the gateway, a standing statue, is in its place and nearly 
perfect. The base, however, on which the inscription is found, was not made of a 
solid block of granité as the base of the second statue, but of a block of granité above 
placed upon smaller blocks of sandstone underneath and upon thèse sandstone blocks 
unfortunately, as on the M^est side of the sitting statue, the names were eut and the 
action of the water of the inundation has entirely destroyed many of the mânes and 
much injured some others. The titles of Rameses II are still to be read, but aside from 
thèse, nearly ail the inscription, includingthe greater portion of the names, has become 
illegible from the action of the éléments. On the East side of the monument, there are 
three distinct types of people distinguished by the heads and the head-dresses of the 
captives, one with a turban, one with a scuU-cap, and one with a long ear-lock or 
possibly ear-lug, though he seems to be bare-headed. The lists of names are as 
foUows : 

East side, reading from the front. 

12 11 10 9 8 1-7 



U 
U 



1 



^zv 



The front of the base of the statue facing North has three of the "Ninebows" re- 
peated, reading both to the right and to the left from the center. 



SOME GEOGRAPHIC AND ETHXIC LISTS OF RAMESES II 



223 



1 


2 


3 








î 


tL' 


.1/1 












( ) 








^ 






• 







The West side of this statue lias also tlie 
remains of a line of inscription damaged beyond 
recovery. And the first name of the list below 
has been entirely destroyed by repairs made at 
some time to the foundation of the statue, A 
new stone has been inserted upon which the 
name belonging to that place bas not been eut. 
Of the second name nothing remains but the determinative. The bead of the captive 
remains baving a turban and apparently Negro features. The turbaned bead on the 
opposite side of the statue has plainly not Negro features. AU the rest are surmounted 
with heads of Asiatics, but not with the pointed beard of Sémites. The third name 
is wbolly destroyed. 

Tbe list, as now recoverable, is as foUows, reading from the front. 
12 3 4 5 6 



-1^' 



D' 



7 


8 


9 


10 






/S/\/\r\AA 




h A 

^ 1 


t^N\rsi^ 






m 

w 




y 

1 -si) 






f ) 




( ) 


( ) 







A photograpb of the whole list was impracticable, but a photograph of î;;^^ 

will put this name ^^^ f] H 

beyond dispute. B^* •* ^ -^ 




224 NOTES DE GLYPTIQUE ORIENTALE 



NOTES DE GLYPTIQUE ORIENTALE 

PAU 

L. Delaporte 

I, Musée archéologique de Rennes. — Le Musée archéologique de Rennes possède 
un seul cylindre. Il n'a d'autre intérêt que de provenir de la collection de ]\I. de Robien, 
président au Parlement de Bretagne, décédé en 1756. 

D'après un moulage que je dois à l'amabilité du conservateur, ce cylindre paraît 
roulé. On y distingue cependant deux scènes : dans l'une, un lion dressé de profil à 
gauche, la queue relevée, attaque un taureau dressé, la tête en arrière; dans l'autre, 
un personnage de profil à droite intervient dans la lutte de deux quadrupèdes dressés. 
Dans le champ, entre le lion et le personnage, un croissant. — Jade. Haut., 28 mm.; 
diam., 15 mm. 

De la même collection provient un cachet de jaspe jaune marbré de rouge, dont 

la face postérieure est arrondie en cabochon. Sur la face antérieure, dans un encadre- 

ment elliptique, un personnage barbu, les cheveux longs et ondulés, vêtu 

d'un châle très orné. Debout, de profil à gauche, il tient la main gauche 



:(XM\ 



^iif i ^1 à la hauteur de la ceinture, étendue, la paume en haut; la main droite, à 

'"■^ ' ' M demi fermée, est à la hauteur de la figure, la paume à gauche. 

^^ Il se tient devant deux symboles divins : l'un formé comme de deux 

clous verticaux; l'autre, la lance de Marduk, accompagnée de houppes. 

Fig- 1- Derrière lui, s'élève un arbre; dans le champ, en avant, le croissant. (Fig. 1.) 

II. Musée Guimet. — Le Musée Guimet possède cent quarante et un cylindres : 
deux proviennent des fouilles de M. Chantre en Cappadoce; treize ont été trouvés à 
Ramadan par M. de Morgan lors de sa mission en Perse (1891); un autre, découverte 
Samarkande par M. E. Blanc au milieu d'antiquités de diverses époques. 

Les deux tiers de ces intailles viennent du pays de Sumer et Akkad. Parmi les 
sujets les plus remarquables, citons : le dieu-serpent\ qui figure également dans la 
collection de Clercq, au Louvre et à la Bibliothèque nationale; le trépied merveilleux*, 
représenté sur deux scènes distinctes; la vache sacrée; deux cylindres, sur lesquels 
figure la palme s'élevant d'un vase entre deux inflorescences'. 

Les inscriptions sont rares : on trouve le nom divin DA-MU que les syllabaires 
donnent comme équivalent à Bau; il se présente dans la composition de deux noms 
propres Ur-Damu et Idin-Damu et une seule fois séparé. Les deux divinités cham- 
pêtres, SE-TER (Asnan) et SE-ELTEQ (Nisaba), sont citées ensemble, ainsi que 
Samas et Aia, EN-KI et DAM-GAL-NUN-NA 

Les divers genres d'intailles assyriennes sont représentés par une série d'une 



1. Cf. DE Clercq, n" 141; Lajard, Culte de Mit/ira, pi. XLH. 

2. Cf. Déconcertes en Chaldée, p. 296; Lajard, Culte de Mithra, pi. XVIll. 

3. Cf. Menant, Glyptique, I, fig. 86 et 87, cylindres du règne de Dungi. 



NOTES DE GLYPTIQUE ORIENTALE 



225 



vingtaine de monunients; le sujet où Menant' voit le combat de Marduk contre Tiamat 
est traité d'une manière fort intéressante; le dieu, monté sur un quadrupède ailé lancé 
au galop, tient une sorte de filet et une lance qui menace son adversaire : celle-ci n'est 
autre que le quadrupède à tête et à pattes antérieures de lion, à queue et à pattes 
postérieures d'aigle, figuré sur les bas-reliefs du palais de Nimrud. 

Des cylindres syro-cappadociens présentent la figure du personnage au bâton 
recourbé qui semble être le dieu « Ramman de l'Occident » (MAR-TU) ou d'un per- 
sonnage armé d'une hache. 

Une pierre, à peine dégrossie, porte une légende hébraïque; sur une autre, le 
personnage principal m'a paru coiffé de la cidaris, ce qui n'a été remarqué sur aucun 
cylindre. D'autres, enfin, se rapprochent du genre des intailles trouvées à Chypre par 
le général Palma di Cesnola. 

M. Scheil a jadis publié dans ce Recueil (t. XX, p. 62) l'empreinte d'un cylindre 
babylonien sur lequel figure une vache léchant son veau qui tette. La déesse symbo- 
lisée par la vache, c'est Ninharsag, la mère des dieux', dont rois et patési disent qu'ils 
ont été nourris à son sein sacré'. 

Une intaille du Musée Guimet représente la divi- 
nité assise de profil à gauche, la tête tournée à droite. 
Elle porte la main gauche à la ceinture et de la main 
droite tient par un lien une vache debout, de profil, 
les cornes de face, accompagnée d'un veau qui tette. 
Sur le dos de la vache, un emblème formé d'une tige 
surmontée d'un croissant. Derrière elle, en haut, un scorpion; en bas, de profil à droite, 
un oiseau au long cou, probablement une autruche. (Fig. 2.) 

Voici un sujet militaire assyrien. Une porte cintrée entre deux tours; la muraille 

et les tours sont surmontées de merlans en 
forme de flèches. A droite, un personnage 
assyrien, vêtu d'une tunique et d'un long 
châle laissant à découvert la jambe droite 
portée en avant. Il étend les deux mains 
vers la forteresse. Derrière lui, dans le 
champ, le symbole appelé « losange )). 

- - (Fig. 3.) 

Fig- 3. Citons encore un très beau cylindre 

donné à M. Guimet par M. Théodore Mante. 

Un dieu barbu, les cheveux longs et ondulés, coiffé de la tiare assyrienne sur- 
montée d'un globe, vêtu d'une tunique et d'un long châle orné qui laisse à découvert 




Fig. 2. 




^l'^H 



1. Cf. Glyptique, II, p. 44. 

2. Statue de L'r-Bau, patési de Sirpurla (ISA, 97). 

3. Par exemple, Eannatum iISA, 39), Entemena (ISA, 59), patési de Sirpurla et Lugalzaggisi, roi d'Uruk 
(ISA, 219). 



RECUEIL, XXX. — NOUV. SER., XIV. 



29 



226 



NOTES DE GLYPTIQUE ORIExNTALE 




Fig. 4. 



la jambe gauche. Debout sur un double degré, de profil à droite, il élève la main droite 
de face à la hauteur de sa figure et de la main gauche tient en avant une hache. A son 
côté, une épée; sur ses épaules, un double carquois. 

Vis-à-vis de lui, debout, de profil à gauche, sur un degré simple, une divinité im- 
berbe, aux longs cheveux ondulés, coiffée de la tiare assyrienne surmontée d'un globe, 

vêtue d'une tunique et d'un long châle 



orné qui laisse à découvert la jambe 
droite. Elle élève la main droite de face à 
la hauteur de sa figure et de la main 
gauche tient en avant une couronne formée 
d'une série de globes. A son côté, une 
épée; sur ses épaules, deux carquois. 

Entre eux, un personnage plus petit, 
de profil à droite. Barbu, les cheveux longs 
et ondulés, vêtu du châle assyrien, il tient 
la main gauche ouverte, la paume en haut 
et le bras droit levé, la main entr'ouverte vers la droite. 

A droite, un personnage semblable tient les deux mains ouvertes en avant, la 
paume en haut. 

Dans le champ, derrière la divinité de profil â gauche, une étoile. Devant la divi- 
nité de profil â droite, en haut, le croissant; en bas, une autruche; derrière elle, le 
losange. 

Le sujet est encadré entre deux lignes horizontales. Une ligne verticale indique le 
début de l'inscription, composée de quatre lignes dispersées dans la scène. Elle nous 
apprend que le cylindre fut voué par un sangu à son supérieur hiérarchique, le sangu 
rabu. (Fig. 4.) 

Ce sujet est connu par une intaille du Musée de Florence' et deux de la Biblio- 
thèque nationale, du moins en ce qui concerne les deux divinités. 

La scène gravée sur le cylindre trouvé par M. Blanc représente les silhouettes 
d'un personnage et d'un animal fantastique entre des 
échelles formant encadrement. 

Le personnage de face, la tête et les pieds de 
profil â gauche, est vêtu d'une robe demi-longue; son 
bras droit tombe naturellement; sa main gauche tient 
une sorte de lance au fer très effilé, dont la pointe est 
dirigée vers le bas. 

Quant à l'animal placé de profil à droite, la tête 
tournée vers le personnage, c'est un quadrupède ailé, la queue relevée, la tête ornée 
de deux cornes de face assez semblables à des cornes de taureau. (Fig, 5.) 






(( ji \^ 



h 

■il 
H-ll ' ' " n vi H \ « 0x1 \ \\}\ ijy 

Fig. 5. 



V 



1. Menant, Glyptique, II, fig. 52. 



TABLE DES MATIÈRES 



Pages 

La stèle de la fille de Chéops. par G. Daressy 1 

Stèle funéraire d'un taureau d'Hermonthis, par G. Daressy 10 

Sur une stèle de Senousrit IV, par Georges Legrain 15 

Un dossier sur Horoudja. fils de Haroua, par Georges Legrain 1 ' 

Un Égyptologue du XVIP siècle : le Père Kircher, par P. Marestaing 22 

Notes et Remarques, par G. Jéquier 37 

Les Constructions rurales de la Chaldée et de lAssyrie, par Max Rixgelmann, professeur à l'In- 
stitut national agronomique • 45 

Sinouhît. 1. 246-247. par G. Maspero 64 

Textes religieux, par Pierre Lacau 65. 185 

Le dossier de la famille Nibnoutirou, par Georges Legr.\in 73, 160 

Wanderung eines demotischen Zeicheu vom W'ort-Anfang an das -Ende, von D' Nathaniel 

Reich 90 

Amuletic Scarabs for the deceased, by A. Grenfell 105 

Textes divers babyloniens, par Paul Toscanne 121 

Iranisches, von A. Hoffmanx-Kutschke 136 

Koptische Miscellen, von \Vilhelm Spiegelberg 141 

Demotische Miscellen, von Wilhelm Spiegelberg 144 

Sur le signe [|j , par G. Maspero 175 

Lesefriichte, von Fr. W. von Bissing 177 

Le roi Auput et son domaine, par G. D.\ressy 202 

L'assaut des places fortifiées, par Eugène de Passypkinn, capitaine de la Garde impériale russe. . 208 
Der Mythus vom Kampfe des Horus mit Set im Papyrus Sallier IV (II, 6 -III, 6), von Xa- 

thaniel Reich 210 

Der 27. Tbot des Papyrus Sallier IV (III, 6-7), von Nathaniel Reich 213 

Stèle de l'an VIII de Ramsès II, publiée par Ahmed-Bey Kamal 213 

Some Géographie and Ethnie Lists of Rameses II at the Temple of Luxor, by M. G. Kyle 219 

Notes de glyptique orientale, par L. Delaporte 224 



CH.ALON-SUR- SAONE, IMPRIMERIE FRANÇAISE ET ORIENTALE E. BERTRAND 



EBN-EL-FARAD. Poésies en ar^be. Gr. in-8°. 40 fr. 

EBN-HAUCAL. Description de Palerme au milieu du X' siècle de l'ère vulgaire. Traduit par M. Amari. 

In-8". 1 fr. 

FAIDHERBE (le général). Collection complète des inscriptions numidiques (libyqaes) avec des aperçus 

ethnographiques. In-S" avec pi. 12 fr. 

FINOT. Les lapidaires indiens. In-î>°. 10 fr. 

GAYET (A.-J.). Musée du Louvre. Stèles de la XII' dynastie, 60 pi. avec texte explicatif. In-4°. 17 fr. 
GOTTBERG (E. de). Des cataractes du Nil et spécialement de celles de Hannek et de Kaybar. Gr. in-4', 

avec 5 cartes. 20 fr. 

GRÉBAUT (E.). Hymne à Ammon-Ra, des papyrus égyptiens du Musée de Boulaq, traduit et com- 
menté. Gr. in-8°. 22 fr. 
GUIEYSSE (P.). Rituel funéraire égyptien, chapitre 64°. Textes comparés, traduction et commentaires 

d'après les Papyrus du Louvre et de la Bibliothèque Nationale. In-4°, pi. 20 fr. 

GUYARD (S.). Nouvel essai sur le pluriel brisé en arabe. Gr. in-8". . 5 fr. 

JÉQUIER (G.). Le livre de savoir ce qu'il y a dans l'Hadès. Gr. in-8°. 9 fr. 

JOHANNES DE CAPUA. Directorium vitse humanaî alias parabola antiquorum sapientium. Version 

latine du livre de Kalilûh et Dimnâh publiée et annotée par J. Derenbourg. 2 vol. 

gr. in-8°. 16 fr. 

JORET (CI. Les plantes dans l'antiquité et au moyen âge,. Histoire, usage et symbolisme. 1" partie : 

Les plantes dans l'Orient classique. Tome I" : Ésypte, Chaldée, Assyrie, Judée, Phénicie. 

In-8°. 8 fr. 
Le même ouvrage. Première partie. Tome II : l'Iran et l'Inde. Un fort vol. in-8°, 12 fr. 

— — La Flore dans ITnde, in-8°. 2 fr. 50 
LEDRAIN (E.). Les monuments égyptiens de la Bibliothèque Nationale (cabinet des médailles et 

antiques). 3 livraisons. ln-4°. 50 fr. 

LEFÉBURE (E.). Le Mythe Osirien. Première partie : Les Yeux d'Horus. In-4°. 20 fr. 

— Deuxième partie : Osiris. In-4°. 20 fr. 

LEPSIUS (C.-R.). Les métaux dans les inscriptions égyptiennes, traduit de l'allemand par W. Berend, 

avec notes et corrections de l'auteur. In-4°, avec 2 planches. 12 fr. 

LEVI (S.). Le théâtre indien. Gr. in-8°. 

Quid de Graecis veterum Indorum monumenta tradiderint. In-8". 3 fr. 

LIEBLEIN (J.). Index alphabétique de tous les mots contenus dans le Livre des Morts publié par 

R. Lepsius d'après le Papyrus de Turin, ln-8''. 12 fr. 

MACLER (F.). Histoire de saint Azazaîl; texte syriaque, introd. et trad. française, précédée des actes 

grecs de saint Pancrace. In-8', avec 2 planches. 5 fr. 

MARIETTE-PACHA. Denderah. Description générale du grand temple de cette ville. 4 vol. in-f° et 

suppl. contenant 339 pi., ace. d'un vol. de texte in-4°. 390 fr. 

Le volume de texte se vend à part. 60 fr. 

Le supplément aux planches. Séparément. 10 fr. 

Monuments divers recueillis en Egypte et en Nubie. 28 liv. in-f". 168 fr. 

Les Papyrus égyptiens du Musée de Boulaq publiés en fac-similé. Tomes I à III, Papyrus 1 à 22. 

3 vol. in-f ornés de 121 planches. 400 fr. 

Le tome III, 20 pi. en couleurs, se vend séparément. 100 fr. 

Le Sérapéum de Memphis. Nouvelle édition publiée d'après le manuscrit de l'auteur par 

G. Maspero. Vol. I avec un atlas in-f et un supplément. 55 fr. 
Les Mastaba de l'Ancien Empire. Fragments de son dernier ouvrage, publiés d'après le manuscrit 

par G. Maspero. 9 livr. 60 fr. 

MARTIN (F.). Textes religieux assyriens et babyloniens. Transcription, traduction et commentaire. 

Gr. in-8°, avec 1 planche. 6 fr. 

MASPERO (G.). Essai sur l'inscription dédicatoire du temple d'Abydos et la jeunesse de Sésostris. 

In-4". 15 fr. 

Hymne au Nil, publié et traduit d'après les deux textes du Musée britannique. In-4°. 6 fr. 

Une enquête judiciaire à Thèbes au temps de la XX° dynastie Étude sur le Papyrus Abbott. 

In-4''. (Epuisé) 

De Carchemis oppidi situ et historiâ antiquissimà. Accedunt nonnulla de Pedaso Homericâ. 

Gr. in-8°, avec 3 cartes. 4 fr. 
Mémoire sur quelques Papyrus du Louvre. In-4°, orné de 14 planches et fac-similés. 20 fr. 

— — Rapport à M. Jules Ferry, ministre de l'Instruction publique, sur une mission en Italie. Gr. 

in-4°. 20 fr. 

Les inscriptions des Pyramides de Saqqarâh. Un fort vol. gr. in-4°. 80 fr. 

MASPERO (H.). Les finances de l'Egypte sous les Lagides, 1908. In-8'' de 252 p. 12 fr. 50 

MEILLET (A.). Études sur l'étymologie et le vocabulaire du vieux slave, 1" partie, 1902, gr. in-8''. 7 fr. 

2» partie. 1905, in-8°. 12 fr. 50 

MÉLANGES d'archéologie égyptienne et assyrienne. 3 vol. in-4°. 15 fr. 

OPPERT (J.). Mémoire sur les rapports de l'Egypte et de l'Assyrie dans l'antiquité, éclaircis par l'étude 

des textes cunéiformes. In-4". ^ 12 fr. 

Duppe Lisan Assur, éléments de la grammaire assyrienne. 2' éd. In-8°. 6 fr. 

PALANQUE (C). Le Nil à l'époque pharaonique, son rôle et son culte en Egypte. Gr. in-8°. 6 fr. 50 

LE PAPYRUS DE NEB-QED (exemplaire hiéroglyphique du Livre des Morts) reproduit, décrit et 

précédé d'une introduction mythologique, par Th. Devéria, avec la traduction du texte par 

M. Pierret. Gr. in-f". 12 pi. et 9 pages de texte. 50 fr. 



PERRUCHON (J.)- Les chroniques de Zara Yâ'eqôb et deBa'eda Mâryâm, rois d'Ethiopie de 1434 à 1478 
(texte éthiopien et traduction), précédées d'une introduction. Gr. in-8°. 13 fr. 

PÉRIER (J.). Vie d'Al Hadjdjâdj ibn Yousof (41-95 de l'Hégire = 661 714 de J.-C), d'après les sources 
arabes. Gr. in-8°. 13 fr. 

PIERRET (P.). Études égyptologiques comprenant le texte et la traduction d'une stèle éthiopienne 
inédite et de divers manuscrits religieux, avec un glossaire égyptien-grec du décret de Canope. 
In-4». 20 fr. 

Recueil d'inscriptions inédites du musée égyptien du Louvre traduites et commentées. Première 

et deuxième parties avec table et glossaire. 2 vol. in-4°. 50 fr. 

Vocabulaire hiéroglyphique comprenant les mots de la langue, les noms géographiques, divins, 

royaux et historiques classés alphabétiquement ; accompagné d'un vocabulaire français- 
hiéroglyphique. Gr. in-8°. 60 fr. 

Essai sur la mythologie égyptienne. Gr. in-8°. 7 fr. 50 

POGNON (H.). Une incantation contre les génies malfaisants, en Mandaïte. Gr. in-8*, avec 1 pi. 2 fr. 50 

L'inscription de Bavian. Texte, traduction et commentaire philologique, avec trois appendices et 

un glossaire. 2 vol. gr. in-8V 12 fr. 

Les inscriptions babyloniennes Au Wadi Brissa. Gr. in-8°, avec 14 planches. 10 fr. 

L'inscription de Raman-Nérar l'\ roi d'Assyrie (réponse à un article de M. Oppert). 1 fr. 

REGNAUD (P.). Matériaux pour servir à l'histoire de la philosophie de l'Inde. Gr. in-8°. 19 fr. 

REVILLOUT (E.). Papyrus coptes. Actes et contrats des musées égyptiens de Boulaq et du Louvre. 
1" fasc. Textes et fac-similés. ln-4°. 20 fr. 

Apocryphes coptes du Nouveau Testament. Textes. 1" fasc. ln-4°. 25 fr. 

Chrestomathie démotiqueÀ4 vol. in-4°. 100 fr. 

Études sur quelques points de droit et d'histoire ptolémaïques. In-4°. 10 fr. 

RITUEL funéraire des anciens Égy,ptiens. Texte complet en écriture hiératique, publié d'après le Papyrus 
du musée du Louvre, et précédé d'une introduction à l'étude du Rituel, par le vicomte É. de 
Rougé. Livr. 1 à 5. Gr. inHf". 60 fr. 

ROBIOU (F.). Recherches sur le calendrier macédonien en Egypte et sur la chronologie des Lagides. 
ln-4*. 9 fr. 

Questions d'histoire égyptienne, étudiées dans le Recueil de travaux relatifs à la philologie et à 

l'archéologie égyptiennes et assyriennes. ln-8°. 1 fr. 

Recherches sur la religion de l'ancienne Egypte, le culte. In-8°. 2 fr. 

Le système chronologique de M. Lieblein sur les trois premières dynasties du Nouvel Empire 

égyptien et le synchronisme égyptien de l'Exode. ln-8°. 1 fr. 50 

ROUGÉ (E. de). Chrestomathie égyptienne ou choix de textes égyptiens, transcrits, traduits et accom- 
pagnés d'un commentaire et d'un abrégé grammatical. 4 vol. gr. in-8°. (Epuisé) 

— — Recherches sur les monuments qu'on peut attribuer aux six premières dynasties de Manéthon, 
précédées d'un rapport adressé à M. le Ministre de l'instruction publique sur les résultats 
généraux de sa mission en Egypte. Gr. in-4% avec 8 pi. dont 5 doubles. (Epuisé). 50 fr. 

SAADYA (Gaon de Fayyoum). Commentaire sur le Sefer Yesira ou livre de la création, publié et traduit 
par Mayer Lambert. Gr. in-8". 10 fr. 

SAULCY (F. de). Dictionnaire topographique abrégé de la Terre-Sainte. 1 vol. in-8°. 6 fr. 

SAUSSURE (de). Mémoire sur le système primitif des voyelles dans les langues indo-européennes. 

1887, in-8°. 10 fr. 

SCHACK (G. von). Die Unterweisung des Kônigs Amenemhat I. 1' et 2' Hàlfte. Gr. in-4*. 8 fr. 

TARAFA IBN AL-'ABD AL-BAKRI, Dîwân. Texte arabe publié par M. Seligsohn et accompagné 

d'une traduction française. 1 vol. gr. in-8°. 16 fr. 

TE'EZÂZA SANBAT (Commandements du Sabbat), accompagné de six autres écrits pseudo-épigra- 

phiques admis par les Falachas ou Juifs d'Abyssinie, texte éthiopien publié et traduit par 

J. Halévy. Gr. in-8". 13 fr. 50 

VIREY (P.). Étude sur le Papyrus Prisse. Le livre de Kaqimna et les leçons de Ptah-Hotep. 

Gr. in-8°. 8 fr. 



VIENT DE PARAITRE 



ASANGA 



MAHAYÂNA-SUTRALAMKARA 



Exposé de la Doctrine du Grand Véhicule selon le Système Yogacara 

Édité et traduit d'après uri manuscrit rapporté du Népal 

Par Sylvain LÉ VI 

Professeur au Collège de France, directeur d'études à l'École des Hautes Études. 

Tome I. — Texte, in-8° 15 fr. 



SCHER (Mgr Addaï). Notice sur les manuscrits syriaques conservés dans la biblio- 
thèque du patriarcat chaldéen de Mossoul. 1907, in-8°. 2 fr. 

CHABOT (J.-B). Inventaire sommaire des manuscrits coptes de la Bibliothèque na- 
tionale. 1907, in-8". 1 fr. 50 

ClIALON-SUn-SAÔNB, I.MP. FRANÇAISE ET OlUENTALE E. BERTRAND.